Entrepreneurs de France, unissez-vous !

 |   |  864  mots
Maxime Aiach.Copyright DR.
Maxime Aiach.Copyright DR.
Maxime Aiach, chef d'entreprise, est président de la Fédération du service au particulier.

A l'origine d'une entreprise, il y a le rêve d'un entrepreneur. On appelle entrepreneur celui qui, à partir d'une idée et à force d'opiniâtreté, crée une structure. L'enthousiasme aidant, les talents concourent, et l'édifice augmente. Tout cela est bien connu.

Et c'est cela qui rassemble les entrepreneurs, quels que soient la taille ou le secteur d'activité de l'entreprise : ils ont cette ardeur toute particulière, propre à transformer le grain en arbre, la friche en champ, et capable de fondre les destinées individuelles dans un projet partagé. A cet égard, tous se ressemblent.
Chacun d'eux, sans relâche, répare les dommages que, sans cesse, leur lopin subit : une réglementation nouvelle emporte les talus, un nuage de taxes inopinément dévaste les cultures, une expropriation soudaine ampute une parcelle. L'entrepreneur, par nature, est un consolidateur, dans tous les sens du mot.

Tous ces traits de caractères semblables, toutes ces expériences communes sont les liens véritables qui unissent les entrepreneurs entre eux, et sont le ciment de leur confrérie. Car, au rebours de l'individualisme dont on les croit animés, la calamité qui frappe l'un d'entre eux, aussi infime soit-il, les touche tous. Tenez, par exemple, le secteur des services à la personne : voilà 11.000 entreprises ?uvrant dans la garde d'enfants, l'assistance aux personnes dépendantes, l'entretien de la maison ou le soutien scolaire, qui, pour la plupart, n'ont pas plus de 5 ans d'âge, mais qui emploient 1,7 million de personnes.

Ce secteur est le blé en herbe de l'économie française, il est ces jeunes pousses qu'il faut jalousement protéger de toute atteinte, afin qu'elles portent le fruit qu'on espère d'elles à la saison prochaine, il est ces tendres plants que tout devrait condamner si ne se trouvaient un terreau fertile, un abri contre les intempéries, et une main sagace qui les repique au bon moment.
La métaphore agricole n'est pas fortuite : les entreprises de jardinage à domicile viennent de se faire tondre par une décision européenne, applicable au 1er juillet prochain, leur supprimant le droit de bénéficier du taux réduit de la TVA. L'Europe, donc, les a fauchées ; la France, qui n'a même pas sourcillé, n'aura plus qu'à les apporter, liées en bottes, aux vaches voraces des Tribunaux de commerce et des agences de Pôle emploi, qui, elles, ne manquent pas d'aliment.

J'aurais pu, tout aussi bien, prendre pour exemple les services informatiques à domicile, à qui l'Europe a, semblablement, coupé l'alimentation. Déjà, la France, en supprimant le régime de cotisation forfaitaire, cet hiver, leur avait fait subir une rude atteinte, comme à l'ensemble du secteur. Ces coups renouvelés, n'en doutons pas, abattront cette activité.

L'ensemble du secteur des services à la personne s'était énergiquement mobilisé pour dénoncer les effets catastrophiques des récents changements réglementaires et des hausses de coûts considérables qu'elles induisaient. Les craintes étaient justifiées. En effet, nous disposons désormais des chiffres d'emploi dans le secteur des services à la personne pour le dernier trimestre 2012, c'est-à-dire les trois mois d'incertitude qui ont précédé l'adoption des changements réglementaires : rien que cette incertitude a fait baisser le secteur des services à la personne, pourtant structurellement croissant, de 3%.

N'en doutons pas : les chiffres du premier trimestre 2013 seront catastrophiques, et ils le seront d'autant plus que nul ne pourra distinguer dans ce décrochage ce qui tient à l'augmentation du travail au noir et ce qui relève d'un éventuel reflux du marché.

Donc le jardinage et l'informatique valent qu'on les défende, même s'ils sont petits, même s'ils pèsent peu dans l'ensemble du PIB de la France. Ils valent qu'on les défende parce que les coups qui les atteignent frappent, par ricochet, l'ensemble du secteur des services à la personne. Ils valent qu'on les défende parce que des milliers d'entrepreneurs, qui exploitent des champs économiques tout aussi étroits, peuvent, eux aussi, voir, par un impitoyable arrêt de Bruxelles ou de Bercy, leur puits tari et leur récolte broyée. Le voisin peut bien être soulagé que la grêle ne tombe pas chez lui ; qu'il ne s'en réjouisse pas, son tour viendra un jour.

En ces temps où l'on s'apprête à élire un Président pour le Mouvement des Entreprises de France (Medef), il est nécessaire de rappeler que les entreprises de France ont besoin d'un représentant qui les défendent toutes, mêmes les plus petites, surtout les plus jeunes, et qui, chef d'entreprise lui-même, sache trouver, dans le c?ur même de ce qui rassemble en confrérie les entrepreneurs, dans le rêve de croissance qui les anime tous, la force de les fédérer. Il est intolérable que lorsque l'un d'entre nous est atteint, nous tous, entrepreneurs, soyons indifférents à sa détresse. S'il est un v?u que je formule aujourd'hui, c'est que le MEDEF, rénové, soit le lieu où cette solidarité entre entrepreneurs, entre pairs, est possible : le jardinier et l'informaticien ploient, que leurs comptables, leurs assureurs, leurs banquiers, et que tous les entrepreneurs les relèvent !

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/05/2013 à 17:56 :
Quelqu un connaîtrait il la personne ou l organisme qui pourrait fédérer toutes les PME et TPE pour mener un nouveau 1789 ? Je ne supporte plus cette administration et cette inflation législative... Le ras le bol est aujourd'hui général et surtout mobilise les masses laborieuses qui se font tondre depuis trop longtemps ...
a écrit le 29/04/2013 à 0:59 :
Très bon article, bravo !
a écrit le 28/04/2013 à 18:01 :
On peut donc etre chef d'entreprise, humain, poete et realiste !
Pourquoi ce n'arrive pas aux hommes qui gouvernent la France d'aujourd'hui...
Ils vont en 7 ans faire de la France ce qu'on fait les Romains et les Egyptiens de leur bel empire...
A pleurer !
a écrit le 28/04/2013 à 17:15 :
Voilà le discours que devrait tenir le gouvernement ! Comment se fait-il que les gens lucides et intelligents qui seraient capables de sortir le pays de la crise ne sont pas présents aux postes-clés ?! Que se passe-t-il dans ce pays ? Sommes-nous tous prêts à continuer à crever à petits feux, sans réagir ? Pour l'instant, le français de base ne descend dans la rue que pour dire s'il est pro ou anti mariage pour tous. Navrant et de mauvaise augure.
a écrit le 28/04/2013 à 11:58 :
"les entreprises de France ont besoin d'un représentant qui les défendent toutes"
qui les défende....
a écrit le 28/04/2013 à 11:07 :
bien dit !
a écrit le 27/04/2013 à 18:17 :
Serait-il possible que toutes ets signent une petition et la faire portee au plus haut (Europe)?
Le sujet : politique economique francaise confisquatoire et dangereuse...
a écrit le 27/04/2013 à 18:02 :
Quand l'augmentation des taxes évolue plus vite que le chiffre d'affaire, les chef de TPE et PME sont désormais prêts à jeter l'éponge. Tuer ces entreprises c'est criminel pour le pays, pour tous ces gens (quelques centaines de milliers) qui vont se retrouver au chômage, mais aussi pour les fonctionaires; car pour une personne qui bossait c'est deux fonctionnaires qui vivaient, il faudra penser à en réduire le nombre.
a écrit le 27/04/2013 à 16:55 :
TOUT à FAIT d'ACCORD !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 27/04/2013 à 2:09 :
On en est plus là, c?est aux français qui travaillent de se faire respecter, aujourd?hui il faut sauver la France, on est sur le chemin des dames et on va tomber : feu d?artifice en acier, qu?il est charmant cet éclairage, artifice d?artificier, mêler quelque grâce au courage. On se croirait en 732, Ronceveau, Ronceveau, l?ombre du grand Roland n?est donc point consolée ? La France a besoin d?une opération sauvegarde des libertés et sauvegarde tout court ! Vie ou mort du citoyen, il faut choisir ! Trop d?Etat tue la société, c?est une évidence pour tous, alors, marchons !
a écrit le 26/04/2013 à 19:20 :
Ca commence bien et on retombe très vite sur les "taxes". Qui payent l'assistance aux personnes dépendantes ? C'est pas un peu la Sécu ?

Vive la Suisse, presque pas de charge mais comme le salarié paye tout, les salaires sont plus élevés...
a écrit le 26/04/2013 à 16:49 :
Ces assez vrai cela.
J'apprécie le parallèle avec l'agriculture qui bénéficie de beaucoup davantage en plus de la PAC.... Mdr
a écrit le 26/04/2013 à 15:44 :
quel est le % du CA de ce secteur d'activité qui est subventionné par des crédit d.impôts?
a écrit le 26/04/2013 à 15:39 :
Les services et le commerce, la France s'en fout un peu, et en 2014 avec la deuxième augmentation de la TVA, beaucoup vont fermer et il y aura des chômeurs en plus...Les gouvernants n'en ont que pour les grandes entreprises et l'industrie.
Réponse de le 26/04/2013 à 16:58 :
N'importe quoi. Si vous comparez l?augmentation des taxes et impôts et charges sur les entreprises, les quelques pourcentages d?augmentation de TVA se n'est vraiment rien du tout.
Si une entreprise n'arrive pas à baisser ces tarifs pour vendre cela ne sera pas à cause de la TVA mais bien de l'ensemble des impôts.
Réponse de le 26/04/2013 à 19:34 :
Je le repete, allez vous dire, mais le statut d'autoentrepreneur est un bon statut bien que l'augmentation soit passee de 21 pr cent a 25 pr cent ; en ces temps de crise cela permet d'avoir un chiffre de chomage moins important -
Réponse de le 28/04/2013 à 11:28 :
Le probléme en france est simple au lieu de faire des lois pour sauver des emplois il faut faire des lois pour en creer je suis une tpe 5 salariers je devrais embauché j'ai les débouches mais malheureusement rien de sérieux n'est mis en place pour que je puisses le faire
Réponse de le 28/04/2013 à 11:41 :
Le problème de la france est simple ,au lieu de faire des lois pour sauver des emplois il faut en faire pour creer des emplois j'ai une tpe 5 salaries je devrais embaucher 2 personnes je ne peux pas trop de charges pour un salaire net de 1500 euro et 1500 c'est le minimun que je peux donner pour le travail demandé

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :