La Fédération du Crédit Agricole organise la relève

 |   |  547  mots
Le 7 janvier prochain, un seul homme se présentera à l'élection du secrétaire général de la fédération nationale du Crédit Agricolegricole, organe politique de la Banque verte. Selon nos informations, Philippe Brassac, actuel directeur général de la caisse de Provence Côte d'Azur, devrait prendre la succession de Jean-Paul Chifflet. Ce dernier fera ses classes à Crédit Agricolegricole SA avant de prendre les rênes du groupe le 1er mars prochain pour remplacer Georges Pauget à la direction générale.Si Philippe Brassac se présente comme seul candidat, ce n'est pas faute de concurrence en interne, mais parce que la tradition prône le consensus. Deux autres candidats potentiels avaient fait part de leur motivation pour ce poste : Bruno de Laage, directeur général de la caisse Anjou-Maine et Bernard Lepot, directeur général de la caisse Nord Midi-Pyrénées. Mais la règle interne veut que les discussions en amont accouchent d'un nom permettant un vote unanime le jour J. Ainsi, lundi 21 décembre, les directeurs généraux du bureau de la Fédération ont choisi celui qui devrait devenir leur futur leader.un moment crucialLe nouvel homme fort arrive à un moment crucial, car les deux tandems clés du groupe changent. Ainsi, le probable prochain secrétaire général de la Fédération, Philippe Brassac, âgé de 50 ans, verra arriver à la présidence, en mai prochain, un homme aussi jeune que lui Dominique Lefebvre, 48 ans, président de la caisse Val de France. Ce dernier succédera à Jean-Marie Sander, qui prendra la présidence de l'organe coté lors de l'assemblée générale de mai prochain. Mais le nouveau secrétaire général est aussi celui qui va animer la réflexion du groupe sur son projet stratégique pour les dix prochaines années. Ce mathématicien de formation qui, selon un de ses proches, « aime convaincre et entraîner les gens avec lui dans les grands projets », pourra déployer tous ses talents.Par ailleurs, à un moment où le groupe recentre son discours et ses actions sur la banque de détail, la Fédération, qui a toujours été puissante, sera plus que jamais attentive aux évolutions de Crédit Agricolegricole SA. C'est d'ailleurs peut-être cette pression, pas toujours amicale dans l'histoire de la Banque verte, qui pourrait faire hésiter des patrons de caisse à rejoindre l'organe central s'ils y étaient pressentis. D'ores et déjà, si le futur patron opérationnel du groupe n'a pas constitué d'équipe, les rumeurs sur les arrivants et les partants possibles vont bon train. Pourtant, souligne un proche de Jean-Paul Chifflet, « ce dernier ne parle que lorsqu'il doit parler, et pour l'instant c'est trop tôt ». Si l'un des quatre directeurs généraux délégués du groupe, Jacques Lenormand, a fait savoir qu'il ne resterait pas, qu'adviendra-t-il du reste de la garde rapprochée de Georges Pauget ? Quant aux noms qui circulent pour prendre des fonctions opérationnelles au sein de CA SA, qu'il s'agisse de Pascal Célérier, patron de l'Île-de-France ou Michel Mathieu, patron du Languedoc, il se pourrait bien qu'ils préfèrent rester maîtres chez eux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :