L'État rassemble ses forces pour soutenir les exportations

 |   |  322  mots
L'union fait la force. Pour aider les entreprises tricolores - en particulier les PME - mais également pour tenter d'inverser la tendance au creusement continu du déficit commercial entamée en 2004, Hervé Novelli, le secrétaire d'État chargé des Entreprises et du Commerce extérieur, devrait annoncer plusieurs mesures aujourd'hui lors de la présentation de la réforme des procédures publiques de la Coface. Cette entreprise privée gère pour le compte de l'État certains dispositifs d'aide à la prospection des marchés, à la garantie des risques financiers liés aux contrats d'exportation et aux investissements à l'étranger.Dans les tuyaux depuis quelques semaines, Bercy devrait annoncer l'élargissement de la commercialisation de l'assurance prospection disponible actuellement au seul guichet Coface à d'autres organismes, notamment Oséo.L'assurance prospection combine une assurance contre le risque d'échec des prospections et la faculté, pour les plus petites entreprises, de bénéficier d'avances de trésorerie. Une assurance dont Oséo assure déjà la garantie du parrainage bancaire à hauteur de 60 %.GUICHETS REGIONAUX UNIQUESL'idée du gouvernement serait également de moderniser l'assurance prospection afin qu'elle cible mieux les entreprises innovantes ainsi que les entreprises exportatrices de services. Il s'agirait d'aligner le plafond de garantie des services exportables sur celui des biens physiques.Toujours pour stimuler les exportations des PME, Bercy devrait annoncer la création d'un réseau de guichets uniques dans les régions pour prodiguer aux entreprises les conseils pratiques et les outils financiers afin de mener à bien leurs projets de développement de leurs exportations. Selon nos informations, Ubifrance, l'agence conseil en développement international, serait la tête de pont de ce réseau, dont les chambres de commerce et d'industrie seraient les antennes régionales.Selon un récent rapport du Conseil économique et social (CES), seules 2 % des très petites entreprises (moins de 10 salariés) et 22 % des PME (entre 10 à 249 salariés) exportaient en 2006.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :