Le succès du livret A ? Du gaspillage !

 |   |  907  mots
Philippe Crevel (DR)
Philippe Crevel (DR) (Crédits : DR)
Les Français n'ont jamais autant sollicité le livret A : en avril, les épargnants y déposaient plus de trois milliards d'euros supplémentaires. Un chiffre qui inquiète les analystes, comme Philippe Crevel, secrétaire général du Cercle des Epargnants, puisque cet argent ne contribue pas à développer l'économie et la croissance...

Sur les quatre premiers mois de l'année, le Livret A et le Livret de Développement durable ont enregistré une collecte nette de 20,66 milliards d'euros. Ces deux produits devraient, cette année, dépasser la collecte de 2012 qui avait atteint 49,17 milliards d'euros. Cet engouement pour des produits d'épargne faiblement rémunérés symbolise parfaitement notre époque: l'épargnant français recherche avant tout la sécurité. La garantie de l'Etat apportée au Livret A, en ces temps troublés, n'a pas de prix. Le deuxième atout de ce produit est lié à l'exonération fiscale (impôt sur le revenu et prélèvements sociaux) qui lui est attachée. En mettant l'argent son argent sur un Livret A, l'épargnant a l'impression de faire une bonne affaire en ne donnant pas d'argent à l'Etat. Ironie de l'histoire, l'Etat sous couvert d'exonérations fiscales et sociales, fait main basse sur une partie de l'épargne des Français afin de financer sa politique du logement voire sa politique en faveur des PME.

Un système unique au monde
Les pouvoirs publics ne manquent pas de souligner que le système du Livret A est une marque française déposée que nul autre pays n'a réussi à imiter. Force est admettre qu'il s'agit d'un tour de force assez improbable. En effet, la Caisse des Dépôts arrive à transformer de l'épargne à très court terme en ressources longues pour le logement social. D'un côté, il y a de l'argent quasi liquide, tout épargnant peut recouvrer son dépôt augmenté de l'intérêt dû, de l'autre côté, il y a des prêts sur vingt ans. Pour assurer la liquidité et la transformation, il faut une lourde mécanique qui prend le nom de fonds euros. Tout l'argent collecté ne sert pas de base de financement pour le logement social ou pour les PME ; une partie, plus d'une centaine de milliards d'euros, sert de réserve pour assurer à tout moment que l'épargnant puisse accéder, sans perte de capital, à son argent. L'argent ainsi mis en jachère est placé en titres à court terme ou en obligations d'Etat. L'autre aspect de la mécanique est de réduire autant que possible les coûts de gestion. En effet, en période de taux d'intérêt faibles, les ressources du Livret A ne sont intéressantes que si elles permettent d'offrir des prêts à des taux inférieurs à ceux du marché.

De ce fait, la pression sur le rendement du Livret A est une constante. Avec la baisse du taux de la BCE à 0,5 %, il est fort probable que le 1er août prochain soit marqué par une nouvelle diminution du taux du Livret A qui pourrait passer de 1,75 à 1,25 % voire moins. En effet, le Gouvernement doit logiquement retenir au minimum le taux d'inflation majoré de 0,25 point. Or, l'inflation est actuellement de 0,7 %. L'autre clef de la formule du taux du Livret A est fondée sur les taux du marché monétaire mais ils sont en dessous du niveau de l'inflation. De ce fait, l'épargnant ne peut guère espérer une amélioration de son rendement. A ce taux de rendement, il faut ajouter des frais de collecte qui sont pour les réseaux bancaires de 0,6 %. Compte tenu des différents frais de gestion, la Caisse des Dépôts prêtent aux organismes d'HLM souvent en-dessous du coût réel de la ressource. La perte est logiquement épongée par les excédents du fonds d'épargne.
 

Une mécanique coûteuse qui ne sert pas l'économie
Cette belle mécanique est dans les faits très coûteuse. Elle ne garantit en rien une bonne allocation de l'épargne. En outre, les coûts réels sont supportés par les épargnants sous forme d'une sous-rémunération. La transformation de ressources courtes en emplois longs n'est en rien rationnelle. Certes, les responsables de la Caisse soulignent que cette transformation compense la faible appétence des Français pour l'épargne longue et à risque. Mais devons-nous admettre que ce mode de financement est un mode logique ? Il faut souligner que devant l'afflux d'épargne collectée en raison de la crise et du relèvement des plafonds, la Caisse des dépôts faute de projets disposerait d'un matelas de 50 milliards d'euros. De même, est-il logique qu'une famille avec deux enfants puisse avoir plus de 100 000 euros en Livret A et LDD défiscalisés ? Cette surreprésentation de l'épargne de proximité est un gaspillage pour l'ensemble de l'économie.

Aujourd'hui, il y a un manque criant de fonds propres dans les PME qui n'investissent pas assez pour se positionner sur les marchés premium. Or, nous sommes avec la BPI, le Livret A et le LDD en train d'inventer un gosplan du financement. Ce n'est pas par une nationalisation de l'épargne que l'appareil productif sera modernisé mais par des réseaux de financement de proximité, par le financement croisé des PME et par des adossements équilibrés des PME auprès de grandes entreprises. Il faudrait surtout faire preuve de pédagogie en expliquant les modes de financement et leurs coûts aux Français et en premier lieu aux élèves. Les actions ne sont pas l'expression d'un capitalisme débridé mais bien un instrument utile de développement des entreprises.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/06/2013 à 12:17 :
Depuis 2007, Philippe Crevel est conseiller auprès de la direction générale de Generali qui vend de l'assurance vie et de l'épargne en tout genre. On mesure mieux l'intérêt de son article à cette aune.
Réponse de le 07/06/2013 à 20:51 :
@kiogo
Il est vrai que pour se faire conseiller en tant qu'épargnant, de manière libre et désintéressé ,il est évident de s'appuyer sur une pure émanation d'une banque..

Sur les 15 membres du CA du cercle des épargnants,6 au moins ont un lien direct avec Generali:
Stellane Cohen,Directeur Partenariats Grands comptes chez Generali
Philippe Crevel,Conseiller auprès de la direction générale chez Generali
Stéphane Dorge, responsable des partenariats marché retraite et épargne che Generali
Alain Ficheur, charge des directions innovation et outils et services et DSI à la Generali
Jean-Pierre Pinatton
Philippe Saby,Directeur réseau Courtage chez Generali
Thomas Saunier,Directeur général chez Generali

Le Cercle est financé par ses adhérents (..essentiellement ...des clients de Generali) et par Generali. Ses fondateurs sont le président directeur général de Generali France et un associé-gérant de la Banque Lazard .
a écrit le 06/06/2013 à 12:02 :
Le pouvoir des lobbies bancaires !

Les français attendaient la séparation des banques de dépôt et des banques d'affaires et seraient très désireux de prêter aux entreprises innovantes en France : seulement voilà François Hollande a cédé au lobby bancaire qui privatisent les bénéfices et nationalise les pertes ! La séparation des banques de dépôts des banques de spéculation n'aura pas lieu.

La loi en cours de discussion prévoyaient seulement de filialiser les activités les plus dangereuses. On sait hélas qu?une telle filialisation ne règle rien : en 2008, le premier assureur mondial, AIG (116.000 salariés et 110 milliards de chiffre d?affaires) a été coulé par sa micro-filiale de trading à Londres qui, malgré sa petite taille (0,3 % des effectifs de l?assureur), a accumulé suffisamment de risques pour faire chuter l?ensemble du groupe ! En quelques semaines, le gouvernement américain a du apporter plus de 180 milliards pour éviter l?effondrement de l?ensemble du secteur. La chute d?AIG montre de façon indiscutable que la filialisation n?est pas une solution efficace.

La solution permettant de construire le système bancaire le plus solide, tourné vers l?économie réelle et ne mettant pas en danger l?épargne des contribuables est simple et éprouvée : c?est la séparation complète des activités de dépôts et de crédit d?une part et des activités d?investissement spéculatives d?autre part.

C?est comme cela qu?a fonctionné le système bancaire de tous nos pays entre 1945 et 1984. Ce qui prouve la faisabilité de cette solution.

http://www.monadversairecestlafinance.fr/
Réponse de le 07/06/2013 à 10:24 :
Votre raisonnement est bien beau en théorie ,mais en pratique ? En 1981 toutes les banques en France ont étés nationnalisée et j'ai pas entendu dire qu'il y ai eu une séparation des activités bancaires.Les opérations de treading pesent lourds sur le resultat des banques et le resultat des banques est l'element comparatif qui guident les investisseurs vers elles .Une banque coté en bourse avec un maigre rendement de 3 % en pretant uniquement aux particuliers ou aux entreprises serra en danger en bourse .Qui en voudra alors que d'autres banques auront un taux de rentabilité deux à trois fois superieur ? L'action s'effondrera en bourse la banque tombera entre les mains de speculateurs sans scrupule qui la depeceront et la vendront en departements les plus rentables .Voila la vérité et ce que les banques disent aux politiques .La solution est que tout le monde fasse la meme chose dans le monde et là c'est pas gagné loin s'en faut ,ou que les banques de depots soient nationnalisées mais le poids de la dette et le liberalisme de l'UE s'y opposeront .
a écrit le 06/06/2013 à 11:39 :
Quand l'Europe finance les délocalisations dont la France est l'un des premiers contributeurs ! Un article du Canard enchaîné de ce mercredi 29 Mai 2013 dont le titre "Quand l'Europe finance les délocalisations".

Un petit extrait :
"Bonne nouvelle : la banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd) dont la France est l'un des principaux contributeurs, doit octroyer 100 Millions d'Euros à l'équipementier automobile Faurecia, qui on le sait, connaît de graves difficultés. Mauvaise nouvelle, cette obole est destinée à l'aider à développer ses activités... au Maroc, en Russie, en Roumanie, en Tunisie, en Turquie. Cette aide européenne au leader français du secteur (filiale à 57,4 % du groupe PSA) est d'autant plus amusante que Faurecia a adopté, fin 2012, un plan de 3000 suppresions d'emplois en Europe occidentale. Or ce prêt de la banque européenne approche - à raison d'un peu plus de 30.000 euros en moyenne par salarié éjecté - le coût des restructurations de Faurecia.

Peugeot voyageur
Lors de sa création, en 1991, la Berd avait pour mission d'aider les pays d'Europe de l'Est à se convertir à l'économie de marché. Elle a étendu son champ d'action, en 2011, au sud de la Méditerranée. Mais rien dans ses statuts, ne prévoit que ces aides s'effectuent au détriment des industries des pays donateurs, où des centaines de milliers de salariés quittent chaque année la chère économie de marché pour le chômage. La Berd, décidément aux petits soins avec les constructeurs automobiles, à offert, l'an dernier, un prêt de 110 millions au groupe PSA - qui ferme l'usine d'Aulnay - pour aider à produire avec Mitsubishi, des voitures ... en Russie. Pas moins de 125 000 bagnoles commercialisées sous les marques Peugeot, Citroën et Mitsubishi sortiront des 2015, de l'usine de Kalouga, dans la grande banlieue de Moscou".

Comme vous le savez déjà peut-être la France perd, par jour ouvré, 800 à 1000 emplois et l'on vient de nous annoncer 40.000 chômeurs de plus pour le mois d'avril !

a écrit le 05/06/2013 à 23:30 :
on a quand même le droit de faire ce que l'on veut de notre pognion n'en déplaise aux pseudos analystes économiques qui se plantent à chaque fois.
Réponse de le 05/06/2013 à 23:49 :
...et qui n'hésitent jamais à rejeter leurs propres erreurs sur les gens modestes.
a écrit le 05/06/2013 à 22:53 :
Il manque un élément trés important à cet article .Les français sont touchés par la crise ,le chomage augmente, le pouvoir d'achat baisse (sic....) et pourtant ils n'ont jamais autant épargnés ? Pourquoi !En temps normal quand tout va bien en France et dans le monde ,quand il n'y a aucun nuage perceptible à l'horizon ,les français économisent 12 % de leurs revenus .Ils prennent des risques ,empruntent s'endettent demain ça ira bien .Des que des nuages pointent à l'horizon ,que les mots crise et recession sont sur toutes les levres ,leur taux d'épargne pointe à 17 % .Ce phénomene n'est pas nouveau depuis 40 ans c'est pareil.En 1993 Baladur premier ministre aprés avoir dit que les français ont de l'argent prononce cette phrase publiquement '''français ,n'ayez pas peur ,consommez''''Tout est là !Tous les gouvernements occidentaux sont scotchés à la consommation de leur population ,et on le voit bien aux USA pays de l'hyper- consumerisme ,la reprise de la croissance est suspendu à la reprise de la consommation ,les americains ont paradoxalement pour un pays riche un taux d'épargne de 6 % .Avec cette crise qui a fait si peur ,la mentalité de cigale des americains pourraient se transformer en mentalité de fourmis ,mettant en danger la reprise économique,bien que cela soit peu probable ,leur mode de vie est encré bien trop profondement en eux.La question est de savoir jusqu'ou pourrait monter le taux d'épargne si la crise s?aggravait bien plus que ce que nous avons connu ? La faiblesse des rentrées fiscales (TVA impots divers ext....) vient en grande partie de ce manque de consommation du à une peur irraisonnée de demain .Nous sommes donc dans le domaine de la psychologie comme dans les milieux d'affaires et les marchés d'ailleurs.Il serrait bon que le discours politique s?oriente vers un discours plus volontariste et entrainant et non pas sombrer dans la morosité ambiante dans laquelle baigne les medias et la population.FRANCAIS VOUS AVEZ DE L ARGENT CONSOMMEZ (ceux qui le peuvent bien sur) ,ça ira (peut etre ) mieux.......
Réponse de le 05/06/2013 à 23:52 :
Mais oui, "La faiblesse des rentrées fiscales (TVA impots divers ext....) vient en grande partie de ce manque de consommation", et absolument pas de l'explosion de l'évasion fiscale et des délocalisations, bien sûr que non puisqu'on vous le dit. Allez, répétez-le plein de fois, des fois qu'à la fin ça finisse par devenir vrai.
Réponse de le 06/06/2013 à 9:39 :
Ha bon !Et quand la croissance était là, il n'y avait pas de faiblesse de rentrées fiscales ,quand à l'évasion fiscale ,elle existait comme maintenant.Quand aux delocalisations,on voit pas ce que ça vient faire dans le debat sur l'épargne.
a écrit le 05/06/2013 à 19:31 :
L'argent est fait pour rouler, c'est pour cela qu'on l'appelle "les ronds"...L'argent placé à la CE ne sert à rien. Enfin quelqu'un qui a tout compris!
a écrit le 05/06/2013 à 19:30 :
construisons des HLM puisqu'il manque cruellement de logements abordables !autrefois l'argent collectée ainsi servait à cela ......
Réponse de le 05/06/2013 à 22:16 :
Quand on voit des retraités qui vivent à 2 dans un F4 ou F5, pas étonnant que y a plus de logements libres pour les familles...Et que des logements restent vides pour faire monter les prix aussi...
Réponse de le 05/06/2013 à 22:58 :
Les retraités auxquels vous pensés,ils sont locataires ou propriétaires ? Parce que locataire c'est payer un loyer élevé, alors qu'avec un F2 ou F3 ils ferraient des économies substantielles ,il ne doit donc pas y en avoir beaucoup dans ce cas là .
Réponse de le 05/06/2013 à 23:23 :
locataires et pas sur paris.
Réponse de le 06/06/2013 à 9:43 :
Ce sont donc des retraités qui ont des moyens !On perd de 40 à 25 % quand on part en retraite donc ils sont dans des logements chers hors de portés du budget de la majorité des familles.
a écrit le 05/06/2013 à 17:00 :
En résumé, il faudrait retirer ses fonds des livrets pour les placer en assurance vie pour que les banques puissent prêter aux entreprises. Mais cela part du postulat erroné que les banques n'auraient pas d'argent pour financer l'économie. Elles ont les fonds mais ne les prêtent pas (ou difficilement) et préfèrent jouer en bourse. Donc désolé, mais je n'ai pas envie avec mon épargne, de financer les banques pour leurs jeux de casino.
Réponse de le 05/06/2013 à 22:21 :
Vous devez avoir votre argent dans une drole de banque !Moi tout mes placements ont étés signés par contrats specifiant trés clairement ou l'argent serra placé et comment il serra utilisé.En aucun cas ma banque ne peut utiliser mes fonds pour une autre utilisation à laquelle ils étaient prévus !Vous savez pas ça !Il ne vous vient pas à l'esprit que les banques ont leurs propres argent à elles (qui appartient aux actionnaires)et c'est avec cet argent là qu'elles prennent des risques!Les fonds en ? sont garantis à hauteur de 100000 ?
Réponse de le 07/06/2013 à 10:07 :
Vous ne m'avez pas trés bien compris.Vous dites à quoi servent ils!Ils servent à financer des PME si JE LE VEUX ET LE DECIDE et ne pas les financer SI JE DECIDE LE CONTRAIRE .Le taux de faillite des PME est important et qui dit faillite dit disparition complete de son investissement .Il est beaucoup plus risqué d'investir dans des PME que de le faire dans des boites du CAC 40 et c'est la raison essentielle de la frilosité des banques pour leur preter et de la réticence des particuliers à le faire .Au fait ,si vous avez quelques économies rien ne vous empeche de vous lancer et de financer les PME de votre choix .A Paris il y a un second marché ,il y a aussi les bourses regionnales !Allez y mais peut etre que vous raisonnerez differemment avant de le faire .Il est facile de critiquer ce que les autres font ou ne font pas .Par contre il n'en va pas de meme si on devient concerné.
Réponse de le 07/06/2013 à 10:44 :
@saz. Que savez vous de mes placements passés ou futurs ? Des investissements sur le second marché, j'en ai effectué. Mais la volatilité de ces actions, compte tenu des volumes à la disposition des fonds spéculatifs, rendent tout investissement sur ces PME complètement aléatoires et déconnectés de la réalité. Vous devez le savoir si vous êtes vous même investisseur.
a écrit le 05/06/2013 à 13:47 :
Quel est le but de cet article ? Que les français retirent leurs économies des banques ? Je ne comprend pas...
a écrit le 05/06/2013 à 12:34 :
Ce monsieur peut il nous dire combien a t il touché de bakchich pour pondre son article? Il essaie de miner l'esprit des épargnants......donnez nous vos économies....
a écrit le 05/06/2013 à 11:52 :
On peut admettre l'utilité des actions dans un capitalisme régulé mais à l'heure du libéralisme débridé les actions ne sont qu'un vecteur parmi d'autres pour spéculer,n'en déplaise à ceux qui défendent l'actuel système financier qui vide régulièrement les bourses de ceux qui investissent en actions quand évidemment ils ne se retirent pas à temps !!!
a écrit le 05/06/2013 à 11:44 :
Ils me font bien rigoler tous ces donneurs de leçons. Selon lui il ne faut pas économiser, il faut investir dans les actions plutôt qu'à la caisse d'épargne. Il peut commencer par appliquer ses théories à lui même. Il me fait penser à tous ces escrocs qui prétendent te filer les bons numéros du loto contre cinq ou six euros. Et bien si c'est cela la recette miracle, ils n'ont qu'à jouer eux-même à la loterie, et ne plus faire chier le monde qui bosse et qui au fond les emmerde profondément
a écrit le 05/06/2013 à 10:57 :
Le livret A permet aux pauvres et aux classes moyennes de mettre un peu de leur épargne en sécurité, hors d'atteinte des spéculateurs. Normal que cela énerve ces derniers et leurs soutiens.
Réponse de le 05/06/2013 à 12:41 :
La securite a un prix = investissement privees inssufisants, qui entraine une hausse inexorable du chomage. Les francais ont l'air d'aimer la situation. Et pour avoir un peu d'espoir on file du pognon a la Francaise des jeux.
L'alternative: se constituer un portfeuille equilibre. Si on a peur du risque on met 90% en produit tres peu risques genre bons du tresor, et le reste dans des actions, au moins on apporte quelque choses a l'economie et avec un peu de chance on peut meme avoir un beau rendement.
a écrit le 05/06/2013 à 10:37 :
70% des fraçais sont des crétins et l'inchiffrisme est total si l'on place de l'argent c'est pour obtenir un bon rapport dela somme placée ,faite le calcul pour doubber la mise = log np/par log np de 1,25 % ;il va passé des millions de m3d'eau sous les ponts de la seine CQFD
Réponse de le 05/06/2013 à 23:10 :
Votre raisonnement ne tient pas .Historiquement la bourse a un rendement lissé de 7 % avec de fortes variations.En bourse il faut savoir quand y rentrer et quand y sortir .La crise de 2001 le CAC 40 était monté jusqu'a 6500 pts pour plonger trés vite à 2500 pts ;C'est là qu'il fallait acheter .Plus prés de nous,en 2008 ,le CAC 40 a plongé à 2000 pts et frole les 4000 pts aujourd'hui en 5 ans !Le doublement a bien eu lieu en 5 ans ! 20 % en moyenne c'est pas mal !Maintenant ,il faudra avoir le flair pour en sortir à temps et ne pas croire au pere Noel et écouter les sirenes qui vous disent que les arbres montent au ciel.
a écrit le 05/06/2013 à 10:21 :
le livret A est devenu archaïque et dangereux , pourquoi ? , déjà il ne remplie réellement son rôle d'origine , la caisse des depots est déjà derrière , de plus dangereux car il renvoie a son détenteur le fait de ne pas perdre son epargne , donc le risque , de plus il empêche l'investissement dans l'actionnariat et après on s'étonne de voir de grands groupes hexagonaux rachetés par des groupes étrangers a coups d'OPA hostiles , cette frilositée est bien européenne helàs , du aussi a notre haine du banquier , de la bourse et de l'épargnant en général car on fabrique un fourre tout idéologique , avec cette manne qui aurait été investi dans des entreprises , ils auraient gagnés plus que ce ridicule taux qui ne veut plus rien dire , mais a taxer les actions de la meme manière celui qui en a 100 et celui qui a en possède 1 million on s'égare totalement , on dissuade le petit épargnant de placer ailleurs , en plus le livret A est une niche fiscale car exempt , c'est stérile , rapporte rien et en prime ne fait pas donner de trésorerie aux entreprises d'ou l'archaïque total , pourtant beaucoup de français possède ce livret sans trop d'espoir non plus , ils savent qu'ils deviendront pas riche avec ce genre de chose mais il est defiscalisé , d'ou son attrait , si les actions étaient mieux fiscalisées , elles intéresseraient davantage de monde , hors avec ce concept anti capitaliste notoire entendu partout , la guerre aux banques et autres inepties qui sont légions , on encourage pas a une reprise économique et a une stabilité des entreprises , on se plaint alors des fonds de pensions qui dévorent nos entreprises , on a ce qu'on mérite aussi , quand aux politiciens eux ils s'en moquent totalement , ils font de la démagogie cela permet de se faire élire ou re-elire facilement c'est plus audacieux que faire des reformes pour rediriger l'épargne vers du productif et donc des emplois , mais dix ans de perdu déjà et 4 qui se préparent de la meme façon , décidément on est vraiment sourds et aveugles
Réponse de le 05/06/2013 à 12:39 :
"....ils auraient gagné plus que ce ridicule taux..." OU ILS AURAIENT TOUT PERDU !! chut chut .....faisons croire qu'en bourse on gagne à tous les coups....allez les pigeons ..venez ...petits ..petits.....
a écrit le 05/06/2013 à 8:33 :
Paradigme _Le capitalisme financier , la phase actuelle de l'ultra libéralisme mis en ?uvre par Reagan et Thatcher dans les années 80 est une impasse. Et le socialisme social-démocrate, sans la maîtrise de la propriété des moyens de production limite sérieusement son pouvoir d'intervention,d'orientation dans le domaine économique.Ce capitalisme financier,par ses excès ,met en danger toutes les économies et par la même l' épargne en provoquant des crises systémiques. Il faut donc changer le paradigme actuel qui est basé sur l'antagonisme exarcerbé des classes sociales. Face au capitalisme individuel, il faut développer un capitalisme collectif, mutualiste et solidaire. Créons donc des fonds souverains nationaux, européens et transnationaux dans tous les domaines, pour contrer le capitalisme financier apatride.Ces fonds pourraient s'investir en priorité dans les ETI,dans les SCOPs,dans les nouvelles entreprises,dans le capital risque (start-ups) et aussi dans les entreprises en grande difficulté.Ils seraient alimentés par des PEI(plan épargne investissement),des assurances vie dont le capital et un minimum d'intérêt seraient garantis pour les épargnants, par les fonds de capitalisation de l'Etat, alimentés par ses parts participatives aux plus-values du Capital des entreprises.
D'autre part il serait nécéssaire de généraliser la participation des salariés à la valeur ajoutée des entreprises;puis d'étendre cette participation aux plus-values de leur Capital.Trois acteurs seraient concernés par cette participation:l'Etat ou les Etats pour les multinationnales,les salariés ,et bien sûr les proprietaires ou les actionnaires.Ces parts participatives seraient regroupés dans des fonds de capitalisation mutualistes et solidaires.Ces fonds seraient monétarisés pour_1,abonder l'épargne investie dans les fonds d'investissement solidaires_2,distribuer du capital aux non-bénéficiaires d'intéressement et plus-values en capital des entreprises
Réponse de le 05/06/2013 à 9:07 :
Vous avez fait l'ENA, Science-Po ou les deux? Votre indigeste condensé de Yakafokon est dans la droite ligne de ce qui se fait ici depuis 40 ans à savoir mettre l'état, la fiscalité et l'épargne règlementée au coeur de l'orientation de l'activité économique. On en crêve de l'interventionnisme permanent de l'état qu'il s'agisse d'orientation de l'économie par la fiscalité, de règlementation, de détournement massif des flux dans une logique de redistribution. Votre Gosplan de l'économie ne fait qu'ajouter une couche de suradministration et d'ingérance alors que l'attente est au contraire desserer l'etreinte, cesser de mettre l'état au coeur de tous les flux et de toutes les initiatives, simplifier l'entreprise pour libérer les énergies et l'initiative individuelle. Désespérant.
Réponse de le 05/06/2013 à 11:16 :
..et c'est quoi votre solution à vous Mister Sun Tza??? jouer à la bourse?
Réponse de le 05/06/2013 à 11:52 :
Contrairement à rb17 je n'avance pas de solutions miracles (qui ne sont en l'occurrence que des resucées du délire énarco-kafkaien que nous vivons depuis plus de 40 ans) mais un constat. Je me moque bien que les français se planquent derrière leur livret A en parlant de "jouer à la bourse" conforté dans leur mépris ignorant comme vous le faites, grand bien leur fasse. En revanche il est évident que le pays est suradminisitré à tout les niveaux et que votre "solution" réside dans la relance de l'initiative individuelle totalement à l'inverse de ce qui est prôné dans le post qui me précède. Mais dans un état qui ne fait pas confiance à ses agents économiques car il préfère légitimer son rôle de grand administrateur du tout et du rien en matière économique et sociale j'ai le sentiment que c'est peine perdue. Sentiment conforté par des reflexions telles que la votre et d'autres qui ne font que témoigner de l'indigence de la culture et de l'éducation économique dans ce pays.
Réponse de le 05/06/2013 à 13:14 :
..Si vous n'avez pas de solutions vous pouvez aller en trouver en Angleterre, aux States avec la bénédiction de Mme F...o ou en Corée du Sud!!! là-bas, "on" fait confiance aux agents économiques!!! ..et ne perdez pas de temps à me répondre svp, je ne suis qu'un abruti de fonctionnaire, vous l'avez deviné.
a écrit le 05/06/2013 à 8:19 :
Cela fait longtemps que la bourse ne sert pratiquement plus à aider les entreprises à se développer.
Le pourcentage des PME en bourse est extrêmement faible et cela ne peut changer, car avoir son entreprise côté à un coût important qui ne peut s'envisager qu'à partir d'une certaine taille. Alors accoler le mot action et PME dans cet article, c'est d'une démagogie incroyable.
En réalité, le problème des entreprises est tout simplement que les banques ne prêtent plus.
Réponse de le 05/06/2013 à 23:17 :
De quelle bourse parlez vous !Pour rentrer dans le premier marché il faut peser lord en chiffre d'affaire mais il y a le second marché et les bourses regionnales pour les PME .
a écrit le 05/06/2013 à 7:52 :
Vu la rentabilité, perso, je mets mon argent au coffre considérant les perspectives de spoliation par l'impôt vraisemblable d'ici à quelques mois.
Réponse de le 05/06/2013 à 10:23 :
J'espère que votre coffre n'est pas dans une banque...
Réponse de le 05/06/2013 à 13:35 :
Au Crédit Lyonnais ??? GAG
a écrit le 05/06/2013 à 7:33 :
"Il y a un manque criant de fonds propres dans les PME" : parce que les marges sont bouffées par les prélèvement sociaux et fiscaux. "l'appareil productif sera modernisé mais par des réseaux de financement de proximité" : rien de nouveau, l'entrepreneur démarre avec des fonds propres "prétés par sa famille, ses voisins qui lui font confiance, car il est un homme exceptionnel."par le financement croisé des PME" C'est à dire la cavalerie? "et par des adossements équilibrés des PME auprès de grandes entreprises" une PME démarre avec un contrat de sous-traitance et meurt avec, en ruinant l'entrepreneur qui ne peut licencier. De quelle pédagogie nouvelle s'agit-il?
a écrit le 05/06/2013 à 5:30 :
Investir aujourd'hui = si tu gagnes tu donnes la moitie a la collectivite, si tu perds c'est tout pour ta pomme. Par exemple les plus-values latentes sont fiscalisables a l'ISF. Donc, tres schematiquement, si au 31/12 t'es gagnant, tu paies, si 3 mois apres tu realises ton gain, tu paies encore l'impot sur le gain, mais si tu as perdu 20% tant pis pour toi. Avec ce genre de chose on decourage la prise de risque, le risque fiscal devenant le principal risque de l'investisseur.
a écrit le 04/06/2013 à 23:47 :
Un produit qui offre une rémunération supérieure à l'inflation et qui permet de retirer son épargne à vue, ça n'existe pas , sauf pour le Livret A. Parler de "sous rémunération" en 2013 pour le Livret A, alors que durant des dizaines d'années ...ce produit servait un taux inférieur à l'inflation laisse songeur sur le sérieux de l'auteur.

Les particuliers qui se sont fait pigeonnés par leurs banques en plaçant en actions ont compris à leur dépend ce que signifiait "encaisser ses pertes".. en matière de pédagogie, les banquiers ont été flamboyants. Les banques pleurnichaient auprès de l'Etat un soutien en 2008/2009, et l'auteur, comme les banques semblent avoir la mémoire courte.
En matière d'épargne nos chers banquiers sont des vampires :-)

ET puis minute papillon: une partie des ressources du Livret A sont captées par les banques pour financer les PME depuis 2009. Et depuis 2009, est-ce que les PME sont mieux financées par les banques ? Ben non. ET que font les banques d'un tiers des sommes collectées qu'elles peuvent conserver ?? Mystère..même pour l'auteur qui semble tout savoir sur tout ;-)
Réponse de le 05/06/2013 à 0:14 :
@Fab: et quand la banque te rémunère à 2% et qu'elle prête ton argent à 20% et plus sur les cartes de crédit, c'est un beau bénéfice, non :-)
Réponse de le 05/06/2013 à 23:22 :
20 % ? ou !De plus si vous etes un bon client de la banque, elle vous ferra un pret personnel à 3 % sur 2 ans avec un maxi à 6% sur 6 ans .............
a écrit le 04/06/2013 à 23:13 :
Donc pour épargner, votre message est "jouer au casino de l'actionnariat" ?? L'endroit ou les petits porteurs sont toujours les dindons de la farce boursière ? Vous oubliez la notion veritable d'une "Epargne" (mis de coté pour une consommation future, les coups durs, la précaution), et pas la spéculation, ou l'investissement capitalistique a tout prix.
Les detenteurs de Livret A, LDD sont des "petits" épargants, pas des boursicoteurs, ni des joueurs invétérés des casinos.
Réponse de le 04/06/2013 à 23:37 :
@totoche: dans le monde où nous vivons, le mot "épargne est banni, car la société de consommation exige que les gens consomment et l'épargne, c'est exactement l'inverse. Pour le reste, je crois que le gouvernement va appliquer l'impôt sur l'épargne des livrets. A suivre donc.
Réponse de le 04/06/2013 à 23:38 :
Au niveau actuel du livret A, les petits épargnants vont bientôt pouvoir s'acheter des mercédès...
Réponse de le 04/06/2013 à 23:38 :
C'est ça la justice sociale : les mercédès pour les pauvres !
Réponse de le 05/06/2013 à 8:54 :
Euh !!! la Merc. quel modèle ???
Réponse de le 05/06/2013 à 13:49 :
Soyez pauvre , pour nous raconter comment c'est. Devenez pauvres, racontez nous.
Réponse de le 05/06/2013 à 18:22 :
l'en cours moyen d'un livret A est de 3.500 ?...a un taux de 1,75% duquel je deduis l'inflation "officielle" de 0,70%, reste un puissant effet financier de .....1,05%, soit un interet annuel de 36,75 ?..c'est quoi le modele de Mercedes ? (a ce tarif je crois que vous pouvez acheter le porte clef...ou une ampoule de clignotant).
Réponse de le 05/06/2013 à 23:25 :
@totoche ;interet annuel de 36.75 % ? Vous vous relisez !
a écrit le 04/06/2013 à 23:01 :
Augmenter le plafond du livret A a été une bêtise. On se plaint du chômage, mais l'épargne est mis soit dans le livret A ou alors dans la pierre. Tous les gouvernements successifs n'ont fait qu'encourager cette culture du non risque. On se réveille aujourd'hui et on se rend compte que nos entreprises dites Françaises n'appartiennent pas aux Français.Les entreprises du CAC40 appartiennent à plus de 50% aux étrangers. Conséquence, nous n'avons aucune prise sur le choix de notre avenir. Quand tout va bien , les dividendes vont dans des poches étrangères et quand ça va mal, les décisions sont prises ailleurs sans que l'on puisse lever le petit doigt - voyez la sidérurgie appartenant à MITAL. On peut en citer pleins d'autres.
Réponse de le 06/06/2013 à 9:49 :
Le capitalisme est entremélé au niveau internationnal .A la City de Londres ou à Wall Stret c'est comme à Paris voire pire .
a écrit le 04/06/2013 à 22:29 :
si le plafond du livret A a été augmenté,et s'il présente un certain intérêt ,c'est pour une raison simple, cela fait une grosse masse d'argent disponible ,dans laquelle l?état vas puiser d'une manière ou d'une autre. beaucoup de gens vont se retrouver ruinés . Chypre n?était qu'un ballon d'essai .
Réponse de le 05/06/2013 à 23:29 :
Vous ne savez pas que les fonds en ? sont garantis à hauteur de 100000 ? et que vous pouvez en avoir plusieurs ? Et si les banques ne peuvent face c'est l'état qui est la derniere garantie ,le dernier recours .Et si l'état n'a pas d'argent ,et bien il va l'emprunter sur les marchés et c'est TOUT LE MONDE qui se retrouve un peu plus endeté ,l'état est éternel les rentiers sont mortels.........
a écrit le 04/06/2013 à 22:26 :
Surtout que bientot, l'argent ne vaudra plus rien.
"tu me la vends 1 000 Euros ta patate??"
"tu rêves! Je veux bouffer moi! "
a écrit le 04/06/2013 à 22:20 :
pour ump la banque golman vous voyez
a écrit le 04/06/2013 à 22:06 :
Il est vrai qu'on se demande encore pourquoi Hollande a fait augmenter le plafond du livret A alors que 90% des comptes n'y arrivaient pas; s'il y avait un projet de relance de l'immobilier derrière, il n'en a pas parlé.
Réponse de le 13/06/2013 à 1:40 :
Sans doute pour faire plaisir à ses électeurs qui ne sont pas tous pauvres... même si le rapport est petit c'est un placement sans risque, disponible immédiatement et net d'impôt (rare de nos jours...mdr) pour l'instant.
a écrit le 04/06/2013 à 20:58 :
Les banques doivent offrir plus. Et en plus garantir le capital + les intérêts sans coût. pareil pour les fameuses P:E ou autre débiteur.
a écrit le 04/06/2013 à 20:43 :
Essayer de faire de la finance casino pour que l'on rigole un peu,vraiment votre petit alibi est un peu court, mais il est vrai que vos amis de l'ump et du fn tiennent le meme discours.Bonsoir, mais nous sommes là.
a écrit le 04/06/2013 à 19:26 :
L 'état socialiste depuis plusieurs décennies nous a ruiné ,1900 milliards, et ceux sont les traders des banques qui sont moins de 100 en France et qui gagnent moins que les médecins qui nous auraient entrainé dans la crise ,il faudrait peut-être moins lire la presse socialiste de cette dictature qui s'installe ( éducation::les jeunes votent à 80/100 à gauche tant on leur a bourré le crane; justice:seul est poursuivi le journaliste qui a pris le cliché du mur des cons, médias socialistes à 90/100,politiques il y a les socialistes de gauche ,de l'UMP, du FN comme Marine LE PEN ,milice: partout dans la population ils font respecter leur ordre .Résistons avant qu'il ne soit trop tard;
Réponse de le 04/06/2013 à 20:22 :
Je ne veux pas particulièrement défendre les socialistes mais autant ils sont nuls pour résoudre la crise financière, autant ils ne sont pas plus (ni moins) responsables que l'UMP de la dérive de la finance casino ...
a écrit le 04/06/2013 à 18:50 :
a ce train la , nos économies qui leur servent bien à tous nos politiques, eh bien il faut tout leur enlever, ils n'ont qu'à trouver d'autres sources, notamment les banques qui se gavent bien avec les produits traders et compagnie, mais eux pas touche c'est sacré!!!!!!! nous sommes des corniauds les francais ne mettons plus rien en banque , mais faire comme nos anciens au moins ils ne verront rien , c'est d'ailleurs ce que je vais faire dès demain , et je convie tout le monde à le faire , et on verra leur bobine à ce moment là, marre d'être pris pour des gogoles!!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 04/06/2013 à 21:04 :
Faites donc. Planquez vos billets sous votre matelas.
Il y a des fois, où on se demande si les gens qui commentent lisent les articles. Ce que vous dites n'a aucun rapport avec ce qui est dit. On dirait que vous avez une même bobine que vous déroulez à toutes occasions.
Réponse de le 04/06/2013 à 22:24 :
C'est ça. Afin d'alimenter les faits divers. pfff
a écrit le 04/06/2013 à 18:44 :
Oula, voila quelqu'un qui ose critiquer le livret A. Les francais moyens preferent largement gagner 1.5% sans risque que 30% avec risque de perdre 10%. s il y avait encore des doutes: Warren Buffet n est pas francais. Nous on prefere financer l Etat que les entreprise inovantes, et apres on pleure parce qu il n y a pas de boulot.
Réponse de le 04/06/2013 à 20:58 :
Selon les produits, on peut aussi perdre 95% ! (Pour mon assurance vie, j'ai pris 20% d'incertain, la part que j'accepte de "perdre". Mon PEA ayant perdu 10% au bout de 9 ans, je suis dans le doute sur tous ces trucs, qui y gagne ?).
a écrit le 04/06/2013 à 18:43 :
M Crevel, pouvez vous nous prouver que vous n'avez pas souscrit de livret A pour votre famille et que toutes vos économies sont dans des participations/actions de PME?
a écrit le 04/06/2013 à 18:23 :
M'ouais, comme d'habitude, en économie, on peut tout dire et son contraire, mais surtout dire que ce qu'on fait en France c'est nul et qu'ailleurs c'est mieux...
Cs gens se prennent pour des scientifiques qui pourraient prévoir l'avenir alors qu'ils ne sont que des sociologues capables d'analyser vaguement le passé...
Que pense notre ami du Japon, et de sa dette publique détenue en grande partie par les citoyens?
Réponse de le 04/06/2013 à 18:53 :
Je ne crois pas que les japonais en soient fiers, car c est plus delicat de devaluer la dette dans ce cas. Du coup les japs sont colles ave leur dette et incapables d apporter de l epargne vers les entreprises inovantes. CQFD non ? Apres no pourrait tenter comme eux de devaluer comme des malades pour retrouver de la competitivite, mais si la croissance calle, le retours de baton sera violent.
a écrit le 04/06/2013 à 18:15 :
Pour une épargne de sécurité, disponible, avec le plafond augmenté récemment, le Livret A est excellent, contrairement à ce que ce Monsieur prêche, mais je crois qu'il prêche pour une certaine paroisse dont chacun peut deviner laquelle! Peu importe le rendement, ce n'est pas le but, le but c'est de garder l'argent en cas de pépin. Certains espagnols se sont essayer au jeu de l'investissement pour faire des rendements exceptionnels, ont fait confiance à leur employé de banque de toujours). Ils avaient de l'argent dans ce qu'on appelle "cartilla", un peu comme le livret en France et on perdu en investissant des actions préférentielles ("preferentes"). Et ces personnes se retrouvent coincées alors que cet argent les aurait pu aider à passer la crise actuelle, ainsi qu'aider les enfants et petits enfants. Espagne = crach immobilier + crédit à outrance + crach bancaire + crach des épargnants + crash de la consommation et pas -0,1% comme en France.
a écrit le 04/06/2013 à 18:09 :
Pour les banquiers et assureurs, le livret a ne rapporte pas assez, alors on nous ressort le financement de l'économie avec... la bourse dont 99,99% des transactions ne rapportent rien aux entreprises ( achats/ventes d'actions déjà émises : très peu d'augmentation de capital par ailleurs détestées par les actionnaires ). En ce qui concerne la transformation de ressources ct en lt, il n'est pas gêné : c'est exactement ce que font les banques en transformant les dépôts en prêts de lt... Quelle crédibilité ^^ ( Sinon : Le Cercle des Epargnants est un think-tank français. Créé en 2004 par Claude Tendil, président directeur général de Generali France et par Jean-Pierre Thomas, associé-gérant de la Banque Lazard Frères et ancien député des Vosges.)
Réponse de le 04/06/2013 à 20:31 :
je ne prendrai qu'un exemple , celui des obligations PALLAS STERN les personnes attendent encore des remboursements , quand on vs les offre il faut bien se renseigner : on me les a vendu PALLAS FRANCE et peu de temps apres elles avaient change de denomination , voila ce qui arrive quand on est novice et jeune ; par la suite j'ai pris mes renseignements -
a écrit le 04/06/2013 à 17:56 :
Tout à fait d'accord avec cette analyse mais ne serait-ce pas vous et vos amis analystes et divers spécialistes en économie qui n'arrêtez pas de dire que la bourse est nulle, que les perspectives sont mauvaises, que l'industrie française ne vaut plus tripette etc, ? Alors un petit peu d'humilité vous et nous ferait le plus grand bien.
De plus quand les gens n'ont plus confiance aux banques ils ne confient pas leur argent aux divers produits spéculatifs proposés et les banques ne font rien pour s'attirer les bonnes grâces de cette clientèle aux petits moyens certes mais très nombreux.
a écrit le 04/06/2013 à 17:54 :
nos hommes politiques feraient bien de venir se balader sur ce forum et de s'en inspirer pour prendre des mesures courageuses (on peut toujours rêver). l'époque actuelle relève plus du far west qu'autre chose et les cowboys de la finance continuent de sévir en toute impunité, à commencer par le plus dangereux et cynique d'entre eux, goldman sachs ! dans ce contexte comment reprocher aux petits épargnants de se réfugier sur le livret A !?
a écrit le 04/06/2013 à 17:29 :
Au Canada où le livret épargne n'existe pas, tous les revenus supérieurs à 2 dollars sont imposables. Je trouve d'autre part fallacieux l'argument de l'auteur de l'article laissant à penser que le taux du livret A serait plus élevé s'il était libéralisé, car le taux servi par les banques canadiennes actuellement est de 0,01 % si cela est un exemple de libéralisation !!! (Il existe 4 grandes banques qui ont le monopole au Canada, les banques étrangères ayant le droit d'avoir une devanture, mais pas celui d'ouvrir des comptes).
a écrit le 04/06/2013 à 17:15 :
Qu'on fasse une vraie réforme bancaire qui garantisse l'honnêteté des investissements et la punition pénale non des établissements mais des individus et conseils d'administration. Que l'on se décide enfin de séparer banques de dépôts et banques de prêts, bref, que l'on assure la plus grande transparence au système bancaire pour rétablir une confiance totalement ruinée par la crise bancaire, la bulle spéculative, le capitalisme financier sauvage... Je sais c'est un peu confus mais l'esprit est là : la confiance des épargnants dans des placements qu'ils ne maîtrisent pas mais que des banques aux intérêts contradictoires contrôlent a disparu et ce ne sont pas des belles paroles qui vont la rétablir mais des mesures fortes que l'on attend toujours. Sinon, les Français, et on les comprend, préféreront déposer leur argent dans des placements de père de famille, même si cela ne rapporte pas lourd.
a écrit le 04/06/2013 à 17:10 :
Du gaspillage !? Pour les banquiers libéraux certes, mais s' ils étaient capables d'offrir une même garantie et une même éthique ils auraient le même succès : ils n'ont qu'à s'en prendre à eux-mêmes.
a écrit le 04/06/2013 à 17:07 :
J'ai joué les actions en 2006, à ce jour, après avoir été bien conseillé par les spécialistes financiers, j'ai perdu. Je demande à cet économiste, de me faire une analyse juste, mais vraiment juste, pour que je puisse revenir sur ce genre de produit. Autrement SVP, laissez moi avec mon livret A.
Réponse de le 04/06/2013 à 20:26 :
des actions faut avant tout bien se renseigner sur les entreprises voir qui les dirigent , approfondir au maximun cela vous pouvez le faire vous meme sur un ordinateur (en regardant le long terme aussi )- mais bien sur il y a tj des risques -
a écrit le 04/06/2013 à 17:07 :
La faible appétence des Français pour l'épargne longue et à risque? Normal quand c'est "long" il y a plus de risque de ne pas revoir son épargne et quand c'est "a risque" encore moins de chance...!
a écrit le 04/06/2013 à 17:02 :
La confiance dans le livret A est inversement proportionnelle à la confiance dans nos dirigeants.
a écrit le 04/06/2013 à 16:50 :
Il existe dans beaucoup de pays des dépôts à vue rémunérés par les banques, disposition qui est interdite en France sauf pour le livret A et similaires. En plus les intérêts assez faibles sont exonérés d'impôt ce qui est une grande simplification. Cette mécanique, ainsi que la création de la CDC, ont été mis en place pour protéger l'épargne des français des appétits (ruine) de l'état et de la spéculation. L'état socialiste qui a tous les pouvoirs et contre-pouvoirs est en train de piller la CDC.
Réponse de le 04/06/2013 à 17:59 :
oui... mais... attention le gouvernement a les yeux rivés sur l'épargne des Français ; n'oubliez pas les ponctions sur les comptes bancaires de Chypre..... écoutons notre Olivier Delamarche le 28/05 ; "il y a des solutions pour "ne pas se faire chyprioté""
http://leblogalupus.com/2013/05/28/olivier-delamarche-la-crise-est-loin-detre-finie-28-mai-2013/
Réponse de le 07/06/2013 à 20:26 :
@dépôts rémunérés

"L'Etat socialiste pille la CDC".

A ma connaissance s'est l'Etat UMP qui a obligé la CDC a venir au secours de Dexia en catastrophe en 2008, et qui lui ont valu la première perte de son histoire.
Quand l'Etat UMP a obliger la CDC a particper à la mise en place du FSI, l'Etat a apporter ses actions France-Télécom. Avec l'effondrement des cours de FT, la CDC a dû provisionner ses pertes liées au FSI: seconde perte de son histoire au titre des comptes 2012

Arrêter de vous bercer de mots. Les faits sont têtus: l'Etat UMP a ruiné la France et failli entraîné la CDC dans ses propres errements..


a écrit le 04/06/2013 à 16:50 :
La croissance est une vieille idée....passons à autre chose!
Réponse de le 04/06/2013 à 17:17 :
Oui passons à la décroissance. Ressortons nos bougies et nos chevaux !!!
Réponse de le 04/06/2013 à 17:45 :
Dans un monde où tous les jours les violence physiques et idéologiques nous rappellent le moyen âge, cela ne serait qu'une suite logique !
Le livret A est le nouveau matelat des français,
a écrit le 04/06/2013 à 16:41 :
Que ce Monsieur interroge les entreprises du batiment sur son raisonnement a la petite semaine, cela devrait modifier sa perspective.
a écrit le 04/06/2013 à 16:37 :
Vous préférez sans doute que les gens continuent a se faire plumer en achetant des actions dont les cours sont manipulés ? il suffit de rendre "l'entreprise" intéressante financièrement et le reste suit...l'argent va a l'argent...je trouve l'article bien faible et a coté de la plaque
Réponse de le 04/06/2013 à 20:33 :
ce qui était place est parti pour les impots quittances etc et j'attaque le LA !!!!!
Réponse de le 05/06/2013 à 23:52 :
Je suis stupefais par l'extreme naiveté de certains blogueur sur la bourse .Moi j'y ai toujours gagné et des sommes trés importantes.J'ai vendu juste avant le crash de 2001 et racheté dans la foulée quand le CAC 40 était au plus bas .J'ai fait pareil en 2007 aux premiers tressaillements de la crise et racheté du CAC 40 à 2500 pts ,il en vaut le double maintenant .En lisant la Tribune et bien d'autres je me tiens à l'affut des premiers signes de la prochaine crise et je revendrais encore au plus haut pour racheter ensuite au plus bas !C'est pas innaccessible de faire comme ça !Un crash boursier ne passe jamais inaperçu ça fait un énorme bruit dans les medias.Par la suite il faut avoir un peu de nez et savoir se satisfaire et ne pas croire que ça va continuer à monter en permanence .Comme pour les tremblements de terre ,il y a des signes avant coureurs qui ne trompent pas ,il faut savoir les decripter et je suis pas analyste financier ,je n'ai qu'un petit CAP;

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :