Aux États-Unis, la fièvre du pétrole de schiste est retombée

 |   |  1177  mots
La région située entre le Texas et le Nouveau-Mexique est désormais le premier bassin de production mondial.
La région située entre le Texas et le Nouveau-Mexique est désormais le premier bassin de production mondial. (Crédits : iStock)
Après plusieurs années fastes, le secteur est de nouveau à la peine, rattrapé par son modèle économique bancal et par son endettement colossal.

Dans le bassin permien, une vaste région aride à cheval sur le Texas et le Nouveau-Mexique, les puits de pétrole tournent à plein régime. Depuis une dizaine d'années, la fièvre de l'or noir a reconquis cette zone grande comme un tiers du territoire français. Ses origines : la fracturation hydraulique, une méthode aussi controversée qu'efficace pour débloquer le potentiel jusqu'alors inexploité des roches de schiste. Ces gisements ont propulsé la région au rang de premier bassin de production mondial. Chaque jour, près de 5 millions de barils en sont extraits. C'est davantage qu'aux Émirats arabes unis et qu'au Koweït. Et presque autant qu'en Irak.

Grâce au développement du pétrole de schiste, la production américaine a doublé en sept ans, permettant aux États-Unis de redevenir, quarante-cinq ans plus tard, le premier producteur mondial, devant l'Arabie saoudite et la Russie. Fin 2018, le pays est même temporairement redevenu exportateur net.

Lire aussi : Les Etats-Unis exporteront dès 2020 plus d'énergie qu'ils n'en importeront

Réalité contrastée

Derrière cette réussite se cache cependant une réalité bien plus contrastée : des dizaines de faillites, des dettes abyssales à...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/11/2019 à 18:08 :
Wall Street est de plus en plus réticent à financer cette industrie de moins en moins rentable, surtout avec un brut autour de 50 dollars. Une pyramide de Ponzi pour financer de nouveaux forages qui servent à rentabiliser les précédents. Et on ne parle pas des dégâts considérables faits à l'environnement, les générations suivantes assumeront . Pour les dirigeants US, la guerre économique justifie tous les moyens, y compris les "sanctions" envers les pays non alignés sur sa politique, mais avec un dollar fragilisé (le Pacte de Quincy est lointain). Le GNL, dernière arme contre des européens réticents .
a écrit le 19/11/2019 à 18:55 :
Ce n'est surement pas la fracturation hydraulique qui est à l'origine de l'exploitation du pétrole de schiste car tous les forages, et on en est aujourd'hui à des millions sur la planète se font par fracturation hydraulique, et ceci est vrai même pour les forages d'eau chaude dans le bassin parisien.
Réponse de le 19/11/2019 à 20:24 :
D'où vous sortez ça ?
La fracture hydraulique n'est utilisée que pour les réservoirs peu perméables de type tight rock.
La plupart des puits conventionnels n'en ont pas besoin.
a écrit le 19/11/2019 à 17:27 :
Restera et pour longtemps la pollution irréversible du sous sol.
Bof ! Le pays est grand, et c'est pas demain qu'il sera surpeuplé.
a écrit le 19/11/2019 à 14:07 :
J'espère vraiment que les prix du pétrole vont bientôt remonter, cette gabegie a assez duré. Un baril à 150 $, ce serait idéal pour commencer.
Réponse de le 19/11/2019 à 14:56 :
Quel est le bon prix du baril ? C'est une question d'offre et de demande.
Ca peut être 10$ ou 200$. A 10$ c'est trop peu pour financer les investissements nécessaires pour pérenniser voire augmenter la production (et le renouvellement par la prospection des réserves) autrement dit ça porte la hausse en germe par manque d'offre. Et 200$ c'est trop pour qu'on ne se tourne pas vers des alternatives même moins commodes autrement dit ça porte la baisse en germe par manque de demande. On peut parier sur une évolution du prix du baril contenue dans une fourchette de 50 à 100$. Ce que confirme le fait que les attentats en Arabie Saoudite n'ont pas propulsé le prix du baril au delà de 80$ bien qua sa production en a été affectée. Mais l'idée à retenir, c'est que du pétrole, il y en a encore beaucoup et pour longtemps.
Réponse de le 20/11/2019 à 11:02 :
@ bruno-bd : C'est vrai qu'il y a du pétrole pour longtemps encore, mais l'âge de pierre ne s'est pas arrêtée par manque de pierre.
a écrit le 19/11/2019 à 10:14 :
En sachant les dégâts environnementaux, car cela c'est comme le nucléaire, ensuite les endroits ne pourrons avoir un biotope permettant les solutions a court terme!
a écrit le 19/11/2019 à 10:11 :
Oui les USA reste et resteront encore longtemps indépendant en fourniture energetique de pétrole de schiste même si la fièevre petrolière est retombée au Texas ou dans le Nevada. L'avenir n'est pas à une energie non renouvelable qui produit du CO2 à la combustion mais plutôt aux energies hybrides (electricité/hydrogène) à l'électricité ou encore à l'hydrogène ou biocarburants. Le but etant de developper et de fabriquer des automobiles (SUV,4x4, urbaine) beaucoup consommatrice d'energie fossile ( voiture 2l/100 km ou moins). Le pétrole comme le charbon ou le gaz produise trop de CO2 dans l'atmosphère et contribue au rechauffement climatique donc oui vive les energies renouvelables et biocarburants.
Oui les USA comme les pays du Golfe persique peuvent être indépendant en pétrole cependant l'avenir ne passera pas totalement par le pétrole et ses dérivés ( plastique, polymères, produits de synthèse, etc...). Oui l'avenir energetique sera autre que totalement lié à la chaine carboné du pétrole , du gaz ou encore du charbon !
a écrit le 19/11/2019 à 9:23 :
ah, ils comprennent ce que veut dire endettement, et que l'arabie va vouloir envoyer le prix du petrole au tas pour couler l'iran quand aramco aura ete privatisee?
a écrit le 19/11/2019 à 8:44 :
Quand on sait ce que consomme ce pays en énergie et qu'il devient exportateur net on comprend mieux pourquoi ils ont acté de massacrer leur environnement, cette économie n'étant possible que dans des vastes pays géographiques à faible densité de population.

Sinon je vous garantie que la qualité des émissions de bfm business que l'on nous impose en lecture automatique alors que si on vient c'est d'abord et avant tout pour lire et non pour se faire lobotomiser par des arriérés, est insupportable, leurs sujets traités sont nases, ce n'est que de la fabrique à opinion ne nous faisant qu'un peu plus reculer tous les jours.

De grâce tout le monde a cette chaine chez lui si il veut la regarder il le peut pas besoin de nous infliger ce triste spectacle d'experts paramétrés à aboyer le dogme de l'oligarchie !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :