Hollande et le contrat de confiance

 |   |  1521  mots
Hollande assume sa ligne sociale-démocrate... Mais la majorité va-t-elle le suivre ?
Hollande assume sa ligne sociale-démocrate... Mais la majorité va-t-elle le suivre ? (Crédits : reuters.com)
L'appel au rassemblement national dit "pacte de responsabilité" lancé par le président de la République sera-t-il entendu par les Français, au risque de voir le socialisme y perdre ses repères ?

Ce qui ne sont pour l'instant que des "paroles, paroles, belles paroles" suffiront-elles, par la magie d'une conférence de presse présidentielle à convaincre les Français « d'acheter » le pacte de responsabilité proposé par François Hollande. Ce mardi 14 janvier, le président de la République s'est adressé directement aux Français, pour les interpeller, les mobiliser, les bousculer et tenter de les rassembler autour d'un principe simple : rétablir le contrat de confiance qui doit unir un pays au nom du seul objectif économique qui vaille, l'emploi. Pour le chef de l'Etat, ce qui est en jeu, c'est de définir « un grand compromis social », selon lui peut-être « le plus important compromis proposé à notre pays depuis des décennies ».

La social-démocratie assumée

L'intention est bonne, même si on peut regretter que ce pacte intervienne bien tard, plus de 18 mois après son accession au pouvoir, et après bien des errements, des tergiversations et des paris hasardeux. Surtout, malgré l'urgence du calendrier fixé par un président obligé de clarifier son positionnement le dos au mur, il reste encore bien flou, sur les modalités et le financement. De quoi patienter quelques mois, le temps de passer les élections intermédiaires, diront les sceptiques ou les cyniques.

Ce qui est en jeu, à travers ce pacte, c'est non pas un quelconque tournant, mais bien un approfondissement de la politique de l'offre sociale-démocrate que François Hollande tente de proposer au pays depuis la parution du rapport Gallois et sa conversion tardive à l'automne 2012 à la nécessité d'un choc de compétitivité pour rétablir une économie française éprouvée par six années de crise, depuis 2008.

Des moyens limités

En fait de pacte, le chef de l'Etat dispose cependant de bien maigres munitions. S'il reprend au vol la demande du patronat (qui parle lui de pacte de confiance) d'une suppression des 30 à 35 milliards d'euros de cotisations des employeurs à la branche famille de la sécurité sociale, ce chiffre, on l'a bien compris, inclut en réalité les 20 milliards d'euros déjà dévolus au crédit d'impôt compétitivité emploi conçu dans la foulée du rapport Gallois. Celui-cidoit monter en puissance jusqu'en 2015 pour représenter alors 6% de baisse de la masse salariale pour les emplois rémunérés en-deçà de 2,5 Smic.

10, peut-être 15 milliards d'euros de plus seront donc mis sur la table, sous un format encore incertain, soit d'une refonte du CICE, voire son reprofilage, soit d'un allégement direct des charges sociales. François Hollande l'a bien précisé, le périmètre de ce pacte concerne bien « l'équivalent » des cotisations patronales famille, crédit d'impôt compétitivité emploi compris.

Pour le patronat, qui réclame de son côté sans vergogne 100 milliards d'euros d'allégement des charges, et des impôts, le compte n'y est pas, même si, à n'en pas douter, Pierre Gattaz ne manquera pas de saisir la balle au bond pour entrer dans la négociation.

Hollande place la barre très haut avec la gauche

Avec la gauche, la bataille promet d'être plus difficile pour François Hollande, accusé de mener au mieux la politique de son prédécesseur, Nicolas Sarkozy, voire même d'être un vrai libéral déguisé sous le masque du social démocrate qu'il a assuré être. Ce dont il s'est défendu avec vigueur... C'est pour cela que pour imposer son pacte de responsabilité, le chef de l'Etat a non seulement fixé un calendrier très court, dicté par l'urgence, mais aussi prévenu qu'il engagera la responsabilité de son gouvernement, en mai prochain, lors d'une grande conférence sociale de printemps censée apporter des réponses au choc annoncé hier : choc sur le coût du travail, pour relancer l'embauche, choc de simplification pour lever les contraintes sur les entreprises, notamment les TPE/PME, et enfin choc sur la sphère publique, appelée à se reconfigurer.

D'ici là, « à chacun de prendre ses responsabilités », a averti François Hollande qui met en somme toutes les parties prenantes, entreprises, patronat, syndicats, parlementaires de sa majorité, et élus locaux au pied du mur. Pour rendre politiquement acceptable son pacte, le président de la République a donc placé, au moins dans les mots employés, la barre assez haut en terme de contreparties. L'Etat, mais aussi les collectivités locales (régions et départements dont les compétences seront dit-il clarifiées) et le système de protection sociale sont appelés à faire un effort important pour financer, par des économies (au moins 50 milliards sur les trois prochaines années) l'allègement du coût du travail et la réforme fiscale annoncée, avec en ligne de mire la poursuite de la réduction des déficits publics selon le rythme annoncé à Bruxelles et à terme, permettre une trajectoire de baisse des impôts des ménages comme des entreprises. La redistribution, c'est pour 2017. D'ici là, les Français sont appelés à consentir encore des sacrifices, sans remettre en cause le modèle social.

Entrer dans un nouveau cercle vertueux

Mais les entreprises ne seront pas en reste car les "contreparties" qui seront exigées en échange de ces allégements de charges sont dans l'affichage au moins importantes : rien de moins que des objectifs chiffrés d'embauche, d'insertion des jeunes et d'emploi des seniors, des engagements aussi en terme de rémunération et de dialogue social. Ce tant au niveau national qu'au niveau des branches professionnelles. Le Medef, qui affirme possible si les conditions sont réunies de fixer l'objectif de créer 1 million d'emplois net en cinq ans, est donc attendu au tournant.

Dans « pacte de responsabilité », les deux mots sont importants : le pacte évoque le contrat loyal librement consenti entre les différentes parties. La responsabilité, elle, fait référence à l'intérêt réciproque qu'elles ont à respecter l'accord. A l'Etat de se réformer, dans toutes ses composantes, pour générer suffisamment d'économies pour réduire les frais généraux de notre modèle social, sans le détruire pour autant. Aux entreprises de profiter de la reconstitution de leurs marges pour investir et recréer des emplois en France, ce qui générera de la croissance, des recettes nouvelles et fera baisser les déficits, la dette. Bref, ce pacte de responsabilité, c'est tout à la fois le pari et l'espoir de faire rentrer la France dans un nouveau cercle vertueux.

Hollande prêt à prendre des risques

Le chantier est en apparence titanesque, mais il ne peut s'envisager que dans une mise en œuvre progressive. Le choc de simplification promis aux entreprises, la reconfiguration du millefeuille administratif local avec la réduction du nombre de régions et de départements, la réforme de l'hôpital et la remise à plat des dépenses de santé abusives (par un nouveau parcours de soin) ne se feront pas en un jour, ni même en six mois.

La nouveauté, car il y en a une apparu avec cette conférence de presse dont on peut créditer François Hollande, c'est que le président de la République a décidé de s'y impliquer personnellement. Et qu'il est monté seul en première ligne, prêt à prendre ses risques. Au risque de se renier ou de renier ses convictions ? C'est ce qu'une partie de la gauche nostalgique d'un socialisme de la demande ne manquera pas de lui reprocher.

Quelle alternative ? 

Pourtant, au fond, ce à quoi on a assisté ce mardi 14 janvier, et c'est peut-être ce qui fera de ce jour une date historique dans l'histoire de la gauche française, c'est à l'aggiornamento du logiciel économique et social d'un président tellement isolé, décrédibilisé y compris par ses propres histoires personnelles, qu'il a décidé de brûler tous ses vaisseaux pour s'adresser directement au peuple français et à sa capacité de rebondir. L'opinion, que l'on dit dans une "dépression collective" selon le dernier baromètre du Cevipof, n'y semble pas opposé. Un récent sondage montre que les trois quart des Français sont favorables à cette démarche du pacte de responsabilité. Après tout, on n'a peut-être pas tout essayé pour vaincre le chômage, alors pourquoi pas un "contrat de confiance" comme le professe un célèbre distributeur d'électroménager...

Car finalement, quelle est l'alternative ? Augmenter encore la dépense publique, les déficits et la dette ? François Hollande l'a clairement rejeté, en réaffirmant plus fortement que jamais ses choix européens et promettant de nouvelles initiatives fortes avec l'Allemagne pour février prochain.

Dés lors, c'est la France elle-même qui est attendue au tournant pour sortir du « déclassement » auquel elle semble s'être condamnée inexorablement. Et sur ce terrain, François Hollande est désormais condamné à  obtenir enfin, des résultats. Car c'est sur ceux-ci seulement, il en est convaincu que les Français le jugeront, en 2017, et peut-être même, s'il échoue, avant…

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/03/2014 à 9:26 :
Que les parties commencent par être eux même "responsables" et les citoyens le deviendront aussi...
a écrit le 15/01/2014 à 18:23 :
Contrat de confiance?!!!???, puis quoi encore venant de la bouche de cet individu grotesque, cynique, suffisant, et fanfaron, non mais je me marre!.
a écrit le 15/01/2014 à 16:24 :
On disait que la France avait perdu la pole position, et bien voilà elle l'a retrouvée avec l'affaire Gayet. C'est plutôt pas mal ! Les journalistes et ltout le monde adorent les histoires d'alcôve. Ils ont adoré les cochonneries de Clinton, ne se sont pas lassés des frasques de DSK et se délecteront des amours cachées de Hollande. Moi ça me le rend plutôt sympathique, ce Hollande !!!!
a écrit le 15/01/2014 à 14:51 :
Bienvenue dans votre Espace Contrat de Confiance, des garanties pour tous, incluses dans le prix!
c’est l’assurance d’être accompagné 7J/7 et 24H/24
Connaissez-vous la livraison en soirée ?
Remboursement et échange sous 10 jours en magasin
Réponse de le 15/01/2014 à 23:25 :
Dans les faits le remboursement est laborieux voir impossible à obtenir dans un délai raisonnable mais vous pouvez immédiatement profiter d'un avoir pour vous faire avoir de nouveau.
a écrit le 15/01/2014 à 14:22 :
Qu'est-ce qui va vraiment mettre le feu à l'étincelle? Le président de la République fraçaise veut nous faire connaître physiquement le quotidien des grecs,espagnols, portugais, irlandais,italiens. Dans ces pays la misère s'aggrave se répand chaque jour un peu plus et pourtant les parlements ne brûlent pas les dirigeants et la troîka sont toujours vivants. M Hollande sera t-il la goutte d'eau?
a écrit le 15/01/2014 à 14:21 :
Il n'y a rien de changé depuis l'époque des rois de France. A quoi cela a-t-il servi de faire la révolution? il ne manque plus que certains ministres que je ne nommerai pas remettent au goût du jour les lettres de cachet!
a écrit le 15/01/2014 à 13:51 :
Contrat de confiance du Roi, il faudrait déjà avoir confiance en ce Roi !!!! Il ferait mieux de s' installer rue du Cirque, il serait plus à sa place !!!
a écrit le 15/01/2014 à 11:22 :
Monsieur DARTY entre en piste. En bon clown et mauvais acteur qu'il est ! L'enfumage c'est maintenant et ça va continuer .J'ai un excellent ministre de la quenelle qui pourfend la liberté d'expression mais protège la vie privée .Mais à part ça je ne veux pas deux poids deux mesures . AH BON !!!
a écrit le 15/01/2014 à 9:07 :
Concrètement, ça va changer quoi ? Rien, c'est un marche de dupes, comme la conférence sociale des 35 heures.
a écrit le 15/01/2014 à 7:00 :
Le nouveau HOLLANDE c'est "DARTY" ! le contrat de confiance va tout régler à commencer par l'attribution de poste privilégié aux copins et copines (nomination de gayet au jury de la villa médicis) comme par hasard
C'est terminé je ne vote plus PS et pour les européennes ils assumeront leur comportement de BOBO....
Quand à la suppression des cotisations familiales des entreprises où vont -ils trouvés les économies? 35 milliards de ressources à trouver ailleurs mais où et pourquoi ne l'ont-ils pas fait avant ? Rien et encore rien, que des grandes phrases, que des commissions, des groupes de travail annoncés autant dire que rien n'a été véritablement étudié, que des annonces sans véritables réflexion...Chers compatriotes nos politiques sont acculés et accumules toujours et encore des avantages. Pourquoi n'y a--t-il toujours pas de plafonnement des retraites ? ah oui, AYRAULT va cumuler près de 15000 euros de retraites mensuelles (180000 € par an) suivant un article du "POINT" en période de crise indécent et ils ne feront rien si ce n'est qu'augmenter le temps des cotisations de la classe moyenne....voilà j'ai vidé mon sac je suis écœuré et mon fils 25 bac +5 est au chômage, quelques cdd/interim plus ou moins en rapport avec sa formation mais pas assez pour être indépendant, ça c'est notre réalité et pas celle de nos politiques.....
Réponse de le 15/01/2014 à 7:39 :
En effety, PERSONNE ne relait cette information du Point qui donne le montant de la retraite de Ayrault. L'équivalent de 30M€ en banque pour une peronne dans le privé! <et il n'est pas le seul. Messieurs/Dames les journalistes de la Tribune, une petite réaction? Une petite enquête sur ces sommes faramineuses que s'octroient ces magnats de la Répûblique? Ou bine on reste dans le politiquement correct?
a écrit le 15/01/2014 à 1:17 :
vous avez tout a fait raison ,c 'est fou comme a ces moments là il y a des tas de promesses qui sont faites ; ce qui fait peine ce sont certains français qui boivent ces paroles mensongères comme du petit lait .
a écrit le 14/01/2014 à 23:16 :
Faîtes lui confiance voyons! D'autres l'on fait avant vous, n'est-ce pas Ségoléne et Valérie?
a écrit le 14/01/2014 à 22:18 :
Darty l'a inventé ...le contract de confiance...Hollande l'a reactualisé . D'autres homme politique disaient "..ayez confiance ..." Bref quand on est obligé de faire appel a la confiance reciproque, c'est que celle ci a disparue naturellement, et il ne suffit pas de l'appeler ,pour qu'elle revienne .La confiance est la cousine de la croissance ....elles ne se laissent pas avoir avec des paroles douteuses ...
a écrit le 14/01/2014 à 21:36 :
Du flou, rien de chiffré, de détaillé, des considérations dans un futur incertain alors qu'il y a urgence. Des mesures doivent être prises tout de suite, mais ce gouvernement en est incapable.
Le Président a confirmé, une fois de plus que les Français ont grandement raison de ne lui faire aucune confiance et de renvoyer son pacte aux oubliettes.
Les élections vont lui faire mesurer la profondeur du ressentiment de la population à son égard.
a écrit le 14/01/2014 à 21:10 :
Avant les municipales vous entendrez toutes sortes de discours plus merveilleux les uns que les autres, je vous le prédis.
D'après les derniers sondages les français ont envie que les affaires de la France prennent une tournure plus libérale, et hop comme par enchantement les français peuvent entendre le discours qu'ils attendaient. Elle est pas belle la vie ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :