COP26 : ultimes tractations pour trouver un accord sur le climat

Après de longues et difficiles négociations jeudi, la présidence britannique de la COP26 a dit vouloir présenter tôt vendredi un nouveau projet de déclaration finale, qui pourra encore subir des amendements avant le coup de marteau marquant son adoption. La conférence doit officiellement s'achever à 18H00 GMT, mais les négociateurs des quelque 200 pays membres pourraient bien, comme souvent, devoir jouer les prolongations.

4 mn

(Crédits : YVES HERMAN)

C'est l'heure des ultimes tractations à Glasgow pour parvenir à un accord à la conférence mondiale sur le climat, considérée comme cruciale pour préserver des chances de tenir les objectifs de lutte contre le changement climatique.

Après de longues et difficiles négociations jeudi, la présidence britannique de la COP26 a dit vouloir présenter tôt vendredi un nouveau projet de déclaration finale, qui pourra encore subir des amendements avant le coup de marteau marquant son adoption.

La conférence doit officiellement s'achever à 18H00 GMT, mais les négociateurs des quelque 200 pays membres pourraient bien, comme souvent, devoir jouer les prolongations.

"Il reste beaucoup de travail", soulignait jeudi le président britannique de la COP, Alok Sharma, en avertissant les délégués: "Le monde nous regarde. (...) Nous ne pouvons pas le laisser tomber".

Car après l'adoption jeudi soir des chapitres consensuels, il reste plusieurs sujets de discorde, notamment le financement des pays pauvres, les moins responsables du réchauffement mais souvent les plus exposés à ses conséquences.

Milliards

Les catastrophes liées au climat se multiplient en effet à travers le monde -inondations, canicules, sécheresses... - avec leur cortège de dégâts et de victimes, soulignant l'accélération d'un changement dont les scientifiques alertent qu'il menace à terme l'existence même de l'humanité.

Les pays riches sont arrivés à Glasgow avec le handicap de leur promesse vieille de 12 ans et non tenue d'atteindre à partir de 2020 le chiffre symbolique de 100 milliards de dollars de financements d'aide climatique aux plus pauvres.

D'autant qu'ils ont débloqué ces derniers mois des milliers de milliards pour sauver leurs économies de la crise déclenchée par la pandémie du Covid-19, avec des plans de relance pas toujours très "verts".

Considérant l'enveloppe de 100 milliards déjà obsolète, les pays pauvres ou émergents insistent pour qu'elle soit relevée - jusqu'à 1.300 milliards par an selon les calculs du groupe Afrique.

Et exigent qu'elle soit rééquilibrée de la réduction des émissions - appelée "atténuation" dans le jargon climatique - qui capte aujourd'hui les trois-quarts des financements, vers l'adaptation aux conséquences du changement climatique. Et qu'elle prenne désormais en compte les "pertes et préjudices" qu'ils subissent déjà.

- Déséquilibre -

Mais dans le texte déjà sur la table "il y a un déséquilibre en faveur des questions d'atténuation qui sont revenues au centre des préoccupations, ce qui nous pose un petit problème puisque les questions d'adaptation sont reléguées au second plan", euphémise le chef des négociateurs africains, Tanguy Gahouma-Bekale.

Car la présidence britannique, tout en soulignant l'importance des questions de financement, a un mantra : "Maintenir 1,5 en vie". Référence à l'objectif le plus ambitieux de l'accord de Paris de 2015, contenir la hausse de la température "bien en deçà" de +2°C par rapport à l'ère pré-industrielle, si possible +1,5°C.

Mission quasi-impossible, alors que le monde se dirige toujours vers un réchauffement "catastrophique" de +2,7°C, selon l'ONU, malgré les nouveaux engagements à l'échéance 2030 annoncés juste avant et depuis le début de la COP.

Une autre partie du texte appelle donc les Etats membres à relever leurs engagements de réduction d'émissions plus régulièrement que prévu dans l'accord de Paris, et ce dès 2022.

Une ambition qui a reçu un coup de fouet inattendu mercredi, avec un engagement conjoint surprise de Washington et Pékin à oeuvrer de concert au "renforcement de l'action climatique".

Autre point contentieux du projet de déclaration finale, les énergies fossiles, mentionnées explicitement pour la première fois à ce niveau dans un projet de déclaration. Ces énergies, pourtant première source des émissions de gaz à effet de serre ne sont même pas mentionnées dans l'accord de Paris.

Face à l'hostilité des pays producteurs, le patron de l'ONU Antonio Guterres a fustigé jeudi "les promesses (qui) sonnent creux quand l'industrie des énergies fossiles continue de recevoir des milliers de milliards de subventions (...) ou quand des pays continuent à construire des centrales à charbon".

Très applaudie par les délégués, la jeune militante ougandaise Vanessa Nakate a renchéri: "L'atmosphère se fiche des engagements. (...) L'humanité ne sera pas sauvée par les promesses!"

Il reste quelques - longues - heures aux négociateurs pour surmonter les différences et répondre aux attentes suscitées par la conférence de Glasgow.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 12/11/2021 à 9:08
Signaler
La dictature sanitaire imposée trouble déjà énormément les gouvernances, difficile pour les chefs d’États souverains de dire à leurs populations sacrifiées économiquement, et donc les actifs, qu'ils vont devoir encore plus faire de sacrifices. Commen...

à écrit le 12/11/2021 à 8:56
Signaler
PIB égale CO2, donc pour être écologiste, il faut s'appauvrir. Quel dirigeant va appauvrir son pays volontairement ? Personne ? Bon ben voilà, on a la conclusion de la COP 26

le 13/11/2021 à 5:22
Signaler
Vous pensez être plus riche avec Macron, je n'ai pas écrit plus cher.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.