Ville durable : le gouvernement se pare de vert à l'approche des municipales

 |   |  526  mots
Le gouvernement souhaite notamment fédérer les acteurs de la ville durable en créant l'instance France Ville Durable.
Le gouvernement souhaite notamment fédérer les acteurs de la ville durable en créant l'instance France Ville Durable. (Crédits : DR)
À un mois et demi des élections municipales, le ministère de la Ville et du Logement annonce de nouvelles mesures "pour dessiner une nouvelle feuille de route de la ville de demain".

Accélérer les transitions en faveur de l'aménagement urbain durable, accompagner les acteurs et dynamiques locales, conforter le modèle français de la ville durable et le porter à l'international. À l'occasion du dixième anniversaire du plan gouvernemental "Habiter la ville de demain", le gouvernement dévoile, ce mercredi 5 février, sa feuille de route pour "construire une ville plus durable".

"La question écologique est au cœur des préoccupations des Français, mais 80% des émissions de CO2 viennent de la Ville", explique le ministère de la Ville et du Logement. Ce dernier réfute toutefois le coup de communication politique à l'approche des élections municipales. "Il est question des compétences décentralisées des collectivités. Elles ne sont pas partisanes et intéressent tout le monde", réplique-t-on.

Lire aussi : Municipales 2020 : l'environnement s'impose aux maires de demain

22 quartiers à énergie positive et faible impact carbone

Parmi les mesures-phares, le lancement de cent "quartiers fertiles", à savoir des fermes urbaines dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville. D'ici à l'été prochain, 30 premiers quartiers seront sélectionnés, avec un financement dédié de 21 millions d'euros.

De même que 22 quartiers volontaires expérimenteront des projets d'énergie positive et à faible impact carbone. "Une enveloppe d'aide à l'ingénierie" sera débloquée par l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), assure le ministère de la Ville et du Logement.

Outre cette dimension locale, l'État veut montrer l'exemple. "À horizon 2022", les opérations des 14 établissements publics d'aménagement devront intégrer au moins 50% de matériaux biosourcés ou géosourcés, "type bois, chanvre ou terre crue". 20% des surfaces seront en outre réservées à la nature ou à la biodiversité. Ce double objectif n'est pas sans rappeler les fortes ambitions environnementales du Village olympique. Elles seront "assurées", promet cette même source.

Une nouvelle instance : France Ville Durable

Le gouvernement souhaite par ailleurs fédérer les acteurs de la ville durable en créant l'instance France Ville Durable, qui sera présidée par le maire de Dunkerque Patrice Vergriete, soutenu par LREM pour le scrutin de mars prochain. "Personne ne peut dire ce que c'est", a justifié le ministère de la Ville et du Logement. "Nous voulons construire une vision appropriée par l'ensemble des acteurs."

Cet organisme s'accompagnera de 50 "ateliers des territoires", budgétés à hauteur de 500.000 euros, d'une "plateforme d'open-innovation" nourrie par les entreprises et d'un outil Internet "Aides territoires" recensant les aides financières disponibles. "À terme, tout cela sera articulé", a expliqué le gouvernement. En attendant, "les collectivités sont invitées à aller sur les deux" sites Web.

Si nul ne conteste la croissance exponentielle des villes et la nécessité de les rendre plus vivables à l'heure du dérèglement climatique, il n'en demeure pas moins que l'exécutif veut, encore et toujours, montrer que la France est pionnière en matière de révolution verte. Et ce à la veille du Forum urbain mondial, où elle enverra une délégation de cent personnes, et du prochain Sommet Afrique France qui se tiendra bientôt à Bordeaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/02/2020 à 15:29 :
Les villes émettent 80% du CO2 mais la très grande majorité des gens habitent en ville. Si on fait le ratio par habitant je suis pas certain que la campagne ou le périurbain en sorte grandit. Sans compter les pesticides engrais chimique qui stérilisent la campagne et tuent ses habitants. La densification est au contraire source de baisse pollution,moins de transports chauffage urbain
a écrit le 06/02/2020 à 13:48 :
.RIGOLO
Cette campagne PARIS : "plus écolo que moi tu meurs, avec surenchères Loufoques "
dans une ville sans dette avant le P.S, 2001, surendettée !!!!! en 2020 par P.S P.CF
malgré quadruplement de la Taxe Foncière.

.RIGOLO

A 5 semaines du vote, PARADOXE : campagne écolo ! envahie par poubelles et rats
a écrit le 06/02/2020 à 12:05 :
Le même vert que lors d'une inauguration en ex URSS, à l'époque bolchévique, où les arbres avaient été peints en vert, car morts aussitôt plantés...????
a écrit le 06/02/2020 à 12:05 :
Et le prix des loyers exorbitants dans nos chères villes peintes en vert, ça n’intéresse pas nos futurs élus?
a écrit le 06/02/2020 à 10:00 :
ha ces écolos ! a l image des végans pitoyable... les agriculteurs qui dessinent le paysage dans une agriculture raisonnée sont de véritable écologistes
a écrit le 06/02/2020 à 10:00 :
ha ces écolos ! a l image des végans pitoyable... les agriculteurs qui dessinent le paysage dans une agriculture raisonnée sont de véritable écologistes
a écrit le 06/02/2020 à 9:20 :
Les coûts de cette campagne seront ils imputés sur les comptes de campagne de Benjamin Grivaux ? Le pauvre !
a écrit le 06/02/2020 à 9:18 :
rendre la ville durable, qu'on commence par la rendre sécurisée et propre. Après on verra ...Quant à vouloir "exporter" un certain modèle français, il y a du chemin
a écrit le 06/02/2020 à 8:44 :
Ça y est "la ville de demain" c'est déjà hier et toujours rien. Pitoyables politiciens bavards et stériles qui ne savent que nous faire des promesses avant les élections.
a écrit le 06/02/2020 à 8:27 :
Bataille de chiffres et d'offres pour remporter les élections, mais si il y avait une volonté réelle d'améliorer la santé des gens et leur environnement, la première des proposition serait de dédensifier Paris en proposant une offre de trains pendulaires à 360° à partir des cinq gares, ainsi qu'une offre de taxis volants supprimant bon nombre de gros 4X4 conduits par des cadres!



Tout le contraire de la politique des hidalgos aux moulins à vents, constistuant à démultiplier les punaises de lit à grands coups de logements sociaux dénaturant le haussmannien !



Il faut planter mille milliards d'arbres pour la planète!



Planter des espèces fourragères pour nourrir les bétails et imposer des circuits courts et bio pour toute la restauration collective parisienne!
(la forêt de Montmorency est à replanter)



Les marchés flottants sur la Seine pour raccourcir les trajets des professionnels qui se rendent régulièrement à Rungis!



L'obligation pour les professionnels de renouveler leurs flottes de véhicules légers et semi-lourds par de l'électrique et l'interdiction de vendre des diesels aux parisiens!
Obligation pour les véhicules lourds d'être des hybrides hydrauliques au gaz!
Livraisons par camions entre 21 et minuit et éboueurs la nuit.



Obligation pour tous les bâtiments publics parisiens de se chauffer au solaire thermique, plus géothermie et réseaux de chaleur!
LED partout dans Paris!
Publicités végétales sur les murs et 3D mapping publicitaires des monuments la nuit!



Entre économies et rentrées d'argent, Paris et les parisiens vont être sauvé également par les eaux thermales permettant la création de thermes ludiques et arborées avec parkings et commerces couvrant le périphérique!
Commerces et toits terrasses végétalisés sur les bâtiments du salon de la porte de Versailles avec création de parkings souterrains.


Au final, cela pourrait faire bien plus qu'un petit 170000 arbres à Paris, puisqu'ils veulent tous faire du chiffre, mettons-y d'harmonieuses raisons, plutôt que l'infâme gloubi-boulga politico-politiciens...



Bruno Lalouette, liste de Serge Federbusch, Paris 7e.
Réponse de le 06/02/2020 à 10:13 :
@ Bruno L'alouette
Le problème, c'est bien la ville que l'on va densifier toujours plus, donc plus d'habitants, plus de consommation, plus de déchets. Verdir la ville est impossible à mettre en oeuvre," la ville, c'est béton, goudron, voitures et camions". A peine le début d'un rap, presque un alexandrin. La ville moderne, ce n'est pas de la poésie, tout au plus une engeance.
a écrit le 05/02/2020 à 22:02 :
Si ce gouvernement avait la fibre écologique, Hulot y serait encore.
a écrit le 05/02/2020 à 18:41 :
Qui croit encore de tels mensonges ?... Rajoutés à tous les "couacs", le mauvais coup de la réforme des retraites, les gilets jaunes, le mécontentement généralisé, l'arrogance en prime, la session Macron tire à sa fin et il n'y aura pas de session de rattrapage.
a écrit le 05/02/2020 à 12:14 :
Le ministre aura une loi a son nom et cette loi ne sera jamais mise en application. Comme toutes les idées farfelues.
a écrit le 05/02/2020 à 11:34 :
"mais 80% des émissions de CO2 viennent de la Ville" c'est pour ça qu'on s'en éloigne, de 30min à pieds. Si y a de nombreux habitants, c'est un peu normal ce "ratio", 0% de CO2 où personne n'habite, doit y avoir une relation à découvrir (sujet de thèse). Heureusement qu'il y a les transports en commun, en ville, sinon ça serait pire.
Un titre du Figaro est plus strict (ou simplificateur ?) que "devront intégrer au moins 50% de matériaux biosourcés ou géosourcés, "type bois, chanvre ou terre crue"" :
"D’ici à 2022, tous les bâtiments publics devront être bâtis à plus de 50% en bois". Bois et rien d'autre, 50% de la structure ? Bois venu d'où ? Du Brésil ?
2022 c'est court, pour montrer une volonté forte ? Et ensuite constater l'échec ? 2025 trop lointain, donc échec assuré (procrastination des acteurs du domaine).
a écrit le 05/02/2020 à 11:27 :
une seule solution : décroissance, le reste : de la frime et de la fumée.
Réponse de le 06/02/2020 à 7:39 :
La décroissance ?

Alors commencez par "polluer" un peu moins en utilisant Internet.
a écrit le 05/02/2020 à 10:30 :
Le modèle français de la ville durable qui en France n'a jamais été réalisé?
Trés crédible et exportable...
a écrit le 05/02/2020 à 9:32 :
....se pare de promesses surtout !, comme a l'approche de chaque élection !
Tout comme le son , les promesses nourissent les anes !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :