Sécurité aérienne renforcée après l'attentat manqué

 |   |  336  mots
flash infosL'annonce de l'attentat manqué contre un Airbus A330 de la Northwest Airlines assurant la liaison entre Amsterdam et Detroit vendredi a entraîné un durcissement immédiat des mesures de sécurité dans les aéroports du monde entier, avec la fouille au corps de tous les passagers en partance pour les États-Unis et des contrôles supplémentaires des bagages à main. Dimanche, Barack Obama a demandé le réexamen des procédures de sécurité, relatives notamment à une base de données contenant quelque 550.000 noms de personnes suspectes. Et « le président a posé au ministère de la Sécurité intérieure la question très concrète de savoir comment quelqu'un avec quelque chose d'aussi dangereux que de la pentrite a pu monter dans un avion à Amsterdam », a indiqué le porte-parole de la Maison-Blanche. Dimanche soir, un autre vol reliant cette fois encore Amsterdam à Detroit a fait l'objet d'une alerte à la sécurité en raison d'un passager perturbateur. Après avoir réclamé une aide d'urgence, l'avion a pu se poser sans encombre à Detroit.riche et brillantUmar Farouk Abdulmutallab, un Nigérian musulman de 23 ans, fils d'un riche banquier et étudiant brillant, est interrogé par le FBI depuis son arrestation vendredi. L'inculpé a avoué avoir injecté un liquide chimique dans une poudre qu'il avait cachée sur sa cuisse, pour tenter de faire exploser l'avion. Sa tentative d'attentat contre l'Airbus A330, avec 278 passagers et 11 membres d'équipage à bord, a provoqué une petite explosion et un début d'incendie. Il n'y a « aucune indication » que la tentative d'attentat contre le vol 253 fasse partie d'un complot « plus large, mais l'enquête continue », a déclaré sur CNN la ministre de la Sécurité intérieure, Janet Napolitano. Le jeune homme aurait affirmé avoir été entraîné par des membres d'Al-Qaida au Yémen, où sa famille dit qu'il s'est rendu cet été. Il est trop tôt pour « spéculer » sur les éventuels liens de l'auteur de l'attentat manqué avec Al-Qaida, selon Mme Napolitano.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :