Quand la Chine tousse, le monde s’enrhume

 |   |  637  mots
Dans l'Empire du Milieu, l'esprit de solidarité reste très fort pour lutter contre l'épidémie.
Dans l'Empire du Milieu, l'esprit de solidarité reste très fort pour lutter contre l'épidémie. (Crédits : Reuters)
VU DE CHINE. Les conséquences économiques du coronavirus n'ont pas tardé à apparaître. La vitesse à laquelle l'épidémie pourra être vaincue sera la clé pour évaluer son impact économique. Ce qui est certain, c'est que 2020 sera une année de survie et de remaniement pour les entreprises présentes sur le marché chinois. Par Chunylan Li, auteure du livre "Réussir sur le marché chinois" (*).

Le 10 février, des millions de Chinois sont retournés au travail, après que les vacances du Nouvel An chinois ont été prolongées à cause du coronavirus. Toutefois, un grand nombre d'individus ou d'usines suspendent encore leurs activités, jusqu'au 16 février ou même plus tard. Le gouvernement chinois se trouve face à un sérieux dilemme, entre la bataille contre l'épidémie et le rétablissement de l'activité économique. À ce jour, le nombre de morts causés par le coronavirus a déjà dépassé celui du SRAS en 2003. En plus de la quarantaine de villes sélectionnées, beaucoup d'autoroutes ont été fermées et des bus longue distance suspendus. Les citadins et villageois ont été encouragés à rester chez eux et minimiser leurs sorties.

De nombreux secteurs touchés

Les conséquences économiques du coronavirus n'ont pas tardé à apparaître. Les plus touchés sont les secteurs de services qui représentaient déjà 52,2% du PIB chinois en 2018, notamment : transports, services aériens, tourisme, hôtellerie, restauration, divertissements et loisirs, commerce en gros et de détail... Dans le secteur de la restauration, par exemple, 15,5% du chiffre d'affaires annuel a été généré pendant la Fête du...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/02/2020 à 8:55 :
C'est le moment comme vous dites de réorienter la stratégie économique de ce pays dont ce virus met le fléau dramatique de la pollution sous le nez de ses habitants et de ses dirigeants.

Prendre donc de l'avance sur les autres à savoir construire moins et mieux en polluant beaucoup moins puisque ce nuage de pollution stagnant au dessus de l’Asie du sud-est fragilise visiblement les populations situées en dessous.

Il faut apprendre de ses erreurs et de ses échecs, ce que notre UE est paramétrée à ne surtout pas faire, or c'est pas avec une classe productrice affaiblie que l'on va bien loin.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :