Pascal Canfin : « dans un monde à 2, 3, 4 degrés supplémentaires, les Gilets Jaunes, ça sera puissance dix ! »

Où en est l'Europe dans la mise en oeuvre du Green Deal ? L'eurodéputé Pascal Canfin a fait le point jeudi lors de la quatrième édition du Transition Forum à Nice. Il pointe l'impact global et structurant du paquet climat de la Commission européenne notamment sur l'industrie automobile qui va devoir s'électrifier mais prend ses distances sur le chauffage des particuliers. Selon lui, la transition écologique sera juste ou ne sera pas.

4 mn

(Crédits : European Union 2021)

Pascal Canfin est un acteur de la transition écologique depuis près de vingt ans. Député européen d'Europe Ecologie les Verts de 2002 à 2009, puis élu à nouveau en 2019 sur la liste Renaissance de la République en marche, il est président de la commission de l'environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire au Parlement européen. Auparavant, il a été conseiller principal pour le climat du World Ressources Institute (WRI), un think tank américain spécialisé dans les questions environnementales, ce qui lui a valu de travailler à la préparation de la COP21. Il a également présidé le WWF France. C'est à son initiative que le Parlement européen déclare le 28 novembre 2019 l'état d'urgence climatique.

Un chamboulement législatif pour tenir les objectifs climatiques

Lors du Transition Forum 2021 de Nice, il est revenu sur les initiatives européennes en faveur du climat. En particulier le plan « Fit for 55 » (paré pour 55), un paquet de 12 propositions législatives qui doit permettre aux pays de l'UE de tenir l'objectif de réduction de 55 % au moins des émissions de gaz à effet de serre (GES) en 2030 par rapport à 1990.

« L'action européenne va au-delà de ces textes. Si on y ajoute le Green Deal, ce n'est pas moins de 54 lois qui vont être modifiées d'ici 2022. C'est un enjeu économique mais aussi démocratique, car si les citoyens ne savent pas ce qui va arriver, ils ne pourront pas ajuster leurs comportements. Idem pour les entreprises en ce qui concerne leurs investissements »; explique le député européen.

Eviter le dumping climat

La fin programmée des voitures thermiques à essence et diesel en 2035, "dans 14 ans, soit demain", souligne Pascal Canfin, va bouleverser la totalité de l'industrie automobile européenne, qui est le principal employeur industriel du continent. Le prix de la tonne de carbone est lui passé de 20 à 65 euros. Ce qui a conduit à la taxe carbone aux frontières, qui n'en est pas vraiment une selon Pascal Canfin : « si c'était une taxe, il faudrait qu'elle soit votée à l'unanimité, ce qui est très difficile, et elle ne serait pas compatible avec les règles de l'OMC (Organisation Mondiale du Commerce) ».

Il s'agit en fait d'un mécanisme d'ajustement carbone aux frontières (MACF) dont l'entrée en vigueur est prévue en 2023. Un moyen d'éviter que les industries polluantes ne délocalisent leur activité dans des pays à la législation moins stricte. Un double choc négatif ? Selon le Ministère de Affaires Etrangères, l'objectif du MACF est que les biens importés dans l'Union européenne soient couverts par une tarification du carbone équivalente à celle s'appliquant à la production de ces mêmes biens sur le territoire de l'Union. « C'est une manière d'établir une concurrence équitable pour éviter un dumping climat de la part de certains » ajoute l'ancien ministre du développement.

Double choc

Dans un travail de recherche publié par le Peterson Institute, l'économiste Jean Pisani-Ferry estime que ce qui nous attend est sans doute équivalent au choc pétrolier de 1973. La hausse des prix de l'énergie pourrait déclencher un double choc négatif.

Un premier choc en dévalorisant la valeur des machines fonctionnant aux énergies fossiles. Le second choc serait celui d'une potentielle demande négative de la part des consommateurs si l'on ne prend pas en compte la dimension de redistribution sociale.

Mais qui va payer ? Faudra-t-il instaurer un impôt vert ? « Pas forcément », estime Pascal Canfin, mais il faudra se donner les moyens d'une transition juste :

« Le schéma mental qui consisterait à dire : il y a d'un côté les coûts liés à la transition, et de l'autre le business as usual avec zéro coût, c'est une vue de l'esprit. Dans un monde à 2, 3, 4 degrés supplémentaires, les Gilets Jaunes, ça sera puissance 10 ! ».

Pour le député européen, « soit on subit ces chocs, soit on les anticipe, puis on organise les réponses et on les séquence dans le temps afin que ce soit jouable à la fois pour les industriels et du point de vue de la justice sociale. »

Pour lui, le prix du carbone est très peu corrélé à l'augmentation des prix de l'énergie. Mais il est favorable à sortir la mesure qui consiste à étendre le marché du carbone au chauffage des particuliers, des bâtiments commerciaux et au trafic routier du plan « Fit for 55 ».

« Ce qui fonctionne avec les acteurs économiques rationnels que sont les entreprises ne marche pas avec les ménages. Qui a déjà calculé sur dix ans la rentabilité éventuelle d'un investissement dans telle ou telle technologie de chauffage ou d'isolation ? » s'interroge-t-il.

« Cette transition est une révolution schumpetérienne, c'est pourquoi il faut l'aborder de manière globale. Et chercher les modèles économiques qui permettent de déployer à grande échelle les solutions technologies dont on dispose. Les deux mots-clés sont le gain de productivité, permis par la transition écologique, et la révision des règles du jeu financières. Exemple : à parité d'aides, une voiture électrique sera au même prix qu'une automobile thermique en 2026 », conclut l'ex président du WWF France.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 01/10/2021 à 23:47
Signaler
Avez vous remarqué que tous les écologistes sont à l'ouest alors que la pollution est à l'est. Même si la France règle le problème, sa pollution ne représente que 2% du total mondial.

à écrit le 01/10/2021 à 21:23
Signaler
Peut on concevoir que quelque degré de plus pourraient être exploité pour remplacer l'énergie issue des combustibles fossiles? Réfléchissez y! La nature a su le faire, pourquoi pas nous?

à écrit le 01/10/2021 à 19:00
Signaler
5% de croissance économique en.moins chaque année, voilà ce qu'il faudrait faire pour empêcher d'atteindre +2°, maintenant ce bouleversement climatique causé par le système de la classe dirigeante et seulement elle est irrémédiable nous pouvons nous...

à écrit le 01/10/2021 à 15:22
Signaler
Un antinucléaire pour parler d'énergie et de réchauffement climatique : FREXIT !!!

à écrit le 01/10/2021 à 14:11
Signaler
En quoi la France est-elle concernée. Nous nous tirons une balle dans le pied pendant que nos voisins allemands à population quasi égale polluent deux fois plus !!!!!!

à écrit le 01/10/2021 à 13:36
Signaler
Le réchauffement climatique est inéluctable, et tous ces beau-parleurs le savent. Plutôt que de faire du moralisme en s'inquiétant du réchauffement, on ferait mieux de s'inquiéter de la raréfaction des hydrocarbures, parce que là, le problème est à b...

le 01/10/2021 à 17:37
Signaler
Je n'ai jamais entendu un écolo oser lier le réchauffement à la démographie , pourtant c'est la seule cause, mais c'est politiquement impossible à dire

à écrit le 01/10/2021 à 12:46
Signaler
Un monde à +3° par rapport à maintenant et en moins d'un siècle est totalement imprévisible. Non seulement le climat sera totalement paroxistique mais les circulations marines et atmosphériques seront différentes et détermineront un zonage climatique...

le 01/10/2021 à 14:30
Signaler
C'est ça : faites vous du cinéma. En vous disant quand même que ceux qui nous prévoient un monde à +3° ne manquent pas de culot : personne ne peut prévoir l'avenir. Surtout avec de modèles auxquels on peut faire dire ce qu'on veut : garbage in, gar...

à écrit le 01/10/2021 à 11:44
Signaler
la seule chose certaine c'est que à 3 degrés tout le monde sera mort... Mort de chaleur, de faim, de soif etc.... Personne ne pourra s´adapter. # degrés c'est une moyenne... donc sur l'arc méditerranéen ce sera beaucoup beaucoup plus...

à écrit le 01/10/2021 à 11:37
Signaler
S'il est louable de vouloir faire quelque chose pour le climat, il est évident que les choses ne vont changer qu'à la marge. Pour améliorer son propre futur, il n'a faudra compter que sur ses forces individuelles. Anticiper pour soi et ses proches.

à écrit le 01/10/2021 à 11:37
Signaler
S'il est louable de vouloir faire quelque chose pour le climat, il est évident que les choses ne vont changer qu'à la marge. Pour améliorer son propre futur, il n'a faudra compter que sur ses forces individuelles. Anticiper pour soi et ses proches.

à écrit le 01/10/2021 à 11:01
Signaler
Toujours a confondre L'Europe et la politique de l'UE de Bruxelles qui suis ses directives de départ, sans remises en question, gérant seulement certaine conséquences sans toucher au "rente" et aux rentiers!

à écrit le 01/10/2021 à 10:58
Signaler
Sans changement global de notre système économique fondé sur la compétition et le moins coûtant (financièrement), les +4°C en fin de siècle seront largement dépassés. Combiné avec la raréfaction des ressources naturelles et l'augmentation des coûts d...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.