L'éolienne flottante du français Nénuphar reçoit des subventions de Bruxelles

 |   |  436  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Nenuphar)
VertiWind, projet du consortium piloté par EDF pour installer des éoliennes flottantes au large de Fos-sur-Mer, obtient 39 millions d'euros de la Commission européenne.

Charles Smadja ne cache pas sa satisfaction. L?éolienne flottante développée par l'entreprise Nénuphar qu'il a cofondée avec Frédéric Silvert a le vent en poupe. Choisie par EDF pour le projet VertiWind, elle bénéficie d?une subvention de 39 millions d?euros qui va permettre au projet de se poursuivre.

Une première machine à taille réelle est actuellement en construction à terre à Fos-sur-Mer et le permis de construire pour l?installation d?une autre éolienne en mer, toujours au large de Fos, est en cours d?instruction. La côté méditerranéenne a été choisie car sa géographie est parfaitement adaptée pour démontrer la pertinence de l?éolien flottant, avec des vents forts et des fonds qui descendent rapidement.

Poser les bases d'une filière industrielle

Mais c?est la phase suivante qui peut permettre de donner les bases d?une filière industrielle.  Baptisé "Provence Grand Large", le projet sélectionné par Bruxelles comprend en effet 13 machines, afin d?atteindre le seuil des 25 mégawatts (MW) exigé pour participer. «Cela permet de nouer des partenariats avec les industriels intéressés», se réjouit Charles Smadja.

La fabrication doit commencer en 2016, pour un raccordement des éoliennes au réseau prévu en 2017. La plupart des pièces sera fabriquée en France, à l?exception des roulements qui viendront d?Allemagne. Les machines seront assemblées dans la région de Marseille, où seront fabriquées les pièces de chaudronnerie.

L'autre projet français vise la production de biocarburant

WindFloat, autre éolienne flottante composée d?une turbine Vestas associée à un flotteur fabriqué par l?américain Principle Power, recevra également des fonds européens.
Un autre projet français portant sur la fabrication de biocarburant de deuxième génération à partir de déchets de bois, porté par la papeterie Stracel de Strasbourg et sa maison mère UPM, va recevoir 170 millions d?euros.

1,2 milliards d'euros pour 23 projets

Au total, ce sont 23 projets européens d?énergies renouvelables (mais aucun dans le secteur solaire) qui sont ainsi subventionnés à hauteur de 1,2 milliard d?euros, soit 80% du produit de la vente d'une première tranche de 200 millions de quotas de CO2. Le projet de captage et stockage de CO2 Ulcos porté par Florange s?étant désisté après l?attribution des fonds, une enveloppe inutilisée de 275 millions d?euros sera ajoutée au produit de la vente d?une seconde tranche de 100 millions de quotas. Ce deuxième appel d'offres pourrait comporter des projets de captage et stockage de CO2.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :