Ottawa craint une Amérique protectionniste

 |   |  268  mots
Alors que les conservateurs, très proches de l'administration Bush, viennent d'être réélus, une écrasante majorité de Canadiens sollicitent paradoxalement le candidat démocrate. « La rupture avec la désastreuse administration précédente et les promesses de changements le rendent attrayant », explique Carl Grenier, professeur de science politique à l'université Laval. Son élection positionnerait le gouvernement américain plus à gauche que celui d'Ottawa. « Cela donnerait un phénoménal coup de fouet à l'opposition », note Louis Balthazar, président de l'Observatoire sur les États-Unis de l'université du Québec à Montréal (Uqam).frontière étanche...Au plan économique, la crainte d'une Amérique davantage protectionniste se fait sentir. « Obama a déclaré à plusieurs reprises sa volonté de revoir les accords de libre-échange », précise Frédérick Gagnon du département de science politique de l'Uqam. Le Congrès américain, majoritairement démocrate après 2008, pourrait toutefois opter pour plus d'étanchéité à la frontière et pour des règles d'importation plus strictes, en particulier au plan environnemental.« Une Amérique plus protectionniste n'aura rien de bon pour le Canada, prévient-il. Mais la crise financière qui pousse les Américains à moins consommer est plus inquiétante encore. » Pays riche et peu peuplé, le Canada exporte la majorité de sa production vers les États-Unis. En 2006, le Canada a ainsi expédié pour 224 milliards d'euros de marchandises (huiles et combustibles minéraux, véhicules, machines, bois en tête) chez l'Oncle Sam. Soit 10 fois plus que le total des exportations canadiennes vers le Japon, deuxième partenaire commercial du pays. Marie Gueydan, À Montréal

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :