Tarkett songe à produire en Chine

 |   |  350  mots
« Les premières questions de nos visiteurs sont basiques : qu'est-ce que le PVC ? Qu'est-ce que du PVC de bonne qualité ? Pourquoi devrais-je l'utiliser ? explique Ad Postma, le directeur Asie de Tarkett, le leader mondial du revêtement de sols. Au lieu de ne leur montrer que des échantillons ou des références techniques, nous avons donc décidé de leur permettre de toucher et voir ce que nous pouvons leur proposer. »Pour faire découvrir ce revêtement relativement nouveau en Chine (90 % des sols sont réalisés en céramique), le groupe français a donc décidé de créer un bâtiment d'exposition. Il se dresse dans le quartier de Pudong, entre le centre-ville de Shanghai et son aéroport international. « Cela nous permet de recevoir aisément les clients chinois mais aussi sud-coréens, taiwanais, malaisiens ou singapouriens. » La démonstration des techniques et compétences est indispensable en Chine, les références de travaux déjà réalisés également. « Nos contrats remportés à l'université shanghaienne de Fudan, au centre hospitalier 301 de Pékin et au vélodrome des Jeux olympiques nous ont ainsi été très utiles. » Tarkett, qui avait franchi en 2007 les 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires dans le monde, revendique aujourd'hui la deuxième place du secteur en Chine et vise une part de marché de 30 % à 40 %. 150 distributeurs exclusifsDepuis 2004, la croissance annuelle de l'entreprise se situerait entre 15 % et 20 % et elle espère encore mieux pour 2009. Pour ce faire, elle s'appuie sur un réseau de 150 distributeurs exclusifs. « Notre salle de conférences nous permet de former aussi bien l'ensemble de nos collaborateurs internes que nos distributeurs. » Tarkett ne possède pour le moment pas d'usine en Chine, tous ses produits sont importés de ses 28 centres de fabrication mondiaux. « Nous utilisons pour le moment nos ressources pour renforcer notre réseau de distribution, explique Ad Postma. Nous sommes avant tout là pour gagner de l'argent et nous ne voulons pas une usine qui ne fonctionnerait pas à fond. Mais ce sera sûrement le cas d'ici trois ans. »Tristan de Bourbon,à Shangh

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :