Vodafone acquiert 70 % de Ghana Telecom

 |   |  333  mots
France Télécom en a rêvé, Vodafone l'a fait. L'opérateur français venait de citer Ghana Telecom comme l'une des cibles qu'il lorgnait après avoir renoncé, lundi, au rachat du nordique TeliaSonera. C'est finalement le géant britannique qui prend le contrôle de l'opérateur historique ghanéen, moyennant 900 millions de dollars (environ 570 millions d'euros), pour une participation de 70 % acquise auprès du gouvernement d'Accra, qui conservera 30 %." Le Ghana est l'un des marchés les plus attractifs d'Afrique ", estime Arun Sarin, directeur général de Vodafone, qui signe là sa dernière opération avant de quitter ses fonctions le 29 juillet. La pénétration de la téléphonie mobile y est encore faible, à 35 %, et le nombre d'abonnés au mobile progresse de 55 % par an, dans une économie en croissance de 6,3 % en 2007. S'il domine les marchés encore peu développés du fixe et du haut débit (à 99 % et 90 % respectivement), Ghana Telecom n'est que troisième dans le mobile avec 1,4 million d'abonnés. Le géant sud-africain MTN s'arroge plus de la moitié du marché, devant TiGo (28 % du marché), détenu par Millicom, groupe basé au Luxembourg. Comptant sur son expertise dans le mobile et son expérience des pays émergents, l'opérateur britannique compte inverser la tendance et porter la part de marché de Ghana Telecom de 17 % à 25 % dans le mobile dans cinq ans.OFFENSIVES DANS LES PAYS EMERGENTSLe britannique paie cher ce groupe à fort potentiel, ayant généré un chiffre d'affaires de 290 millions d'euros en 2007 (+ 9,3 %). L'opération valorise Ghana Telecom à 30,9 fois son résultat brut d'exploitation. Déjà bien implanté en Afrique, en Égypte et au Kenya, Vodafone multiplie les offensives dans les pays émergents. Il négocie avec le groupe sud-africain Telkom le rachat de 12,5 % supplémentaires du capital de l'opérateur mobile Vodacom, dont il détient déjà 50 %, pour 1,6 milliard d'euros. Vodacom est leader en Afrique du Sud, en Tanzanie, au Lesotho, au Congo et numéro deux au Mozambique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :