Le Japon doit faire faillite !

Avec des entreprises et des banques malades, que l'Etat doit veiller et alimenter, le Japon pourra-t-il retrouver sa croissance et résorber sa dette? Pour l'économiste Michel Santi, les mesures prises par le Premier ministre Shinzo Abe ne suffiront pas: il faut faire table rase du système existant, pour construire un nouveau modèle de croissance.

5 mn

L'économiste Michel Santi préconise la destruction du système japonais pour relancer l'économie du pays du soleil levant...  © DR
L'économiste Michel Santi préconise la destruction du système japonais pour relancer l'économie du pays du soleil levant... © DR

Le Japon ne s'est jamais vraiment attelé à résorber et à combattre ses endettements colossaux après l'implosion de ses multiples bulles dès 1989. Les dirigeants économiques et politiques de ce pays n'ont effectivement procédé qu'à des restructurations cosmétiques et à des liquidations de dettes en douceur, aux conséquences désastreuses pour leur système bancaire qui n'a pu survivre qu'à la faveur d'incessantes perfusions. L'Etat fut donc contraint de prendre à son compte à la fois les dettes de banques désormais qualifiées à juste titre de « zombies », mais également celles de l'ensemble du secteur privé japonais sinistré pour avoir fait trop d'excès. A mesure que le secteur privé se mettait en mode épargne afin de soulager sa gueule de bois, les gouvernements successifs faisaient preuve d'un cruel manque de volonté politique et tentaient de compenser à la faveur d'une création monétaire hyper laxiste. Ce qui maintenait tant bien que mal leur économie tout en remettant à plus tard les décisions pénibles.

Manque de courage politique
Les fonds publics continuellement injectés dans l'économie permettaient certes d'éviter la dépression, dans un pays qui dû néanmoins subir une série de récessions. Pour autant, cette générosité - ou ce manque de cran ? - de la part des politiciens eut une contrepartie catastrophique puisqu'elle se traduisit en un gonflement quasi morbide de l'épargne des privés.

Comment ce pays parviendrait-il dès lors à casser cette spirale infernale et, ce, en l'absence de toute pression inflationniste et sans nulle autre croissance que celle insufflée par les fonds publics ? En toute logique, la déflation fut au rendez-vous, et  combinée à un déclin démographique majeur, devait contribuer à voir s'affaisser la position naguère dominante du Japon aujourd'hui subissant une longue agonie économique et facilement distancé par la Chine.

Un redémarrage impossible
La conjugaison de facteurs comme la masse colossale de la dette publique japonaise - dans un contexte démographique catastrophique aux vues de la situation géopolitique du pays - et des défauts structurels de son économie, empêchera le redémarrage au Japon d'une croissance authentique, saine, et qui pourra enfin voler de ses propres ailes sans l'assistance de l'Etat.

Des études ont effectivement révélé que même un P.I.B. de 5% (ou de 3% nets en déduisant une inflation à 2%) n'autoriserait pas l'instauration d'une croissance qui serait entièrement redevable au secteur privé. Les réformes structurelles sont pourtant d'une urgence vitale dans un Japon qui n'en finit plus de stagner sous le poids des intérêts particuliers et du fait d'un système politique faible. En effet, si les deux premières « flèches » du gouvernement Abe furent relativement aisées à mettre en place - augmentation massive des dépenses publiques etintense création monétaire ayant pour objectif de promouvoir l'inflation - , elle ne purent être décrétées quasiment du jour au lendemain.

Des entreprises sous perfusion depuis des décennies
On ne voit pas comment Abe sera en mesure d'améliorer la productivité japonaise et de stimuler les investissements privés si ce n'est en imposant des mesures impopulaires qui ne manqueront pas de déranger les « intérêts spéciaux ». A cet égard, les détails de cette « troisième flèche » - censée réformer son économie en profondeur - manquent cruellement de consistance et ne semblent absolument pas de taille à lutter contre les entreprises mort-vivantes qui jouissent de fonds publics prêtés à des taux défiant toute concurrence.

Heureuses de vivre sous perfusion depuis des décennies au crochet de l'Etat et sans nulle remise en question, ces entreprises opèrent toutefois une concurrence déloyale vis-à-vis de celles qui tentent de faire des efforts en termes de productivité. L'activité anémique chronique au Japon est donc tout autant due à des déficiences de gouvernance qu'à une incapacité de l'Etat à trancher dans le vif, c'est-à-dire à interrompre la respiration artificielle en faveur d'entreprises qui nuisent à l'émergence d'authentiques faiseurs de croissance.

La destruction du système japonais serait salutaire
Le Japon a donc impérativement besoin d'une destruction qui ne pourrait s'avérer que créatrice, et qui consistera à laisser mourir l'ensemble de ses entreprises (et de ses banques) malades, pour enfin permettre l'émergence d'affaires neuves et en pleine santé. Ses dirigeants doivent donc avoir le courage politique de forcer au défaut, en autorisant la liquidation en masse des dettes, ce qui se révèlera au final nettement plus efficace qu'une longue austérité inévitablement accompagnée d'encore et de toujours plus de stagnation économique.

En outre, un défaut de paiement opèrerait une redistribution depuis les riches en faveur des jeunes, tandis que l'austérité induit comme on le sait un mouvement inverse. L'Histoire du Japon étant à cet égard riche en enseignements : l'effondrement de l'ordre actuel, incontestablement en bout de course, y autoriserait une explosion de dynamisme et d'entreprenariat, et présiderait à un nouveau miracle économique. Un peu comme l'émergence de Sony ou de Honda après le cataclysme de la Seconde guerre mondiale, ou comme la Restauration Meiji. Les japonais ont aujourd'hui toutes les raisons pour opter en faveur d'un défaut de paiement sélectif, voire généralisé.

*Michel Santi est un économiste franco-suisse qui conseille des banques centrales de pays émergents. Il est membre du World Economic Forum, de l'IFRI et est membre fondateur de l'O.N.G. « Finance Watch ». Il est aussi l'auteur de l'ouvrage "Splendeurs et misères du libéralisme"

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 77
à écrit le 10/07/2013 à 10:37
Signaler
On aurait aimé savoir quelles sont ces sociétés et banques zombies ou mort-vivantes, et surtout si elles sont si nombreuses que l'auteur le prétend.

à écrit le 07/07/2013 à 11:50
Signaler
Vous donnez des leçons aux géants. Vs etes fort en blabla. Donne des leçons à ton pays problament pour le ruiné davantage et laisse les forts. Y a combien d'économiste français qui ont eu le prix nobel ? 0,1 personnes?.

le 09/07/2013 à 7:56
Signaler
Le Prix Nobel d'économie n'existe pas !!!!

le 09/07/2013 à 22:13
Signaler
Alors t'es pareil comme cet economiste.

à écrit le 06/07/2013 à 5:24
Signaler
Version moderne et "économiste" du célèbre "il leur faudrait une bonne guerre". Et il a fait de longues études pour en arriver là ! Mon Dieu, débarrassez-nous des économistes...

à écrit le 05/07/2013 à 17:30
Signaler
Votre article fait peur M. Santi. Cependant, la situation du Japon est-elle aussi catastrophique que celle de la France? Bien à vous,

à écrit le 03/07/2013 à 16:53
Signaler
Le Japon a donc impérativement besoin d'une destruction qui ne pourrait s'avérer que créatrice, et qui consistera à laisser mourir l'ensemble de ses entreprises (et de ses banques) malades, pour enfin permettre l'émergence d'affaires neuves et en ple...

à écrit le 03/07/2013 à 9:05
Signaler
article interressant , mais la faillite du japon est pas crédible car elle toucherait deux pays de plein fouet , le premier c'est les USA via leur dette publique , le second est plus commercial meme si les relations sont froides entre états , la chin...

à écrit le 02/07/2013 à 15:21
Signaler
"L'innovation vient de la destruction créative." Yoshihisa TABUCHI Alors oui, il faut détruire pour reconstruire, mais attention aux suicides que va engendrer la perte de leur épargne chez les personnes âgées, celle-ci étant souvent en garantie de la...

à écrit le 02/07/2013 à 14:27
Signaler
@ Onze Indirectement Santi dit le système ne marche plus, le Japon doit faire faillite puisqu'il est le plus endetté et depuis la mondialisation c'est tout le système qui doit faire faillite et cela va commencer par le Japon.

le 02/07/2013 à 23:05
Signaler
Si le but est de faire faire faillite à tout "le système", donc à tous les pays, d'instaurer la ruine et le chaos sur la planète, alors peut être que la Japon est un bon début. Je n'avais pas compris que le but final était le grand soir à l'échelle m...

le 03/07/2013 à 4:03
Signaler
@Onze, malheureusement notre futur n'est pas brillant, personne ne peut prédire exactement ce qui risque bien d'arriver, c'est sûr que nous sommes tous perdants, se sauveront peut-être mieux ceux qui se préparent à ce chaos avec des toutes choses sim...

à écrit le 02/07/2013 à 14:05
Signaler
Tout est une question de point de vue : i) les japonais n'ont pas l'air malheureux, bien au contraire, et c'est tout ce qui compte ii) comment faire de la croissance dans un pays sans croissance démographique ?, et où on ne peut pas pousser les murs ...

le 03/07/2013 à 3:33
Signaler
Ta bien raison!

à écrit le 02/07/2013 à 12:45
Signaler
La faillite du Japon, 3eme puissance économique du monde, entrainerait un terrible séisme a travers toute la planète. Le système bancaire mondial, tout juste convalescent, n'y résisterait pas. Les faillites en cascade des banques entraineraient la ru...

le 06/07/2013 à 10:50
Signaler
Les faillites en cascade des banques entraineraient la ruine des déposants. Non, cela entrainerai la ruine des actionnaires/creanciers et gros déposants. et donc aucun effondrement de la consommation.

le 10/07/2013 à 10:32
Signaler
Ah oui ? Vous trouvez que la faillite de Lehman n'a pas eu d'impact sur la consommation ?! Elle a eu bien plus de conséquence indirecte (crise mondiale) que directe (perte d'avoir des actionnaires/créanciers) !

à écrit le 02/07/2013 à 12:34
Signaler
Qu'il se dépêche on en a marre d'attendre ! Personnellement je suis contre l'euthanasie des pays et ne supporte donc pas de voir le pays du soleil couchant agoniser ainsi à l'ombre des jeunes filles et des cerisiers en fleurs !

à écrit le 02/07/2013 à 11:06
Signaler
C'est le monde qui est en faillite et le pire c'est à cause de ceux qui devraient tout faire pour éviter la faillite...Les banquiers.

à écrit le 02/07/2013 à 9:50
Signaler
de quoi je me mêlé ?le japon est lui même le détenteur de ça dette ,nous non,. les problèmes qui s?annoncent chez nous sont bien plus graves. préoccupons nous d'abord de la françe.

à écrit le 02/07/2013 à 7:17
Signaler
C est pas le Japon qui est en faillite c est l Europe ! Retourne a tes etudes.

à écrit le 02/07/2013 à 6:45
Signaler
J'ai tendance à penser que le japon risque fortement de devenir isolationniste( surtout si une faillite arrive), sa remilitarisation actuelle ne reflétant que son incapacité structurelle à contrer la Chine, qui a repris le flambeau de l'ouverture à l...

à écrit le 02/07/2013 à 5:53
Signaler
Heureusement pour les japonais,nos économistes sont nuls en économie la preuve la situation actuelle . Et particulièrement incompétents en matière de prospectives ils n'ont annoncés aucune crise

le 02/07/2013 à 7:18
Signaler
Ta raison,c est l Europe qui est en faillite!

le 02/07/2013 à 13:03
Signaler
Heureusement nous avons d'excellents économistes, capables de tout expliquer après coup! Par ex DSK fameux économiste que la terre entière nous envie,qui n'a pas sû gérer ses pulsions, mais qui vient pérorer dés qu'il le peut ,afin de faire la leçon...

à écrit le 01/07/2013 à 23:37
Signaler
M SANTI a du courage et des conseils pour les japonais, qu'il ne souhaite habituellement pas voir appliqués chez nous. Une certaine xenophobie?

à écrit le 01/07/2013 à 23:17
Signaler
Juste précision de votre part JM57 18:41 - La dette japonaise est détenue essentiellement par des Japonais. Les avantages en matière d'autonomie et de marge de manoeuvre financières ne sont pas négligeables: le Japon est endetté principalement vis-à-...

le 02/07/2013 à 7:20
Signaler
Bravo,bien dit.!

à écrit le 01/07/2013 à 22:42
Signaler
N'oublions pas l'aide au Japon de la Grande-Bretagne qui a toujours su imposer à l'Europe son leadership en matière de déréglementation financière et commerciale. Grâce à elle, l'Europe pourra augmenter ses importations de produits japonais assemblés...

à écrit le 01/07/2013 à 22:28
Signaler
oui le japon doit faire faillite et mieux il doit rester en faillite, ca lui evitera de faire faillite une autre fois

à écrit le 01/07/2013 à 20:50
Signaler
Parlez nous de retraite par capitalisation .... on adore ..."Le Japon a donc impérativement besoin d'une destruction qui ne pourrait s'avérer que créatrice, et qui consistera à laisser mourir l'ensemble de ses entreprises (et de ses banques) malades,...

à écrit le 01/07/2013 à 20:37
Signaler
J'ai rien compris. Je ne sais pas si le "Japon doit faire faillite". Tout ce que je vois, c'est qu'en France on met toutes les chances de notre coté pour y arriver.

le 01/07/2013 à 23:26
Signaler
Eh bien, si vous ne comprenez rien à la logique socialiste, c'est que vous avez un esprit parfaitement sain et fonctionnel ! Bravo !

à écrit le 01/07/2013 à 18:57
Signaler
Paraitrait que notre ex et futur candidat Président Sarkozy voudrait initier une "relance à la japonaise" en France...S'il est réélu.... On s'en délecte d'avance !...

le 01/07/2013 à 21:31
Signaler
10 ans d'ump pour un doublement de la dette dont 600 milliards pour les 5 années de graal , il serait dommage qu'une telle oeuvre ne reprenne pas la quete de casse de l'etat francais .... C'etait deja tellement beau "l'ode au credit hypothécaire" en ...

à écrit le 01/07/2013 à 18:49
Signaler
Ce cher économiste, jusque il n'y a pas longtemps; faisait l?éloge de la politique de création monétaire japonaise ultra expansionniste (ou américaine). Maintenant - il a du être frappé sur la route de Damas-, il se rend compte que le Japon est en f...

le 02/07/2013 à 6:12
Signaler
Hayek, Schumpeter et les autres peuvent-ils me donner une seule regle economique qu'on puisse verifier? Autant conduire le monde avec les propheties de Nostradamus! Signez ici la petition pour envoyer Elizabeth Tessier a Bercy.

à écrit le 01/07/2013 à 18:41
Signaler
Les conseilleurs ne sont pas les payeurs.... Le Japon est radicalement atypique dans sa dette. Celle-ci est énorme mais elle est détenue à 95% par des japonais, qui se doivent donc de l'argent à eux-mêmes. Vous connaissez beaucoup de monde qui se fer...

le 02/07/2013 à 11:49
Signaler
Enfin quelqu'un qui sait prendre du recul par rapport aux simples chiffres et autres discours pathetiques d'economistes qui analysent un pays entier a travers 3 statistiques! Je rajouterai a votre commentaire que le Capitalisme a la japonaise n'a auc...

à écrit le 01/07/2013 à 18:26
Signaler
Monsieur Santi deviendrait-il Schumpetérien ?

à écrit le 01/07/2013 à 18:13
Signaler
Je plains les Japonnais ... crise éco, tsunami ! Ils n'ont plus confiance dans rien !

le 01/07/2013 à 18:30
Signaler
à - de 5%!

à écrit le 01/07/2013 à 18:03
Signaler
A chaque fois que je vois votre tronche, je sais que l'article sera faux, incomplet, et tape à l'oeil.

le 01/07/2013 à 23:28
Signaler
Il faut bien lutter contre le chômage des incompétents : cela fera plaisir au premier d'entre eux, notre flanby !

à écrit le 01/07/2013 à 17:55
Signaler
Tout ce beau raisonnement est parfaitement applicable à la France. Merci Monsieur Santis. Les hommes politiques cumulent les rentes et n'ont pas besoin de courage pour bien vivre tant qu'ils bernent le peuple "contre le chômage, on a tout essayé". Le...

à écrit le 01/07/2013 à 17:44
Signaler
Le Japon doit faire faillite!?J'y crois pas,d'où vient cette source?

à écrit le 01/07/2013 à 17:42
Signaler
Il ne vont pas mieux que nous , pire encore s'est la planche à billet qui les fait tenir aujourd'hui mais sa ne durera pas...

le 01/07/2013 à 18:31
Signaler
us! ou les gens retravaillent

à écrit le 01/07/2013 à 17:34
Signaler
Raisonnement provocateur et à l'emporte-pièce. Faire faillite est une décision couteuse que l'on ne prend pas à la légère.

le 01/07/2013 à 23:29
Signaler
Si l'on est socialiste, on distribue d'abord puis on ne réfléchit jamais...

à écrit le 01/07/2013 à 17:27
Signaler
La gestion des créances douteuses n'est pas d'hier, loin delà ... ce qui rappelle le mode de gestion européen (hélas), le Japon reste un pays où l'exportation reste forte , donc tout n'est pas perdu ! Le système banca...

à écrit le 01/07/2013 à 17:19
Signaler
Que signifie cette phrase: "Des études ont effectivement révélé que même un P.I.B. de 5% (ou de 3% nets en déduisant une inflation à 2%) n'autoriserait pas l'instauration d'une croissance qui serait entièrement redevable au secteur privé." ?? Qu'est-...

le 01/07/2013 à 17:59
Signaler
C'est clair à 3% nets la croissance n'est pas auto génératrice il faut de l'investissement publique pour soutenir l'ensemble.

le 01/07/2013 à 23:30
Signaler
Mais bon sang, mais c'est bien sûr ! Allez, une bonne petite relance keynésienne à la flanby et tout y ira pour le mieux !

à écrit le 01/07/2013 à 17:03
Signaler
meme sous les bombes d'Hiroshima le Japon n'a pas déclaré la banqueroute. C'est plus facile et possible que sera la France à faire faillite.Le tissu industriel japonais,la rigueur,la volonté et l'abnégation au travail auront raison des difficultés ac...

le 01/07/2013 à 17:14
Signaler
en français ça donne quoi ?

le 01/07/2013 à 17:22
Signaler
Attrape un dico et tu comprendras ...

le 01/07/2013 à 17:27
Signaler
Pépère n'a pas compris qu'à 250 % de dettes publiques sur PIB, la moindre remontée de taux à 2-3% serait très problématique pour le Japon. Il faudrait en effet à ce pays vieillissant, dont la population décline, dégager 5 à 7 % de croissance par an p...

le 01/07/2013 à 22:04
Signaler
5 à 7% C'est clair mission impossible...

à écrit le 01/07/2013 à 16:32
Signaler
Le Japon a seulement 20 d'avance sur la France et l'Europe du sud. Le mourant est maintenu en vie grâce à la création monétaire massive et quelques fleurons industriels exportateurs.....la création d'une hyperinflation intérieure appauvrira l'épargne...

le 02/07/2013 à 11:14
Signaler
Rassurez moi vous vivez au Japon pour etre si sur de vos affirmations? "Le mourant", "quelques fleurons industriels exportateurs", ...non parce que moi qui habite et travaille a Tokyo je suis toujours surpris de voir le nombre de TPE et PME qui fabri...

à écrit le 01/07/2013 à 16:24
Signaler
la dette nette du japon n'est pas si enorme que ca, quand on veut bien se donner la peine de regarder les chiffres.... la france n'a pas trop de lecons de morale a donner, ce d'autant plus que la dette francaise est detenue a plus de 60% par des non ...

le 01/07/2013 à 16:41
Signaler
Si les economists francais ne peuvent s'exprimer au motif que leur pays est endette, merci de nous indiquer qui serait autoriser a le faire: Les citoeyns du Boutan???

le 01/07/2013 à 17:30
Signaler
Votre analyse est superficielle et ne tient compte ni du vieillissement gravissime de la population japonaise, ni de l'épée de Damoclès de la remontée brutale des taux d'intérêt. Et puis ça ne fait jamais que 20 ans que le Japon se débat avec sa défl...

le 01/07/2013 à 18:21
Signaler
Churchill.... je partage votre avis sur la déflation ... merci de le transmettre à Angela !

le 01/07/2013 à 18:52
Signaler
la deflation n'est pas bonne, l'inflation non plus; avez vous seche vos cours de macroeconomie? ( ok, je pars du ppe qu'en bon francais vous n'etiez pas trop motive... alors allez faire un tour au zimbabwe, vous verrez ce qu'ils pensent de l'inflatio...

à écrit le 01/07/2013 à 16:17
Signaler
Il ne faut abuser ni de Schumpeter ni du saké...

le 01/07/2013 à 18:27
Signaler
On trinque avec un verre de Schumpeter.... le communisme a disparu ... le capitalisme va disparaître ... j'y peux rien c'est la logique !

à écrit le 01/07/2013 à 16:11
Signaler
@Yvan intéressant, dites nous en plus

à écrit le 01/07/2013 à 15:41
Signaler
Monsieur Santi, vous êtes décidément un peu trop économiste... Les Japonais ne peuvent pas faire défaut. Vous devriez le savoir si vous connaissiez un minimum la géopolitique.

le 01/07/2013 à 17:20
Signaler
Je travaille depuis plusieurs années avec le Japon - un modèle d'efficacité et d'honnêteté Je suggère de remplacer le nom "Japon " par le nom "France" dans l'article Si il y a un pays qui doit tout remettre à plat ce n'est pas l'empire du Soleil L...

le 01/07/2013 à 17:24
Signaler
Ma soeur revient du japon , où elle set alléee voir son fils diplomé sciences po ,qui s'y est installé il y a 3 ans en apprenant le japonais!elle y a vu un pays ,propre, ordonné, policé,moderne, qui lui parait à muille lieues de la france poussive, e...

le 01/07/2013 à 18:15
Signaler
La dette japonaise est japonaise ! La dette française n'est pas française : elle est donc exigible plus facilement !

le 02/07/2013 à 0:05
Signaler
Ayant travaillé plusieurs années dans une entreprise japonaise, je peux confirmer que votre qualification de cet ancien pays de l'Axe comme " pays propre, ordonné, policé, moderne " est correcte.

le 02/07/2013 à 12:01
Signaler
Pays propre? je pense pas que les poissons dans la rivière de sacs plastique derriére chez moi pensent pareil!! les plages a l'eau grise avec centrale nucléaire qui fuient c'est un super pays propre!!

le 02/07/2013 à 12:27
Signaler
Mon ami eclaire nous et dis nous donc ou se trouve cette riviere de sacs plastiques. J'ai vu moi aussi en banlieue des ruisseaux urbains qui sont loins de rivieres a saumons mais de la a parler de riviere de sacs plastique ca semble un peu exagere......

le 02/07/2013 à 12:43
Signaler
J'oubliais pour les "plages à l'eau grise": la géologie même des îles japonaises, le decoupage des cotes et les forts courants du Pacifique et de la mer du Japon en sont les principales raisons et n'ont rien a voir avec une quelconque pollution, paro...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.