Industrie, électronique, tourisme... L'épidémie du coronavirus affecte déjà les multinationales du monde entier

 |   |  832  mots
Starbucks, pour qui la Chine est le second marché mondial, a fermé la moitié de ses 4.000 points de vente dans le pays.
Starbucks, pour qui la Chine est le second marché mondial, a fermé la moitié de ses 4.000 points de vente dans le pays. (Crédits : Reuters Photographer)
Compte-tenu du poids de la Chine dans l'économie mondiale, tant comme marché que comme plaque tournante industrielle, l'épidémie de coronavirus affecte déjà les multinationales du monde entier. État des lieux des secteurs les plus touchés.

En plus d'un lourd bilan humain, qui s'établit ce mercredi à 490 morts en Chine, l'épidémie de Coronavirus a des conséquences économiques pour les multinationales du monde entier. Tourisme, industrie, électronique ou encore consommation... Passage en revue des différents secteurs touchés par cette crise sanitaire.

Lire aussi : Le coronavirus pourrait gripper un peu plus une croissance mondiale déjà affaiblie

Voyages et tourisme

Ce secteur subit de plein fouet la mise en quarantaine de douzaines de villes en Chine, et l'interdiction des voyages organisés de Chinois vers l'étranger pour tenter de contenir l'épidémie.

Certains pays déconseillent également à leurs ressortissants de se rendre en Chine, tandis que d'autres ont suspendu les arrivées en provenance de ce pays.

Plusieurs compagnies aériennes, dont Air France, British Airways, Air Canada, Lufthansa ou Delta, ont suspendu leurs vols vers la Chine continentale. Basée à Hong Kong, Cathay Pacific souffre particulièrement: mercredi, elle a demandé à ses 27.000 employés de prendre trois semaines de congés sans solde.

Lire aussi : Coronavirus : Royal Air Maroc, Kenya Airways et RwandAir suspendent leurs liaisons avec la Chine

Les casinos de Macao, terrain de jeu prisé par les joueurs chinois, sont désormais fermés, tout comme les parcs Disney à Shanghai et Hong Kong.

Les grands magasins parisiens, étapes incontournables des touristes chinois, sont inhabituellement calmes. L'industrie du tourisme en Italie redoute pour sa part une perte annuelle de 4,5 milliards d'euros, selon le laboratoire d'idées Demoskopika.

Du côté des croisiéristes, MSC Cruises, Costa Croisières et Royal Caribbean ont demandé à leurs paquebots de ne plus faire étape en Chine.

Enfin, les cinémas chinois ont dû fermer alors que les festivités du Nouvel An chinois sont synonymes de sorties très médiatiques et de recettes normalement décuplées. Selon différents experts, le manque à gagner de la société Imax Corp., basée au Canada, est estimé entre 60 et 200 millions de dollars.

Électronique

Les usines chinoises du géant taïwanais de la tech Foxconn vont rester fermées jusqu'à la mi-février et certains employés ont été priés de ne pas reprendre avant 14 jours supplémentaires, le temps de laisser passer la durée d'incubation du virus.

Il existe un risque de réaction en cascade chez les fabricants de smartphones, d'écrans plats ou d'ordinateur, tous clients de Foxconn. Apple indique travailler sur des "plans d'atténuation" pour compenser la baisse de production de ses fournisseurs chinois.

Le Sud-Coréen LG Electronics a lui annulé sa participation au Mobile World Congress, la grand'messe mondiale du smartphone. Venir ou pas, Huawei s'interroge lui toujours à trois semaines du salon barcelonais (24-27 février).

Industrie

Épicentre de l'épidémie, Wuhan est également une plaque tournante pour les grands constructeurs automobiles américains, européens et asiatiques. Survenue en pleine période de vacances, la crise sanitaire a dans un premier temps eu un impact limité sur la production, même avec l'allongement forcé des congés, mais le virus se propage désormais aussi vite que les menaces potentielles qui pèsent sur les sous-traitants chinois.

Hyundai Motor a ainsi indiqué qu'il avait suspendu toute sa production en Corée du Sud du fait de ses difficultés d'approvisionnement en pièces chinoises. Tesla a pour sa part reconnu que l'épidémie pourrait repousser l'accélération de la cadence de production de sa nouvelle usine gigantesque de Shanghaï, et potentiellement peser sur les résultats du premier trimestre.

Dans le domaine aéronautique, Airbus a fermé jusqu'à nouvel ordre sa ligne d'assemblage d'A320 à Tianjin, près de Pékin. L'équipementier français Safran a également mis à l'arrêt jusqu'au 10 février ses sites de production chinois, où il dispose d'une vingtaine de sites employant 2.500 personnes.

Déjà victime de la guerre commerciale sino-américaine, Caterpillar (machines de chantier) s'inquiète maintenant d'une possible période "d'incertitudes économiques mondiales" toute cette année.

Consommation

Starbucks, pour qui la Chine est le second marché mondial, a fermé la moitié de ses 4.000 points de vente dans le pays.

"Plusieurs centaines" de restaurants McDonald's ont également gardé porte close dans la province du Hubei, dont Wuhan est la capitale. 3.000 autres restaurants restent ouverts.

Pizza Hut ou encore KFC ont aussi connu des fermetures d'enseignes, imposées par leurs co-entreprises chinoises respectives.

L'équipementier sportif Nike, qui redoute un "fort impact" sur ses opérations en Chine et à Taïwan, a fermé environ la moitié de ses magasins en Chine et constaté une chute des ventes dans ceux qui restent ouverts.

Quelques gagnants

Dans ce panorama morose, quelques acteurs tirent leur épingle du jeu, comme le fabriquant de masques de protection 3M.

Le serveur du studio britannique de jeux vidéo Ndemic Creations a lui été victime de la popularité de Plague Inc., un jeu dans lequel il s'agit de développer un fléau viral mortel pour éradiquer la présence humaine sur terre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/02/2020 à 12:41 :
c ' est l occasion pour re industrialiser et relocaliser nos industries! Ce sera mieux pour notre pays et pour l environnement!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :