Entretien avec Jean-Claude Trichet : l'euro a-t-il tenu ses promesses ?

 |   |  220  mots
Jean-Claude Trichet, ancien président de la BCE de 2003 à 2011 / Reuters
Jean-Claude Trichet, ancien président de la BCE de 2003 à 2011 / Reuters (Crédits : Reuters)
La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, l'équipe de 28 minutes s'entretient avec Jean-Claude Trichet à propos du désamour des Européens à l'égard de l’Union et sa monnaie.

« Les gouvernements européens ont une grande responsabilité européenne et mondiale. Nous sommes l'épicentre d'une crise très grave (...) Il est très dommage que les Européens aient tendance à être constamment négatifs sur eux-mêmes. Nombreux sont ceux qui ont la tentation de se servir de l'Europe et de l'euro comme d'un bouc émissaire ». C'est ce que déplore l'ancien patron de la Banque centrale européenne (BCE), Jean-Claude Trichet.

Rappelant la création de "600 000 emplois de plus qu'aux États-Unis" depuis la mise en place de la monnaie unique en janvier 1999, il accuse les pays membres d'avoir eux-mêmes créé les écarts de compétitivité qui secouent aujourd'hui le Vieux continent.

28 minutes

« La zone euro a créé 600 000 emplois de plus que les Etats-Unis » depuis la mise en circulation de l'euro, a déclaré le mois dernier Jean-Claude Trichet.

L'ancien président de la Banque centrale européenne, libéré de ses fonctions de grand argentier de la zone euro qui l'invitaient à la retenue, multiplie désormais les commentaires sur l'avenir de la monnaie. Son sort se jouera notamment aux élections européennes de mai 2014, où une montée des eurosceptiques et des nationalistes est prévisible.

EXPRESSO
Par Thibaut Nolte

INTERVIEW

 >>> Suivez 28 minutes sur le site de l'émission,
sur Twitter @28minutes
et sur Facebook

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/12/2013 à 12:26 :
Il n'y pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. Ah bon, l'écart de misère entre l'ouest et l'est a été soigneusement mis en place après le passage l'Euro par les européens? Serait-ce un complot soviétique?
a écrit le 04/12/2013 à 9:59 :
L'Euro aurait tenu la route , mais sans les Allemands qui auraient dû resté à leur propre monnaie. D'ailleurs ils devraient s'inquiéter s'ils n'amènent pas l'Europe et eux mêmes dans une impasse que l'on entrevoie maintenant et très clairement .
a écrit le 04/12/2013 à 8:08 :
Emploi à quel prix? Endettement irreversible des etats, fortune des banques et hedge funfs....et des politiques....l euro va nous saigner jusqu à la fin
a écrit le 04/12/2013 à 7:30 :
La possibilite de commercer en Europe avec une meme monnaie est une bonne chose. Mais l' euro est tres cher (+35%) compare au dollard US par exemple et il n' existe pas de barriere douaniere (taxes a l'importation). La consequence : l' Europe a un probleme general de competitivite vis-a-vis des autres pays du monde. La croissance et donc les emplois se creent donc hors Europe. Une situation intenable pour un pays comme la France (chomage de masse, pauvreté, etc...).
a écrit le 03/12/2013 à 22:42 :
Ce Monsieur et d'autres on construit un monstre difforme qui s'appelle l'Euro et nous ne sommes pas au bout de nos surprises , car comme ils sont très intelligents ils vont s'accrocher encore longtemps jusqu'à la ruine du continent !
a écrit le 03/12/2013 à 22:34 :
BON ont peut dire que l'Euro à tenus s'est promesse, certes cela ne s'est pas effondrer, le cours a été tenus tant bien que mal ? Mais bon pour combien de temps encore ???
Cela est les seul point positive de la construction Européenne , car pour les travail cela est le contraire , l'union a ruiner les pays les plus pauvre et les moins industrialiser , le déplacement des gents sans contrôle a permis la migration dans notre union, ouverte nos pays a la grande criminalité, l'absence de frontière a totalement déramée nos pays alors que le danger n'a jamais été aussi grand.... Oui l'euro est une réussite même si beaucoup de chose a se niveau ne fonctionne pas correctement.... Pour le reste cela est a voir...
a écrit le 03/12/2013 à 20:30 :
Il aurait été honnete de dire que les USA c'est 300 millions d'habitants et l'Europe 400 millions .600000 emplois crées en plus pour une population de 100000000 d'habitants en plus ça n'a rien d'extraordinaire mais que Trichet dise ça, ça lui ecorcherait la langue donc il ne le dira pas..........
a écrit le 03/12/2013 à 17:38 :
l'europe a crée qqq emplois, mais en a détruit combien en europe de l'ouest, en France ??
J'étais européenne, je suis devenue euro sceptique et me refuse à voter pour le moins pitre dres politiciens de bruxelles ! j('avais dit non à un traité comme beaucoup d'autres , j'ai été bafouée comme d'autres !! la parole est au peuple souverain et on doit tenir compte de son vote ...
Réponse de le 03/12/2013 à 18:29 :
M Trichet parle de création nette, autrement dit on a créé 600 000 emplois de plus que nous en avons détruit.
Réponse de le 03/12/2013 à 21:46 :
@ mimosa: + 10
a écrit le 03/12/2013 à 17:33 :
mr trichet devrait etre en prison, fossoyeur du credit lyonnais et il donne encore des lecons!
a écrit le 03/12/2013 à 17:18 :
Monsieur Trichet ose tout. Comment peut-on manquer autant d’objectivité dans le traitement de cette information.
Il est assez malhonnête de comparer une variation en valeur absolue pour des populations qui ne sont pas de la même taille. En 1999, la population des USA était d’environ 280 millions, celle de l’EU environ 450 millions. Il faut que l’on ait crée très peu d’emploi en EU pour que 600 000 de plus puisse donner un avantage rapporté au total de population ( moins de 1 million en gros). C'est comme dire que la Chine a une meilleure natalité que la France car la Chine a plus de naissance …
Il est aussi vrai que monsieur Trichet n’a plus beaucoup d’arguments à son arc.
a écrit le 03/12/2013 à 16:39 :
Et comment arrive-t-on à ce chiffre de 600 000 emplois créés, M.Trichet?
a écrit le 03/12/2013 à 15:38 :
Plutôt que d'interroger cet escroc (pour rester cordial) qui se trompe ou nous nous trompe depuis tant d'années, pour quoi ne pas donner la parole à des gens comme François Asselineau, qui un a un avis plutôt pertinent sur l'euro et l'UE ?
Réponse de le 03/12/2013 à 16:04 :
J'aime bien la Tribune. S'ils commencent à parler de M. Asselineau, au parcours éminament respectable mais à l'orientation politique éloignée de celle au pouvoir, ils vont se faire "racheter" que ça change.. alors non. Pour une fois qu'un journal ne publie pas 80% de fils AFP...
Réponse de le 03/12/2013 à 16:32 :
Ah bon ? vous avez des arguments pour appuyer vos idioties ? Des centaines de politiciens tiennent les mêmes analyses ? lesquels ? Votre commentaire sent bon le "trollisme".

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :