La stratégie économique de Barroso recadrée

La présentation ce mercredi à la presse de la stratégie « Europe 2020 » aurait dû marquer l'entrée en scène politique en 2010 du président de la Commission. Mais le retour de José Manuel Barroso a été littéralement saboté par Berlin. Dans un courrier adressé le 25 février à MM. Van Rompuy, Barroso et Zapatero, la chancelière Angela Merkel se livre à une remontée de bretelles en règle. Elle veut bien des objectifs quantitatifs sur le taux d'emploi, l'effort de recherche, la réduction des émissions de gaz à effet de serre, l'éducation ou la réduction de la pauvreté, mais à condition qu'il soit « prouvé par des analyses que ces objectifs peuvent réellement être atteints et quels efforts ils exigeront de chacun ». Surtout, elle souligne qu'elle n'a « pas donné son accord » à un lien entre cette stratégie économique et le pacte de stabilité, tel qu'il est établi dans le document. Le message est clair : l'Allemagne veut garder la main sur la définition d'une politique économique européenne et n'entend pas laisser relativiser les principes budgétaires à la base de l'union monétaire. « Cela ne veut pas dire que l'on va fusionner le pacte et EU 2020 », a commenté un porte-parole de la Commission. Cette « stratégie EU 2020 », qui succède à la feu stratégie de Lisbonne, sera discutée, amendée et devrait enfin être adoptée par les chefs d'État et de gouvernement les 25 et 26 mars.Florence Autret, à Bruxelle

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.