Aux États-Unis, la fièvre du pétrole de schiste est retombée

Après plusieurs années fastes, le secteur est de nouveau à la peine, rattrapé par son modèle économique bancal et par son endettement colossal.

6 mn

La région située entre le Texas et le Nouveau-Mexique est désormais le premier bassin de production mondial.
La région située entre le Texas et le Nouveau-Mexique est désormais le premier bassin de production mondial. (Crédits : iStock)

Dans le bassin permien, une vaste région aride à cheval sur le Texas et le Nouveau-Mexique, les puits de pétrole tournent à plein régime. Depuis une dizaine d'années, la fièvre de l'or noir a reconquis cette zone grande comme un tiers du territoire français. Ses origines : la fracturation hydraulique, une méthode aussi controversée qu'efficace pour débloquer le potentiel jusqu'alors inexploité des roches de schiste. Ces gisements ont propulsé la région au rang de premier bassin de production mondial. Chaque jour, près de 5 millions de barils en sont extraits. C'est davantage qu'aux Émirats arabes unis et qu'au Koweït. Et presque autant qu'en Irak.

Grâce au développement du pétrole de schiste, la production américaine a doublé en sept ans, permettant aux États-Unis de redevenir, quarante-cinq ans plus tard, le premier producteur mondial, devant l'Arabie saoudite et la Russie. Fin 2018, le pays est même temporairement redevenu exportateur net.

Lire aussi : Les Etats-Unis exporteront dès 2020 plus d'énergie qu'ils n'en importeront

Réalité contrastée

Derrière cette réussite se cache cependant une réalité bien plus contrastée : des dizaines de faillites, des dettes abyssales à rembourser, des investisseurs qui demandent des comptes et des doutes grandissant sur la pérennité de la filière.

Ces difficultés se traduisent dans l'évolution de la production de pétrole de schiste. Au cours des neuf premiers mois de l'année, celle-ci n'a progressé que de 9%, selon les données de l'agence américaine d'information sur l'énergie (EIA). En 2018, elle avait grimpé de 27%, et de 39% en 2017. Cette tendance devrait se poursuivre.

« Nous allons connaître une chute du taux de croissance, anticipait en août Scott Sheffield, directeur général de Pioneer Natural Resources, société texane spécialisée dans l'exploration. Probablement, une croissance nulle pour la plupart des acteurs. »

La crise qui menace ne serait pas la première. À partir de 2014, le secteur a en effet dû affronter l'effondrement des cours. En moins de deux ans, le prix du baril est divisé par quatre. Car l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) inonde le marché de brut pour éliminer cette nouvelle concurrence. Le schiste américain vacille - la production chute de plus de 10% et une centaine d'entreprises d'exploration-production (E&P) font faillite. Mais il résiste. « Les sociétés ont obtenu de meilleurs prix de leurs fournisseurs et ont gagné en efficacité, notamment grâce à l'injection de sable, qui a permis d'améliorer les rendements », rappelle Rene Santos, de S&P Global Platts. Cette résistance paie: l'Opep change de cap, faisant remonter fortement les prix... et relançant les investissements dans le bassin permien.

Lire aussi : Pétrole : l'Opep appelle à la "responsabilité partagée" des pays producteurs

Investir toujours plus

Cette fois-ci, les causes sont plus profondes. Certes, un baril évoluant entre 45 et 60 dollars n'aide pas. Mais l'industrie assure pouvoir être rentable avec un brut à 50 dollars. Les difficultés sont surtout structurelles: la production des puits chute très rapidement. Dans le bassin permien, par exemple, elle tombe de 60 % au bout d'un an. Et devient quasiment nulle au bout de trois ans, selon l'EIA. Il faut donc sans cesse creuser pour maintenir la production. Et encore davantage pour l'accroître. Autrement dit, investir toujours plus.

Pour faire face à ces dépenses, les E&P ont réinjecté tous les profits générés par les forages déjà opérationnels. Ils ont aussi dû faire massivement appel au marché de la dette. Profitant de la faiblesse des taux d'intérêt, ils ont émis plus de 200 milliards de dollars d'obligations au cours des dix dernières années ! Nombre d'entre eux ont également levé des fonds en s'introduisant en Bourse. Longtemps, les investisseurs ont répondu présent, attirés par le mirage de l'envolée de la production. Mais aussi par des prévisions beaucoup trop optimistes sur la productivité des puits de schiste.

Les licenciements ont repris

« Le secteur a été dopé à l'argent facile, note Rene Santos. Mais ce modèle n'était pas viable à long terme. » Depuis fin 2017, la donne a brusquement changé. « La croissance de la production n'est plus la priorité des investisseurs », souligne Garrett Golding, économiste à la Réserve fédérale de Dallas. Ils réclament aujourd'hui une gestion plus rigoureuse, pour réduire la dette et générer des flux de trésorerie positifs. Et demandent des dividendes plus élevés. « Ils exercent une très forte pression, ne laissant aucune place pour des dépenses indisciplinées », confirme Alisa Lukash, analyste chez Rystad Energy.

Conséquence : une baisse importante des investissements. Depuis un an, le nombre de forages pétroliers en activité aux États-Unis a ainsi chuté de plus de 20%, car il y a moins de nouveaux champs pour remplacer ceux qui s'épuisent. Ce repli est compensé par des gains de productivité.

« Mais les progrès sont de moins en moins importants », prévient Shin Kim, analyste à S&P Global Platts. Dans le même temps, l'industrie licencie à nouveau, aussi bien dans les E & P que dans les sociétés de services pétroliers, comme Halliburton, qui a mené deux plans sociaux cette année. Dans le comté de Midland, au Texas, le taux de chômage est repassé cet été au-dessus des 2%.

Fragilités économiques

L'équation reste périlleuse : au cours des sept prochaines années, le secteur va devoir rembourser plus de 100 milliards de dollars de dettes. Alors même que les investisseurs ne souhaitent plus lui prêter de l'argent ou alors à des taux très élevés. « Des opérations de refinancement de la dette sont peu probables », ajoute Alisa Lukash. Et pour les sociétés non cotées, une entrée en Bourse est peu crédible. « L'accès au capital va plomber l'industrie », redoute un dirigeant du secteur dans le dernier baromètre de la Réserve fédérale de Dallas. Entre janvier et septembre, 33 sociétés se sont placées sous la protection de la loi américaine sur les faillites.

« La situation ne devrait pas être aussi catastrophique qu'en 2015 », nuance Rene Santos, qui anticipe aussi des fusions et des rachats.

« Le pétrole de schiste américain ne va pas faire faillite », dédramatise le cabinet Rystad Energy.

« Beaucoup d'opérateurs ont réussi à combiner croissance de la production, équilibre financier et réduction de la dette », note-t-il dans un récent rapport. « Il est très improbable que le baril de pétrole retombe sous les 30 dollars », estime par ailleurs Shin Kim.

L'industrie mise aussi sur la construction de nouveaux pipelines pour réduire les coûts de transport, parfois assuré par trains et camions. Elle compte encore sur des améliorations des techniques de forage, comme la fracturation électrique, pour augmenter les rendements et réduire les coûts. Et les plus optimistes se prennent même à rêver d'un troisième boom du schiste américain.

6 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 21/11/2019 à 18:08
Signaler
Wall Street est de plus en plus réticent à financer cette industrie de moins en moins rentable, surtout avec un brut autour de 50 dollars. Une pyramide de Ponzi pour financer de nouveaux forages qui servent à rentabiliser les précédents. Et on ne par...

le 16/12/2019 à 16:44
Signaler
de moins en moins rentable...en disant cela vous confirmez votre ignorance totale sur le sujet. L'ecologie n'a rien a voir la dedant... Vous dite..."Un dollar fragilise ??" le dollar a gagne +32% contre l'euro en dix ans !! vous etes journaliste ?

le 21/12/2019 à 22:13
Signaler
Les manuels d'histoire retiendront comment saccager d'une manière irréversible des territoires entiers sur le plan économique et environnemental et sacrifier à jamais les générations futures , lourd tribut à payer pour la cupidité et la bêtise affli...

à écrit le 19/11/2019 à 18:55
Signaler
Ce n'est surement pas la fracturation hydraulique qui est à l'origine de l'exploitation du pétrole de schiste car tous les forages, et on en est aujourd'hui à des millions sur la planète se font par fracturation hydraulique, et ceci est vrai même pou...

le 19/11/2019 à 20:24
Signaler
D'où vous sortez ça ? La fracture hydraulique n'est utilisée que pour les réservoirs peu perméables de type tight rock. La plupart des puits conventionnels n'en ont pas besoin.

le 17/12/2019 à 7:50
Signaler
Les forages se font par fracturation hydraulique? Il faudra revoir sa copie et sa connaissance du forage. Le forage se fait par forage, c'est comme cela ou je me suis trompé pendant 30 ans comme foreur pétrolier et continue de me tromper. La fractura...

à écrit le 19/11/2019 à 17:27
Signaler
Restera et pour longtemps la pollution irréversible du sous sol. Bof ! Le pays est grand, et c'est pas demain qu'il sera surpeuplé.

à écrit le 19/11/2019 à 14:07
Signaler
J'espère vraiment que les prix du pétrole vont bientôt remonter, cette gabegie a assez duré. Un baril à 150 $, ce serait idéal pour commencer.

le 19/11/2019 à 14:56
Signaler
Quel est le bon prix du baril ? C'est une question d'offre et de demande. Ca peut être 10$ ou 200$. A 10$ c'est trop peu pour financer les investissements nécessaires pour pérenniser voire augmenter la production (et le renouvellement par la prospec...

le 20/11/2019 à 11:02
Signaler
@ bruno-bd : C'est vrai qu'il y a du pétrole pour longtemps encore, mais l'âge de pierre ne s'est pas arrêtée par manque de pierre.

à écrit le 19/11/2019 à 10:14
Signaler
En sachant les dégâts environnementaux, car cela c'est comme le nucléaire, ensuite les endroits ne pourrons avoir un biotope permettant les solutions a court terme!

à écrit le 19/11/2019 à 10:11
Signaler
Oui les USA reste et resteront encore longtemps indépendant en fourniture energetique de pétrole de schiste même si la fièevre petrolière est retombée au Texas ou dans le Nevada. L'avenir n'est pas à une energie non renouvelable qui produit du CO2 à ...

à écrit le 19/11/2019 à 9:23
Signaler
ah, ils comprennent ce que veut dire endettement, et que l'arabie va vouloir envoyer le prix du petrole au tas pour couler l'iran quand aramco aura ete privatisee?

à écrit le 19/11/2019 à 8:44
Signaler
Quand on sait ce que consomme ce pays en énergie et qu'il devient exportateur net on comprend mieux pourquoi ils ont acté de massacrer leur environnement, cette économie n'étant possible que dans des vastes pays géographiques à faible densité de popu...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.