Le jour où tout a commencé (2/5) : Logan, le pari fou de Renault en Europe

 |  | 851 mots
Lecture 4 min.
Dacia Logan II / DR
Dacia Logan II / DR
Pour cette série d'été, La Tribune raconte la première journée d'une aventure qui connait encore des rebondissements en 2013. Aujourd'hui, le 9 septembre 2004. C'est le jour où Renault lance la Logan en Europe. Six ans plus tôt, Louis Schweitzer, PDG du constructeur français de l'époque, évoquait l'idée d'un modèle simple, fiable, économique pour pays émergents, deux fois moins cher qu'une Clio. La Dacia Logan et ses dérivés Sandero ou Duster vont devenir un succès intercontinental.

« Marchera pas », « gagnera jamais d'argent » ! Le pari était osé et personne ou presque n'y croyait. Pourtant, elle existe depuis neuf ans, donnant même naissance à une gamme entière, et c'est l'un des meilleurs contributeurs aux profits de Renault ! Alors... Elle ? La fameuse Dacia Logan, bien sûr. Le constructeur auto français devrait du coup produire un million de voitures de sa gamme à bas coûts « Entry » cette année. Une incontestable réussite qui a ouvert à Renault des marchés où il n'était pas !

À l'origine : un voyage de Louis Schweitzer en Russie. Le PDG de Renault note à la fin des années 1990 que le marché local est dominé par des voitures de conception obsolète mais pas chères, adaptées au pouvoir d'achat local. Germe alors dans son esprit l'idée de proposer une voiture moderne, mais au prix limité à 5.000 dollars... qui deviendront 5.000 euros. C'est moitié moins à l'époque qu'une Renault Clio, beaucoup plus petite. Rude gageure. Quand le patron évoque pour la première fois ce véhicule, en 1998, il se heurte au scepticisme général. Il faut dire que la plate-forme n'existe pas, l'usine susceptible de produire un tel modèle non plus.

Une acquisition pour moins de 50 millions d'euros

Fort de cette intuition, le groupe français reprend, en juillet 1999, 51 % de Dacia, le constructeur roumain en déshérence avec son usine géante de Pitesti (à 120 kilomètres de Bucarest). Pour moins de 50 millions d'euros. À ce moment, le groupe au losange s'engage toutefois à investir plus de 200 millions d'euros à travers deux augmentations de capital. La prise de contrôle de Dacia signe en tout cas une belle revanche de Renault sur... son échec de 1990, quand il avait raté la reprise du tchèque Skoda, soufflé par Volkswagen.

Dacia n'est pas un inconnu pour Renault. La firme avait été créée en effet par le dictateur Nicolae Ceaucescu au milieu des années 1960 pour produire des... Renault sous licence, R8 en 1968 puis surtout R12 au début de la décennie suivante sous le nom de Dacia 1300. À l'expiration du contrat de licence, à la fin des années 1970, la firme roumaine poursuit seule la fabrication avec de multiples dérivés. Le hic : ce véhicule est bon marché (4.000 euros en 2000) mais d'une qualité déplorable.

Dacia 1300 (R12)

En 1999, dix ans après la chute du communisme, l'entreprise automobile balkanique n'est guère attirante : modèles surannés et peu fiables, installations vétustes, fournisseurs médiocres, productivité archi-faible ? 26.000 salariés pour 55.000 voitures produites en 2000 ! ?, corruption, vol de pièces... Du coup, les premières années de l'ère Renault sont ultra-déficitaires : - 68 millions d'euros en 2000, - 77 en 2001, - 86 en 2002. Mais, face aux critiques et sarcasmes de l'interne ou des concurrents, Louis Schweitzer tient bon, et la Dacia Logan est commercialisée en septembre 2004. Le succès de cette voiture emblématique, simple, familiale, économique et fiable est... immédiat, obligeant même la firme de Boulogne-Billancourt à la diffuser en Europe occidentale où elle n'était pas prévue initialement. Devant un tel engouement, dès 2005, on avoue chez Renault que le programme est aussi rentable que celui de la Clio ! Dacia atteint en conséquence l'équilibre financier au milieu des années 2000...

Dacia Sandero II

Site géant au Maroc, à Tanger

Aujourd'hui, Renault produit ses modèles de la gamme Entry en Roumanie, où le site de Pitesti tourne à plein régime, mais aussi à Moscou (Russie), Téhéran (Iran), Curitiba (Brésil)... Il a inauguré début 2012 un site géant à Tanger, au Maroc, pour fabriquer le monospace Lodgy et l'utilitaire Dokker, après la Logan (berline, break, fourgonnette, pick-up), la Sandero (une Logan restylée à cinq portes) et le 4x4 Duster, meilleure vente aujourd'hui du groupe Renault. La Logan comme la Sandero ont d'ailleurs été renouvelées l'hiver dernier. Et Renault planche sur une petite citadine à... 5.000 euros, qui sera présentée en 2014 et produite en Inde.

En outre, un break Logan revu est d'ores et déjà assemblé chez le premier constructeur automobile russe Avtovaz sous le nom de Lada Largus. La plate-forme de la Logan servira, d'ailleurs, à d'autres produits de la gamme Lada. Elle est aussi utilisée par... Nissan. Le partenaire japonais de Renault produit en effet, chez Avtovaz, sur cette même base, une berline familiale.

Cet immense succès ne va pas sans inconvénient...

La présence dans les mêmes concessions des Dacia et des Renault en Europe (hors Russie), ou carrément des véhicules sous la même marque (Renault) hors du Vieux Continent, ne peut que contrecarrer les efforts du groupe pour monter en gamme. On ne vend pas, en effet, une voiture à 40.000 euros au même endroit qu'un modèle à 7 ou 8.000. De même, maint acheteur hésite-t-il entre une Sandero et une Clio de même gabarit, qui partagent en partie les moteurs mais affichent un écart de tarif supérieur à 4.000 euros (en diesel). Renault est en quelque sorte victime de sa réussite. C'est là tout son problème.

____

>>> VIDEO Dacia Logan (by Renault)

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :