Fondateur des indices Stoxx, Dow Jones sort du capital au prix fort

 |   |  460  mots
dicesStoxx Ltd s'apprête à changer de passeport. Transatlantique à sa création, le promoteur des indices paneuropéens phare DJ Stoxx 50 et DJ Euro Stoxx 50 ne sera plus que germano-suisse début 2010. L'un de ses trois actionnaires, l'américain Dow Jones, a décidé de quitter l'aventure, après douze ans de vie commune. Et pourtant, Stoxx Ltd, c'est une sacrée épopée. « À l'origine, nous avions l'intuition que l'instauration de l'euro sur les marchés d'actions allait révolutionner le monde de la gestion, dans son allocation d'actifs », se souvient Didier Davydoff, aujourd'hui directeur de l'Observatoire de l'épargne européenne et alors directeur des études et de la stratégie à la Société des Bourses françaises (SBF, future Euronext, puis Nyse-Euronext). La société Stoxx Ltd a été créée dès mai 1997 sous l'impulsion de quatre actionnaires : la SBF, Deutsche Börse, Swiss Exchange (devenu SIX Group) et Dow Jones, choisi après appel d'offres.L'avènement de l'euro sur les marchés, au 1er janvier 1999, a poussé les investisseurs à aller au-delà de leur cote nationale et à développer des stratégies sectorielles sur l'Europe. Stoxx Ltd leur a offert une référence, dès février 1998, avant même que la liste des pays de la zone euro ne soit officiellement arrêtée. Aujourd'hui, Stoxx, qui calcule plus de 2.000 indices, estime à 1.700 milliards d'euros la gestion se comparant à l'un de ses benchmarks. Les fonds cotés (ETF) sur indices Stoxx pèsent à eux seuls 30,4 milliards d'euros.« La création de Stoxx signifiait une coopération en matière de conception, de développement et de marketing, mais aurait aussi dû déboucher sur une entente pour partager les revenus des dérivés quel que soit leur lieu de cotation », poursuit Didier Davydoff. « Les choses se sont gâtées entre les alliés sur la partie revenus des produits dérivés après une tentative de rapprochement entre Londres et Francfort. Dès lors, la coopération entre les Bourses de Paris et de Francfort est devenue très difficile. » Et Euronext est sorti en décembre 2002. Sept ans plus tard, Dow Jones, passé sous le contrôle de News Corp, en 2007, le suit, laissant seuls aux commandes Deutsche Börse et SIX Group. Cette cession « est le résultat d'une évaluation stratégique des activités indices de Dow Jones et représente une opportunité de réaliser une valeur significative sur un investissement réalisé il y a plus de dix ans », a expliqué hier son directeur général, Les Hinton. La transaction, bouclée au premier trimestre 2010, devrait lui rapporter 206,1 à 235,1 millions d'euros ; un prix qui repose sur un multiple faramineux de dix fois le chiffre d'affaires 2008. Christèle Frad

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :