Gico projette de doubler de taille d'ici trois ans

 |  | 390 mots
Lecture 2 min.
Jusqu'ici, nos maisons se sont exclusivement vendues via le bouche-à-oreille. Nous n'avons jamais fait de salons, jamais de publicité. Le développement de l'entreprise s'est toujours construit sur sa seule notoriété ", explique Pierre Buray. Une époque révolue. Repris en février dernier, le constructeur de maisons en bois de Xonrupt-Longemer (Vosges) positionné sur le marché moyen-haut de gamme, a lancé un plan de développement à trois ans, avec changement de logo, nouvelle marque et plan de communication. Avec un objectif clair : doubler sa taille actuelle (6,2 millions d'euros de chiffre d'affaires avec 41 salariés et 80 maisons dessinées, usinées et installées).Pour y parvenir, Gico renforce sa présence commerciale en Alsace-Lorraine où sont réalisés 90 % de son chiffre d'affaires. " Nous ouvrons une nouvelle agence à Nancy. Parallèlement, nous étendons notre réseau de revendeurs sur le reste de la France, et nous lançons une production de petits habitats collectifs ", précise le PDG et principal actionnaire. Les dix premiers logements seront d'ailleurs livrés en 2009 à Vittel et Contrexéville. À terme, ce type d'habitat, commercialisé sous la marque Novemia, devrait assurer 25 % du chiffre d'affaires. Pour renforcer sa gamme, Gico lance également une maison écoperformante, privilégiant l'isolation naturelle, des énergies propres et une gestion durable de l'eau.Autant de projets qui vont nécessiter de nouveaux investissements. " L'idée est de regrouper nos deux sites de production de Xonrupt et Gérardmer dans les deux ans. Rien n'est encore décidé concernant le lieu d'implantation. La seule chose qui est sûre, c'est que nous resterons dans les Vosges ", annonce Pierre Buray, qui table sur la création d'une trentaine de nouveaux emplois d'ici à 2011.En marge, Gico va poursuivre la politique d'intégration qui fait sa force. Que ce soit pour une maison en madriers empilés ou une maison à ossature bois, le fabricant vosgien ne fait que du sur-mesure. " Nous vendons aussi bien des maisons en kit que des maisons clés en main. Domotech, qui assure le gros oeuvre de nos constructions, va élargir sa gamme, ce qui va réduire d'autant le recours à des prestataires extérieurs. Bientôt, nous serons en mesure d'aller jusqu'à poser nous-mêmes les carrelages choisis par le client ", détaille Pierre Buray, qui ne travaille que des bois blancs importés d'Allemagne ou de Finlande.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :