Macif, Maif et Matmut ont payé un lourd tribut au climat

Confrontées aux mêmes difficultés, à savoir la crise et le rebond de la sinistralité, la Macif, la Maif et la Matmut estiment avoir « bien traversé la crise », au sens où la chute de leurs résultats n'a guère affecté leur solvabilité. Touchés par les tempêtes et l'orage de grêle du début 2009 à hauteur, respectivement, de 65 millions, 73 millions et 50 millions d'euros nets de réassurance, et par la hausse de la sinistralité en automobile et en habitation, elles affichent en effet des ratios combinés dégradés, et des bénéfices réduits de 86 % pour la Macif, à 13,5 millions, et de 67 % pour la Maif, à 5 millions. Quant à la Matmut, elle affiche une perte de 56 millions que son PDG, Daniel Havis, assume pleinement pour avoir choisi de « laisser le résultat financier dans le bilan ». D'où une marge de solvabilité couverte à 406 % en incluant les plus-values latentes et les rappels de cotisations, contre 390 % fin 2008. Si elles ont dégagé davantage de résultats financiers l'an dernier, ses deux consoeurs affichent elles aussi une solide solvabilité, avec des marges couvertes à 423 % pour la Macif et à 315 % pour la Maif. Autre motif de satisfaction, les trois mutuelles annoncent une croissance organique supérieure à celle du marché dans leur métier traditionnel de l'assurance dommages, et encore plus en épargne et assurance-vie. un modèle à promouvoirAutant de constats qui confirment à leurs yeux « la valeur du modèle mutualiste » qu'ils entendent « promouvoir » à travers Sferen. Leur projet de société de groupe d'assurance mutualiste, autorisé mi-février par le Comité des entreprises d'assurance, attend désormais, « d'ici quelques jours » l'accord de l'Autorité de la Concurrence. « C'est la première fois que cette institution examine un dossier de ce type, et les démarches ont été longues et compliquées », souligne le président de Sferen et de la Maif, Roger Belot, qui se réjouit, non sans une pointe d'ironie, que Sferen ait pu contribuer, par la quantité d'informations « énorme » qu'il a dû fournir, à familiariser la jeune autorité à l'approche fédérative adoptée par les trois mutuelles, par opposition aux opérations plus classiques d'intégration. En attendant cet accord, qui doit leur permettre d'avancer sur les sept chantiers déjà identifiés, les partenaires ont progressé sur la restructuration d'OFI, dont Macif et Matmut détiennent désormais 98 %, et qui a vocation à devenir la structure de gestion d'actifs de Sferen, même si la Maif doit encore décider, dans les mois à venir, s'il la rejoindra ou pas. B. J.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.