Trump, ce symbole d'un vieux monde qui tarde à mourir

La sortie des Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat réveille les consciences mondiales qui s'étaient assoupies depuis la COP21. Alors que la transition énergétique s'accélère, la décision de Donald Trump, plus politique qu'économique, pose la redoutable question de l'arbitrage entre le présent et l'avenir.

7 mn

Donald Trump, jeudi 1er juin 2017, annonçant qu'il retirait les Etats-Unis de l'accord de Paris, accord mondial signé fin 2015 par 195 nations pour limiter le réchauffement climatique de la planète.
Donald Trump, jeudi 1er juin 2017, annonçant qu'il retirait les Etats-Unis de l'accord de Paris, accord mondial signé fin 2015 par 195 nations pour limiter le réchauffement climatique de la planète. (Crédits : Reuters)

C'est Arnold Schwarzenegger, ancien gouverneur de Californie (2003-2011) et acteur vedette de Terminator qui a le mieux résumé l'état d'esprit dans lequel la décision de Donald Trump de quitter l'accord de Paris sur le climat a plongé la Silicon Valley, et, avec elle, une bonne partie de l'Amérique y compris celle du business :

« Monsieur Trump, on ne peut pas retourner dans le passé, il n'y a que moi qui puisse faire ça. »

Un retour en arrière, certes, mais aussi un affront fait à la planète entière, alors que l'esprit de la COP21 avait soufflé en 2016 sur le monde, offrant un rare moment de consensus, bien sûr non dénué d'arrière-pensées. Trump, ce n'est pas "Terminator", quoique... mais c'est plutôt "Retour vers le futur". Trump, c'est surtout la démonstration politique faite homme d'une préférence pour le présent contre l'évidence que sa décision menace l'avenir, alors que le réchauffement climatique a déjà commencé de produire ses effets. Y compris aux Etats-Unis d'ailleurs, qui selon certaines prédictions météo, ne vont pas tarder à le mesurer avec l'arrivée d'une « Hurricane season » que les meilleurs experts annoncent comme particulièrement virulente.

Réveil des consciences et rappel de l'insuffisance de l'accord de Paris

Pour autant, en tournant ainsi le dos à la planète entière, le président américain a probablement et involontairement rendu service à la cause climatique. Non seulement parce qu'il s'est attiré une contre-offensive diplomatique générale, de la part des 194 autres pays signataires de l'accord de Paris, et s'est vu contesté dans son propre pays par des entreprises, et non des moindres, des villes et des Etats qui, comme la Californie, ont immédiatement répliqué que, pour leur part, cette décision unilatérale sera un non-événement. En clair, qu'ils continueront à appliquer les engagements contenus dans l'accord, voire accéléreront la marche vers la transition énergétique.

Bien sûr, il eut été préférable que ce « wake-up call » se soit produit sans que le premier pollueur (avec la Chine) de la planète ne rompe avec les engagements pris par Barack Obama. Mais ce réveil des consciences est sans doute salutaire alors que le soufflé de la COP21 tendait à retomber dans le train-train des conférences climatiques soporifiques. Non, le coup bas de Trump permet de resituer les urgences et force les gouvernements et tous les acteurs économiques à se rappeler que l'accord de Paris lui-même ne suffira pas, selon toutes probabilités, à tenir l'objectif de limiter à moins de 2°C le réchauffement pour éviter que la planète ne bout avant la fin du siècle et ne s'engage dans un processus inéluctable conduisant à des conséquences réellement catastrophiques pour l'homme sur Terre.

Au jour où Thomas Pesquet -qui, depuis la Station spatiale internationale, a publié sur Twitter chaque jour des photos de la Terre vue d'en haut, toutes belles et spectaculaires- revient sur notre petite planète bleue, ce rappel à l'ordre n'est pas inutile. Le réchauffement climatique, c'est comme la lutte contre les inégalités femmes-hommes et toutes les autres discriminations, c'est un combat de tous les instants où tout assoupissement fait risquer une régression.

La politique de l'autruche sous la pression des lobbys du carbone

Dans un pays, les Etats-Unis, où règnent les fake news, où le candidat à la fonction suprême fait campagne en affirmant que le réchauffement climatique est un complot chinois pour détruire l'industrie américaine, où certains conducteurs de 4x4 se comportent comme des abrutis et s'amusent à brûler du pétrole pour salir d'une noire fumée les voitures hybrides dont ils font la chasse sur les routes, il est aussi heureux de constater que la sortie des Etats-Unis de la signature de la COP21 n'est pas celle des Américains. D'autant que, concrètement, l'accord de Paris n'entrera réellement en vigueur qu'en novembre 2020, après donc l'élection, éventuelle, d'un autre président que celui qui règne actuellement à coups de tweets rageurs et parfois incompréhensibles (l'un des derniers en date, qui se termine par un mystérieux "covfefe" laisse pantois).

L'argument principal utilisé par Donald Trump pour justifier son retrait de l'accord de Paris laisse tout aussi pantois. Le président américain dit qu'il veut ainsi protéger les emplois américains menacés dans les secteurs des mines et de l'énergie traditionnelle. Cela ne tient pas : avec 770.000 emplois, les énergies renouvelables pèsent dix fois plus que le secteur du charbon et créent plus d'emplois que le reste de l'économie. Donald Trump, à vouloir défendre à tout prix les emplois du passé, agit contre les intérêts des travailleurs américains, en faisant la politique de l'autruche sous la pression des lobbys du carbone. Même les rois de la finance, comme le patron de Goldman Sachs, ont dénoncé sa décision, alors qu'il est évident que la finance verte, finançant des énergies décarbonées, est un secteur d'avenir.

Coup d'arrêt pour le TTIP ?

Même si elle n'aura donc pas de conséquences immédiates, autres que financières sur la dotation du fameux fonds verts censé aider les pays en développement à engager leur transition énergétique, la décision de Trump pose toutefois un réel problème à l'économie mondiale. Elle confirme la posture « America First » dont il a fait le mantra de son mandat, et elle va, nécessairement, poser un vrai problème de distorsions de concurrence entre les entreprises américaines et les autres, européennes notamment, si les Etats-Unis s'exonéraient de toutes normes environnementales - Trump a promis de démanteler toutes celles mises en place par Obama.

On voit bien la vision qu'a Trump du « free and fair trade » : c'est "free and fair" pour les entreprises américaines, d'abord. Et tant pis pour elles si les entreprises des pays ayant décidé de respecter l'accord de Paris seront pénalisées. Avec les Etats-Unis en dehors de l'accord de Paris, à quoi bon négocier des traités commerciaux, qu'ils soient bilatéraux ou bien multilatéraux ? Cette décision marque le coup d'arrêt du TTIP, l'accord de libre-échange transatlantique.

C'est bien évidemment une autre forme de protectionnisme commercial qu'assène Donald Trump en prenant cette décision au nom de l'emploi américain, sans se préoccuper une seconde des conséquences que cela aura à long terme : zones et villes côtières immergées, réfugiés climatiques, famines et guerres de l'eau. Ce sera lundi 5 juin jour de la Pentecôte la journée mondiale de l'environnement. Visiblement, ce jour ne figure pas dans l'agenda du président des Etats-Unis.

Un crime contre l'humanité, et d'abord contre nos propres enfants

Reste que, malgré cela, le message adressé par Trump au monde peut avoir pour nous, européens, des effets bénéfiques. Emmanuel Macron ne s'y est pas trompé en réitérant son appel aux chercheurs américains abasourdis par l'obscurantisme de leur président de venir travailler en Europe et si possible en France. Il porte ainsi une conviction forte chez lui, et rares chez de nombreux dirigeants politiques, que nous devons être à l'écoute des scientifiques, et avoir foi dans la science qui, en la matière, est notre seule planche de salut. Car au rythme où vont les choses, seules des avancées spectaculaires de la science, seules des innovations de rupture dans la façon dont nous humains, produisons, consommons ou -demain- stockeront l'énergie permettra non seulement de lutter efficacement contre le réchauffement climatique, mais aussi de donner un nouvel élan à une croissance responsable, durable et pourvoyeuse d'emplois qualifiés. Dire le contraire en s'attachant à défendre un vieux monde qui n'existe plus, mais tarde visiblement à mourir, est faire plus qu'un contresens : une faute voire, à terme, un crime contre l'humanité, et d'abord contre nos propres enfants.

Merci Donald J. Trump donc : You are not going to make America Great Again, mais vous êtes en train de nous convaincre à nouveau, nous Européens, que nos destins sont liés et que nous devons prendre désormais notre avenir en main et nouer de nouvelles alliances, avec les nouveaux géants que sont la Chine, qui, elle, accélère dans sa transition énergétique, l'Inde, et surtout, l'Afrique. Covfefement vôtre.

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 42
à écrit le 05/06/2017 à 17:22
Signaler
Personne ne se faisait d'illusions sur la Cop 21, d'ailleurs largement sponsorisée par quelques grands pollueurs. Peu contraignante, elle n'a même pas pu mettre en place le Fonds Vert destiné à aider les pays les plus pauvres à respecter les résoluti...

à écrit le 04/06/2017 à 20:34
Signaler
Dernière nouvelle .Certains pensaient qu'ils pouvait y avoir un communiqué commun entre la Chine et l'Europe aprés la decision americaine .Qu'es ce qu'on apprend !Que les chinois exigent de la par de l'UE que celle ci reconnaisse la Chine comme une é...

à écrit le 04/06/2017 à 19:20
Signaler
Notre mode de vie occidental dit 'riche et pollueur' sert de modèle à toute la planète nous vendons nos voitures nos téléphones et tout le reste partout où ils peuvent acheter notre modernité..La lutte contre la pollution où le réchauffement climati...

à écrit le 04/06/2017 à 19:07
Signaler
Merci TRUMP pour une conscience mondiale, et un retournement des américains !

à écrit le 04/06/2017 à 18:06
Signaler
TRUMP vient d'engendrer un retournement du peuple américain qui se sent trahi ! Merci Donald !

à écrit le 04/06/2017 à 10:37
Signaler
///PHILOSOPHIE INDIENNE/// QUAND LE DERNIER ARBRE SERAS ABATTU /LA DERNIERE RIVIERE ENPOISONNEE/LE DERNIER POISON CAPTURE / LE DERNIER ANIMAL MANGE /ALORS LE VISAGE PALE S APERCEVRAS QUE L ARGENT ROI NE SE MANGE PAS???///VERITE///

à écrit le 04/06/2017 à 8:49
Signaler
"limiter à moins de 2°C le réchauffement" Nous ne savons même pas de combien de degrés les températures auront augmenté dans 5 ans et nous voulons les limiter à 2 degrés! Ils nous prennent pour des andouilles et ils ont bien raison

à écrit le 03/06/2017 à 19:37
Signaler
"pour éviter que la planète ne bout avant la fin du siècle" écrit par P. Mabille Directeur de la rédaction ... excusez du peu ... Par contre la phrase exige le subjonctif présent -sauf erreur de ma part- et dans ce cas il faudrait écrire "pour évite...

à écrit le 03/06/2017 à 19:09
Signaler
Ce ton destructeur est un début de totalitarisme mou de la pensée dominante qui vise à disqualifier et éliminer tout ce qui ose ne pas être mainstream et donc souhaiter ouvertement que l adversaire crève...Trump a gagné contre Obama Clinton et il app...

le 04/06/2017 à 10:37
Signaler
L'avantage de la pensée dominante, c'est qu'on ne peut pas vous reprocher de penser ce que vous pensez. Nul doute que les propriétaires de La Tribune sont très content de ce genre d'editorial ecrit a l'eau tiède. Quand on se rendra compte que l'Am...

le 04/06/2017 à 17:09
Signaler
Il ne manque plus qu une chose que Trump pourrait décider :c est de retirer ses troupes de tous les terrains de conflit et de dire maintenant vous les européens donneurs de leçons qui êtes forts en critiques contre moi et mon pays débrouillez vous

à écrit le 03/06/2017 à 15:18
Signaler
combien de milliers tonnes de carbone générées avec le g7 et la conférence de paris ceci aurait pu être fait par video conférence;mais lait n y aurait pas eu de festin.il en est de même pour les grands prix de f1 (et bien d autre choses).cette top ...

à écrit le 03/06/2017 à 14:40
Signaler
Le problème n'est pas Trump mais la pensée unique qui croit détenir la vérité. Que faut il pour arrêter de polluer nos mers, nos rivières, nos forêts, nos espaces. Le respect de la planète commence peut être par redéfinir la richesse. Le pape Françoi...

le 04/06/2017 à 20:40
Signaler
Le pape actuel a dit !'''''Il ne faut pas que les chretiens se reproduisent comme des lapins '''''En 67 ans la population mondiale a augmentée de 250 % rien que ça !Mais sur en 2100 à 15 ou 20 milliards d'humains ça ira mieux tous au coude à coude av...

le 04/06/2017 à 21:04
Signaler
Le pape actuel a dit !'''''Il ne faut pas que les chretiens se reproduisent comme des lapins '''''En 67 ans la population mondiale a augmentée de 250 % rien que ça !Mais sur en 2100 à 15 ou 20 milliards d'humains ça ira mieux tous au coude à coude av...

à écrit le 03/06/2017 à 14:16
Signaler
la différence entre Trump et l'auteur de l'article ? le premier est un pragmatique , mais respectueux des normes , et l'autre ...? au fait , sait -on qui sont les constructeurs de bagnoles qui ont trafiqué sans vergogne les résultats des émanat...

le 03/06/2017 à 17:50
Signaler
"le premier est un pragmatique, mais respectueux des normes" en êtes vous si sûr ? qu'il soit pragmatique, sans doute, on pourrait même dire primaire. Quant aux respects des normes, j'en doute fortement. Quant aux véhicules auxquels vous faites allus...

le 04/06/2017 à 20:42
Signaler
@maduro ;les vehicules qui consomment 15 à 20 litres aux USA c'était dans les années 1960/1970 !Ca fait bien longtemps que c'est terminé ......

à écrit le 03/06/2017 à 12:08
Signaler
Cà va être effectivement pire pour les mineurs des régions exploitant du charbon lorsque après que leurs entreprises auront réinvesti, elles vont devoir définitivement fermer faute de compétitivité. C'est reculer pour mieux sauter car peu de jeunes v...

le 05/06/2017 à 8:45
Signaler
@Trump..: commentaire béotien ! Il est bien évident que personne ne connaît tout et c'est pour cela qu'on nomme des ministres entourés de spécialistes des différents secteurs. Alors accuser Trump ou Poutine de tous les maux de la terre reflète le deg...

à écrit le 03/06/2017 à 11:59
Signaler
Mélanger le TTIP et la pollution pourquoi pas, sous condition d'y intégrer le transport international qui lui pollue. Les échanges sans limite de biens construits à des milliers de kilomètres de l'utilisateur sont-ils réellement nécessaires ?

à écrit le 03/06/2017 à 10:48
Signaler
LE VIEUX MONDE NE VEUX PAS MOURIR? UN PAYS QUI SE RENFERME SUR LUI NE PEUT QUE REGRESE? REFUSE LE PROGRES C EST TRES TRES ARRIERE??? LA RACINE DE TOUS LES MAUX L EGOISME/// GANDHI///

le 04/06/2017 à 20:53
Signaler
Il n'y a pas de vieux monde qui ne veut pas mourir d'ailleurs la vieille Europe c'est un mot de Buch !Les USA et Trump ont les yeux rivés sur les pays avec lesquels ils ont des deficits commerciaux Chine ,Allemagne ext .....Ils vont taper du poing su...

à écrit le 03/06/2017 à 10:21
Signaler
Quand on voit que l'accord de Paris n'entrera en application qu'en 2020 et que c'est un accord totalement minimaliste ... Qu'il faut des années pour déterminer si oui ou non un produit est nocif puis encore des années pour l'interdire quand il est no...

à écrit le 03/06/2017 à 10:20
Signaler
Quand on voit que l'accord de Paris n'entrera en application qu'en 2020 et que c'est un accord totalement minimaliste ... Qu'il faut des années pour déterminer si oui ou non un produit est nocif puis encore des années pour l'interdire quand il est no...

le 04/06/2017 à 20:56
Signaler
On vous a bourré le mou avec le changement climatique .Si en France ça se réchauffe de 3 ou 4 ° ça serra le climat de l'Espagne de l'Italie ou de la Grece et apparemment ils n'en sont pas mort .......

à écrit le 03/06/2017 à 9:04
Signaler
Deux faits dont il faut toujours se souvenir, Sanders était mieux placé pour battre Trump mais les démocrates américains ont préféré avantager Clinton. "Le parti démocrate aurait-t-il favorisé Clinton au détriment de Sanders? Un email crée la po...

le 03/06/2017 à 17:32
Signaler
Donc selon vous , Sanders a été battu car il n'était pas soutenu par les démocrates ok Mais Trump n'était pas soutenu par les Républicains... Alors quid de votre propre démonstration? Pas grand chose, les électeurs ont fait le choix à leurs prim...

le 03/06/2017 à 18:40
Signaler
"Donc selon vous , Sanders a été battu car il n'était pas soutenu par les démocrates ok Mais Trump n'était pas soutenu par les Républicains..." Et ??? "Alors quid de votre propre démonstration? Pas grand chose" Normal vu que vous ne l'av...

le 04/06/2017 à 21:00
Signaler
Trump a été porté par la vague républicaine .Les républicains ayant deja la majorité au Congrés ont renforcés cette majorité et ils ont gagnés le Senat qui étaient promis ,de l'avis de tous les observateurs ,aux democrates .Il y a eu un effondrement ...

le 04/06/2017 à 22:46
Signaler
Un effondrement tellement important que Clinton a fait 4 millions de voix de plus que Trump. 2018, élections mid term, ça va être saignant.

le 06/06/2017 à 9:42
Signaler
"Un effondrement tellement important que Clinton a fait 4 millions de voix de plus que Trump." Ce n'est pas un argument, si le prix du kilo de boeuf (je trouve que c'est pas mal comme comparaison) passe de 30 euros à 10 euros mais qu'il reste 4 e...

à écrit le 03/06/2017 à 8:12
Signaler
"...un vieux monde qui tarde à mourir..." ? Eh bien dites donc, vous n'y allez vraiment pas de main morte ! Vous imaginez votre réaction si on utilisait les mêmes "arguments" et tournures de phrases contre vous et ce que vous pensez ?

à écrit le 03/06/2017 à 7:06
Signaler
Trump revient au principe des pères fondateurs des États-Unis qui étaient majoritairement pro-américain et non interventionniste en Europe. Il faut tout de même se rappeler qu'il a fallu leur forcer la main pour qu'ils interviennent en 1915 et en 194...

à écrit le 03/06/2017 à 5:56
Signaler
"...et avoir foi dans la science qui, en la matière, est notre seule planche de salut." Il n' y a pas à avoir foi dans la science ! Ce n'est pas une religion, c'est le contraire ! Quel oxymore ! La sécheresse de l'eau ? L'ombre du soleil ? Ce que l'...

le 03/06/2017 à 10:30
Signaler
Si vous lâchez un ballon rempli d'hélium, qui est un objet comme un autre, il ne tombera pas. Cessez de pinailler sur les mots et tâchez de comprendre le sens que l'auteur a voulu donner.

le 05/06/2017 à 19:15
Signaler
Oui vous avez raison! Cette formule m'avait choquée, mais pas besoin de faire des arguties. Par contre j'ai très bien compris ce que l'auteur a voulu dire et de quoi il parle. C'est "bêtement" sur la forme que j'avais réagi. Bien à vous et amicalemen...

à écrit le 03/06/2017 à 5:01
Signaler
TRUMP a réussit à casser l'image des USA ... pour longtemps ! Navrant !!!!!!

à écrit le 03/06/2017 à 2:04
Signaler
Si le commerce est tué par l'état, ne serons nous pas dans une forme de tyrannie de la bêtise ? Depuis Rome et les fausses solutions comme les Gracques, à l'époque un patron ne recevait il pas ses clients dans une belle demeure?

à écrit le 03/06/2017 à 0:09
Signaler
Personnellement je considère devoir 1 € d’impôts par jour pour cause de rejet naturel en méthane par jour soit 365 € par an moins les journées en occlusion intestinale. Cela peut prêter à rire, mais pas du tout ça viendra, la fiscalité est d'une log...

à écrit le 02/06/2017 à 22:12
Signaler
Les milliardaires tardent à mourir..?? Ho! Quelle belle prise de conscience. (note à la modération : je n'invente rien : je ne fais que lire et recopier.)

à écrit le 02/06/2017 à 21:31
Signaler
present contre avenir? vous voulez que les gauchistes du forum vous traitent d'ultra liberal monetariste ( cf friedman) ou d'ultra neo classique? keynes, qui n'avait rien d'ultraliberal, disait ' a long terme on est tous morts', et le long terme, c...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.