Transition énergétique : le programme extravagant et inquiétant de Marine Le Pen

PRESIDENTIELLE 2022. De la réouverture de la centrale de Fessenheim à la construction de 20 nouveaux EPR, en passant par le démantèlement des éoliennes existantes et un moratoire sur les panneaux solaires… La Tribune a passé au crible les propositions énergétiques de la candidate du Rassemblement national. Ces mesures apparaissent à la fois irréalistes et dangereuses pour le climat. Décryptage.

20 mn

(Crédits : Reuters)

Quels programmes énergétiques les deux finalistes à l'élection présidentielle proposent-ils ? Sont-ils réalisables ? Nucléaire, éolien, solaire, hydrogène, hydraulique... Sur quels piliers reposent-ils ? Conduisent-ils à une réduction majeure des émissions de gaz à effet de serre ? Si Emmanuel Macron et Marine Le Pen mettent tous les deux l'accent sur le développement de l'atome civil, leurs programmes respectifs présentent de grandes différences. La Tribune a examiné le programme de la candidate d'extrême droite et fera de même pour celui d'Emmanuel Macron dans les prochains jours.

À retenir


  • Neutralité carbone en 2050. La loi Énergie Climat, votée en 2019, engage la France à atteindre la neutralité carbone en 2050, soit une division par 6 des émissions de gaz à effet de serre sur son sol par rapport à 1990. Or, la production et la consommation de l'énergie sont les principaux contributeurs d'émissions de CO2, et notamment les hydrocarbures, qui fournissent plus de 60% de l'énergie finale. L'électricité représente pour sa part moins de 30% de l'énergie consommée en France.

  • Une électricité peu carbonée. La France dispose d'un atout de taille : son électricité est déjà très largement décarbonée grâce au nucléaire. L'atome répond à environ 65% des besoins électriques en moyenne. Si la loi impose également de réduire la part du nucléaire à 50% du mix énergétique d'ici à 2035, les deux candidats ont annoncé qu'ils reviendront sur cette obligation. L'enjeu pour les années à venir se situe à la fois dans le renouvellement du parc de production vieillissant, soit par la construction de nouveaux réacteurs atomiques, soit par l'installation de sources d'énergie renouvelable (éolien, solaire et hydraulique notamment), soit par les deux.

  • Rattraper le retard. Le cadre légal impose également de réduire les sources d'énergie carbonée (chauffages au fioul, carburants fossiles). La programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) votée en 2020 exige une baisse de 35% en 2028 par rapport à 2012. Alors que la France accuse déjà un lourd retard en la matière, elle devra se doter d'une nouvelle PPE dès 2023, qui fixera un cadre pour le déploiement futur des énergies bas carbone.

Nucléaire : Réouverture de Fessenheim

La candidate du Rassemblement national l'assure. A son arrivée à l'Elysée, elle rouvrira la centrale nucléaire de Fessenheim, située en Alsace et fermée définitivement depuis juin 2020. "C'est pour des raisons idéologiques que l'on a fermé Fessenheim. Et on l'a fermé avant même d'avoir ouvert [l'EPR de, ndlr] Flamanville", a dénoncé Marine Le Pen, ce mardi 12 avril, au micro de France Inter.

"Rouvrir Fessenheim est totalement irréaliste", tranche d'emblée Jacques Percebois, professeur émérite de l'université de Montpellier et spécialiste de l'énergie.

"On ne peut pas redémarrer Fessenheim pour des raisons techniques", abonde Nicolas Goldberg, référent énergie au sein du cabinet Colombus Consulting. "Certaines pièces sont déjà parties sur d'autres réacteurs nucléaires. Par ailleurs, prolonger la durée de vie d'un réacteur n'est pas une opération qui s'improvise. Il faut désormais que le réacteur ait un niveau de sûreté équivalent à celui d'un EPR. Une cartographie de tous les ouvrages à réaliser est nécessaire et il faut déposer un dossier auprès de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN)", détaille l'expert.

La candidate d'extrême droite souhaite également prolonger tous les réacteurs jusqu'à 60 ans. Là encore cette mesure semble, pour le moins, audacieuse. Le gendarme du nucléaire, qui a autorisé en février 2021 la prolongation des réacteurs jusqu'à 50 ans sous réserve d'un réexamen approfondi de chacun d'entre eux et de travaux d'amélioration de la sûreté, ne s'est en effet jamais prononcé sur une prolongation au-delà. "Bien sûr que si on sait faire [prolonger les centrales nucléaires jusqu'à 60 ans, ndlr]", a insisté Marine Le Pen sur France Inter. "Je vais vous dire pourquoi. La centrale jumelle de Fessenheim, qui se trouve aux Etats-Unis, a été repoussée à 60 ans et il y a zéro problème", a-t-elle ajouté, en omettant totalement les différences qu'il peut y avoir entre les deux sites où ces centrales sont implantées et celles liées à l'exploitation des réacteurs.

En effet, aux Etats-Unis, le nucléaire ne représente que 20% du mix électrique. Les réacteurs y fonctionnent en "base load", c'est-à-dire presque tout le temps, tandis qu'en France, la production des 56 réacteurs est modulée pour s'adapter à l'évolution de la demande. Ce qui crée une "fatigue thermique et mécanique plus importante" qu'outre-Atlantique, explique Cédric Philibert, analyste de l'énergie et du climat, associé à l'Institut français des relations internationales (Ifri).

"Je vous affirme que tous les spécialistes du nucléaire vous disent qu'il n'y a aucune difficulté pour repousser la durée de vie des centrales nucléaires pour que cette durée de vie soit de 60 ans", a insisté la candidate d'extrême droite.

La Société française d'énergie nucléaire (Sfen), qui est le lobby de la filière, espère effectivement que la durée de vie des réacteurs pourra se prolonger jusqu'à 60 ans, mais elle souligne bien évidemment qu'il faudra prévoir un nouvel examen de sûreté au passage des 50 ans.

Lire aussi 7 mnRéacteurs nucléaires : EDF devra encore étendre son contrôle des fissures

Le programme du nouveau nucléaire de Marine Le Pen, baptisé Marie Curie, paraît encore plus échevelé. La finaliste à l'élection présidentielle veut lancer dès son arrivée à l'Elysée la construction de cinq paires d'EPR pour une livraison à partir de 2031, puis cinq paires d'EPR 2 pour une livraison à partir de 2036. Autrement dit, la candidate du Rassemblement national prévoit la construction et la livraison de 20 EPR en l'espace de 15 ans, "alors que selon les audits indépendants réalisés pour le compte de l'Etat, il serait possible, au mieux, d'avoir une première paire d'EPR disponibles entre 2035 et 2037", pointe Nicolas Goldberg.  Et, pour rappel, le premier EPR français, dont le chantier a débuté en 2007 à Flamanville en Normandie, n'est toujours pas entré en service.

"Ces annonces sont totalement contraires à ce que prône la filière nucléaire", estime dans une note le think tank Terra Nova, qui dénonce la folie des grandeurs de ce programme nucléaire. "La filière industrielle a, elle-même, émis quelques doutes sur sa capacité à faire plus de 14 EPR d'ici 2050", ajoute le centre de réflexion. "Ces incohérences montrent que "le sujet du nucléaire relève plus du marqueur politique que de la rationalité technique", regrette le think tank Terra Nova.

Dans son programme, la candidate d'extrême droite entend aussi installer des petits réacteurs nucléaires modulaires, les fameux SMR, dès 2031, sans en préciser le nombre. Mais ces nouveaux réacteurs de petite dimension font encore l'objet d'une importante R&D. Et, il n'est pas du tout certain qu'un SMR, comme le projet Nuward mené par EDF, soit disponible dès 2031. Aujourd'hui, malgré des dizaines de projets en cours à travers le monde, aucun n'a encore vu le jour. Marine Le Pen promet également, dès 2030, un prototype industriel du réacteur Astrid, dont le projet de recherche a été abandonné par le CEA il y a trois ans.

Au total, grâce à ce programme démesuré, Marine Le Pen dit vouloir porter la part du nucléaire à 75% du mix électrique de la France à l'horizon 2050, soit l'équivalent en termes de puissance d'une cinquantaine d'EPR2. Un scénario qui n'a pas du tout été validé par le gendarme du nucléaire.

Terra Nova craint surtout que ce programme, qui consiste à tout miser, ou presque, sur le nucléaire (une petite partie doit reposer sur l'hydraulique et la géothermie, malgré des marges de manœuvre très réduites), conduise en réalité à recourir aux énergies fossiles, par manque d'électricité nucléaire. "Si nous ne pouvons pas répondre à nos besoins en électricité en raison d'un moratoire sur le renouvelable ou d'hypothèses extravagantes sur le nucléaire, c'est la poursuite de l'exploitation des énergies fossiles qui nous attend, ou bien même l'ouverture de nouvelles centrales à gaz", anticipe dans sa note le centre de réflexion.

Lire aussi 13 mnNucléaire : "Il faudrait 50 EPR d'ici à 2060, un scénario 100% renouvelables n'est pas réaliste" (André Merlin, fondateur de RTE)

Eolien et solaire photovoltaïque : du moratoire au démantèlement pur et simple

En même temps que ce chantier herculéen de relance de l'atome civil, Marine Le Pen entend freiner brusquement le développement des énergies renouvelables dites "intermittentes". Autrement dit, mettre un coup d'arrêt à l'éolien et au solaire photovoltaïque, dont la production reste très sensible aux conditions météorologiques et géographiques. Pour l'éolien, la fronde de la candidate RN n'est cependant pas nouvelle : en 2017 déjà, son programme mettait en avant la nécessité d'un "moratoire" sur l'installation de ces géants à pale. Mais en même temps que plusieurs de ses adversaires politiques - de Xavier Bertrand (LR) à Eric Zemmour (Reconquête) -, Marine Le Pen a considérablement durci sa position sur le sujet. Et plaide désormais pour un "démantèlement" pur et simple, en plus du gel des nouvelles constructions.

"Nous lancerons le démantèlement progressif des sites en commençant par ceux qui arrivent en fin de vie. Toutes les subventions dédiées à promouvoir ces procédés seront suspendues, et l'énergie produite achetée à prix de marché", peut-on ainsi lire dans son livret consacré à l'écologie.

Pourtant, pas un seul des scénarios du gestionnaire de réseau de transport d'électricité RTE dans son étude prospective "Futurs Énergétiques 2050" n'envisage la neutralité carbone d'ici à 2050 sans éoliennes. Même dans la trajectoire où sa part est la plus faible du fait d'une relance de l'atome, l'éolien terrestre atteint tout de même 43 GW (soit 2,5 fois plus qu'aujourd'hui), et celui en mer 22 GW de capacités installées (contre zéro aujourd'hui). D'autant que Marine Le Pen porte un projet de réindustrialisation profonde de la France, qui implique de développer encore plus les énergies renouvelables quel que soit le scénario. Mais le RN considère ce fameux rapport de RTE comme une simple commande du gouvernement, dont les conclusions ne font pas foi.

Il n'empêche que le risque pour la sécurité d'approvisionnement en cas de démantèlement des 18,8 GW d'éolien actuellement raccordés au réseau inquiète plusieurs experts. Une telle décision mènerait même à une "impasse électrique", alerte Nicolas Goldberg. D'autant que le parc nucléaire est aujourd'hui à la peine, avec pas moins de 27 réacteurs sur les 56 du territoire actuellement fermés pour diverses raisons, dont un défaut de corrosion potentiellement générique.

Lire aussi 12 mnNucléaire et renouvelables, le mix gagnant pour une neutralité carbone en 2050

Pour ce qui est du solaire électrique, Marine Le Pen ne mise pas sur un démantèlement, mais garantit là aussi la mise en place d'un moratoire - une promesse pourtant absente de son programme en 2017. Ainsi, même si elle n'exclut pas de garder des panneaux photovoltaïques, voire d'en développer "un peu dans le sud de la France ou en Outre-mer", a-t-elle déclaré ce matin sur France Inter, cette source d'énergie resterait largement minoritaire dans le mix global.

Mais sur ce point, le troisième et dernier volet du sixième rapport du groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) publié il y a près d'une semaine est sans appel : le solaire photovoltaïque comme l'éolien représentent des outils précieux pour parvenir à décarboner le bouquet énergétique mondial d'ici à 2030, une échéance trop rapprochée pour le nucléaire au vu du temps de construction des réacteurs nucléaires EPR.

Lire aussi 6 mnClimat : "Plus on attend pour agir, plus il sera difficile et coûteux d'atteindre le même objectif" (Giec)

Autres énergies renouvelables : le grand flou

​La candidate du RN n'entend cependant pas abandonner toutes les énergies renouvelables. Et compte beaucoup sur l'hydraulique, qui a l'avantage d'être pilotable, avec une progression de +30% de la production d'ici à 2050. Mais cet objectif laisse les experts perplexes. "Où va-t-on construire les barrages ?", s'interroge Cédric Philibert. "Les marges de manœuvre sont extraordinairement limitées en France", ajoute Patrice Geoffron, professeur de Sciences Économiques à l'Université Paris Dauphine et directeur du Centre de Géopolitique de l'Energie et des Matières Premières (CGEMP). En effet, selon le consortium Observ'er spécialisé dans le suivi du développement des énergies renouvelables dans l'Union européenne, "tous les sites exploitables ont été équipés au cours du siècle dernier". Ainsi, le parc hydraulique français a en fait très peu évolué ces dernières années, et l'objectif fixé par la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) de 26,4 à 26,7 GW installés d'ici à 2026 est proche de la capacité actuelle (26 GW). D'autant qu'une directive-cadre européenne sur l'eau prévoit de supprimer certains des barrages qui ont été construits sur territoire, en les détournant ou en libérant l'eau en fonction des débits naturels, afin de "protéger et améliorer les écosystèmes aquatiques".

Par ailleurs, pour les usages thermiques, Marine Le Pen évoque le développement de la "géothermie" et du "biogaz". Mais les ambitions concrètes dans ces domaines restent pour le moins floues, puisque non chiffrées. "Là encore, ce n'est pas à la hauteur", souffle Cédric Philibert, qui alerte sur la possibilité d'un recours accru aux hydrocarbures pour compenser le manque de production décarbonée. "Avec un système pareil, les centrales à gaz risquent de fonctionner nuit et jour, en base plutôt qu'en back-up. Ce sera même d'ailleurs peut-être du charbon qui sera appelé, puisque moins cher", s'inquiète-t-il.

"On ne pourra pas accélérer très vite sur le nucléaire. Dans ces conditions, qu'est-ce qui répondra à la pointe de la demande ? Il y aura un trou, donc ce sera nécessairement les fossiles", abonde Jacques Percebois.

Hydrogène : vraie révolution, faux calendrier

Marine Le Pen a cependant une autre corde à son arc. Et a déclaré à plusieurs reprises dans les médias prévoir "une véritable révolution hydrogène". La candidate du Rassemblement National explique en effet vouloir "nous libérer totalement du gaz et de nombreux usages du pétrole""Il faut que l'on investisse massivement dans l'hydrogène cela fait 20 ans que je le dis", a-t-elle assuré sur France Inter. Plusieurs bémols ici. D'abord, Marine Le Pen ne communique aucun objectif chiffré sur la capacité de production d'hydrogène visée. Ensuite, si tous les experts s'accordent sur le potentiel énorme de l'hydrogène vert pour décarboner la mobilité et l'industrie, son développement en est encore à ses balbutiements. Selon les professionnels du secteur, il faut compter une dizaine d'années pour une industrialisation à grande échelle.

Le principal défi de la filière consiste à faire baisser le coût de la production d'hydrogène décarboné, aujourd'hui trois fois plus élevé que l'hydrogène produit à partir d'énergies fossiles. Pour le faire chuter drastiquement, la filière doit d'abord diminuer le coût des électrolyseurs. Les innovations technologiques et le coût de l'électricité joueront également un rôle déterminant dans l'avènement de cette révolution verte.

Prix de l'énergie : des solutions "simplistes" à un problème complexe

Face à la flambée des prix de l'énergie, encore aggravée par la guerre en Ukraine, Marine Le Pen affiche en outre une mesure choc : faire passer la TVA de 20 à 5,5 % pour l'électricité, le gaz, le fioul et le carburant, et ce de manière pérenne. Une proposition "extraordinairement simpliste et totalement insensée", dézingue Patrice Geoffron.

"Baisser la TVA diffuserait des bénéfices à tout le monde, y compris aux ménages aisés qui auraient donc moins d'incitations à se tourner vers un véhicule électrique ou une pompe à chaleur. Modifier structurellement la fiscalité n'a donc de sens ni économiquement, ni socialement, ni environnementalement. Il faut plutôt viser les personnes les plus fragiles face à la crise, grâce à des chèques énergies aux montants bien plus élevés que ce qui est proposé aujourd'hui", considère le professeur.

Selon l'OCDE, les subventions aux combustibles fossiles peuvent pourtant s'avérer utiles malgré l'impact négatif de ces sources d'énergie sur le climat. Mais uniquement si celles-ci sont "ciblées", afin d'assurer une "transition juste". En 2016, le G20 avait ainsi fixé une échéance de sortie des aides inefficaces d'ici à 2025. Mais depuis, "peu de progrès ont été réalisés", estime le FMI, et nombre d'aides continuent de bénéficier de manière disproportionnée aux segments les plus riches de la population - qui utilisent par exemple plus de carburant subventionné -, y compris en France.

Par ailleurs, pour faire face à l'explosion des cours, la candidate du RN compte exiger de la part de certains fournisseurs de gaz qu'ils abaissent leurs prix de vente à la France. Elle a notamment demandé mi-mars à l'Algérie d'exporter son gaz naturel liquéfié et son pétrole à bas prix vers l'Hexagone.

"Pour quelle raison choisiraient-ils d'orienter leur production vers nous dans ces conditions, alors que la demande de GNL augmente partout ?", s'interroge Patrice Geoffron.

Enfin, dans sa palette pour restaurer le pouvoir d'achat des Français, Marine Le Pen propose de "sortir du marché de l'électricité", en dehors duquel "nous aurions un prix de l'électricité plus bas", a-t-elle récemment assuré sur FranceInfo. Autrement dit, elle entend tout bonnement se couper du système d'interconnexion européen, afin de profiter du mix électrique largement décarboné et plutôt bon marché de l'Hexagone. Mais cette option est loin de régler un problème aussi complexe. Car si la France continue d'exporter une bonne partie de son électricité, elle a besoin de faire appel à l'étranger à certaines heures de la journée, lors des périodes de pointe. L'épisode du 4 avril dernier a d'ailleurs montré l'étendue de la dépendance de l'Hexagone à ses voisins en la matière, puisque le prix au MWh est monté pendant quelques heures à 3000 euros, contre 300 euros en moyenne dans les autres Etats membres, à cause notamment du manque de disponibilité du parc nucléaire. "A ce moment, on était bien contents de pouvoir importer", souligne Patrice Geoffron.

Lire aussi 8 mnFrance : cet inquiétant manque d'électricité qui nous oblige à importer

Efficacité énergétique : la grande oubliée

Enfin, Marine Le Pen explique vouloir suivre "la voie française pour atteindre l'objectif de l'Accord de Paris", c'est-à-dire limiter le réchauffement climatique à 1,5°C par rapport à l'ère préindustrielle. Mais la finaliste à l'élection présidentielle concentre son discours sur la production électrique, déjà largement décarbonée. Or, en France, la marge de manœuvre pour diminuer les émissions de CO2 (principales responsables du changement climatique) se situe ailleurs, notamment dans les bâtiments. Avec 26% des émissions en France, c'est le deuxième secteur le plus émetteur, après celui des transports. Dans ce contexte, la rénovation des logements-passoires thermiques constitue un véritable levier pour faire diminuer les émissions, en même temps que les charges (électricité, fioul et gaz). Dans son programme, Marine Le Pen n'y fait pourtant pas du tout référence.

Pis, interrogée par l'Amorce, une association de collectivités territoriales, Marine Le Pen a déclaré être opposée à l'interdiction progressive des passoires thermiques à partir de 2025, relève Terra Nova. "Revenir sur cette interdiction progressive, qui vise exclusivement les propriétaires bailleurs et qui commencerait par des gels de loyers, revient à envoyer un très mauvais signal : les rénovations seraient facultatives...", regrette le groupe de réflexion. La candidate d'extrême droite s'était également prononcée en 2020 contre l'interdiction d'installer des nouvelles chaudières au fioul, prévue à partir de 2022.

20 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 75
à écrit le 18/04/2022 à 22:51
Signaler
Bof, entre 2 candidats, l'un obtus incapable de revenir sur ses idées idiotes comme avoir mis la France à feu et à sang avec les gilets jaunes et toujours pas restitue les 90 km/h! Et son truc de vaccins anticonstitutionnel , la moitié des Français e...

à écrit le 14/04/2022 à 12:34
Signaler
Pour l'instant , la seule chose que je vois d'extravagant , c'est le programme allemand lié à la transition énergétique ... Encore, un article écrit par un type de OXFAM...

à écrit le 14/04/2022 à 12:12
Signaler
Soit la lutte contre le réchauffement climatique est une urgence et dans ce cas il faut maintenir et développer le nucléaire soit ce n'est pas le cas et on peut développer l'éolien et le solaire ainsi que le charbon et le gaz qui vont avec dans la me...

à écrit le 14/04/2022 à 9:02
Signaler
La Tribune :Transition énergétique : le programme extravagant et inquiétant de Marine Le Pen Capital : Le programme énergétique de Marine Le Pen serait dangereux pour la planète et pour votre porte-monnaie. On met le paquet en ce moment.

à écrit le 13/04/2022 à 18:05
Signaler
Mais c'est TOUT son programme qui est délirant. Le déclin et la guerre civile assurés! Le pire c'est que ça attire quand même des votes...

le 13/04/2022 à 22:30
Signaler
L’invective ne peut pas servir d’argumentation ! Sinon on peut dire que le programme de son adversaire est du même tonneau et génère les mêmes menaces.

à écrit le 13/04/2022 à 18:05
Signaler
Mais c'est TOUT son programme qui est délirant. Le déclin et la guerre civile assurés! Le pire c'est que ça attire quand même des votes...

le 14/04/2022 à 20:28
Signaler
Et le programme de l'autre vous trouver pas qu'il est extrêmement dictatorial;je crois rêver!!et en plus il est au manette lui.....et on voit le résultat. Merci pour votre lucidité ce n'est pas lui qui va faire avancer le pays on voit le résultat de ...

à écrit le 13/04/2022 à 17:00
Signaler
Elle prévois aussi le démantèlement de la tribune ... pour cause d enquête fait par des journalistes qui donnent leurs avis ..... alors que l opinion d un journaliste est aussi important qu une merde qui flotte dans une station d puratiion épuration...

à écrit le 13/04/2022 à 12:24
Signaler
Les enr étant intermittentes elles ont besoin de centrales à gaz pour assurer la production d'électricité. Elles sont donc mauvaises pour le climat.

à écrit le 13/04/2022 à 11:48
Signaler
Quand je pense a tous ces sympathisants LFI qui, boursouflés dans la pretention de leur superiorite morale et écologique, vont, toute honte bue, glisser au second tour dans l'urne un bulletin RN et voter pour le programme politique, economique, anti-...

le 13/04/2022 à 19:31
Signaler
C'est vrai que votre maitre est tellement plus progressiste : adoubement de MBS, un démocrate si il en fut (Khashoggi, Yemen, record de 81 en une journée de mise à mort au sabre), celui qui donne sa milice pour détruire et incarcérer des migrants qu...

à écrit le 13/04/2022 à 9:32
Signaler
il se disait politique en marche )! pour mettre le pays l arrêt,,? l industrie française livrée a l étranger l affaire d état Alstom,/direct énergie le marqueur. les collaborateurs de droite dans ce tripatouillage ne rassurent guère

à écrit le 13/04/2022 à 9:10
Signaler
Là! On a le temps de voir venir, car il faudra préparer la planification et cela ne ce fait pas du jour au lendemain!

à écrit le 13/04/2022 à 9:08
Signaler
Arrêtez de nous donner envie de voter le pen svp, tout ces hurlements contre "les heures les plus sombres gna gna gna..." cette mauvaise volonté du FN à vouloir gagner, bref le consensus oligarchique pro-Macron, oligarchie dont le fn fait partie, don...

le 13/04/2022 à 10:55
Signaler
D'accord avec vous.

le 13/04/2022 à 11:21
Signaler
Je comprend votre manque d'entrain , c'est pas facile de voter Macron le représentants des dix et de la finance , mais Mélanchon et les autres de la gauche ont des chances d'exister que dans les mesures ou êtes insatisfait de votre sort appauvri face...

le 13/04/2022 à 11:36
Signaler
@ Joss: Je comprends rien à votre message ! Vous aussi êtes fait en acier pour avoir autant peur de vous mouiller ou bien c'est une mauvaise traduction ?

le 13/04/2022 à 12:42
Signaler
Oui je comprend votre inquiétude c'est bien de se mouiller de tendre le coup à celui qui vous adore .

le 13/04/2022 à 18:41
Signaler
Ah ok tu parlais pour rien dire encore une fois momo...

à écrit le 13/04/2022 à 9:03
Signaler
Sale temps pour les écolos. Et ça ne fait que commencer : on va se taper 5 ans mini d'Amene Le Pire, au bas mot. Grâce à tous les intellos bonne conscience qui ont beuglé "je déteste Macron" sans arrêter depuis 2017. Merci les mecs.

à écrit le 13/04/2022 à 9:01
Signaler
Pour le nucléaire il faudrait mettre son nationalisme dans sa poche et lancer un appel d'offre international pour 20 ou 30 réacteurs , un modèle unique sur 15 ans, un truc raisonnablement constructible. Vouloir a tout prix (humour lapin) faire du nuc...

le 13/04/2022 à 16:33
Signaler
@le lapin "faire du nucléaire "a la française", je sais pas pourquoi mais ça ne me semble pas être une bonne idée." Frensh bashing gratuit et idio*t. Les réacteurs REP du parc ont été francisés jusqu'à l'autonomie technologique totale sur le palier ...

le 13/04/2022 à 16:34
Signaler
@le lapin "faire du nucléaire "a la française", je sais pas pourquoi mais ça ne me semble pas être une bonne idée." Frensh bashing gratuit et idio*t. Les réacteurs REP du parc ont été francisés jusqu'à l'autonomie technologique totale sur le palier ...

le 13/04/2022 à 19:08
Signaler
@ Fr libre Les chinois viennent de démarrer récemment deux hualong 1 de 1100 MW. Début de chantier /mise en service, 6 ans.. Je n'ose donner le nom de la centrale. Nous, cocorico, en 15 ans on est pas fichus d'en terminer un. Il y a un sérieux probl...

à écrit le 13/04/2022 à 8:49
Signaler
Jean-Louis Butré, président de l'association française d'utilité publique "Fédération environnement durable", dénonce les ravages écologiques causés par les éoliennes, doublés de leur inefficacité énergétique : "Les éoliennes sont présentées depuis d...

le 13/04/2022 à 10:03
Signaler
ah bon cet expert peut il nous expliquer comment font alors les Danois... apparemment moins archaique que les Francais...

le 13/04/2022 à 11:26
Signaler
@Gars, les danois ont egalement pas mal de centrales a charbon pour pallier aux defaillances des energies renouvelables qui sont alternatives... Faut connaitre le pays avant de dire des betise.

le 20/04/2022 à 20:59
Signaler
Réponse à GARS. Pour les Danois, c'est très simple: quand le vent souffle et que les éoliennes produisent beaucoup de courant dont on a pas forcément besoin, ils vendent à vil prix le surplus de courant aux norvégiens qui en profitent pour remonter ...

à écrit le 13/04/2022 à 8:03
Signaler
Cet article est uniquement à charge et très partisant. J'attends la même démarche concernant le programme de Macron parce que jusqu'à présent, celui-ci est un désastre: fermeture de moyens pilotables au profit des ENR à faible facteur de charge et su...

le 13/04/2022 à 8:47
Signaler
On constate surtout l amateurisme de Marine Le Pen… elle veut enlever l éolien … il faudra qu elle indemnise les sociétés et propriétaires concernés … en attendant la construction de nouvelles centrales où epr elle compte sur quoi pour remplacer les ...

le 13/04/2022 à 14:03
Signaler
@Brehat Relisez la loi climat servie par le couple Jupiteux Pompoli. Vous allez comprendre où est l'amateurisme... ça fait plus de 15 ans qu'on a des amateurs voire des fossoyeurs : abandon d'ASTRID, fermeture programmée de 12 réacteurs, loi NOME e...

à écrit le 13/04/2022 à 7:50
Signaler
C'est intéressant tous ces articles à charge de l'entre deux tours. On dirait presque la campagne de 2002 pour Chirac. On a tous pu voir le résultat de l'homme au pied du mur.

le 13/04/2022 à 8:53
Signaler
C est bien ces articles sur les 2 candidats ça permet d y voir plus clair : le repli sur soit ou on essaie d avancer avec Le monde qui nous entoure en sortant de sa zone de confort ( ca s appelle l adaptation) … le choix est vite fait Comment Ma...

à écrit le 13/04/2022 à 7:48
Signaler
tout le monde avait note que les ZFE ont application APRES la presidentielle, des fois que les gens soient furieux et votent ' pas bien'..........c'est marrant, mais ca fait 10 ans que je dis que l'ecologie punitive va mal finir, et le jour ou les ge...

le 13/04/2022 à 8:57
Signaler
Vote ignorance et fermeture est consternante .. avant de commenter ceci ou cela commencer par une étude intellectuelle - et non emotionnelle- de ce qui se fait dans d autres pays européens … le Danemark produit plus d électricité à partir de l éolien...

le 13/04/2022 à 9:20
Signaler
wow, j'ai le gratin de la plebe..........votre niveau en dit long sur votre personnalite ' bien francaise'....comparer le danemark et la france, je sais pas, comparez la france et le luxembourg, ca sera au moins aussi intelligent.......quand j'allais...

le 13/04/2022 à 11:52
Signaler
@churchill "L'écologie punitive du peuple de gauche"! Punitive ou pas, de gauche où d'ailleurs, il faudra faire avec l'écologie. Franchement, ne pas voir qu'on va dans le mur si on ne change pas notre mode de vie relève d'un incapacité à voir les ch...

à écrit le 13/04/2022 à 6:10
Signaler
En 2017, Macron vouloir réduire très fortement le nucléaire. Pour faire volte face 5 ans après. Il n'est pas interdit que Marine Le Pen fasse la même chose sur l'éolien.

le 13/04/2022 à 9:02
Signaler
Macron est capable de souplesse intellectuelle … pas Marine le pen idéologiquement proche de Poutine qui la finance, d orban le hongrois , Et de ses détournements de fonds européens dont le procès est toujours en cours ….. ça en dit long dur le mod...

à écrit le 13/04/2022 à 3:17
Signaler
Dans le pire des cas ,après 40 ans de technocrates de génie et 3000 milliards de dette ,nous ne savons toujours pas quoi faire .Donc si Marine le Pen arrive à l'Élysée , il n'y a aucun problème un représentant permanent du gouvernement américain lui ...

le 13/04/2022 à 10:12
Signaler
Bin voilà. +1.... en Grèce en 2011 et suivant.. Papandreou avait été saqué sur un simple coup de téléphone d'Obama en pleine nuit.. pareil en Italie pour Berlusconi.. en Grèce toujours, jamais Tsipras n'a pu faire le dixième du 1/4 de ce qui avait é...

à écrit le 12/04/2022 à 23:53
Signaler
Je suis bien content que Fabien Roussel ait fait mordre la poussière à cet arriviste anticommuniste qu'est le sinistre Mélenchon.

à écrit le 12/04/2022 à 23:24
Signaler
F Asselineau, LE PROGRAMME DE MÉLENCHON BEAUCOUP PLUS PROCHE DE CELUI DE LE PEN QUE DE MACRON ! Ce tableau compare 25 points des programmes Macron,Le Pen et Mélenchon Par rapport à Mélenchon: Macron est identique à 20% Le Pen à 72% Il est irrat...

à écrit le 12/04/2022 à 23:11
Signaler
Elle a dit : rouvrir Fessenheim si c'est techniquement possible. Et : démanteler progressivement les éoliennes, ça veut dire : pas du jour au lendemain. Qu'elle soutienne le nucléaire me convient très bien et sa volonté de décorréler les prix des m...

le 13/04/2022 à 1:17
Signaler
Tu as raison, mais il va y avoir plein d article pro macron de ce genre qui vont fleurir de partout Ils sont prêt à tout pour que le Pen ne passe pas ,sauf qu elle va gagner

à écrit le 12/04/2022 à 22:12
Signaler
Démanteler les éoliennes, c’est un peu bête. On est dans une situation de tension énergétique. Chaque unité de production supplémentaire est bienvenue. En revanche, construire de nouveaux réacteurs semble assez réaliste vu le contexte (voitures élect...

le 13/04/2022 à 9:10
Signaler
Nous n avons plus d’uranium en France .. tout est importe de Russie ou d Afrique …. Relancer les centrales s est bien mais faudrait réfléchir à une autre architecture de production .. raison pour laquelle un mix énergétique est plus intéressant.. éc...

le 13/04/2022 à 11:45
Signaler
Des sels lourds, on en a…

à écrit le 12/04/2022 à 21:42
Signaler
Citer Terra Nova n'est vraiment pas une référence. Rien que ça, l'article est discrédité. Nous devons retrouver une vraie ambition industrielle pour aller vers 70 à 80 GW de puissance installée nucléaire pour 2060 et il faut absolument relancer le ...

le 13/04/2022 à 9:19
Signaler
Ok mais alors pouvez vous nous expliquer comment le Danemark a réussi à produire plus d électricité «  éolien » que tout autre mode de production?…. Perso je pense que le mix est la solution : on ne met pas tous ses œufs dans le même panier ..

le 13/04/2022 à 14:13
Signaler
@Brehat Analysez le Danemark à partir du site électricityMap. Ce n'est que des chiffres. Vous allez vite déchanter... Sans la Norvège, le modèle ne tient pas. Le Danemark est toujours tributaire d'un back-up charbon ou d'importation. L'exemple al...

à écrit le 12/04/2022 à 21:38
Signaler
Tragiquement démagogique mais qu'attendre d'autre d'une opportuniste qui applique les termes de la chanson de Bashung, "Ma p'tite entreprise ne connaît pas la crise" ?! Lepen incorporated, une famille de parasite qui ne séduit que les imbéciles...

le 12/04/2022 à 22:14
Signaler
Les propos sectaires n’élèvent pas le débat.

à écrit le 12/04/2022 à 21:27
Signaler
Quand je pense a tous ces sympathisants LFI qui, boursoufles dans la pretention de leur superiorite morale et écologique, vont, toute honte bue, glisser au second tour dans l'urne un bulletin RN et voter pour le programme politique, economique, anti-...

le 12/04/2022 à 23:29
Signaler
C'est sûr que les militants de LFI sont beaucoup plus proches des milliardaires et des banquiers qui soutiennent Macron !

à écrit le 12/04/2022 à 21:24
Signaler
Parti prit de journaliste de gauche... vous en avez pas mare de ces manipulations de bas étages ??? ça devrait être interdit pendant une élection... c'est Anti démocratique... Rien que pour ça les gens devrait voter Marine. Je propose de FAIRE BARAGE...

à écrit le 12/04/2022 à 21:19
Signaler
Si l'on refuse le nucléaire, seule énergie pilotable non carbonée avec l'hydraulique (malheureusement limité par la géographie), le solaire et l'éolien peuvent avoir un sens: ils permettent de consommer moins d'énergie fossile lorsqu'il y a du soleil...

le 13/04/2022 à 2:55
Signaler
vu l urgence d arreter le gaz russe, le nucleaire ne me parait pas une otion, vu qu il faut 12 ans au minimum pour construire une centrale nucleaire

le 13/04/2022 à 9:15
Signaler
Comment fait le Danemark qui a plus d électricité issue de l éolien que d autres sources? Investigation à mener vous ne croyez pas ?

à écrit le 12/04/2022 à 21:00
Signaler
Pour gagner quelques voix dans l'espoir d'être élue, elle est prête à toutes les vilenies (conneries). C'est le propre des populistes d'être opportunistes. Le RN n'a que faire des réalités économiques. Il veut le pouvoir pour appliquer son idéologie,...

le 12/04/2022 à 22:16
Signaler
Ok, ok. Mais concernant l’énergie, vous en pensez quoi, concrètement?

le 13/04/2022 à 10:24
Signaler
@ réponse de maths C'est simple, si on ne veut pas changer de mode de vie, mais se passer du pétrole du gaz et charbon, il faut investir dans le nucléaire, l'éolien offshore, le photovoltaïque, le solaire thermique, l'isolation. Un référendum serai...

à écrit le 12/04/2022 à 20:51
Signaler
La candidate va devoir se reactualiser. Je pense qu il y a un manque d infos. Dans un monde qui change tres vite. On peut depeindre le contexte par petites touches. EDF a une dette de 70 milliards d euros. Toutes les centrales nucleaires sont en etat...

le 12/04/2022 à 22:22
Signaler
Il y a du vrai, mais pas que. 100 éoliennes qui tournent valent un réacteur nucléaire. Au large, les éoliennes semblent prometteuses, mais la corrosion n’est pas bien maîtrisée sur les hélices. (Pour le moment! :) j’espère que l’on y arrivera, à des ...

à écrit le 12/04/2022 à 20:28
Signaler
Toute la presse subventionnée va s' animer dans une belle unité pour cogner le RN et va nous le rendre sympathique.. Et je ne parle même pas ici des innombrables violations du droit de propriété commises au titre de l’obligation vacci...

le 13/04/2022 à 9:14
Signaler
Blabla … aussi rétrograde que votre égérie et c est avec ça qu elle veut gouverner ? Un repoussoir !!

le 13/04/2022 à 10:30
Signaler
@ Louison Vous oubliez facilement le passé du RN. Le RN est Nationaliste avec toutes les conséquences qui en découlent. Réfléchissez bien AVANT, Après...il sera trop tard, surtout pour les classes défavorisées qui paieront l'addition.

à écrit le 12/04/2022 à 19:52
Signaler
Ayant voté Pour Fabien Roussel et étant pour les conclusions du GIEC et donc contre les scandaleuses éoliennes et pour la relance massive du nucléaire civil, je voterai donc pour Le Pen si elle décide aussi de renatioliser EDF/GDF en sortant la franc...

à écrit le 12/04/2022 à 19:48
Signaler
J'adore, non mais j'adore, la neutralité affichée par vos journalistes ! C'est bien on peut vraiment se faire sa propre idée sans parti pris !

à écrit le 12/04/2022 à 19:42
Signaler
Bonjour, Vous croyez que arrêter le nucléaire sans consultation national ( référendum) n'est pas extravagant... Les écologistes en France s'est 5% de la population, donc ruiné les Français pour faire plaisir a ses gents n'est pas extravagant... To...

à écrit le 12/04/2022 à 19:27
Signaler
C'est vrai que Monsieur Macron qui vient de rajouter 300 milliards de dettes supplémentaires a un programme qui tient mieux la route.

à écrit le 12/04/2022 à 19:23
Signaler
Entre les irresponsables qui ont fermé Fessenheim, et les incompétents qui veulent la rouvrir, on est pas rendus

à écrit le 12/04/2022 à 19:16
Signaler
C'est cohérent remettre en marche des centrales vieillissantes jusqu'à 60 ans si toutes les vérifications sont correctes et les réparations effectuées . Pourquoi pas .

le 12/04/2022 à 19:50
Signaler
Même 80 ans si tout est OK. Ça été prévu pour 40 ans, ensuite il faut voir (y a bien des voitures qui font 1 million de km, d'autres moins (train AR HS sur la 206 à 177 000km, moins solide que la 205 (encore valide à 200 000km). La série de défauts ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.