Nouveau recours en vue contre ADP

 |   |  326  mots
Le discours est beaucoup moins véhément que par le passé. Il n'en est pas moins ferme. Les compagnies aériennes continuent leur long combat contre les augmentations annuelles des redevances d'Aéroports de Paris (ADP). Celles ci contribuent à financer les infrastructures aéroportuaires dont ont besoin les transporteurs.Depuis le recours, gagné par les compagnies en juillet dernier devant le Conseil d'État, qui a invalidé les tarifs 2006 d'ADP pour manque d'informations financières les justifiant, le dossier a peu avancé. " ADP a reconduit exactement le même niveau d'augmentation tarifaire (+ 5,25 %) ", a regretté hier, lors d'un point presse, Jean-Pierre Le Goff, délégué général de la Fédération nationale de l'aviation marchande (Fnam) qui regroupe 350 entreprises du secteur. Aussi, dans le but de recouvrir la hausse estimée indue en 2006, soit 30 millions d'euros, " la Fnam prépare un autre recours contre la nouvelle mouture des tarifs 2006 ", a précisé en aparté à La Tribune Jean-Pierre Le Goff. " Il va être déposé au Conseil d'État d'ici à la fin du mois. " Selon lui, la décision du Conseil dira si ADP doit procéder ou pas à des remboursements. Auquel cas les compagnies seront confortées juridiquement pour mener, individuellement, des actions en justice afin d'obtenir des remboursements.DEUX ANNEES DE CONTENTIEUXLe contentieux ne se limite pas à 2006. Un recours a été également déposé contre la hausse des redevances 2007 (+ 4,25 %, soit 40 millions d'euros). Le dossier pourrait, du coup, être uni à celui du nouveau recours contre les redevances 2006.Face à la hausse de 3,8 % des tarifs 2008, la Fnam n'a rien décidé. " Nous voulons des hausses qui ne dépassent pas l'inflation ", explique le président de la Fnam, Lionel Guérin. Aussi, pour préparer dans la sérénité les tarifs du prochain contrat de régulation économique (CRE) entre l'État et ADP, qui doit prendre effet à partir de 2010, la Fnam demande le démarrage des négociations dès cette année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :