Pandémie : faut-il vivre et laisser mourir ?

 |  | 981 mots
Lecture 5 min.
Abdelmalek Alaoui, Editorialiste
Abdelmalek Alaoui, Editorialiste (Crédits : Guepard/LTA)
Rupture(s). Clairement, le seuil de tolérance maximum est atteint par la majorité de la population mondiale. Après l’épreuve du confinement, la vie faite de mesures barrières, de masques, de gel hydro alcoolique et autres instruments pour faire barrage au virus est devenue insupportable pour beaucoup d’entre nous. Résultat : les digues sautent, le virus circule, les services de réanimation se remplissent à nouveau, les écoles ferment, les entreprises sont asphyxiées et les commerces à l’agonie. Allons-nous « vivre et laisser mourir », comme l’appelait de ses vœux récemment Nicolas Bedos ? Ou bien allons-nous retrouver le chemin du principe de précaution ?

Au-delà des aspects sanitaires, économiques et sociaux, la pandémie du Coronavirus est d'abord une crise de la verticalité. Dans un XXIème siècle où le digital - éminemment horizontal- a investi tous les domaines, vivre au rythme des injonctions de la force publique et des inévitables paradoxes qui l'émaille n'est tout simplement pas viable. A tous les niveaux ou presque, la contestation est de mise et la polémique est permise. Il existe toutefois une exception à cela : la science. En neuf mois, les progrès enregistrés par le monde scientifique sont inouïs, grâce à une dynamique de coopération sans précédent, permettant d'entrevoir la possibilité d'un vaccin anti Covid-19 avant la fin de l'année, là où il aurait fallu près d'une décennie il y a encore moins de vingt ans. Dans ce domaine, reconnaissons-le, le Coronavirus aura véritablement été une « chance pour l'intelligence collective » comme le résumait avec talent le chercheur Marc Santolini, affirmant même qu'« Un boom collaboratif mondial est en train de changer la manière dont la science se fait ». Ignorant les continents, les barrières et la politiques, les scientifiques du monde entier ont mis à jour une dynamique de coopération qui devrait durablement changer la manière dont la science est produite.

Seule la science a réussi un bond collaboratif

Mais le miracle se limite presque à cela. Pour tous les autres grands sujets qui structurent nos sociétés et leur avenir, le soufflé est retombé. Après la vague quasi euphorique de bouillonnement intellectuel qui a mobilisé penseurs de tous horizons pendant le confinement, l'on a le sentiment de revenir aux méthodes du XXème siècle pour affronter une crise du XXIème. Pour résoudre la crise économique, les Etats ont à nouveau recours à la même recette qui avait permis de résorber la crise financière mondiale de 2008 en activant un hélicoptère monétaire massif, augmentant d'autant l'endettement. Bien que beaucoup aient appelé à mettre l'« imagination au pouvoir » pour réinventer les structures productives ainsi que la répartition des richesses, les gouvernements ont préféré actionner des méthodes classiques, reprenant à leur compte le célèbre adage : « lorsque l'on ne dispose que d'un marteau, l'on envisage tous les problèmes comme des clous. » Bien entendu, le champ sémantique a évolué depuis dix ans et la crise des subprimes. L'on affirme désormais que la manne financière, notamment en Europe, servira en priorité à renforcer la résilience et à accélérer la décarbonation de l'économie. La réalité est un peu plus contrastée, comme l'expliquait récemment l'économiste Jean Pisany-Ferry, qui estime à juste titre que l'Europe vient d'entreprendre un pari risqué. Si la reprise n'était pas au rendez-vous malgré les quelques 750 Milliards d'euros injectés, un « cercle vicieux de thésaurisation et de perspectives négatives pourrait s'enclencher, entraînant une récession à double peine ». Car au final, c'est un actif immatériel qui conditionne l'économie : la confiance. Or celle-ci est profondément altérée.

Une crise de la verticalité et de la confiance

En effet, le moins que l'on puisse dire, c'est que la crise du virus est devenue au fil des mois une crise de la confiance. Un peu partout, la parole de l'Etat s'est démonétisée, les politiques publiques mises en place pour faire face au virus ayant opéré de nombreux revirements à la faveur de l'évolution de la connaissance scientifique et de l'approfondissement de la recherche. Science non exacte, la science politique a montré ses limites avec l'avènement de la pandémie, alors même que les attentes du public sont grandissantes, réclamant une ligne directrice intangible et des mesures qui permettent à la fois de garantir la liberté tout en protégeant de la pandémie. Impossible sur le plan pratique, ce grand écart permanent a occasionné de la confusion, a brouillé les lignes, et in fine, a creusé encore plus le fossé entre gouvernants et gouvernés. C'est dans ce contexte qu'il convient de lire l'attitude des jeunes au sortir du confinement - qui ressemble par bien des aspects à un refus de l'autorité - et la récente sortie de l'humoriste Nicolas Bedos, lequel, sans toutefois appeler à la désobéissance civile, a remis en cause les mesures barrières dont le port du masque. Cette attitude ne vient pas de nulle part, car même au sein de la communauté scientifique, il existe des voix qui appellent à laisser le virus circuler, notamment chez les jeunes. Il y a deux mois, l'infectiologue Eric Caumes, chef du service des maladies infectieuses à la Pitié-Salpêtrière, prenait le contre-pied de la stratégie poursuivie par l'Etat français en estimant que seule la libre circulation du virus chez les jeunes serait en mesure de garantir l'immunité collective.

Dictature des convictions mal acquises

En creux, la crise de confiance que nous traversons a trouvé dans la pandémie un terreau fertile pour que se développe sans limite un autre mal, plus insidieux et autrement plus dangereux. Popularisé par le philosophe et physicien Etienne Klein, l'utracrépidarianisme désigne cette attitude qui consiste à « parler avec assurance de choses que nous ne connaissons pas ». Avec l'avènement de la pandémie, Klein a observé nombre de personnalités politiques qui assènent « leurs » vérités sur la manière de gérer le Coronavirus, sans s'appuyer sur la science mais uniquement sur des convictions, souvent mal acquises au gré des lectures ou des discussions. Dans un monde où la connaissance est à portée de clic, peut-être que le chemin le plus difficile qu'il nous reste à parcourir pour contrer le virus constitue désormais le plus grand défi pour l'humanité de 2020 : celui de l'humilité...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/10/2020 à 12:08 :
L'utracrépidarianisme a son école, l'ENA. Et ça en france, on est fortiche.

Dans la vie, la mort n'est pas un risque, mais une certitude. J'étais tombé sur un article de lci, L'âge moyen des victimes du Covid-19 est-il de 81 ans ? Ben oui. Et les moins de 60 ans representent 6.6% des morts soit moins de 2200 en plus de 6 mois. Et parmis ceux ci, combien avaient d'autres problèmes, comorbidités a coté? Etait ce bien utile de mettre le pays par terre comme ça? Même si c'est toujours triste, le nombre d'années de vie perdues n'est pas aussi dramatique que ça.
a écrit le 28/09/2020 à 23:46 :
"Popularisé par le philosophe et physicien Etienne Klein, l'utracrépidarianisme désigne cette attitude qui consiste à « parler avec assurance de choses que nous ne connaissons pas »."
Vous feriez bien de vous appliquer ce précepte. Cessez de parler de ce que vous ne maîtrisez pas.
La parole de l'Etat s'est démonétisée, non pas en raison "de ses nombreux revirements à la faveur de l'évolution de la connaissance scientifique et de l'approfondissement de la recherche", mais en raison de ses mensonges, de son incompétence crasse, du caractère criminel et arrogant de ses membres et du fait qu'il n'a cessé de tourner le dos à la science, bien loin d'en suivre les avancées et les données certaines !
a écrit le 28/09/2020 à 17:54 :
"Pandémie : faut-il vivre et laisser mourir ?"

Si l'on revient sur la grippe de Hongkong en 1968/69 ,ils ont choisis de vivre malgré 31000 morts en France ,malheureusement la trouille de nos baby-boomers aujourd'hui qui s'en tapaient de ce virus à l"époque à 20 ans sont dans le collimateur du covid aujourd'hui à 70 , alors on serre la vis à tous le monde.
a écrit le 28/09/2020 à 14:42 :
La "politique verticale" a beau jeu de parler de séparatisme et de peur pour disperser la "politique horizontale" qui veut se mettre en place! Ils ont peur de la souveraineté populaire!
a écrit le 28/09/2020 à 12:52 :
La binarité dans ce cas de figure indique qu'isoler les personnes a risques aurait du être aussi dans la dynamique de la réflexion.

Car tout confinement déconfinement, aurait pour le coup été quelque chose en particulier pour les personnes cibles, mais la la logique globale est a mon avis a l'image du fait que l'on est ou pas un vaccin, sera t'il l'arlésienne, ou non?
a écrit le 28/09/2020 à 11:59 :
J'ai vu sur les plateaux Eric Caumes s'exprimer: il me parait un homme extrêmement raisonnable. Tout nous dit que ce type de virus ne disparait pas tout seul (et nous le savons aujourd'hui). Cela ne se passe pas ainsi avec la grippe, cela ne se passe pas ainsi pour les pandémies touchant les végétaux, ni les animaux..dès lors, seul un ou des vaccins peuvent nous sortir de là, cumulé avec un semblant d'immunité de groupe: cela ne se discute plus je crois, c'est un fait. Et cette crise, accélératrice de tendance, devra être l'opportunité de faire le point sur beaucoup de sujets: 1. la dérive de notre économie (est-elle à ce point dépendante des cafés et restaurants? Et sommes-nous encore en capacité de régler seuls nos problèmes). 2. la place de nos scientifiques de nos instituts publics: quels sont leurs apports? Nuls tout simplement; les vaccins viendront tous du secteur privé. 3. Une Europe des frontières et du non-échange scientifique: il suffit de voir les exigences des états au passage des frontières pour les "étrangers": tests, quarantaine, alors que le virus est partout. Et comment en sommes-nous privés à avoir des task-forces scientifiques sur un problème européen et mondial chacun dans son coin, les français avec les français, les allemands entre eux etc...4. Notre sens de l'égalitarisme doit-il faire supporter à tous les mesures prises pour protéger une fraction tout de même très réduite de la population (les vieux et/ou atteints de comorbidités).. -Liste non exhaustive -. Toutes ces questions étaient dans les tuyaux, mais elles se révèlent durement lors de cette crise.
a écrit le 28/09/2020 à 11:24 :
Mais bien sûr, comme on disait il y a 2000 ans: "laissez les morts enterrer leurs morts". Si un territoire cesse de produire ce qui est nécessaire à la vie, alimentation, convivialité, transport, réunion, organisation, acquisition scientifique, spiritualité, etc. sa population toute entière prend le chemin de la mort dans l'isolement.
a écrit le 28/09/2020 à 10:14 :
Cette pandémie marque une désinformation et l'affaiblissement de la parole de nos autorités dans un brouillard médiatique, pourtant ce sont des menaces prévisibles.. Gouverner n'est pas bavarder..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :