L’acte II manqué de Macron

 |   |  703  mots
Le gouvernement a fait exploser en vol son acte II avec une réforme des retraites qui reste et restera contestée.
Le gouvernement a fait exploser en vol son acte II avec une réforme des retraites qui reste et restera contestée. (Crédits : POOL)
ÉDITO. La violence politique qui s'aggrave avec la réforme des retraites se nourrit d'un procès en illégitimité, avec des actions de plus en plus radicales qui inquiètent d'autant plus le pouvoir qu'il n'en voit pas venir la fin. Par Philippe Mabille, directeur de la Rédaction.

Pour clore la séquence du Grand débat national et éteindre, autant que faire se pouvait, la séquence « gilets jaunes », Emmanuel Macron avait lui-même évoqué, l'an dernier, lors d'une de ses trop rares conférences de presse ouvertes, l'entrée dans un acte II du quinquennat. Un nouveau chapitre de son mandat, plus délibératif, plus horizontal, placé sous le signe de l'apaisement des fractures sociales et territoriales. Le chef de l'État, fan de théâtre, a pu mesurer récemment au Théâtre des Bouffes du Nord, à Paris, l'échec de cette stratégie. Lors de la manifestation dite de la « retraite aux flambeaux », le 23 janvier, quelques hurluberlus ont aussi défilé en portant sa tête (en carton-pâte) au bout d'une pique, pendant que d'autres ont affiché une banderole...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2020 à 6:35 :
1OWLA5H8Z9 www.yandex.ru
a écrit le 06/02/2020 à 9:27 :
Non acte réussit !!! Sont but était d'avantager ceux qui ont de l'argent!

Et lorsque les 5% des plus pauvres voit diminuer de plus de 250 euros leurs revenus et que les plus riche 5% gagnent 2500 euros, disons que cela montre comment le média aussi peu tordre la réalité, mais pour le cout cela permet de mettre des chiffres sur la réalité !!

Alors ensuite venir dire que cela va mieux alors que l'on supprime, assedics, allocations logements et que l'on met les gens en situation de rupture, cela permet sans doute de sortir un tas de gens des statistiques du chômage y compris par la formation, et ensuite parler de chiffre de l'emploi qui est un non sujet dans son quinquennat !

Car y a t'il une vision? y a t'il un discours? autour de la création de valeur?

Juste des transferts économiques au premier de cordée qui depuis longtemps offshorise leur argent et n'investissent que dans des intérêts financiers.

Donc nous constaterons a la fin de son mandat que le pays sera encore plus endetté, qu'il n'y aura aucun développement par le travail et pour couronner le tout, comme en ce moment dans les rues de Paris, chacun peut constater a quel point nous ne faisons plus société!

Acte 2, a part parler d'identitaire pour satisfaire la logique du continent, dans un glissement idéologique qui ne dit pas son nom.....

Et tout cas cela montre les choix qu'il fait, mais comme avec l'image du LBD, responsable mais pas coupable... Et cynique en plus.....

Il semble évident que la responsabilité d'avoir fait entrer le pays dans la violence est un acquis de son mandat!

Les gens seront plus pauvres, sauf une partie de 20% de la population qui pense se faire la cerise.

Nous constaterons donc plus rapidement la dislocation ....
a écrit le 05/02/2020 à 18:23 :
L'antimacronisme ambiant masque la réalité, à savoir une augmentation des revenus des ménages sans précédent de 2008.
a écrit le 05/02/2020 à 17:34 :
Macron ne fait qu'expérimenter le retour social de boomerang de ses actes institutionnels, qui sont violents.

Depuis qu'il est au pouvoir la quasi totalité des lois sont votées en procédure d'urgence, sans tenir aucun compte des (contre)- propositions de l'opposition.
Les propres députés de LREM sont eux-même maltraités par les dirigeants de leur propre groupe et le gouvernement.
Personne ne les consulte, le président n'a jamais reçu ses députés, à l'inverse de Hollande, ou Sarkozy (trop...) ou Chirac.

L'ensemble des lois votées est extrêmement dur avec les plus déshérités, qui sont les premiers touchés par les réformes sur le travail, le chômage, la fiscalité.

Même dans ses rapports avec les élus locaux, l'Elysée est violent. Des décisions négatives pour les mairies et les collectivités locales sont imposées sans concertation, sans négociation, sans souci d'arrondir les angles. Forcément ça laisse des traces, même chez les élus les plus conciliants.

Je ne sais pas dans quelle mesure Macron cherche cet affrontement, où si c'est seulement le signe d'un désordre comportemental plus profond, mais on n'en est pas là en France sous l'effet du hasard. Macron a une responsabilité écrasante dans le climat de violence.
Réponse de le 05/02/2020 à 18:25 :
Vous décrivez là quelqu'un qui a été élu sur un programme et qui tient à le respecter. Cela nous change des précédents qui changeaient au gré du vent et de la réaction des syndicats ou qui arrondissaient tellement les angles comme vous dites que leurs montagnes accouchaient des souris.
Réponse de le 05/02/2020 à 19:46 :
@Tototiti Macron n' avait pas de programme, il avait les GOPE de l' UE ou feuille de route de Bruxelles ; 20 Mn mais pas que, "Présidentielle: Pas de programme Macron? On a cherché les propositions du candidat" !

Un vide, sidéral quand les GOPE gopettaient, par derrière..
Réponse de le 05/02/2020 à 21:55 :
Non je décris quelqu'un qui est fondamentalement trop incertain de lui-même pour accepter que ses propositions soient soumises au filtre de la démocratie parlementaire.

Alors il se réfugie derrière un programme assez fictif. En ce qui concerne les retraites, la réforme devait se faire sans déplacer l'âge de la retraite ni faire baisser les pensions... et c'est l'inverse qui se produira avec l'âge pivot à 64 ans et les nouveaux modes de calcul.

J'ajoute également qu'édicter en dogme un programme c'est aussi idiot que de dire "je suis la route à 80 km/h, qu'il qu'il arrive". Parfois les ponts sont emportés, les routes sont verglacées et les arbres sont en travers.

Sur la durée de leur mandat, tous les présidents ont été confrontés à des situations changeantes et heureusement , ils se sont adaptés en modifiant leurs plans initiaux pour éviter des catastrophes économiques ou politiques. L'adaptabilité est une preuve d'intelligence
Réponse de le 06/02/2020 à 9:32 :
Le mot autoritariste est exactement cela , un point sur la définition en rapport avec son discours pour mieux comprendre!

"Le terme autoritarisme peut désigner aussi bien un comportement que le mode de fonctionnement d'une structure politique. L'autoritarisme consiste dans les deux cas en une prééminence, une hypertrophie de l'autorité érigée en valeur suprême. Si certains chercheurs et professeurs en science politique définissent l'autoritarisme comme un des trois grands types de systèmes politiques avec la démocratie et le totalitarisme, beaucoup d'autres considèrent cette classification comme trop formelle et ne correspondant pas à la réalité1. Un régime politique autoritaire est un régime politique qui par divers moyens (propagande, encadrement de la population, répression) cherche la soumission et l'obéissance de la société. "

Et j'ajoute absolutiste !
Réponse de le 10/02/2020 à 19:47 :
C'est simplement que Macron et son entourage sont englués dans une idéologie dans laquelle seule la finance internationale et quelques riches ont droit de prospérer . il a une idéologie destructrice de ce qui fait les sociétés harmonieuses . Il détruit !
a écrit le 05/02/2020 à 17:26 :
Depuis le début du quinquennat, les ménages les plus pauvres de l’Hexagone sont les grands perdants de la politique fiscale menée par la présidence Macron. C’est que décrit une note publiée mercredi 5 février par l’Observatoire des conjonctures économiques (OFCE). Par ailleurs, les économistes de cet institut de recherches (rattaché à Sciences Po) rappellent que “sur les 17 milliards d’euros de gains de pouvoir d’achat pour les ménages depuis 2018, plus de 4 milliards d’euros l’ont été aux 5% de ménages les plus aisés.” Un nouveau petit caillou dans la chaussure d’Emmanuel Macron qui tente de gommer son image de “président des riches”.Baisse de l’impôt sur le revenu, suppression de la taxe d’habitation… Les mesures votées dans le projet de loi de finances pour 2020 par les députés de la majorité devraient profiter “à près de 70% des ménages”, selon l’OFCE. Et une nouvelle fois, les foyers les plus précaires devraient être les premiers lésés par les arbitrages… “Au final, plus de la moitié des ménages appartenant aux 40% les plus modestes devraient perdre avec les mesures du budget 2020”, détaille l’institut. Cela s’explique notamment par la désindexation de l’inflation de certaines prestations sociales, à l’instar des aides au logement (APL) ou encore par la réforme de l’assurance-chômage.En 2020, “les 5% des ménages les plus modestes verraient leur revenu disponible diminuer en moyenne de 45 euros par an”, détaille l’OFCE. Cela concerne en particulier les ménages qui ont un niveau de vie inférieur à 1.315 euros par mois et par unité de consommation. Autres perdants, les retraités dont la pension dépasse 2.000 euros par mois. Pour ces derniers, le gouvernement a acté un quasi-gel de leur pension de base de la Sécurité sociale (revalorisée de 0,3% en 2020).
Réponse de le 05/02/2020 à 18:45 :
Plus de 50 % des ménages ne paient pas l'impôt sur le revenu. Quand on baisse les impôts, il ne profite qu'à ceux qui les paient. C'est une évidence.
a écrit le 05/02/2020 à 16:34 :
L'acte 2 n'est pas manqué!Bons chiffres économiques:chomage en baisse,meilleure croissance d'europe,dette par rapport au pib en baisse.2022 se jouera sur l'économis,donc sur le bilan actuel positif
Réponse de le 05/02/2020 à 18:34 :
la baisse du chomage est une escroquerie statistique, par des radiations massives. La réforme des retraites est aussi une escroquerie, qui ne profitera qu'aux financiers. On sort les plus faibles du système, on les retrouvera à la rue.
a écrit le 05/02/2020 à 16:28 :
Pas le peuple français, pas les élus locaux, pas le sénat... restent quelques députés macronistes.

Majoritaire initialement avec 310 députés LREM, la formation a déjà été quittée officiellement par 10 député(e)s. Ajoutons Villani qui sera suivi par une poignée d'autres à l'issue des municipales.

Il y a un an, plus de 50 députés LREM se sont abstenus lors du vote de la loi "anti-casseur" de février 2019.

On se rapproche à grands pas du point de bascule où le gouvernement n'aura plus de majorité stable au parlement.

Et Macron ne fait rien pour aider en insinuant que ses ses propres députés manquent "d'humanité" alors qu'ils renâclent déjà devant la discipline parlementaire qui leur est infligée.
a écrit le 05/02/2020 à 13:02 :
que l'acte II de macron qui était raté, ce ne serait pas encore très grave. Mais le mal-élu et incompétent élyséen s'est fait une spécialité des ratages et des échecs. Comme il l'avait d'ailleurs déjà prouvé en étant sinistre de l'économie... D'ailleurs, s'il avait eu la moindre compétence en matière d'économie et de finance, il serait resté l'obscur petit grouillot bancaire qu'il était. Mais non : comme il n'était même pas bon à n'être qu'un petit employé de banque, il a bien fallu qu'il se recase - avec la complicité de quelques amis bien placés qui l'ont porté à son poste actuel - dans un domaine où l'on ne demande ni compétences, ni honnêteté, ni déontologie : la vulgaire politique politicienne. Avec le résultat que l'on sait : macron est le champion des déficits et le leader des ratages complets. Bah : il est à l'image de la france et des français : incompétent, nombrilistique, pas fort bien équipé du côté du cerveau, un chouia vulgaire et, en fin de compte, aussi nuisible qu'inutile.
a écrit le 05/02/2020 à 11:46 :
Il possède la haine de l'homme fragile, fragile puisque mal élu par une minorité, fragile parce qu'il n'a pas été élu pour lui même mais par dégagisme des autres, fragile car il vient d'un milieu social qui ne connaît rien d'autre que le sien (de milieu social) et donc, fonctionne par images généralisatrices de la vie des autres. Sa fragilité se montre par la violence inouïe effectuée en réponse aux manifestations des gilets jaune, des syndicats sur le sujet des retraites.
Fragile, car sa politique économique ne touche pas seulement les pauvres mais surtout la classe moyenne et lorsque la classe moyenne est elle même fragilisée elle s'associe par réaction à la classe du dessous. Fragile non pas par imbécilité ou ignorance mais parce qu'il ne défend qu'un dogme : l'ultralibéralisme et ceux qui en profitent (les 1ers de cordées). Fragile car isolé, pantin d'un gratin qui est déjà prêt pour le suivant qui le servira, fragile car il n'est rien qu'un clown au milieu de la piste et qui ne fait même pas rire, et le public sera sans pitié .....
a écrit le 05/02/2020 à 11:21 :
En termes de procés en illégitimité il pourrait être pour Macron une réalité incontestable puisqu'il s'autorise de dire que la France n'est pas souveraine, (prétendant que l'UE- qui elle ne l'est pas…le serait pour elle) alors que l'article 2 de la constitution stipule bien que son rôle est de défendre notre souveraineté. Il est tout de même surprenant qu'aucun média ne s'inquiète de ce manque flagrant vis vis de la Constitution et du rôle du Président. Probablement pour défendre cette UE qui pour l'instant n'est pas vraiment (encore ?) l'Europe et ne représente rien (sinon du Commerce) au plan international. Ces ambiguïtés, ce manque flagrant de courage vis à vis d l'Histoire, risquent fort (on en voit de graves prémices) de provoquer de graves dérapages.
Réponse de le 06/02/2020 à 9:42 :
le problème est aussi que la constitution devient caduc a partir du moment ou ses ministres s'en passent.

Et lorsque l'on ne respecte plus les textes fondateurs, disons que forcément un autre régime est "en marche".

Cela ressemble a un absolutisme autoritariste !
a écrit le 05/02/2020 à 10:40 :
pauvre france dire que j'ai voter pour lui ce sera la plus grosse bêtise de ma vie la prochaine fois je n'hesiterai plus entre macron et le pen plus jamais macron et je sais pour l'entendre sur les marchés beaucoup sont comme moi.....et le coup du deces des enfants c'est le comble macron n'est pas pere il ne peut pas savoir moi je l"ai vecu ca vous detruit une famille
a écrit le 05/02/2020 à 9:38 :
L'acte II est surtout le constat des ravages du nombrilisme et des égos démesurés !
Le " j'ai (on a ... ) toujours raison car c'était dans mon programme (...ou pas ! ) " ; est une insulte a la démocratie , contrairement a ce qui se passe en entreprise ou le patron reste le patron !
Peut-etre les deux domaines - et leurs acteurs - sont-ils peu compatibles .......
a écrit le 05/02/2020 à 9:17 :
LE pire est que si les gens savaient qu'il faisait tout cela, à savoir tout casser sans rien reconstruire de perenne ils le suivraient dans ce nihilisme jusqu’au-boutiste.

Ce qui ne passe pas c'est qu'il travaille pour la finance européenne alors que non seulement nous avions refusé le TCE mais qu'en plus on nous l'a imposé en force.

Sarkozy s'est fait éjecter à la surprise générale à cause du traité de Lisbonne, Hollande s'est fait éjecter car ne remettant pas cette traîtrise en question, notre président qui n'est lui qu'une marionnette visible de la finance européenne se fera éjecter et visiblement l'oligarchie cherche déjà à le remplacer.

Leur servilité envers les marchés financiers leur coûte cher mais ce sont d'abord de bons serviteurs avant d'être de bons gestionnaires donc...
Réponse de le 05/02/2020 à 9:42 :
Le soupçon d'une certaine connivence entre le macronisme LREM et la direction du RN ne peut être écarté, expliquant ainsi la déclaration anticipé de Marine a se présenter a l'élection présidentielle et la résolution future de ses déboires économiques! On va se faire enfumer par de fausse opposition! Mais les ordres viennent de plus haut!
Réponse de le 06/02/2020 à 8:56 :
LREM et RN ont exactement la même vision oligarchique de l'économie, attendre quoi que ce soit du RN c'est être d'une crédulité sans nom mais les médias ne font que fabriquer des gens crédules en masse, de moins en moins heureusement quand même.

Mais l'oligarchie saura toujours s'arranger avec l'extrême droite comme elle a parfaitement su le faire dans l'histoire. Tiens d'ailleurs nous voyons qu'elle progresse fortement en... Allemagne.

A force de nous prendre pour des crétins ils sont devenus complètement demeurés.
Réponse de le 06/02/2020 à 9:53 :
Oui, car lorsque l'on se détache de sa responsabilité, que dans le même temps on s'approprie le pays, et surtout que l'on n'assume pas, le en même temps est une manière d'y parvenir, seul la violence est ensuite la réponse.

Lorsque l'on n'a pas d'idée, mais que l'on nomme tout ces potes, que les gens formés dans ces "grandes écoles" la pour servir le bien commun sert des intérêts d'un petit groupe d'individu, seul l'autoritarisme reste une clef.

C'est intéressant de voir l'obsolescence de l'élite fabriqué par nos impôts se trouver finalement a bosser pour des intérêts particuliers, ce qui permet aussi la de faire lien avec le RN, ou nous pouvons aussi constater qu'il ne s'agit simplement que de la captation du pouvoir, sachant le pouvoir du président, c'est disposer de manettes, dont nous pouvons constater qu'il en a fait un objectif.

Question vision, le fait d'avoir aussi des gestes , moi qui disons me passionne sur la seconde guerre mondiale, son lien avec pétain est plus qu’ambiguë...

Du coup, il a tout les qualités d'un réactionnaire, si en plus on regarde les discours autour du brexit sur les anglais.....

Et comme Berlin vient de faire constater démocratiquement que la CDU en croque avec l'extrême droite la plus dure du moment en Allemagne , disons que difficile de ne pas voir comment vas évoluer "l'Europe".....

Et encore une fois, l'analogie a la période de la seconde guerre mondiale peut se faire dans le choix de l'enfermement symbolique dans un continent ectoplasmique, dérivant volontairement dans une binarité d'un ultralibéralisme avec un fascisme qui feront sans doute jonction dans les temps a venir.

Les médias eux même dans l'aveuglement, le plus souvent avec une ligne éditoriale identitariste, pour moi permet aussi de comprendre ce qui se met en place.
a écrit le 05/02/2020 à 9:01 :
Le profil psychologique de Macron est quand même atypique, voire inquiétant...Que peut on espèrer d'empathie, d'humanité non feinte d'un homme jeune, sans enfants qui vit avec une femme qui approche les 70 ans? Rien d'autre que de la froideur pour des décisions uniquement basées sur des chiffres. Mais une Nation, c'est des gens qu'il faut aussi écouter, rassurer, guider, à qui donner de l'espérance, une vision, un avenir.
Je ne pense pas que son choix de vie soit à même de l'entraîner sur ces chemins. Mauvais procès ? Peut-être...ou pas !
Réponse de le 05/02/2020 à 9:39 :
....tout a fait d'accord !
Réponse de le 05/02/2020 à 10:22 :
Mitterrand a ruiné la France et l'empathique Jacques Chirac, l'a laissé couler.
Ne parlons pas de Sarkozy (Lybie) et du catastrophique Hollande.
Les français ont besoins d'empathie dans leur vie quotidienne mais pas ils ne doivent pas l'attendre du président, qui n'est pas le petit père de la Nation.
Si Macron ne faisait que regarder les bon chiffres ça serait plus que suffisant et deja mieux que ces prédecesseurs.
Réponse de le 05/02/2020 à 19:01 :
Si je comprends bien Il faut acheter un gros nounours au peuple Français pour noël prochain. Le problème d'aujourd'hui, c'est celui d'hier qui s'empire car depuis 40 ans, nous faisons tout pour que rien ne change et en bon peuple schizophrène, nous nous demandons sans arrêt pourquoi ça va mal. Descartes doit se retourner dans sa tombe.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :