Bush et Poutine, une entente possible sur le nucléaire civil

 |   |  345  mots
Si, pour certains, il flotte comme un parfum de guerre froide à Washington, pour d'autres la Russie est un partenaire incontournable. Le président Bush semble faire partie de la deuxième catégorie. Lui qui, en bon chrétien, avait déclaré à l'issue d'une rencontre avec Vladimir Poutine qu'il lui faisait confiance parce qu'il avait " senti son âme ", s'apprête à discuter en tête-à-tête avec le président russe dans le cadre du G8 qui se tient du 15 au 17 à Saint-Pétersbourg. Mieux, il pourrait approuver le lancement officiel de négociations en vue de signer un accord de coopération entre les deux pays sur le nucléaire civil." C'est George Bush notre interlocuteur, déclarait hier à La Tribune l'ambassadeur de Russie à Paris, Alexandre Avdeev. S'il y a des dissensions au sein de l'administration, c'est une affaire interne, et le président n'est pas impliqué. " C'est en effet son vice-président, Dick Cheney, qui ne s'est pas privé, en mai dernier, d'accuser Moscou d'utiliser ses ressources énergétiques " comme instruments de manipulation et de chantage " vis-à-vis des anciennes républiques soviétiques. Dick Cheney se référait au bras de fer de l'hiver dernier entre Gazprom, le monopole gazier russe, qui voulait augmenter les prix à son client, et l'Ukraine. Moscou, qui avait soutenu un candidat (malchanceux) dévoué à sa cause aux dernières élections ukrainiennes, aurait ainsi voulu punir ce pays, selon certains... Avant cela, John McCain, un républicain très en vue à Washington du fait qu'il a déjà brigué et briguera sans doute de nouveau l'investiture de son parti pour la prochaine bataille présidentielle, avait, au début de l'année, déclaré que les États-Unis devraient réfléchir à boycotter le G8 de Saint-Pétersbourg pour protester contre les mauvaises performances de la Russie en matière de démocratie. " Les Russes n'aiment pas qu'on leur fasse des commentaires en public alors que, en privé, ils sont ouverts à la discussion ", rappelait un diplomate français hier. D'éventuelles avancées au G8 confirmeront - ou non...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :