La fusion ANPE-Assedic coûtera 350 millions en 2009

 |  | 441 mots
La fusion ANPE-Assedic est sur les rails. Le nouveau grand service public de l'emploi qui verra le jour au 1 er janvier 2009 comptera 28 établissements, dont un par région ou département d'outre-mer. Il offrira aux demandeurs d'emploi un " accueil unifié ". Une fois inscrits à l'Assedic, ceux-ci bénéficieront dans la foulée d'un entretien avec un conseiller. Le budget de la nouvelle institution, provisoirement baptisée France Emploi, sera majoritairement financé par les cotisations chômage (salariés et employeurs), la loi de février 2008 prévoyant que 10 % des recettes de l'Unedic, soit quelque 3 milliards d'euros en 2009, lui soient reversés. De son côté, l'État devrait mettre plus de 1 milliard d'euros " au pot ". Au bas mot et " dans un premier temps ", la fusion pourrait coûter près de 350 millions d'euros " pour les seules ressources humaines ", compte tenu de l'alignement vers le haut des statuts des personnels, indique le rapport d'information du sénateur UMP Serge ­Dassault rendu public fin juin.Ce n'est pas une surprise. Auditionné à la mi-juin par la commission des Finances du Sénat, Geoffroy Roux de Bézieux, président de l'Unedic, avait reconnu que la fusion " coûtera assez cher la première année ", mais prédisait des économies dès 2010. À terme, les personnels de l'ANPE (plus de 30.000 agents) et des Assedic (14.000 salariés) bénéficieront dans le nouvel organisme d'une nouvelle convention collective pour le moment en gestation. Engagées en juin, les négociations se sont poursuivies hier et se prolongeront à l'automne.Gérée par le patronat et les syndicats, l'Unedic ne conservera à terme qu'une centaine de salariés, contre 500 actuellement, qui travailleront au service juridique, études et analyses, audit-contrôle de gestion, communication... mais pas au service des statistiques, celles-ci devant à terme être produites par le nouvel organisme.Le rapport précise également que la fusion " entraînera des coûts supplémentaires, liés notamment au recours à des cabinets extérieurs, à la création de la nouvelle identité visuelle du futur opérateur [...] ". Le soin de définir cette dernière a été confié au cabinet Nomen, qui doit dévoiler les nouveaux nom et logo demain lors du prochain ­conseil d'administration de l'institution." ÉCONOMIES D'ECHELLE"Au vu du coût des seules dépenses de ressources humaines, " il apparaît urgent de disposer d'un chiffrage d'ensemble plus précis dans la perspective de l'examen du projet de loi de finances pour 2009 ", précise encore le rapport. Et d'ajouter : " L'impact financier de la fusion devra être compensé par l'émergence d'économies d'échelle, la rationalisation du parc immobilier et la réalisation de gains de productivité. "

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :