Grand Paris : Plaine Commune se rêve en modèle de ville durable

 |   |  536  mots
Le financement de la passerelle Pleyel entre l'actuelle gare du RER D de Saint-Denis et celle du futur Grand Paris Express a été acté fin juin.
Le financement de la passerelle Pleyel entre l'actuelle gare du RER D de Saint-Denis et celle du futur Grand Paris Express a été acté fin juin. (Crédits : iStock)
Le groupe d'ingénierie urbaine Artelia et l'intercommunalité Plaine Commune travaillent ensemble à la notion de ville durable via l'association Rêves de scènes urbaines.

Qui aurait pu prédire que le président communiste d'une intercommunalité de Seine-Saint-Denis dialoguerait un jour avec des aménageurs comme Artelia, Veolia ou Vinci ? Peut-être pas même Patrick Braouezec lui-même.

Quoiqu'il en soit, dans la continuité des démonstrateurs industriels de la ville durable impulsés par l'État en 2015, le patron de Plaine Commune travaille depuis deux ans avec ces entreprises privées de l'ingénierie urbaine dans le cadre de l'association "Rêves de scènes urbaines" (RSU).

Des études de développement de six mois

Elle regroupe aujourd'hui 80 acteurs publics et privés qui travaillent ensemble à la formulation d'innovations soumises au territoire du 93. Le 29 juin dernier, ces derniers ont ainsi remis leur troisième boîte à idées et ses 150 propositions, soit 450 au total à ce jour. Le territoire sélectionne celles qui lui semblent les plus pertinentes avant que les industriels ne lancent une étude de développement de six mois.

Il s'agit ensuite de « consolider l'expérimentation », explique Laurent Vigneau, directeur Innovation chez Artelia Ville & Transport. Dès 2014, l'aménageur a ainsi numérisé Santiago, capitale du Chili, afin de pouvoir comparer ses données avec celles d'autres villes.

« Bâtis de la même époque, tissus anciens et nouveaux, traversée par une autoroute... Comme Plaine Commune il y a 25 ans avant la couverture de l'autoroute A1 », raconte Laurent Vigneau.

"Un projet d'inclusion" pour Braouezec

« Ce démonstrateur d'innovations fait écho à notre travail de recherche-action, renchérit le président (PCF) de Plaine Commune Patrick Braouezec, il nous faut passer de la conception à la réalisation ».

Parmi les premières idées en phase de développement figurent le vélo électrique, du bâti modulaire, des espaces publics connectés, de la lutte contre le bruit, le chaud et le froid... « Nous pouvons couvrir tous les possibles ! », s'exclame Laurent Vigneau d'Artelia.

« On est sur un projet d'inclusion, poursuit l'élu Patrick Braouezec, il ne s'agit pas de chasser une population pour la remplacer par une autre mais de faire en sorte que ceux qui sont sur ce territoire s'en tirent par le haut. »

Partir d'exemples concrets et pragmatiques

« Rêves de scènes urbaines (RSU) a permis en deux années de faire émerger trois logiques, précise le directeur général d'Artelia Benoît Clocheret, le processus inversé, c'est-à-dire la capacité à développer une pensée structurée en partant d'exemples concrets et pragmatiques, la méthode globale, où toutes les idées sont ensuite agencées pour en dégager des briques de stratégie urbaine, et l'excellence technique. »

Dans le même temps, le financement de la passerelle Pleyel entre l'actuelle gare du RER D de Saint-Denis et celle du futur Grand Paris Express a été acté fin juin. Le franchissement sera ainsi livré en 2024 pour les Jeux olympiques et reliera les lignes de métro 14, 15, 16 et 17 à la collectivité.

« Le côté humain prédominera toujours, assure Laurent Vigneau, co-pilote de RSU, Plaine Commune a toujours été un territoire très innovant pour améliorer ces aspects de la ville. »

C'est même déjà un territoire mondial. Plus de cent langues sont en effet parlées en Seine-Saint-Denis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :