Véhicule électrique : la commande de La Poste suffira-t-elle à amorcer la pompe ?

 |   |  568  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
La plateforme « véhicules décarbonés », qui visait initialement 100.000 véhicules, a finalement abouti à 23.000 commandes fermes passées en décembre 2011 à Renault et Peugeot. Et la problématique des infrastructures reste entière.

La semaine dernière, à quelques heures d'intervalles, la Chevrolet Volt de General Motors (avec sa jumelle l'Opel Ampera) était désignée « voiture de l'année » avant que le constructeur annonce la suspension de sa fabrication. En cause, un manque de clients pour un modèle jugé trop onéreux (prix). Le prix reste en effet l'un des principaux freins à l'essor de la voiture électrique. Surtout rapporté à l'autonomie de la batterie (maximum 150 kilomètres aujourd'hui) et à la difficulté de « faire le plein » faute d'une infrastructure suffisante en bornes de recharge.

D'où l'initiative de l'Etat français, dont le plan « véhicules décarbonés » prévoit deux millions de véhicules sur les routes d'ici à 2020, d'une première commande groupée destinée à « amorcer la pompe » pour rompre le cercle vicieux d'un marché insuffisant pour justifier des investissements massifs, de véhicules trop chers et de manque d'infrastructures. a confié au une missions. En janvier 2009, dans la foulée du Grenelle de l'Environnement où il avait contribué au groupe de travail dédié au véhicule propre, le Président de La Poste Jean-Paul Bailly s'est vu confier le soin d'organiser et de fédérer les commandes d'utilisateurs de flottes automobiles, entreprises publiques, privées, collectivités locales et Etat. Avec 50.000 véhicules, l'entreprise qu'il dirige possède la flotte automobile captive française la plus importante, utilise depuis plus d'un siècle des véhicules électriques.

23.000 commandes fermes passées en décembre 

Il a fallu aux dix-neuf partenaires* ainsi réunis 1.000 jours pour un cahier des charges commun et se constituer en groupement de commandes avec l'aide de l'UGAP (la centrale des achats publics) et établir. Ce sont finalement 23.000 véhicules Renault Z.E et Peugeot i-ON (fabriquée par son partenaire Mitsubishi) qui ont fait l'objet d'une commande ferme en décembre dernier, dont 10.000 pour La Poste. Parmi treize industriels, les deux constructeurs nationaux sont en effet sortis vainqueurs de l'appel d'offres.

Certes, il s'agit là d'une première tranche, mais on est loin de l'objectif symbolique et ambitieux initial, qui prévoyait 100.000 véhicules. Pour maintenir la dynamique, l'UGAP et La Poste, accompagnés de l'Avere (Association du véhicule électrique), ont entamé un tour de France pour présenter leur démarche, qui passe notamment par les douze collectivités territoriales, qui, avec Renault et PSA, se sont engagées en avril 2010 sur le déploiement d'infrastructures de recharge dédiées aux véhicules électriques et hybrides.

Pas assez de bornes de recharge

Car ce point reste un sérieux obstacle sur la route de la voiture électrique ou hybride rechargeable. Pour les particuliers, bien sûr, qui craignent la « panne sèche » en l'absence de maillage suffisant en bornes de recharge. Mais aussi pour les entreprises, qui devront assumer le coût d'un équipement capable de recharger de nombreux véhicules différents, et la problématique de recharges simultanée, potentiellement coûteuse et émettrice de CO2. Dans le cadre des investissements d'avenir, La Poste a d'ailleurs déposé avec ERDF un projet de recherche visant à modéliser et simuler le pilotage de sa flotte.
*Aéroports de Paris, Air France, Areva, Bouygues, Communauté urbaine de Strasbourg et de Lyon, Conseil Général de Seine-Saint-Denis, Darty, EDF, Eiffage, France Telecom Orange, GDF Suez, La Poste,Nantes Métropole, RATP, SAUR, SNCF, Suez Environnement, SPIE, UGAP, Veolia et Vinci.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/03/2012 à 17:19 :
les utilisateurs ne sont pas fous. Quand le pétrole vaudra x euros, le français moyen cherchera à optimiser ses dépenses d' énergie en commençant pas les 2iémes voitures, les voitures desneo- ruraux, des habitants des villes en pavillon, des véhicules d' entreprise (commerciaux)...Seul ceux pour qui la voiture est statutaire (je l' ai plus grosse que la tienne) garderons leurs dinosaures. la question est :A combien est x ?
Moi je crois que x est entre 2 et 3.
a écrit le 12/03/2012 à 16:41 :
Par contre on peut très bien associer un moteur stirling avec un alternateur pour recharger l'accu en cas de besoin, le moteur ayant son rendement optimum ,le double d'un essence ,en stationnaire et dispatcher ,entre edf et le gpl ou ethanol etc.
Réponse de le 12/03/2012 à 18:20 :
Vous avez oublié le gazogène que l'on peut installer à l'arrière.
a écrit le 12/03/2012 à 14:17 :
Des voitures électriques il y en a depuis longtemps en ville (Peugeot 205, etc...), le problème majeur est un Danger absolu....pas un bruit, pas un souffle en mouvement.
Il faudrait une population des plus prudente ...
a écrit le 12/03/2012 à 12:11 :
encore un truc écolo à prix d' or !
a écrit le 12/03/2012 à 11:32 :
"Il a fallu aux dix-neuf partenaires* ainsi réunis 1.000 jours pour un cahier des charges commun et se constituer en groupement de commandes avec l'aide de l'UGAP (la centrale des achats publics) et établir."

La relecture ne fait pas partie du travail d'un journaliste ?
Cette phrase est incompréhensible !
a écrit le 12/03/2012 à 10:24 :
avec l'arretdu nucleaire programmé pour recharger en sortant du bureau cela ne va etre triste surtout si il y a plusieurs millions de voiture a moins de mettre une eolienne sur le toit
a écrit le 12/03/2012 à 9:05 :
Illustrer un article sur les véhicules électriques avec une photo du 4x4 Koléos de chez Renault (qui lui n'a rien d'électrique, loin de là !) ne manque pas de piquant ... ;-)
a écrit le 12/03/2012 à 7:46 :
OK pour une voiture électrique, lorsqu'elle aura 500 km d'autonomie ET un temps de recharge inférieur à 3 minutes. Constructeurs, ingénieurs, au boulot !
Réponse de le 12/03/2012 à 8:57 :
Et surtout sans location de batterie a 80-100 euros par mois comme c'est le cas actuellement. 20-30 euros par mois ok. Au dela c'est du vol
Réponse de le 12/03/2012 à 9:29 :
Seule solution, la recharge par remplacement de l'électrolyte liquide. C'est encore au laboratoire ...
Réponse de le 12/03/2012 à 12:05 :
oui, bien sûr, mais quand le carburant dépassera les 2 ? le litre, vous ferez peut-être moins la fine bouche...
Réponse de le 12/03/2012 à 15:27 :
Le prix de l'essence qui flambe explique pourquoi il est urgent de remettre les ingénieurs et les industriels au travail, en supprimant les 35h et les charges stupides qui briment l'inventivité et la croissance.
a écrit le 12/03/2012 à 7:40 :
Quand il y aura trop de voitures électriques, il faudra reconsidérer les pertes de TIPP pour l'Etat. Le GPL n'est pas trop taxé car secondaire mais s'il se développait trop, les choses changeraient. Peut-on imaginer des bornes à carte, interdisant de pouvoir charger chez soi (quasi gratuitement) ?
Il n'y aura vraisemblablement pas que des véhicules électriques, ou alors à pile à combustible (hydrogène gaz, ou méthanol (liquide) avec catalyseur) dans le futur.
Réponse de le 12/03/2012 à 9:31 :
C'est la que le compteur électrique Linky prendra toute sa saveur: la borne de recharge sera reliée à un départ dédié qui sera taxé; ce sera l'équivalent de la TIPP.
Réponse de le 12/03/2012 à 18:23 :
Bien vu ! vous devriez faire de la politque .
a écrit le 12/03/2012 à 7:31 :
Le concept actuel des voitures électriques est un grossier "truelle ware" . Donc ne marchera pas en l"etat. Faire des véhicules de plus d'une tonne, façon classique pour une énergie si difficilement stockable en quantité, est une quasi insulte à l'intelligence; ..
Mais cela va plus loin (et là, on va commencer à s'amuser!)
Il existe de plus en plus de bricolos inventifs qui fabriquent des véhicules à moteur électromagnétiques, à HHO 100%. Tiens: faites une recherche sur "moteur à eau"..
Hmm.
Réponse de le 12/03/2012 à 10:23 :
Le moteur à eau n'existe pas .Soit vous faites l'élecrolyse de l'eau pour faire pour faire fonctionner un pile à combustible ,soit vous ajoutez de l'eau dans votre carburant. L'eau se comporte comme un catalyseur à haute température (700 °C), c'est pouquoi il y en a dans le super de nos voitures.
Réponse de le 12/03/2012 à 12:36 :
Il n'y a pas d'eau dans le super!
Par contre, on procédait à une injection d'eau dans les moteurs des avions de la seconde guerre mondiale pour obtenir un surcroit de puissance temporaire.
Quant au "moteur à eau", c'est une douce utopie sans existence réelle.
Réponse de le 12/03/2012 à 14:16 :
Bon. Le système Pantone est désormais connu et de plus en plus courant.. Pourtant, aucun gros constructeur automobile n'a encore daigné prposer un système pantone sur ses moteurs.. Pourquoi?
pour les moteurs HHO:
http://www.youtube.com/watch?v=x1UrlDNkYSo&feature=related
Stanley Meyer a tt de mème vendu son brevet au ..Pentagone (pour mourir curieusement ds la foulée semble t-il)
Mais il y a aussi les groupes ellectrogènes à aimants permanents; par exemple
http://www.magnets4energy.com/
Réponse de le 12/03/2012 à 14:55 :
le sytème Pantone est de la foutaise ,car il n'apporte rien. Beacoup enfoncent des portes ouvertes. L'injection d'eau les carburants permet à celle-ci de se compoter comme un catalyseur (c a d comme un bruleur ) Je simplifie ce certains semblent
avoir oublié en thermdynamique.
a écrit le 12/03/2012 à 6:03 :
la voiture électrique sera intéressante lorsque son autonomie oscillera autours de 250 / 300 KMS, mâme si la plupart des automobilistes ne font que des petits trajets avec 150 kms se posent le branchement quasi systématique de l'auto à une prise le soir d'une part et d'autre part lorsque le prix de l'électrique sera au niveau du prix d'une berline de sa gamme sans avoir 50 / 80 par mois de location de batterie ce qui efface totalement l'avantage de l'économie sur le carburant.
Mais on peut aussi penser que les modes de transport changeront à terme, que le déploiement de véhicule electrique en complément du train deviendrait une "norme" pour les familles partant en vacance à plus de 300 kms ce que la SNCF ne fait pas et on se demande bien pourquoi.
Pour ma part je suis en attente d'un véhicule dont le coût sera inférieur c'est à dire un véhicule proche de 15 000 ? sans location de batterie ou si la location de batterie se rapproche de 20/30 ?/mois

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :