Google lâche PowerMeter mais réinvestit dans l'éolien

Après deux ans de test, Google a décidé d'abandonner son logiciel de gestion de l'énergie PowerMeter, qui n'a pas réussi à convaincre suffisamment de compagnies d'énergie ni de particuliers, à l'exception d'une poignée de passionnés.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)

Sur son blog, Google explique que PowerMeter, qui avait connu un démarrage poussif, n'a pas atteint la taille critique suffisante. Microsoft a également récemment renoncé à son service similaire, Hohm, lancé presque en même temps. Google annonce enfin laisser tomber Google Health, un espace de stockage en ligne des données médicales, qui n'a pas non plus rencontré un grand succès. Les utilisateurs du Power Meter peuvent sauvegarder leurs données et basculer sur des alternatives comme les appareils de mesure de l'américain The Energy Detective ou ceux d'AlertMe et Current Cost au Royaume-Uni.
De nombreuses start-up aux Etats-Unis se lancent sur ce créneau de l'information sur la consommation d'énergie pour les particuliers, comme OPower, eMeter (partenaire de Siemens Energy et Samsung), iControl, qui vient de lever des fonds, ou encore Tendril, qui compte Siemens Venture Capital et General Electric parmi ses actionnaires. Mais le grand public reste pour l'instant plutôt réticent. En France, ce créneau est occupé par des box de grandes compagnies comme la ZenBox de GDF Suez et par de jeunes sociétés come Ijenko et Avob.

Rebond dans l'éolien
Mais Google continue à investir dans le domaine de l'énergie propre : il vient de réinjecter 102 millions de dollars dans l'un des plus grands projets de parcs éoliens au monde, celui d'Alta Wind Energy Center (AWEC), en Californie, dans lequel le groupe internet a déjà misé 55 millions de dollars le mois dernier.
AWEC, un projet développé par le groupe Terra-Gen Power (filiale d'ArcLight Capital Partners et de Global Infrastructure Partners), a déjà mis en service 720 MW et atteindra 1 GW à fin 2011 puis à terme 1,55 GW. La spécificité de ce projet est qu'il possède son propre réseau de distribution d'électricité. Le futur parc a également reçu dans la foulée 102 millions de dollars supplémentaires de Citigroup. En tout, l'AWEC a déjà reçu des financements de 631 millions de dollars.
Avec ce nouvel investissement, Google aura injecté 780 millions de dollars dans les énergies renouvelables, puisqu'aux 400 millions déjà dépensés dans de nombreux secteurs s'ajoute aussi son récent apport de 280 millions de dollars à un fonds de financement des toitures photovoltaïques des particuliers et des bâtiments commerciaux, réalisé en partenariat avec l'installateur SolarCity.
Google a multiplié les investissements dans les énergies renouvelables cette année, panachant plusieurs technologies différentes, allant du projet de centrale solaire thermique géante d'Ivanpah au parc éolien terrestre de Shepherds Flat et au biogaz, en passant par un futur réseau de transmission pour des parcs offshore et un groupe de données météo.

Green Business - le site de référence

2 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.