Le Congrès américain toujours dans l'impasse sur le budget fédéral

 |   |  345  mots
Trois semaines de plus pour négocier et ainsi éviter la paralysie de l'administration américaine. Démocrates et républicains ont trouvé un accord a minima sur l'épineuse question des finances publiques. Mardi, la Chambre des représentants a adopté un projet de budget provisoire permettant à l'État de fonctionner normalement jusqu'au 8 avril. Ce texte, qui devrait rapidement être voté au Sénat, écarte temporairement la menace de fermeture de nombreux services publics, alors que la précédente loi de financement provisoire prend fin vendredi. Mais il ne résout pas l'impasse vers laquelle se dirigent les États-Unis.« Notre nation fait face à de nombreux problèmes et nous ne pouvons pas continuer de financer notre gouvernement pour des périodes de deux à trois semaines », a regretté Jay Carner, le porte parole de la Maison-Blanche. Les deux camps semblent cependant toujours éloignés d'un terrain d'entente sur l'exercice budgétaire en cours - jusqu'au 30 septembre -, pour lequel le projet de budget n'a jamais été adopté par le Congrès. Un groupe bipartisan négocie bien au Sénat un texte global, comprenant suffisamment de coupes budgétaires pour contenter les républicains mais épargnant des programmes jugés capitaux par les démocrates, comme l'Éducation et la Recherche.Recherche de compromisMais le poids de la mouvance ultraconservatrice du Tea Party à la Chambre menace tout projet n'allant pas assez loin dans la réduction des dépenses. Ses leaders ne réclament pas moins que 100 milliards de dollars de coupes d'ici à fin septembre ! Les deux dernières lois de financement provisoires n'ont réduit les dépenses que de 10 milliards. « Je comprends que certains de nos membres en veulent encore davantage, admet John Boehner, le président républicain de la Chambre. Mais notre but est également de maintenir le gouvernement ouvert. » Les démocrates, eux aussi, sont divisés sur la question, rendant encore plus compliquée la recherche d'un compromis.Si toutefois ils y parviennent, les deux camps devront ensuite s'entendre sur... le budget 2012.Jérôme Marin, à New York

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :