Cameron : la tentation de redessiner l'Europe avec... Berlin

Le discours de David Cameron est peut-être la première pierre d'une nouvelle alliance avec l'Allemagne pour redessiner l'architecture de l'Europe.
Copyright Reuters
Copyright Reuters

Du discours du Premier ministre britannique David Cameron, les médias retiendront principalement sa proposition de tenir -entre 2015 et 2017- un référendum sur la présence du Royaume-Uni dans l'UE. Mais ce discours va en réalité plus loin. Ce qu'a proposé David Cameron, ce n'est pas « un meilleur accord pour la Grande-Bretagne, c'est un meilleur accord pour l'Europe. » Autrement dit, Londres veut redessiner l'architecture future de l'Europe. Et pour cela, il ne fait aucun doute qu'il devra compter avec l'Allemagne. Ce discours de David Cameron pourrait être la première pierre angulaire d'une future « entente cordiale » entre Londres et Berlin.

Dissensions

A première vue, pourtant, on peut estimer que Berlin fait partie des fermes éléments de résistance à la politique aventureuse de David Cameron. Vendredi 11 janvier, le ministre fédéral allemand des Affaires étrangères Guido Westerwelle a, dans les colonnes du Spiegel, mis fermement en garde Londres contre une tentation de sortie de l'UE : « Il ne faut pas risquer de faire sortir le génie de la bouteille, car une fois qu'on l'a sorti, on ne peut plus le rentrer. » A l'automne, Angela Merkel s'était emporté contre les blocages de David Cameron sur le budget européen. Sans compter évidemment, qu'avec Prague, Londres est la seule capitale à ne pas avoir voulu ratifier le pacte budgétaire et que Londres s'oppose à la taxe sur les transactions financières soutenue par Berlin. Bref, la puissance dominante de l'Europe actuelle semble ne pas avoir d'atomes crochus avec la politique du gouvernement de Sa Majesté.

Londres et Berlin partenaires

Mais la situation n'est peut-être pas si simple. En réalité, Berlin a ménagé le Royaume-Uni dans le débat budgétaire européen. Face aux oppositions de la France, des pays méditerranéens et de l'Europe de l'Est, Angela Merkel a même pu trouver dans les positions britanniques, comme dans celles de la Suède, un soutien précieux. Il s'en est suivi un blocage des discussions budgétaires européennes, ce qui n'a pas été pour déplaire aux deux pays. Nul doute que, dans le cadre des futures discussions budgétaires, l'axe Berlin-Londres pourra encore fonctionner. Du reste, à bien lire les déclarations de Guido Westerwelle, on comprend que le gouvernement allemand craint un « Brexit », une sortie de la Grande-Bretagne de l'UE parce qu'elle affaiblira sa position. « L'Allemagne souhaite conserver le Royaume-Uni dans l'UE comme un partenaire constructif et actif », a-t-il expliqué.

Point d'accords

Dans une note parue ce mardi, le Think Tank britannique Open Europe insiste sur les points où Londres et Berlin peuvent s'entendre. Sur les changements institutionnels au sein de l'Europe, l'Allemagne peut trouver un allié dans le Royaume-Uni. Comme les Britanniques, les Allemands refusent toute « socialisation » des dettes. Cité par Open Europe, un sondage de juin 2012 publié dans Die Zeit montre également que 60 % des Allemands s'opposent à de nouveaux transferts de compétences vers Bruxelles. Une exigence que ne renierait pas un Britannique.

Enfin, l'exigence de plus de démocratie peut également trouver un terrain favorable à Berlin et à Londres où l'on se défie des procédés intergouvernementaux (que l'on songe au rôle du Bundestag dans les processus européens outre-Rhin) chers, par exemple, à l'Italie et à la France. Enfin, la réduction des règles sociales européennes qu'a évoqué David Cameron n'effraie guère une Allemagne qui a poussé aux réformes structurelles dans la zone euro et dont la réglementation sociale est minimale, en dehors des accords de branche.

Messages vers Berlin de David Cameron

A lire le discours de ce mercredi de David Cameron, il semble bien que le Permier ministre de sa Majesté est clairement entré dans un entreprise de séduction vers Berlin. Aussi ne s'est-il pas privé de citer Angela Merkel et Mark Rutte, le très germanophile chef du gouvernement néerlandais. Il a insisté sur le problème de la « compétitivité » de l'Europe, il a loué ces « pays qui vont très bien au sein de l'UE », il a fustigé « la régulation excessive des marchés du travail. » Autant de points sur lequel il devrait pouvoir s'entendre avec le gouvernement allemand.


Des cinq principes énoncés pour « sa » nouvelle Europe : compétitivité, flexibilité, subsidiarité, démocratie et « justice » entre les pays de la zone euro et ceux qui n'y sont pas, tous sont - plus ou moins - acceptable par l'Allemagne. Il y a un vrai accord entre les deux pays sur les deux premiers points. La subsidiarité répond à l'idée de « responsabilisation » des pays européens revendiqué par Berlin et peut être conçu comme un bouclier contre la « socialisation des dettes ». L'exigence démocratique au niveau national est déjà mise en ?uvre par l'Allemagne via les votes du Bundestag imposés par la Cour de Karlsruhe. Enfin, la « justice » entre les différents niveaux d'intégration ne pose pas de problème majeur.


Allié précieux dans la campagne allemande


Dans les réflexions sur la future architecture de l'Europe, l'Allemagne pourrait donc trouver un allié précieux dans le Premier ministre britannique. Ce serait un moyen de faire pendant aux poussées intégrationnistes de Paris, Madrid, Rome ou Bruxelles. Angela Merkel pourrait alors s'appuyer sur une alliance avec David Cameron dans le cadre de sa campagne électorale. Elle pourrait faire miroiter aux électeurs allemands une Union européenne plus libérale, refusant tout transfert vers les pays du sud, favorisant la compétitivité et réduisant la solidarité. Une Europe dont rêve une majorité de Britanniques et d'Allemands.
Et comme les deux gouvernements, britannique et allemand, reposent sur la même coalition, une alliance entre Libéraux et Conservateurs, pour s'assurer de cette architecture, il suffira donc aux Allemands de replacer au pouvoir l'alliance CDU-FDP qui gouvernera l'Europe avec David Cameron...Comme le soulignait Guido Westerwelle, ancien leader des libéraux allemands, dans le Spiegel : « Nous voulons une Union européenne approfondie et meilleure à 27, avec le Royaume-Uni », a expliqué le chef de la diplomatie allemande.
 

Stratégie européenne de l'Allemagne

Plus globalement, une telle stratégie serait cohérente avec les derniers développements de la politique européenne allemande. On observe actuellement un resserrement de Berlin autour du « c?ur » libéral de la zone euro : Pays-Bas et Finlande. La nomination de Jeroen Dijsselbloem à la tête de l'Eurogroupe, mais aussi les tensions au sein des discussions sur l'Union bancaire, le prouvent. Berlin a beaucoup fait, lors de l'adoption du principe de l'union bancaire pour le rendre acceptable par les pays hors zone euro comme la Suède, qui y étaient très opposés.

Comme Berlin ne veut pas d'une union bancaire effective avant les élections de septembre 2013, elle pourra s'appuyer sur Londres ou Stockholm pour soulever de nouvelles difficultés et freiner le processus. Evidemment, il ne faudra pas in fine que le Royaume-Uni quitte l'UE. Mais c'est le calcul de David Cameron : obtenir une Europe « à sa façon » par un accord avec l'Allemagne pour convaincre les électeurs britanniques de rester dans l'UE. Il désarmera ainsi les oppositions à gauche et à droite. Quant à l'Allemagne, il est piquant de noter qu'à l'heure A l'heure où l'on célèbre avec fracas « l'amitié franco-allemande », la chancelière semble vouloir construire un front en Europe qui rejetterait Paris dans le « Club Med. »

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 112
à écrit le 26/01/2013 à 14:49
Signaler
Top video Belgian MP LAURENT LOUIS stands against war in Mali and exposes the international Political mafia. CLICK ON THE SUBTITLE ICON for the TRANSLATION in ENGLISH. http://www.youtube.com/watch?v=WkzXTgslFNE&feature=player_embedded#!

à écrit le 24/01/2013 à 10:15
Signaler
un axe anglo-saxon est nécessaire pour redéfinir les contours d'une europe fédérale , contours qui vont bouleverser notre géographie traditionnelle. L'europe à 27 est une ânerie coûteuse et j'espère qu'anglais et allemands vont proposer quelque chose...

le 24/01/2013 à 11:06
Signaler
L'Europe à 27 doit vivre et s'étendre:à défaut de quoi,c'est le "système" Poutine qui repren dra à son compte les "laissés-pour-compte" d'une Europe communautaire(de l'Ouest) qui veut seulement gagner sans rien "perdre" ou concéder...Si le "couple" a...

à écrit le 24/01/2013 à 2:34
Signaler
Bah, si les anglais veulent quitter l'Europe on n'en mourra pas...Est-ce que vraiment ils se sentent européens, je ne le pense pas. Quant à nous Français qu'on le veille ou non de par notre géographie on y est et on y restera. Après on discuter sur l...

le 24/01/2013 à 18:12
Signaler
Sans l'europe, pas d'art 63 (du traite sur le fonctionnement de l'UE), art 63 qui en substance interdit d'interdire les mouvements de capitaux entrants ou sortants entre les pays de la zone ET les mouvements avec les états tiers. Renault veut deloca...

à écrit le 23/01/2013 à 23:11
Signaler
Manquerait plus que ça... Un axe anglo-germanique qui mettrait la France définitivement à l'écart..... ET qui en dirait long sur l'incompétence de notre auto-proclamée élite....

le 25/01/2013 à 12:10
Signaler
un axe anglo germanique et pays du nord compétent dans la gestion de leur dette publique et les autres du sud dont la France qui pronnent la dépense sans restriction budgétaire!

à écrit le 23/01/2013 à 21:51
Signaler
la france appeléee à disparaitre ? oui et ...non.il faut faire une europe fédérale, la france actuelle se découpant en 5 régions, (par exemple comme le découpage téléphonique) et ne surtout pas revenir aux provinces du moyen age ! la nation d'aujour...

le 25/02/2015 à 10:41
Signaler
On se demande pourquoi un journaliste économique français se sent obligé de défendre les intérêts des grecs sans arrêt... Vu l'historique, il est peu probable que les promesses seront tenues.. c'est donc un jeu de dupes où les grecs ont gagné un peu ...

le 25/02/2015 à 11:40
Signaler
Remarquable article qui sort de la logique binaire et décrit tres bien la stratégie mise en oeuvre en prenant en compte un rapport force défavorable mais un contexte en évolution favorable du fait de la reconnaisance accrue de l'échec patent des p...

à écrit le 23/01/2013 à 20:03
Signaler
"Circus Politicus" livre de Christophe Deloire et Christophe Dubois, éditions Albin Michel. Résumé: Mesure-t-on les conséquences du Putsch qui a été commis à notre insu, contre la démocratie ? Après l'immense succès de Sexus Politicus, Christophe D...

le 24/01/2013 à 10:48
Signaler
En France,beaucoup de citoyens n'ont pas encore compris que le pays vit constamment en "coup d'Etat permanent"...Par exemple,le virage à 180° d'Eric Besson...Ou encore la "sécession" de J-L Mélenchon;le "rabibochage" de Borloo + Sarkozy pour gagner...

à écrit le 23/01/2013 à 19:48
Signaler
Ca me parait être une excellente nouvelle.

à écrit le 23/01/2013 à 19:21
Signaler
il ne se mouille pas, lui, mais il exige !

à écrit le 23/01/2013 à 17:49
Signaler
La chancelière Merkel est habile manoeuvrière pour rassembler ses "troupes" en vue des élections fédérales...Mais,même dans l'électorat de la CDU/CSU,il y en a à qui ça donne rait un urticaire tenace...Si seulement parmi nos "hommes politiques",un se...

le 23/01/2013 à 19:14
Signaler
La France est plus que jamais discréditée, même le parti socialiste allemand ne veut pas entendre parler du PS français. (Déjà que cela n'était pas brillant avec Sarkozy, aujourd'hui nous touchons le fond avec Hollande). Alors il n'y a aucun risque q...

le 23/01/2013 à 19:53
Signaler
Angela Merkel voulait laisser la Grèce faire sécession...Et c'eût été la Bérésina totale avec le Portugal,l'Irlande(convalescente),l'Islande,Chypre,l'Italie et l'Espagne...Vraiment,si la France n'avait pas tenté le tout pour le tout,où en seraient c...

à écrit le 23/01/2013 à 17:44
Signaler
Les mendiants de l ' UE ont du souci à se faire . Il est évident que le front anglo-allemand est en marche depuis le départ de Sarkosi et l 'Europe du nord comme Obama le soutiennent . Hollande ne fait illusion que dans les dunes sahariennes ou à Al...

le 23/01/2013 à 18:14
Signaler
Il faudrait à la France un "maître de ballets" génial et audacieux pour reprendre du "grade" à Angela Merkel sur le plan européen...Mais,m'est avis que Cameron n'est qu'un jouet entre les doigts de Merkel...Plus dure sera la chute...Quant à Hollande,...

à écrit le 23/01/2013 à 17:11
Signaler
Enfin une deuxième suisse, la montagne en moins ! Qu'ils sortent, je n'attends que cela. comme ca je pourrai aller m'installer là bas sans être importuné par Hollande, Bruxelles et Luxembourg, leurs fonctionnaires surpayés et leurs sur-règlementation...

à écrit le 23/01/2013 à 16:32
Signaler
Finalement ça serait pas mal que les anglais quitte l'UE.On a déjà fait une erreur en les faisant rentrer, n'en commettons pas une autre en voulant les retenir à tout prix...

le 23/01/2013 à 18:19
Signaler
Il paraît que les Américains ne sont pas "chauds" de voir les anglais quitter l'UE...

le 23/01/2013 à 19:16
Signaler
Ne vous y trompez pas, ce qui se profile à moyen terme, c'est surtout une Europe sans la France ! Et on ne l'aura pas volée celle là !

le 23/01/2013 à 21:33
Signaler
pas impossible,!

à écrit le 23/01/2013 à 16:14
Signaler
Cameron defend d abord les interets de l angleterre,merkel defend d abord les interets de l allemagne,les pays du nord et de l est defendent d abord leurs interets!!à coté de ça, les canards boiteux qui demandent aux bons eleves de payer pour leurs d...

le 23/01/2013 à 16:24
Signaler
C'est des problèmes de l'UE. 27 pays avec 27 intérêts différents. Impossible et on voit le résultat.

le 23/01/2013 à 16:27
Signaler
Les canards boiteux, comme vous dites, ne demandent rien aux "bons élèves" ils paient leurs dettes aux créanciers avec des intérêts faramineux ! Mais le lavage de cerveaux des banquiers (dans ce cas franco-allemand) fonctionne bien, vous le prouvez. ...

le 23/01/2013 à 16:28
Signaler
Les canards boiteux ne sont pas tous ou toujours ceux que l'on croit, admettons que nous revenions aux frontières de chacun des pays, admettons que ce soit la fin de l'euro, admettons que les échanges soient fondés sur la réciprocité, le respect de l...

le 23/01/2013 à 16:31
Signaler
l'Europe technocratique est sans doute une invention..américaine sensée éviter les conflits mais surtout sensée freiner les pays les plus performants au plan économique, culturel, technologique etc..

le 23/01/2013 à 16:55
Signaler
Desolé ,mais l europe n est pas le mechant monstre que vous decrivez (esclavagiste,banquiers corrompus politiques idem)on trouvera toujours des brebis galeuses !!mais enfin on a aussi des politiques et banquiers etc !!corrects!!Cette europe est major...

à écrit le 23/01/2013 à 16:11
Signaler
Cameron veut donner la parole au peuple, beurk, semblent dire certains ! ==== Ne pas oublier qu'au début de la seconde guerre mondiale, pendant que la France et l'Europe en générale se couchaient devant l'Allemagne, l'Angleterre grâce à des hommes...

le 23/01/2013 à 20:53
Signaler
bien dit...

à écrit le 23/01/2013 à 16:09
Signaler
Quand on regarde la photo on voit la chancelière beaucoup plus aimable envers CAMERON qu elle était hier pour les 50 ans du traité de l ELYSEE il est vrai aussi que se ne sont pas des latins mais des saxons meme s il a des différences entre deux ils ...

à écrit le 23/01/2013 à 16:03
Signaler
Il y a longtemps que la France n'est plus dans le coup. Encore plus depuis mai dernier avec les amateurs au pouvoir à Paris.

à écrit le 23/01/2013 à 16:00
Signaler
Lors de chaque tension, certains journeaux refont l'Europe.....Je ne suis pas un politique, mais la politique de l'Alemagne a toujours étét claire et elle consiste en l'unification du continent avec un mode fédéral, à des miliers de lieux de la conce...

à écrit le 23/01/2013 à 15:38
Signaler
tu voulais casser du riche,il ne va bientôt te rester que du pauvre(de nous).

le 23/01/2013 à 16:32
Signaler
Vous n'etez pas assez social Mr le pays bas....vive les socialistes qui font payer les riches puissances europeennes

le 23/01/2013 à 17:06
Signaler
@ anti social Pouvez vous donner un exemple?

à écrit le 23/01/2013 à 15:29
Signaler
Le discours de Cameron contient de nombreux points intéressants, mais sa stratégie, qui consiste à faire dépendre un référendum au résultat d'une renégociation complète de l'UE ressemble beaucoup à une menace. Mais cette menace concernera surtout la ...

le 23/01/2013 à 15:53
Signaler
manifestement cela ne pose pas de problèmes à la Finlande de ne pas être dans l?Europe ni au danemark.. .. Éviter de répéter ce que nos hommes politiques nous rabâchent sans arret. L'europe est un des seuls continents qui est en récession. Aucune pol...

le 23/01/2013 à 16:12
Signaler
Les problèmes en Europe ne manquent pas, mais la manière de les régler ne sera jamais de sortir de l'UE mais de la faire progresser. Les pays périphériques autour de l'Europe (attention le Danemark et la Finlande sont bien dans l'UE, mais pas dans l'...

le 23/01/2013 à 16:26
Signaler
Je pense rikki, que vous vouliez dire que la Finlande et le Danemark ne sont pas dans la zone Euro, car ces 2 pays sont bien membres de l'Union Européennes. Si je partage globalement votre analyse, en revanche, je suis bien convaincu qu'on pèse plus ...

le 23/01/2013 à 17:20
Signaler
Je ne savais que la Finlande avait deja quitté la zone EURO !! Merci du renseignement. La Finlande est par ailleurs un des ces méchants pays du Nord qui ne tolère par de truandage et pas de laxisme dans les depenses publiques.

à écrit le 23/01/2013 à 15:28
Signaler
Il a bien raison ! L'europe est un échec, il n'y a qu'a voir le nombre de chômeurs. L'europe n'a jamais défendu ses interets face à l'asie, mais a continuellement dévalorisé son travail, pour le ramener au niveau des pays sous développés. On se couch...

le 23/01/2013 à 16:00
Signaler
Arrêtez votre char : le chômage général est mondial. Comme cette charmante crise. Si la Zone Euro est source de tous vos problèmes, faites comme les Anglais : quittez-là. Et bien vu, juste plus haut, de noter qu'après une simple attaque de Soros sur ...

à écrit le 23/01/2013 à 15:14
Signaler
jetons leur du pudding a la menthe . !

à écrit le 23/01/2013 à 15:00
Signaler
dans cette Europe. N'est ce pas antagoniste de dire "Nous voulons une europe unie" et de rajouter "avec une règlementation minimale" où chacun "se responsabilise". En d'autres termes on fait copain-copain (tu m'ouvres ton marché), par contre pas de...

le 23/01/2013 à 15:21
Signaler
"Je crains que les partisans de la sortie deviennent de plus en plus populaires ! " Vous ne devriez pas le craindre mais plutôt vous en réjouir.

à écrit le 23/01/2013 à 14:53
Signaler
Il est vrai que la France a perdu, elle est dans une impasse financière, monétaire, veut toujours tuer le riche, cajole l'assistanat en distribuant des prébendes avec de l'argent qu'elle n'a pas, elle n'a pas fait son devoir ou son travail, dans ces ...

le 23/01/2013 à 15:24
Signaler
L'amitié franco-allemande bat de l'aile et la Grande-Bretagne en profite, ainsi que les pays de l'Est qui lorgnent tous sur la délocalisation des entreprises. On ne bâtit pas un pays en dénigrant les cerveaux, les fortunes, les courageux. L'assistana...

le 23/01/2013 à 15:30
Signaler
quel ménage a fait l'angleterre ?????????? Le royaume uni a été le principale bénéficiaire des aide accordées par l'Europe aux banques.Ce qui a contribuée au maintien de l'économie de sa nation. Donc le royaume uni veut bien d'un système européen sol...

le 23/01/2013 à 17:59
Signaler
je vous cite "la France a perdu, [...] , cajole l'assistanat en distribuant des prébendes avec de l'argent qu'elle n'a pas". Oui vous voulez parler de l'argent qu'elle verse aux banques privées pour se financer elle même...

le 23/01/2013 à 20:16
Signaler
Et de vous qui bénéficiez des aides sociales également.

à écrit le 23/01/2013 à 14:45
Signaler
L'axe Londres, Berlin, ça rappelle la vieille alliance Angleterre-germanie du nord, d'ailleurs la famille royale anglaise est du Hanovre je crois à l'origine. Les allemands veulent conserver l'alliance anglaise et américaine pour simplement -regardez...

à écrit le 23/01/2013 à 14:22
Signaler
Au centre du leadership européen se joue un tour de force entre trois nations (F, ALL, UK) qui s'allient entre elles à tour de rôle. Que se passerait-il si jamais UK venait à quitter l'UE? Je pense que nous assiterions à un réel déséquilibrage. Le s...

le 23/01/2013 à 14:50
Signaler
Un "déséquilibrage"..?? Va falloir expliquer et justifier, là... Le GBP est tenu à bout de bras par leurs amis outre-atlantique. Voyez aussi la city qui commence à avoir du mal face aux banques US.

le 23/01/2013 à 14:58
Signaler
Le RU a tjrs été le champion du "splendid isolment"et son jeu à 3 est classique mais il date pas mal car l'europe repose aussi sur des citoyens appelés à élire des députés et à mon avis le referendum n'est qu'un biais pour Cameron, imagine-t'on les g...

à écrit le 23/01/2013 à 14:13
Signaler
dans chaque mariage il y a toujours une maitresse ou un amant... Dans le mariage franco- allemand l'Angleterre jouera bien le role du troisième.

à écrit le 23/01/2013 à 13:44
Signaler
L'auteur de ce papier n'a pas pris un élément capital en compte: Cameron est très impopulaire dans son pays et tente des manoeuvres pour être réélu. Sitôt ses objectifs atteint (c a d sitôt réélu) il s'empressera d'oublier, en bon anglais, les pas qu...

le 23/01/2013 à 14:18
Signaler
il est certain que les hommes politiques sont pret à faire n'importe quoi pour se faire élire, mais c'est quand meme mieux que de nommer comme principal ennemi le monde de la finance, de déclarer detester les riches, et de participer à une surenchere...

le 23/01/2013 à 14:51
Signaler
Vous avez complètement raison, Oeillères. Malgré votre pseudo. ;-)

à écrit le 23/01/2013 à 13:35
Signaler
Qui a dit : « Vous savez ce que ça veut dire, la supranationalité ? La domination des Américains. L?Europe supranationale, c?est l?Europe sous commandement américain. Les Allemands, les Italiens, les Belges, les Pays Bas sont dominés par les Améri...

à écrit le 23/01/2013 à 13:00
Signaler
On en a vu d'autres. Il y a quelques années les journalistes disaient que Paris se détournait de Berlin pour Londres avec Sarkozy. Mais la réalité revient au galop. Français et Allemands partagent la même monnaie et les problèmes qui vont avec.

à écrit le 23/01/2013 à 12:56
Signaler
Les anglais s'allier aux allemands ? Laissez-moi rire ! Nos amis anglais n'ont pas d'alliés mais des intérêts, nuance... Leur obsession millénaire est d'empêcher l'émergence d'une puissance continentale. Ce qu'ils ont remarquablement réussi à faire j...

à écrit le 23/01/2013 à 12:54
Signaler
le Royaume-Uni a compris la chose la plus importante : le meilleur noyautage ne peut se faire que l'intérieur (de l' Europe).Et il ne s'en prive pas.....

à écrit le 23/01/2013 à 12:52
Signaler
Que les anglais nous quittent enfin, les écossais et les gallois voudront rapidement leur indépendance pour rejoindre l'UE. Nous n'avons pas besoin du 51 état Américains qui sabotent et savonnent toutes idées européennes d'intégration. C'est la poli...

le 23/01/2013 à 18:07
Signaler
Désolé Gazza le 51ème état américain c'est Israël, ensuite 52ème l'Afghanistan, 53ème Irak, donc 54ème la pauvre Angleterre :-P

à écrit le 23/01/2013 à 12:50
Signaler
En réalité, personne n'a un intérêt que la Grande-Bretagne quitte l'Union. C'est tout, il n'y a pas d'axe Berlin-Londres, il y a une grande inquiétude côté allemand qu'avec le référendum un risque trop important a été pris par Cameron, même s'il est ...

le 23/01/2013 à 13:32
Signaler
Parce qu'être contre le traité de 2005 (rejeté par une large majorité de français) c'est être d'extrême gauche ?

le 23/01/2013 à 14:00
Signaler
@ déni...: Bonne question; une petite majorité avait rejeté ce traité, ce rejet était basé sur un (très large, oui), fond politique extrémiste, gauche / droite c'est une terme creux, tous uni dans le déni! Prenez les derniers 16 candidats aux candid...

le 23/01/2013 à 14:18
Signaler
Fabius a bien fait de dérouler le "tapis rouge" pour que la GB retourne chez elle, lui qui voulait dérouler le "tapis rouge" aux entreprises Françaises.

le 23/01/2013 à 15:31
Signaler
55% une petite majorité alors qu'on entend à longueur de journée les européistes dans tous les médias ? C'est une blague ? Donnez la parole à des personnes comme François Asselineau à une heure de grande écoute et c'est 99% des français qui demandera...

le 23/01/2013 à 18:09
Signaler
@ JB38: vous êtes fatiguant... Mais c'est évident de vouloir dérouler un tapis rouge aux entreprises! Qu'elles soient françaises ou coréennes... Par contre, nous sommes dans l'absurdité quand il s'agit d'inviter un membre de l'Union à la sortie lorsq...

le 23/01/2013 à 19:22
Signaler
Affirmation mais ou sont les arguments ?

le 23/01/2013 à 20:30
Signaler
Mr Hollande a souhaité d'ailleurs aujourd'hui que la GB reste dans l'Union. Fabius n'est pas en phase, alors quelle cacaphonie officielle française!

à écrit le 23/01/2013 à 12:49
Signaler
Censure ?

le 23/01/2013 à 13:36
Signaler
comme le mien

à écrit le 23/01/2013 à 12:27
Signaler
Qui a dit perfide albion ?

à écrit le 23/01/2013 à 12:14
Signaler
Diviser pour mieux régner...

à écrit le 23/01/2013 à 12:13
Signaler
les anglais veulent d'une europe a la carte . ! elle est bien bonne celle la . !

le 23/01/2013 à 13:08
Signaler
Allez hop, pas d'explication!, plat du jour comme tout le monde!.

à écrit le 23/01/2013 à 12:12
Signaler
Quelle Europe ? L 'Europe ??? pourquoi cela existe ?

à écrit le 23/01/2013 à 12:11
Signaler
eh oui c'était inévitable , une europe hétérogène , sans colonne vertébrale , des pays comme la france engoncée dans son carcan socialo-marxiste d'un autre âge , des dirigeants inaptes , tout ceci ne milite pas pour une union fédérale des borgnes et ...

à écrit le 23/01/2013 à 12:08
Signaler
Entre le Royaume Uni qui veut toujours quitter l' UE sans vraiment la quitter et la GRECE qui ne veut pas nous quitter mais qui est déjà exclue de fait on est tourneboulés.

à écrit le 23/01/2013 à 12:04
Signaler
Un peu de sérieux les Allemands connaissent très bien la situation économique de l'Uk...Ils savent comme Cameron ce qu'il perd et gagne s'il part et inversement s'il reste...Angela c'est le pêcheur, le gardon...David. Les élections approchent...pour ...

à écrit le 23/01/2013 à 12:03
Signaler
Cer n´est pas parce qu il y a des points communs dans la politique budgetaire entre la D et la GB qu úne telle alliance detronera l´axe Paris-Berlin. Cet axe est le fonderment de l´EU et le Rhin n´est pas le Channel. Jamais l´Allemagne ne laissera...

à écrit le 23/01/2013 à 11:55
Signaler
Tous les pays sont à la recherche de la stabilité pour leur état et implicitement pour leur population. La France est pour l'instant stable car elle peut emprunter sur le dos des futurs générations. Viendra le moment où ayant laissé partir ses indust...

à écrit le 23/01/2013 à 11:54
Signaler
Les saxons et les anglais saxons sont de la même famille !

le 23/01/2013 à 12:34
Signaler
Les francs sont aussi des germains. L'Europe est une histoire de famille.

à écrit le 23/01/2013 à 11:45
Signaler
Le Royaume-Uni veut un statut proche de la Suisse ou de la Norvège avec l'UE. Une coopération très forte avec l'Europe, bénéficier des avantages du marché commun mais sans en payer les prix.

à écrit le 23/01/2013 à 11:43
Signaler
Sans la France ??.... Grèce et cie

à écrit le 23/01/2013 à 11:39
Signaler
Redefinir l'Europe faisait partie des promesses de FH: "nous sommes conscients de notre devoir de Nation qui doit être aussi de conduire l?Europe face à son nouveau destin". Il semble bien que la réflexion sur l'Europe passe au dessus de la tête de n...

à écrit le 23/01/2013 à 11:36
Signaler
Ce n'est pas l'Allemagne qui rejette Paris dans le " Club Med' , c'est Paris qui s'y met et perd de mois en mois toute crédibilité à Bruxelles. . Les "axes forts" de l' Europe reposent toujours à un moment donné sur les pays qui ont le vent en poupe...

le 23/01/2013 à 12:23
Signaler
arrete avec ces propoos racistes genre " club med " le pib de la france , l'italie et l'epagne c'est 5.5 milles milliards d'euros pour 150 millions d'habiants l'europe ne se fera pas sans eux !!! l'allemagne sera isolée

le 23/01/2013 à 13:18
Signaler
pol, vos propos sont excessifs ! Et ouvrez les yeux ! Vous verrez alors que la France se met effectivement toute seule dans le Club Med... et dans ce cas, vous devez additionner les DETTES !

le 23/01/2013 à 14:26
Signaler
@Yves Le club med peut aussi comprendre l'allemagne au vu de sa dette. Le problème de l'allemagne étant que techniquement elle a déjà mise en place l'équivalent d'une politique de rigueur en changeant son modèle social il y a 10 ans et qu'il va êtr...

à écrit le 23/01/2013 à 11:35
Signaler
La France n'a pas besoin de l'Angleterre pour s'achever: elle est en train de le faire toute seule!

à écrit le 23/01/2013 à 9:50
Signaler
Encore un petit effort et la France sortira de ce bidule européen. Et vous verrez qu'on se portera bien mieux.

le 23/01/2013 à 11:39
Signaler
Et donc vous serez moins fort dans un monde multi polaire. Nous n'avons aucun poids sans ce bidule européen comme vous dites?

le 23/01/2013 à 11:45
Signaler
ha wai ! et rembourser nos emprunts en euro ! je doute que "qu'on se portera bien mieux."

le 23/01/2013 à 11:59
Signaler
Entièrement de votre avis, personnellement j'ai mieux vécu pendant 50 ans avec le Franç que depuis 10 ans avec ce poison d'euro!.

le 23/01/2013 à 12:04
Signaler
Si la France venait à sortir de ce bidule, ce bidule n'y survivrait pas donc arrêtez donc de dire que la France serait isolé, elle ne le serait pas dans le cadre d'une Europe des Nations. Quant à l'euro, dont l'existence demeure hypothétique à long t...

le 23/01/2013 à 12:09
Signaler
Oui, la France pourra sortir de ce bidule européen. Qu'elle reste ou qu'elle en sorte, ce ne sont pas de petits efforts qu'il faudra faire, ce sont de grands efforts. Pour l'instant à l'image des enseignants qui ne veulent pas d'une demi journée de t...

le 23/01/2013 à 13:25
Signaler
Messieurs de la Tribune, merci de ne pas me censurer. C'est tout ? Ce sont vos seuls arguments ? Vous ne faites que répéter ce que nous "enseignent" les médias de masse sans maitriser tous les tenants et aboutissants du sujet. Si vous souhaitez all...

à écrit le 23/01/2013 à 9:28
Signaler
L'Allemagne n'a rien à attendre sur 2013 et 2014 d'un soutien de l'économie Française, en conséquence son repositionnement avec la GB et les >Pays du Nord est inéluctable surtout en vue des élections d'octobre prochain et où MERKEL entend bien fait v...

le 23/01/2013 à 11:48
Signaler
En même temps l'état de l'économie britannique est franchement mauvais. D'ailleurs ça sent le roussi pour Cameron qui se sert de l'europhobie pour redorer son blason. L'austérité devait booster la croissance de son pays, les résultats se font attendr...

le 23/01/2013 à 14:34
Signaler
Le jeu des Anglais et de maintenir l'ambiguité et d'en profiter. Faire souffler le chaud et le froid. Cependant, ils ne peuvent s'exclure de l'?urope, et ils feront tout pour aussi faire exploser l'Europe. Une Europe forte avec un ?uro "crédible" son...

à écrit le 23/01/2013 à 9:12
Signaler
Les anglais ne sont jamais vraiment dans l'Europe. L'axe Paris-Berlin construit toujours l'architecture future de l'Europe ?

à écrit le 22/01/2013 à 23:05
Signaler
Ce serait mal connaître les allemands d'une part et les anglais de l'autre. La manoeuvre que peuvent tenter les allemands en revanche serait de montrer au gouvernement français qu'il n'a plus la même latitude d'action qu'avant, et qu'il faut dorénava...

le 23/01/2013 à 2:29
Signaler
@ridicule: c'est sûr que les réformes économiques sur le modèle anglais, c'est l'avenir. La preuve, c'est qu'ils sont encore plus dans la mouise que nous :-) je suis de ceux qui pensent que l'on a pas d'amis, mais uniquement des intérêts personnels. ...

le 23/01/2013 à 13:38
Signaler
Deux commentaires: un à 22h et l'autre à 02h30, vous n'avez donc que cela à faire ?

le 23/01/2013 à 13:50
Signaler
@ @patrickb: vous êtes de la police ? :-)

à écrit le 22/01/2013 à 22:02
Signaler
Ce serait en effet l'idéal pour les Anglais: d'un côté, on achève la France et de l'autre, on crée une alliance avec les plus forts en attendant de s'imposer.

le 23/01/2013 à 13:19
Signaler
Sortira aussi de l'U.E. et nous serons le maillon faible

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.