A ceux qui rêvent d'un "shutdown" à la française

 |   |  815  mots
Philippe Mabille | DR
Philippe Mabille | DR (Crédits : ALBERT CAEN)
Est il vraiment raisonnable d'imaginer que la France puisse se retrouver dans une situation de blocage budgétaire comme celle que connaissent les Etats-Unis?

La dernière idée à la mode, chez les libéraux, est de prier pour qu'il y ait en France un « shutdown » budgétaire, à l'image du bras de fer politique qui vient de démarrer aux États-Unis sur le plafond de la dette. Soyons clair, ce genre de « Grand Soir », qui est déjà arrivé une fois chez nous en 1980 lorsque le RPR de l'époque avait refusé de voter le budget de Raymond Barre, n'est pas forcément une si bonne nouvelle. Aux États-Unis, la grève budgétaire du Congrès en 1995 avait duré trois semaines et coûté cher à la croissance. Le « shutdown » actuel pourrait amputer la reprise américaine de 1,4 point au quatrième trimestre selon Moody's si le blocage sur l'Obamacare durait plus d'un mois.

Les désaccords budgétaires finissent par se résoudre

Heureusement, ce n'est pas le plus probable. Déjà, la fermeture de certaines administrations et services touristiques aux États-Unis donne l'image déplorable d'un pays ingouvernable, un peu à l'image de l'Italie, menacée jusqu'au milieu de la semaine d'un "risque létal" par les derniers feux du berlusconisme.

Heureusement aussi, ces désaccords budgétaires finissent toujours par se résoudre. Aux "Etats-Désunis d'Amérique", la fronde des ultras du parti républicain commence à faire désordre à l'intérieur même du parti de l'éléphant, tant il paraît évident que le président Obama, dont c'est le deuxième et donc dernier mandat, ne cèdera sur la réforme-phare de sa présidence : l'assurance-santé pour tous.


Revivifier la démocratie parlementaire

L'idée d'un "shutdown" en France peut, sur le principe, apparaître séduisante. Depuis 40 ans, depuis 1974 exactement comme le rappelle l'économiste Pierre-François Gouiffès dans son livre "L'Âge d'or des deficits" (La Documentation française - voir son blog Génération Déficits), aucun budget n'a été en équilibre. Droite et gauche réunies portent donc une lourde responsabilité dans l'accumulation sans limite de l'endettement public qui dépassera l'an prochain le seuil des 2000 milliards d'euros, soit 95,1% du PIB.

Responsables, mais pas coupables, les députés pourraient donc s'honorer à changer de pied et jeter leurs « godillots » pour se mettre à examiner un peu plus sévèrement les budgets qui leurs sont présentés. C'est d'ailleurs l'esprit même de la LOLF, la Loi Organique relative aux Lois de Finances - votée à l'unanimité en 2001, sous Lionel Jospin - que de revivifier la démocratie parlementaire et de redonner au peuple - qui vote la loi fiscale - le pouvoir de dire « non » au gouvernement.

Bien évidemment, n'en déplaise aux partisans d'une telle voie, cela n'arrivera pas. D'abord parce que, malgré ses problèmes d'autorité au sein de son gouvernement et de sa majorité, François Hollande a, pour l'instant du moins, une majorité à l'Assemblée nationale. Et que celle-ci est tenue de voter le budget. On n'est donc pas dans le cas de figure américain qui est une sorte de cohabitation entre Obama et le Congrès. Ensuite parce que cela serait immédiatement sanctionné par un plongeon en récession, tant le poids de l'Etat est grand dans le fonctionnement de l'économie. Qui prendrait une telle responsabilité surtout en pleine sortie de crise.

L'usine à gaz du "Businesscare" de François Hollande

Ce qui pourrait se passer durant l'automne budgétaire est tout autre. La pression monte en effet à gauche contre une mesure que les députés ont voté comme un seul homme l'an dernier mais dont l'effet, décalé en 2014, n'avait pas été perçu comme un problème politique à l'époque. Il s'agit bien sûr du Crédit impôt compétitivité emploi, la mesure la plus importante prise jusqu'ici par le président de la République : 20 milliards d'euros de baisse de l'impôt sur les sociétés pour rembourser les charges sociales et baisser ainsi à terme, en 2015, de 6% le coût du travail en France. Financée par la hausse de la TVA, cette réforme fait rentrer la France dans l'ère de la politique de l'offre.

Certes, quelques aménagements au budget le rééquilibreront un peu en faveur des ménages modestes, mais l'orientation générale ne changera pas, au nom de la priorité donnée désormais à l'entreprise. Ce CICE est certes imparfait: trop général parce qu'il touchera des secteurs non exposés à la concurrence, pas assez ciblé sur l'industrie, comme l'aurait pourtant souhaité Louis Gallois. Mais il a le mérite d'exister, et malgré son côté usine à gaz, le patronat, qui se rebelle contre la création d'un « impôt imbécile » sur l'excédent brut d'exploitation, ne peut pas, sur ce terrain en tout cas en faire reproche à François Hollande. Comme Obama pour l'ObamaCare, François Hollande se battra pour son « BusinessCare ».

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/10/2013 à 13:48 :
Il faut absolument contrer les socialos democrates billes en tete.BRAVO les republicains.
a écrit le 03/10/2013 à 12:24 :
Et oui, vous avez raison, tout cela ne se produira pas en France. Car les budgets, quels qu'ils soient, ne sont pas tenus: Quel intérêt donc de se disputer sur ces sujets, si ce n'est les fameux effets de manches, ridicules, que nous voyons, pour ceux qui regardent, à l'Assemblée? La politique est très éloignée de la Gestion des finances publiques, puisqu'à écouter nombre de commentateurs, tout est dans la petite phrase, pompeusement réhabillée du vocable "stratégie".. La Stratégie des politiques? c'est un peu soutenir le concept de l'état Stratège.. ridicule! En fait, le choix est ou politique, comme aux USA apparemment (on règle les différents à l'assemblée), ou s'effectuera sur les marchés (leur fameuse dictature, faute de mieux)...Mais pendant que les représentants légaux de la Nation jouent à leurs petits jeux sans intérêt, les entreprises s'organisent, modifient leurs périmètres, les grandes fortunes se délocalisent, ou tout du moins modifient les allocations de portefeuilles (je gage que celui de mon grand-père, petit commercant, n'était constitué que d'actions françaises). Le monde bouge, s'organise, et avec l'idée très claire dans la tête de tous désormais: ne jamais croire l'Etat!
a écrit le 03/10/2013 à 10:55 :
qui peut encore croire que les dettes seront remboursées??? la seule question qui reste encore c'est comment? Shut down?? audit ??? ou on attend gentille ment que cela explose tout seul??? Perso, je préfère celle qui permet aux peuples de prendre les devants : l'audit!!!
a écrit le 03/10/2013 à 10:39 :
Il y aurait beaucoup dire sur cet article !
La France n'est pas les USA, ça c'est sûr et les clivages politiques n'ont rien à voir, tant est qu'il existe vraiment des "clivages", en effet ce pays depuis 70 ans est une République Bolchevique (qui a réussi) parce que Les Gaullistes depuis 1946 : RPR, UNR, UMP etc...n'ont jamais ô grand jamais été de DROITE LIBERALE à l'instar des Républicains Américains, des Conservateurs Britanniques ou de la CDU/CSU Allemande.
Depuis 70 ans ils se partage le pouvoir entre Vrai gauche et fausse droite avec des résultats affligeants comme vous le démontrez en matière de gestion financière du Pays.
Un SHUTDOWN Français serait de virer les dizaines de milliers de fonctionnaires hauts, grands et petits pour faire table rase d'un Etat tout puissant ressemblant plus à un Politbureau Bolchevique qu'à une démocratie libérale Occidentale.
a écrit le 03/10/2013 à 9:53 :
Le régime socialiste tombera par les injustices qu'il crée. Prélèvement élevé et redistribution arbitraire, privilégiant une catégorie sociale ou une autre, une activité économique ou une autre. L'école n'a jamais été aussi inéglitaire tant le nombre d'heure d'enseignement a été réduit pour tous. La question est bien de savoir comment bloquer ce gouvernement quand le législatif et le judiciaire sont à sa botte, ainsi que toute l'administration.
a écrit le 03/10/2013 à 7:17 :
le shutdown arrivera de facto quand la france aura des pbs a placer sa dette, vu qu'elle est structurellement deficitaire, et depend au 2/3 de l'etranger pour sa dette
a écrit le 03/10/2013 à 7:01 :
Les riches ne veulent pas payer pour aider les pauvres. Un pays basé sur des inégalités folles peut il fonctionner ? La preuve que non. En France c'est pire, mais ça fonctionne pour peu de temps encore....bientot le chaos, je le pense.
a écrit le 03/10/2013 à 6:50 :
Et cela ne dure jamais très longtemps car c'est le plus exemple de décridibilisation des politiques, quelle que soit leur tendance. Les citoyens peuvent accepter un temps le "tous pourris" mais ne sont surement pas prêt d'accepter de voir les politiques déclencher un conflit nucléaire social pour de basses raisons idéologiques sinon cela pourrait leur couter leur tête, au figuré bien sur, puisque la France ne guillotine plus les coupables de haute trahison envers le peuple.
a écrit le 03/10/2013 à 1:42 :
Un cinquième - voire plus - de la population "active" est subventionnée à ne rien faire par nos impôts. Bande de CONNARDS! JE SEQUESTRE MES IMPOTS!
a écrit le 02/10/2013 à 22:10 :
Ce n'est pas un rêve, mais cela va devenir rapidement la réalité, plus vite que vous pensez avec les socialistes au pouvoir.
a écrit le 02/10/2013 à 21:13 :
avec le mot social , cela peut dériver... un jour a coté ils ont pris leur pied , remarque il y a LONDRES et puis notre AMI PRUNIER . mais apres faut reprendre le MANCHE dans les deux sens du terme je crois que je suis trop vieux pour' ces conneries.
a écrit le 02/10/2013 à 20:54 :
il peut y avoir un " shutdown " entre Paris et Bruxelles si le budget français est retoqué
a écrit le 02/10/2013 à 20:33 :
A part les sociopathes habituels sur la Tribune, je ne vois pas qui peut souhaiter ça. PS : sociopathe = petit rentier cupide bénéficiant à fond de l'état providence à crédit et qui veut faire croire que la dépense publique correspond uniquement aux traitements des fonctionnaires (qu'il traite d'ailleurs de feignants à longueur de journée depuis son canapé)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :