900 euros : c'est ce que rapporte à la France la vente de chaque Dacia Logan

 |   |  521  mots
Nouveau break Dacia Logan au salon de Genève 2013.  Copyright Palexpo
Nouveau break Dacia Logan au salon de Genève 2013. Copyright Palexpo
La vente de chaque Dacia Logan, Sandero ou Duster génère 800 à 900 euros d'achats de composants en France. Cette année, les ventes de véhicules de la gamme "Entry" du groupe Renault dans le monde devraient rapporter 800 à 900 millions aux usines tricolores.

« 800 à 900 euros », c'est ce que rapporte en moyenne aux usines françaises chaque vente de... Dacia Logan, Sandero ou Duster dans le monde. Arnaud Deboeuf, directeur du programme "Entry" de Renault, l'affirme à la Tribune. Ces modèles à bas prix ont beau être tous assemblés dans des pays à faibles coûts, ils intègrent des composants mécaniques - la partie "noble" du véhicule - souvent produits dans l'Hexagone.

Cette année, le montant des achats de pièces  "made in France" pour ces voitures devrait se monter à  800 -900 millions d'euros.  « 41% de la production de l'usine de mécanique de Douvrin (Pas-de-Calais) est destinée à nos voitures », indique le dirigeant. Soit un peu plus de 120.000 petits moteurs à essence de 1,2 litre de cylindrée par an. Ces groupes motopropulseurs français sont expédiés notamment vers les usines d'assemblage de Pitesti (Roumanie) ou de Tanger (Maroc). Douvrin est une usine commune entre PSA et Renault, qui emploie 3.450 personnes.

Cléon très concerné

Par ailleurs, « 20% de la production du site mécanique normand de Cléon (Seine maritime, 3.500 personnes) équipe les véhicules de la gamme ». Les 4x4 Duster dotés de  ce moteur de 2 litres de cylindrée sont  assemblés à Moscou (Russie), Curitiba (Brésil), Medellin (Colombie)... et Pitesti. Soit 110.000 en 2012. Nombre de boîtes de vitesses sont également fabriquées dans l'Hexagone. « 20% de la production de Ruitz (Pas-de-Calais » se retrouve dans les modèles "Entry".

Soit environ 20.000 transmissions automatiques. Ce site, également commun avec PSA, emploie 640 salariés. La gamme "Entry" - vendue sous la marque roumaine Dacia en Europe et Afrique du nord mais sous le label Renault ailleurs - absorbe aussi « 4% de la production de transmissions de Cléon », soit 25.000 environ l'an passé. Enfin, ces modèles utilisent « 15% des trains roulants fabriqués au Mans (Sarthe, 1.870 personnes) ».

Renault utilise les capacités

Renault va-t-il continuer d'acheter pour 800 à 900 euros par véhicule à bas coûts en France ? En effet, le constructeur français produit aussi des moteurs en Roumanie et au Brésil, des transmissions également en Roumanie, tout comme des trains roulants, lesquels sont aussi fabriqués en Russie. « Oui, on va continuer ces achats en France, car la mécanique suppose des investissements très lourds. La solution la moins chère consiste donc à utiliser les capacités qui existent... et il y en a en France », souligne Arnaud Deboeuf. 

In fine, les Dacia roumaines sont donc (un peu) françaises, industriellement. Et elles le sont encore davantage en recherche et développement.  Car « les voitures sont étudiées partiellement en France. Le pilotage se fait depuis l'Hexagone. Les bureaux locaux se chargent, eux, essentiellement des adaptations et de l'industrialisation sur place ».

800 à 900 millions d'achats

De toutes manières, ces véhicules ont été conçus prioritairement pour les pays émergents. Ils rencontrent certes un bon succès en Europe de l'ouest, surtout en France, mais l'Hexagone « représente moins de 9% des ventes de cette gamme dans le monde, dont les deux premiers débouchés sont le Brésil et la Russie ». Renault compte en écouler en 2013 « plus d'un million d'unités, contre 953.000 l'an dernier ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/06/2013 à 16:41 :
Encore un article simpliste, qui balance un chiffre... Bon, 800 à 900 euros correspondent à des composants achetés en France... Et alors ?

Si on continue à décomposer, ls matières premières, elles viennent d'où ? Une voiture, c'est le pétrole des plastiques, la silice du verre, les métaux de la carrosserie, les tissus des selleries...

Il faudrait peut être parler de la valeur ajoutée des gens payés à faire des transformations pour que ces matières premières deviennent une voiture...

Mais là, il faudrait que les journalistes aient aussi une valeur ajoutée, pour faire autre chose que rapporter "M. Machin à dit que..."
Réponse de le 19/06/2013 à 17:48 :
Ce chiffre ne doit pas être pris pour ce qu'il n'est pas.
Quand on achète pour 20 000 euros une voiture fabriquée en france à un mandataire belge, on achète "20 000 euros à la Belgique". C'est du même acabit. Ce qui compte c'est la valeur ajoutée en France en effet (par Renault ou ses sous-traitants).
a écrit le 14/06/2013 à 14:40 :
si Renault pouvait faire un geste et faire travailler dans son usine uniquement des roms, ça nous éviterait de les voir à nos feux rouges
a écrit le 14/06/2013 à 11:52 :
Interessant rappel. Beaucoup de commentateurs ont souvent du mal à comprendre que tout n'est pas aussi simple. Un example ? L'usine d'Airbus de Tianjin. Elle fait principalement de l'assemblage, mais beaucoup de composants (electronique, moteurs, structure) viennent d'Europe, sans compter le design de l'appareil, du coup c'est aussi de l'export. Mais beaucoup préfèrent retenir que l'avion est made in china...
a écrit le 14/06/2013 à 10:25 :
Ces 800 à 900 ? concernent la fabrication. Là ou c'est intéressant, c'est que l'on comprend que cela ne concerne pas seulement les Dacia vendu en France, mais chaque Dacia vendu dans le monde, y compris hors de France ! De plus, dans le prix d'une Dacia, il y a aussi la conception et le design (faits majoritairement en France par des ingénieurs et techniciens français), qui ne sont pas de la fabrication. et doivent être comptabilisé dans les ventes mondiales. 1 millions de Dacia vendues dans le monde, c'est au minimum 5 milliards de CA hors de France, et au bas mot 500 millions d'effet positif pour la balance commerciale française. On ne va pas cracher dessus !
a écrit le 14/06/2013 à 9:39 :
Et combien rapporte une audi ou une bmw à la France ?
a écrit le 14/06/2013 à 9:35 :
Il serait très intéressant de faire un sondage des lecteurs de l'article après quelques temps. La plupart prétendra que Renault fait environ ? 800 de benefices, sur une Dacia.
La présentation ( répétée ) tangente des tels chiffres, tout en donnant une partie de la véritié dans le texte, est aussi responsable pour la confusion de la plupart des Français entre Chiffre d'Affaires et Benéficit Net.
Si l'2cole Française ne fait pas cette éductation, on pourrait certainement plus facilement revor celle de Journalistes.

Cordialement,

giantpanda




a écrit le 14/06/2013 à 9:13 :
ca fait en gros 10 % du prix de vente, il n y a pas de quoi pavoiser
Et comme l article le dit si bien, ca va pas forcement rester ainsi car meme si certains composants sont fabriques en france pour reutiliser les machines (car une daci c est des compsant developee pour des vieilles renault), les nouvelles machines seront installees a l
etranger et donc dans 10-15 ans dacia achetera aussi la bas
Sinon renaul developpe aussi un technocentre en roumanie -> la conception va aussi filer la bas !

a écrit le 14/06/2013 à 8:10 :
Il n'y a pas de quoi sortir le champagne ! Ils sont forts ces gens de Renault pour nous balancer des vérités pas fringuantes avec un air de victoire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :