Le Brexit, une provoc « so british »

Le 19  février prochain, il y a de fortes chances pour que David Cameron rentre à Londres avec un « deal ».

4 mn

Au total, cet accord n'est pas tant un costume taillé sur mesure pour Monsieur Cameron qu'une révision des traités à vingt-huit, où s'expriment les principales forces centrifuges actuellement à l'œuvre dans l'Union.
Au total, cet accord n'est pas tant un costume taillé sur mesure pour Monsieur Cameron qu'une révision des traités à vingt-huit, où s'expriment les principales forces centrifuges actuellement à l'œuvre dans l'Union. (Crédits : © Yves Herman / Reuters)

Depuis le début du mois, les diplomates ne ménagent pas leur peine pour arrondir les angles et « faire bouger le texte » de l'accord présenté le 2 février par le président du Conseil Donald Tusk au Premier ministre britannique, de façon à ce qu'il reçoive l'aval unanime des chefs d'État et de gouvernement qui se réuniront ce jour-là à Bruxelles.

Est-ce que cela suffira pour que les Anglais votent « non » à la sortie - « Brexit » -, c'est-à-dire qu'ils votent pour rester dans l'UE ? Rien n'est moins sûr, car la question de l'appartenance à l'Union européenne prend aux tripes les Britanniques, travaillés depuis des années par une presse tabloïd viscéralement eurosceptique. Or, cette offre de la Commission reflète la complexité et la subtilité du compromis européen qui répugne tant aux Britanniques.

Mais enfin, admettons que cela marche et qu'à partir de cet été, il faille appliquer l'accord. Alors, les vraies difficultés vont commencer. Car ce texte est bien plus qu'un costume taillé sur mesure pour le Royaume-Uni. C'est une petite révolution
pour l'Union européenne tout entière.

Voyons par exemple par quels arguments jésuitiques, il accorde le droit au Royaume-Uni de limiter l'accès des autres Européens travaillant sur son territoire aux bénéfices sociaux et même de restreindre tout court l'accès à son marché du travail.

« Des membres des forces actives sont attirés par certains territoires sans que cela soit la conséquence de marchés fonctionnant bien », peut-on y lire.

En d'autres termes, la liberté individuelle ne vaut que si elle est le fruit d'une force de marché fonctionnant bien. Voilà l'argument le plus contraire aux principes de liberté et de concurrence, lesquels sont justement censés créer une pression sur les marchés - et les gouvernements - pour qu'ils s'adaptent à la société... et non l'inverse. Qu'il soit le fruit d'une revendication britannique ne manque pas d'ironie.

Au nom de cette doctrine étrange, nous sommes sur le point d'ouvrir une brèche dans la libre circulation qu'il sera bien difficile de refermer. Car les justifications proposées pour limiter l'accès au marché du travail sont très générales : réduction du chômage, protection des travailleurs vulnérables, risque de déséquilibre des systèmes sociaux... Et on ne voit pas tellement pourquoi, une fois que le Royaume-Uni aura obtenu de tels aménagements pour des raisons aussi générales que le mauvais fonctionnement du marché ou le chômage, d'autres ne soient tentés d'en demander le droit.

Le plus drôle est que la Pologne, très réservée sur ces dispositions qui visent des centaines de milliers de ses concitoyens partis chercher fortune au Royaume-Uni, a déjà annoncé qu'elle allait augmenter ses salaires et améliorer ses prestations sociales. Quand Varsovie donne une leçon de libéralisme à Londres...

La libre circulation n'est pas le seul sujet

Les passages sur l'union monétaire valent également le détour. L'accord prévoit notamment la création d'une nouvelle minorité de blocage au sein du Conseil européen, au bénéfice uniquement des pays non membres de la zone euro... qui pourront bloquer la législation propre à la zone euro. Un « droit de veto » contre lequel s'est insurgé Martin Schulz, lequel ne verrait que des avantages à passer dans l'histoire comme celui qui aura créé une chambre de la zone euro au sein de l'assemblée européenne qu'il préside.

Londres a également obtenu que l'on pose le principe d'un double jeu de législation secondaire en matière financière. Or, toute l'efficacité de la régulation financière dépend justement de la législation secondaire, ces centaines de normes techniques
qui peuvent avoir une influence sur les opérateurs.

Cette histoire de règles techniques différenciées pour les membres de la zone euro et les autres est si énorme, tellement en contradiction avec toute la politique menée jusqu'à présent et consistant précisément à éviter le moins-disant réglementaire, en particulier de la City, que les services de Jonathan Hill, le commissaire britannique chargé de la régulation financière, assurent qu'ils n'en ont jamais entendu parler avant, et qu'ils n'ont aucune idée de ce que cela veut dire... On se pince ! Au total, cet accord n'est pas tant un costume taillé sur mesure pour Monsieur Cameron qu'une révision des traités à vingt-huit, où s'expriment les principales forces centrifuges actuellement à l'œuvre dans l'Union. Celle-ci ne survivra donc à ce relâchement du pacte commun qu'à condition d'enchaîner rapidement sur la création d'un premier cercle
de pays, les membres de la zone euro, qui suivraient, eux, le mouvement inverse, celui d'une union (vraiment toujours) plus étroite.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 18
à écrit le 21/04/2016 à 13:44
Signaler
C'est du pipo me Brexit les anglais gardent leur monnaie pourquoi n'en ferions pas de même,il découlent les produits américaines sur le sol européen dans l'illégalité , nous sommes le rempart pour les migrants ,les problèmes pour nous ils touchent le...

à écrit le 18/02/2016 à 18:35
Signaler
Ce qu'il faut retenir de cette histore, c'est que les britanniques sont mieux burnés que nous !... et ce n'est pas nouveau ! La création d'un premier cercle est une idée intéressante mais je n'y crois plus. Armonisation fiscale, sociale, environneme...

à écrit le 14/02/2016 à 12:36
Signaler
Regardons au delà du bout de notre nez, bouché ; puisque c'est de la géo-stratégie. Pour les Français, leur soumission contrainte reste figée par les conséquence de ce qui s'est passé en 1.940 puis 1.945. 1/ N'a pas été réalisé un protectorat des ...

à écrit le 13/02/2016 à 11:52
Signaler
nous avons changé d époque ! mais pas de gouvernement qui soit a meme de défendre les intérets des FRANCAIS (agriculture ext....

le 13/02/2016 à 13:32
Signaler
@profiteers: c'est en effet la grande différence avec notamment la GB et la Russie. Eux défendent leurs intérêts, nous n'avons que des lâches intéressés par leur carrière :-) J'ai de plus en plus l'impression que les immigrés (que Hollande veut faire...

à écrit le 13/02/2016 à 11:09
Signaler
Le mieux pour l'Europe et pour la position de Paris en Europe est de les laisser partir.

à écrit le 12/02/2016 à 19:50
Signaler
Mais pourquoi envions-nous toujours les Anglais si nous ne sommes pas capables de faire comme eux et de nous battre avec les mêmes armes qu'eux ? Ils ne voient peut-être que leur intérêt, mais pourquoi nous chargerions-nous de celui des autres ? C'es...

le 13/02/2016 à 9:32
Signaler
Tout à fait Et il nous suffirait sans sortir du marché commun de défendre pour nous-mêmes ce que Cameron défend pour son pays

à écrit le 12/02/2016 à 19:44
Signaler
On sait très bien depuis le début que les "courageux" anglais voteront le maintient dans l'Europe. Mais que tout est fait bien sûr pour qu'ils obtiennent leur petit plus, alors on fait monter la pression. Après ils s'enorgueilleront en disantqu'ils o...

le 13/02/2016 à 9:28
Signaler
Je pense que les anglais ne sont pas moins "courageux" aujourd'hui qu'en 1940

à écrit le 12/02/2016 à 18:26
Signaler
il faut laisser partir l’Angleterre, puisqu'ils le veulent.

à écrit le 12/02/2016 à 17:53
Signaler
Toutes ces discussions se font dans le dos souverain des citoyens de cette Union. La question est donc devons nous maintenir cette Union pour une Angleterre qui n'en veut pas une Pologne pro américaine une Allemagne qui joue perso une France qui ne ...

le 26/02/2016 à 19:19
Signaler
Je me retrouve dans votre commentaire. De pro-europe enjoué, à eurosceptique de plus en plus convaincu. Plus l'europe avance, plus les problèmes s'accumulent, plus les problèmes s'accumulent, plus les politiques nous disent de renforcer l'Europe. Il ...

à écrit le 12/02/2016 à 17:32
Signaler
Devant la lâcheté et l'incompétence notoire des élus, notamment français, il aura sans doute son "deal". Toutefois, il gagnerait plus à sortir de l'UE tout en en conservant les avantages. La GB pourrait comme certains pays, en particulier du Maghreb,...

à écrit le 12/02/2016 à 17:30
Signaler
Que de temps nous perdons à discuter avec les Anglais! L'Europe est ce qu'elle est, bonne ou mauvaise, mais à prendre telle qu'elle est. Les Anglais gardent ce qu'ils ont, grosso modo la finance, City et Livre et il sortent de l'UE s'ils ne sont pas ...

à écrit le 12/02/2016 à 15:40
Signaler
Le fait est que les anglais ne seront pas les seuls à demander à rester dans le marché commun tel qu'il était quand ils sont rentrés et non dans une zone qui prétend converger vers un état fédéral...

le 12/02/2016 à 17:00
Signaler
Bof, ils ne le voudront que tant que tout va bien pour eux. À la première crise venue, ils seront les premiers à venir réclamer la protection du mastodonte fédéral.

le 12/02/2016 à 17:18
Signaler
Qu'ils se cassent, une bonne fois pour toutes... Ca suffit le chantage permanent digne d'une cour de récré...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.