Non, l'industrie de l'armement française n'est pas morte

La tribune du groupe Vauban intitulée "La mort confirmée de l'industrie de l'armement française" a fait réagir le député de La République en Marche Fabien Gouttefarde, qui reste convaincu que les armées et l'industrie de l'armement françaises ont bien un avenir. Par Fabien Gouttefarde, député de l’Eure, membre de la commission de la Défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale

5 mn

L'Allemagne, enfin, demeure notre partenaire naturel de coopération en Europe (Fabien Gouttefarde, député de l’Eure et membre de la commission de la Défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale)
"L'Allemagne, enfin, demeure notre partenaire naturel de coopération en Europe" (Fabien Gouttefarde, député de l’Eure et membre de la commission de la Défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale) (Crédits : Dassault Aviation / Pierre Barut)

Le 31 août, quelques heures à peine après la signature à Paris des accords étatiques officialisant la poursuite du programme SCAF (système de combat aérien du futur), dont l'avion de combat NGF (Next Generation Fighter) n'est que la pointe de diamant, le groupe Vauban offrait aux lecteurs de La Tribune une vision d'opinion, bien sûr légitime - aucun débat ne saurait ne pas l'être - mais alarmiste, prétendant constater "la mort confirmée de l'industrie d'armement française". Il est question de "mettre bas le système de défense des nations européennes sans tirer un coup de feu", rien de moins !  Il me semble pourtant que, lorsqu'on scrute avec attention les actes du président de la République et de cette majorité en matière de Défense, il en va tout autrement.

Financement de l'industrie : une traduction législative ?

Certes, la récente décision de la Cour de Justice de l'Union européenne relative au temps de travail est de nature à ouvrir une brèche, qui n'est pas souhaitable : nous, élus, alors que le premier d'entre nous donne aux armées l'ordre d'aller au combat, ne saurions faire aucune différence entre le soldat, qui combat et le soldat, qui soutient. Quand les armes parlent, tous sont égaux devant la mort. Et si elle vient à survenir, ils ne sont pas victimes, mais soldats, tombés pour leur pays. C'est la conviction de cette majorité, exprimée dès l'irruption de la décision de la Cour, par des voix aussi fortes que celle de l'ancien Premier ministre Édouard Philippe.

S'agissant du projet de projet dit « CorporateSustainabilityReporting Directive », qui menacerait les industriels de la Défense d'étranglement financier, la majorité y est attentive. La transparence, notamment des flux financiers, est un objectif incontournable de nos société démocratiques : les industriels de la défense ne sauraient évidemment s'y soustraire. Toutefois, il appartient à la majorité de veiller à ce que ces mêmes industriels conservent les moyens de développer, de vendre, d'exporter. Cela passe par un dialogue accru avec les acteurs bancaires, échange qui pourra, si cela s'avère nécessaire, être suivi d'une traduction législative.

Berlin, partenaire naturel de Paris

L'Allemagne, enfin, demeure notre partenaire naturel de coopération en Europe. Le président de la République a fait ce choix dès 2017, en lançant quatre programmes majeurs avec la complicité de celle qui est encore pour quelques jours chancelière fédérale. L'avion, le char, le canon. Seul, l'avion de patrouille maritime a depuis connu un naufrage, ce qui est un comble pour un avion destiné aux marins, l'Allemagne ayant choisi finalement un avion américain.

Citoyen, je le déplore. Élu, je le regrette. Européen, je forme le vœu, que certains jugeront sans doute naïf, qu'il soit tiré les enseignements de cet échec, en premier lieu pour fournir à la Marine nationale et aux autres marines européennes qui voudraient s'y associer, un avion répondant à ce besoin dont la criticité n'est plus à prouver, en second lieu pour avancer sur les autres programmes. C'est ce qu'a concrétisé Florence Parly.

Un avion franco-français hors de portée des finances

Alors, oui, ces trois équipements majeurs seront produits en coopération avec l'Allemagne. Rappelons d'abord que le Royaume-Uni, qui auparavant pouvait jouer ce rôle, a choisi une autre voie. Rappelons également que l'Allemagne n'a pas l'exclusivité de la coopération : d'autres programmes peuvent être menés avec nos amis grecs, récents acheteurs du Rafale, peut-être demain de frégates, belges, qui vont déployer les blindés Griffon et Jaguar dans le cadre de Camo, espagnols, qui déjà participent au Scaf, avec le futur avion bimoteur de transport, sans compter l'hypothétique hélicoptère très lourd dont j'appelais, en juillet, de mes vœux la survenance.

Rappelons enfin que, s'agissant du Scaf, en l'absence de coopération, l'alternative était, pour l'Allemagne, l'achat d'avions américains, pour la France, le développement d'un avion de combat certes très performant, Dassault sachant parfaitement faire, mais hors de portée des finances françaises, sauf à consentir à des choix douloureux. Fallait-il s'y résigner ? Paris n'est pas résigné. Que subsistent entre la France et l'Allemagne des doutes n'est pas étonnant. Que chacun défende son pré carré, est un réflexe presque normal à l'aube d'une coopération qui engage sur des décennies. Que des divergences existent, notamment sur la dissuasion, est sain. D'ailleurs, en matière de nucléaire, diverger n'est pas un drame.

Création ou re-création de filières d'excellence

Ce qui serait inacceptable, aux yeux des Français, serait que cette majorité, après avoir lancé ces coopérations et ces réflexions, ne les assume pas. Je les assume, pour ma part. Comme cette majorité assume une Loi de programmation militaire (LPM) de remontée en puissance comparée aux quinquennats précédents. Une LPM qui peut sans doute, nul n'est parfait, être abondée encore, à l'heure où les douloureuses images de Kaboul confirment que le regard américain se tourne vers d'autres horizons que celui de la vieille Europe et des marches de l'Asie pour ne plus voir que les flots du Pacifique.

A nous d'en tirer les conclusions et de poursuivre le projet de remontée en puissance de nos armées et d'accroissement de notre autonomie stratégique, française comme européenne, porté par le président de la République. Un surge budgétaire pour la LPM, la création ou re-création de filières d'excellence - je pense notamment aux munitions de petit calibre, aux drones, à l'avion spatial - y participeraient. La LPM, l'action vers nos partenaires européens, sont les piliers sur lesquels notre industrie peut se reposer. Cette majorité est résolue à l'accompagner encore plus loin.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 17
à écrit le 12/09/2021 à 19:39
Signaler
L'Allemagne mange à tous les râteliers , le couple franco allemand est une utopie , les allemands ne comprennent que la force , et cette fois ci l'état major ne trahira pas , on ne laissera pas un boulevard sans défense, il faut se tourner vers nos a...

à écrit le 06/09/2021 à 13:01
Signaler
Cette tribune est très médiocre. Ce député nous fait de ses états d’âme et de faits déjà connus sans apporter une nouvelle analyse crédible susceptible de contrer l’argumentation du groupe Vauban. Il parle de tirer des enseignements des gifles allema...

à écrit le 06/09/2021 à 9:49
Signaler
Pas encore, la prochaine crise hémorroïdaire du "grand mouvement central" comprendre un 2ème quinquennat Bayroubignolemacrotte et ce sera plié

à écrit le 06/09/2021 à 8:42
Signaler
A lire Gallifet et Mikeul, on comprend bien ce qu'ont dans la tête les vieilles lunes défaitistes des salons parisiens : avoir deux guerres de retard au lieu d'une, et faire encore mieux qu'en 1940. Ils feraient mieux de laisser le gouvernement actu...

à écrit le 06/09/2021 à 7:40
Signaler
Juriste incompétent à la solde de Macron. Laisser prendre à l Espagne 30 PC d un projet de chasseur alors qu il n' en on jamais fabriqué. C est simplement une question de priorité de financement. Trouves moi un projet européen dans un domaine où la F...

à écrit le 05/09/2021 à 16:26
Signaler
"Dassault sachant parfaitement faire, mais hors de portée des finances françaises" ce sont ces mêmes arguments qu’on entendait déjà dans les années 80 lors du lancement du programme Rafale ! mais ce jeune homme ne doit pas le savoir. " Que chacun d...

à écrit le 05/09/2021 à 14:20
Signaler
"Dassault sachant parfaitement faire, mais hors de portée des finances françaises" ce sont ces mêmes arguments qu’on entendait déjà dans les années 80 lors du lancement du programme Rafale ! mais ce jeune homme ne doit pas le savoir. " Que chacun d...

le 08/09/2021 à 14:05
Signaler
Quel beau résumé, concis, précis, limpide. Bravo! Oui on croirait déjà rêver si de tels propos sortaient de la bouche d'un député "lambda"; mais de ce monsieur qui siège en Commission de la Défense Nationale, c'est pour le moins très inquiétant e...

à écrit le 05/09/2021 à 12:29
Signaler
" l'alternative était, pour l'Allemagne, l'achat d'avions américains, pour la France, le développement d'un avion de combat certes très performant, Dassault sachant parfaitement faire, mais hors de portée des finances françaises, sauf à consentir à d...

à écrit le 05/09/2021 à 10:33
Signaler
Ce député, pourtant membre de la commission de la Défense, est manifestement caractérisé par une totale incompétence en matière historique. Ce Monsieur, tout député qu'il est, a-t-il cogité les enjeux stratégiques et géopolitiques français sur une pé...

le 08/09/2021 à 14:18
Signaler
Comme disent les jeun's: celui-là il est super grave! Le principe de Peter au pinacle...

à écrit le 04/09/2021 à 20:51
Signaler
Encore un incompétent. La base du scaf sera le rafale et les drones le neuron

le 08/09/2021 à 14:15
Signaler
Je partage tout à fait ce point de vue. D'autant plus que de la bouche même de monsieur. E. Trappier, le programme SCAF est parti pour coûter 5 à 8x plus cher que le programme Rafale. Qu'on ne me dise pas qu'il n'y a pas le budget pour un Rafale d...

à écrit le 04/09/2021 à 18:56
Signaler
Un char moyen doté de protection active serait plus qu’utile pour compléter les chars lourds. Les chars lourds, c’est bien en défense, mais c’est tout. Pareil pour le Scaf, encore plus lourd que le Rafale que l’on peine à acquérir... Un monomoteur s...

à écrit le 04/09/2021 à 9:44
Signaler
Deuxième remarque : l'industrie de l'armement française n'est pas encore morte. Mais sa destruction, initiée il y a environ 40 ans en décidant de sa mise sous tutelle principalement allemande, s'est accélérée avec les gouvernements socialistes-macro...

à écrit le 04/09/2021 à 9:36
Signaler
Première remarque : Fabien Gouttefarde est un député LREM, et appartient donc à un mouvement politique dont les membres ont largement démontré leur incompétence dans à peu près tous les dossiers, leur inculture, leur mépris des français et surtout de...

à écrit le 04/09/2021 à 9:32
Signaler
Un avenir comme jouets pour les enfants trop gâtés de nos oligarques qui détruisent le monde en ronflant.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.