Le secret de la muraille de Chine

 |   |  335  mots
chronique des marchésLa consolidation des marchés financiers entamée le 11 janvier dernier a semblé tourner à la débandade après que les Chinois ont resserré leur politique monétaire et qu'Obama a entonné son chant guerrier à l'encontre des banques. Le début de la semaine se révélait crucial. Et ce lundi, bien avant l'ouverture des marchés européens, nombreux étaient ceux qui avaient allumé leurs écrans pour voir comment l'Asie faisait face. Heureuse surprise, l'Asie a tenu bon. La débâcle a laissé place à une gentille petite baisse, dépassant à peine 1 % en Chine, et limitée à quelques fractions au Japon, en Corée, en Inde en Malaisie et au Pakistan. Le Vietnam et le Sri Lanka se payant même le luxe de terminer dans le vert. La muraille de Chine ayant tenu, l'Europe a pu ouvrir dans le calme, alors qu'un peu plus tard Wall Street repartait à la hausse. Il n'y a pas si longtemps, personne n'aurait regardé à l'Est pour y chercher quelque chose de nouveau. Les marchés asiatiques vivaient à leur rythme, seul Wall Street faisait figure de boussole de la planète Bourse. Mais aujourd'hui, il faut bien reconnaître que Shanghai est en train de lui piquer la place. Pas à tous les coups, mais de plus en plus souvent? La maturité des Bourses chinoises est apparue au coeur de la crise. Si comme les autres grands marchés, les indices de l'empire du Milieu ont plongé après la faillite de Lehman Brothers, la Chine a été la première à reprendre ses esprits. Mais c'est dans les abysses du mois de mars 2009 que ce nouveau statut s'est révélé. Contrairement à Wall Street et aux grandes Bourses européennes, la Chine n'a pas connu de « double bottom » en ne revenant plus jamais au-dessous des plus-bas de l'automne 2008. Autrefois, lors des crises, c'est Wall Street qui avait coutume d'échapper à ce phénomène de double plancher typique des places les moins sophistiquées. Christophe Tricaud

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :