Le système de batteries amovibles Better Place lâché par Renault

Carlos Ghosn a annoncé que Renault allait suspendre ses investissements dans le système Better Place d'échange de batteries pour voitures électriques. Un coup très dur qui pourrait même se révéler fatal pour la start-up californienne.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : D.R)

Levées de fonds records, expérimentations internationales et surtout buzz sensationnel, l?histoire de Better Place affichait, il y a encore quelques mois, toutes les apparences d?une success-story à la mode cleantech. « Affichait » car depuis l?automne, l?entreprise californienne accumule les déconvenues. Ainsi, après l?éviction de son charismatique fondateur Shaï Agassi, la start-up est désormais lâchée par son partenaire historique : Renault.

La fin d?un partenariat fondateur pour Better Place

Dans un article daté de lundi dernier, l?Avem (Association pour l?Avenir du Véhicule Electrique Méditerranéen) revient ainsi sur les récents propos de Carlos Ghosn ? PDG de Renault ? dans la publication danoise Energi Watch. « Quand vous observez les tendances globales, nous devons conclure que les batteries interchangeables ne sont plus la principale orientation pour les véhicules électriques. La tendance et la demande vont vers des batteries standards intégrées à plat sous le châssis ».

Cette décision du constructeur français s?expliquerait notamment par les résultats très décevants de son partenariat avec Better Place en Israël. Une coopération qui repose sur la commercialisation d?un véhicule ? Fluence Z.E - spécialement adaptée à accueillir des batteries amovibles Better Place. La start-up commercialisant pour sa part des forfaits kilométriques donnant accès à ses stations d?échange et de recharge de batteries. A noter que malgré la suspension de ses investissements sur cette technologie (annoncée comme provisoire), Renault devrait poursuivre la commercialisation de sa Fluence Z.E dans les pays d?implantation de Better Place. Soit principalement en Israël et au Danemark (18 stations).

Vers un été meurtrier ?

Sans nouveaux développements de véhicules à l?horizon, Better Place risque d?avoir du mal à se sortir de cette mauvaise passe. L?espoir de ses dirigeants repose désormais sur des projets de développement en Chine. Et notamment la mise en place d?un démonstrateur dans la ville de Guangzhou. Un autre scénario de rebond serait d?envisager une mutation du modèle économique de Better Place vers la location de batteries électriques « classiques ».

En attendant, le temps joue contre la start-up. Selon le journal israélien Globes - cité par le site Triplepundit ? la survie de Better Place n?est pour l?instant assurée que jusqu?en août 2013. Pour espérer prolonger son histoire, la société devra trouver chaque année 120 millions de dollars annuels. Pas sûr que l?annonce fracassante de Carlos Ghosn n?incite le principal actionnaire de Better Place (Israël Corp) à investir de nouveau. Depuis 2007, ce fonds aurait déjà versé quelques 300 millions de dollars à la start-up.

----------
Trois questions à?
Joseph Beretta, Président de l?Avere France

Pourquoi Renault lâche l?éponge ?

L?Avere n?a pas à commenter les décisions de tel ou tel constructeur. Surtout que concernant Better Place, il s?agirait d?une mesure provisoire de Renault. On peut néanmoins rappeler que le constructeur n?avait adapté qu?un seul de ses véhicules électriques au système Better Place. La Zoé - modèle phare de sa gamme électrique ? ne propose ainsi pas l?échange de batteries.

Comment expliquer les difficultés commerciales de Better Place ?

La promesse du système de l?échange de batteries c?est d?offrir au véhicule électrique des performances proches de celles d?un véhicule thermique. C?est-à-dire garantir une autonomie équivalente contre un temps de recharge comparable à celui d?un plein d?essence. Il y a néanmoins encore plusieurs freins à la large diffusion de ce modèle. Le principal est celui de la standardisation. Pour s?imposer, ce système doit pouvoir s?appuyer sur des batteries standardisées. C?est loin d?être le cas et l?exemple de la lente standardisation de la prise européenne montre que ce processus peut être très long. Au final, les technologies actuelles des batteries - 100km au mieux sur autoroute - ne permettent pas d?atteindre les performances d?un véhicule thermique malgré le service proposé par Better Place.

Les fondateurs de Better Place se sont-ils lancés trop tôt ?

Lors du lancement de Better Place, beaucoup de professionnels jugeaient que l?échange de batteries avait du potentiel mais reposait sur des technologies pas assez matures. Ce système pourra peut-être avoir de nouveau sa chance d?ici quelques années, une fois que les batteries se seront améliorées. Cela dit, il sera toujours concurrencé par la charge rapide pour les trajets urbains et par l?hybride pour les distances plus longues.

Cleantech Republic

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 22/05/2013 à 2:32
Signaler
Le Gag est terminé? Il était vraiment temps que Ghosn jette l?éponge? Ce deal avec Better Place a fait rire toute la profession, et au final, seul Ghosn s?est fait avoir? Tout cela parce qu?il a été embobiné par un bonimenteur de génie, Shai Agassi...

le 29/05/2013 à 16:10
Signaler
Cela ne remet absolument pas en cause le programme VE de Renault qui ne repose pas sur l'échange de batteries. Cette prestation n'existe qu'en Israël et au Danemark. Dans les autres pays, les VE sont commercialisés sans. Par ailleurs, le nombre de...

à écrit le 17/05/2013 à 8:51
Signaler
« Au final, les technologies actuelles des batteries - 100km au mieux sur autoroute - ne permettent pas d?atteindre les performances d?un véhicule thermique malgré le service proposé par Better Place. » Il serait temps de s?en apercevoir ! On ne sai...

à écrit le 16/05/2013 à 13:16
Signaler
consternant votre article mais pas surpris , la voiture électrique ? quel flop , en france a peine 300 vendues , aux USA c'est pire encore et ceux qui en avaient une ne veulent meme pas en entendre parler , ce concept écolo demago aura vécu , l'élect...

le 16/05/2013 à 14:28
Signaler
Selon l'AVERE, voici leschiffres officiels pour le marché Français : "La progression se confirme avec 3523 ventes de véhicules sur les trois premiers mois de l?année 2013, contre 1728 sur la même période en 2012" (publication du 3 avril dernier). ...

le 16/05/2013 à 15:03
Signaler
Concept écolo? Franchement ça n'a rien d'écolo. Que je saches les Enr sont largement minoritaires dans le mix énergétique. Au lieu de mettre le carburant directement dans le moteur, on le met dans une centrale électrique avec la perte sur le réseau, ...

à écrit le 14/05/2013 à 20:51
Signaler
Combien Renault a "investi" de millions d'euros dans ce concept fumeux ?

le 15/05/2013 à 13:24
Signaler
Pourquoi fumeux ? Il faut aujourd'hui explorer d'autres pistes que le pétrole, au delà des adaptations temporaires du genre hybrides. Les limitations des batteries, et l'absence de technologies laissant espérer une rupture, montrent que le véhicule 1...

le 16/05/2013 à 19:47
Signaler
Oui ! pourquoi fumeux, le lobby des pétroles joue son rôle à plein, ça rappelle étrangement ces voitures électriques qui ont été fabriquées au USA dans les annés 70/80 et que l'on a détruites volontairement , tous les acheteurs en étaient pleinement...

le 22/05/2013 à 19:23
Signaler
pourquoi concept fumeux j ai utiliser une ZE pendant plus d'un an et pour faire mon trajet domicile travail cela fonctionne le seul souci c'est que cette technologie ne peut fonctionner sans support massif de l'état , c'est déjà ce qui avait tu...

le 24/05/2013 à 12:29
Signaler
j'ai eu une 106 électrique, et je dois dire, que même d'une conception absurde, elle était parfaite pour la ville. Alors j'imagine que les modèles mieux pensés doivent être bien plus plaisants et fun que les thermiques fioulisés. Ceci dit, le vroum ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.