La Tanzanie emploie des milliers d'enfants mineurs pour extraire son or

 |   |  419  mots
Des milliers d\'enfants sont exploités dans les mines d\'or de Tanzanie, d\'après un rapport publié, ce mercredi 28 août, par l\'association Human Rights Watch (HRW). \"Des milliers d\'enfants travaillent en Tanzanie dans des mines d\'or à petite échelle, agrées ou non\", affirme l\'ONG américaine, qui a visité 11 sites miniers de ce pays d\'Afrique de l\'Est, quatrième producteur d\'or du continent.Tandis que les garçons \"creusent et forent dans des fosses profondes et instables\" parfois jusqu\'à 24 heures d\'affilée, les fillettes \"subissent des pressions pour qu\'elles se prostituent\" ou sont \"victimes d\'exploitation sexuelle\", explique HRW.1,6 tonne d\'or extrait en 2012Selon l\'organisation, les enfants risquent en permanence d\'être blessés ou tués dans l\'effondrement des fosses ou par leurs outils. Les poussières qu\'ils respirent et les lourdes charges qu\'ils portent mettent en péril leur santé, tout comme les risques d\'empoisonnement au mercure utilisé pour séparer l\'or du minerai.La Tanzanie a extrait de ses mines 1,6 tonne d\'or en 2012 pour une valeur d\'environ 85 millions de dollars (63,5 millions d\'euros). La production est majoritairement exportée vers les Émirats arabes unis, la Grande-Bretagne, la Chine, l\'Afrique du Sud et la Suisse.\"Les accords internationaux auxquels la Tanzanie est partie stipulent que l\'emploi d\'enfants dans le dangereux secteur minier est l\'une des pires formes de travail des enfants\", a dénoncé l\'association qui estime que, \"si la Tanzanie\" a instauré \"de strictes lois\" prohibant leur travail dans les mines, \"le gouvernement a fait bien trop peu pour les faire appliquer\".Entre 500.000 et 1,5 million de Tanzaniens travaillent dans les minesL\'ONG appelle les inspecteurs du travail à \"visiter régulièrement les mines agréées et celles opérant sans licences\" et à \"faire en sorte que les employeurs faisant travailler des enfants soient sanctionnés\". \"Il est de la responsabilité de l\'industrie aurifère de s\'assurer qu\'elle ne profite pas directement ou indirectement du travail illégal des enfants\", ajoute-t-elle.HRW dénonce également le fait que la question du travail des enfants soit absente d\'un projet de soutien de 55 millions de dollars (41,1 millions d\'euros) de la Banque mondiale au secteur aurifère tanzanien. D\'après le Programme des Nations unies pour l\'Environnement (Pnue), entre 500.000 et 1,5 million de personnes travaillaient, en 2012, dans le secteur minier aurifère dans le pays.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :