Zone euro : et si la crise revenait... par l'Écosse ?

 |   |  501  mots
Des militants indépendantistes écossais faisant la promotion du Yes, le 21 septembre 2013./ Reuters
Des militants indépendantistes écossais faisant la promotion du "Yes", le 21 septembre 2013./ Reuters (Crédits : Reuters)
Le 18 septembre 2014, les électeurs écossais auront à faire un choix historique : demeurer dans le Royaume-Uni ou dissoudre l'acte d'Union de 1701 et faire de l'Écosse un pays indépendant. Mais quelles conséquences pour l'Europe ?

L'indépendance semble peu probable. Chez Ladbrokes, le plus grand bookmaker du monde, le « non » à l'indépendance est donné à un contre six ! Et dans les derniers sondages, le rejet d'un État écossais dispose d'une large avance de plus de vingt points.

Mais si les choses évoluaient ?

Dans un référendum, les dernières semaines de campagne sont parfois déterminantes. La part des indécis est encore forte, elle est proche de 20 % de l'électorat et, en 2011, le Scottish National Party (SNP), le seul parti important de l'ancien royaume à soutenir la cause de l'indépendance, avait glané près de la moitié des suffrages.

D'autant que, sur cette terre qui n'a jamais été favorable aux conservateurs, le discours très dur de David Cameron et la montée du parti eurosceptique et anti-immigration UKIP ne plaisent guère. Une percée de ce dernier lors des élections européennes de mai pourrait convaincre une partie de l'électorat travailliste écossais qu'ils n'ont décidément rien de commun avec les Anglais.

Une Écosse dans l'UE ?

Si l'Écosse dit oui à son indépendance, des négociations difficiles s'engageraient sur le partage de la dette et sur le maintien ou non d'une union monétaire. Durant ce processus, la confiance dans la dette britannique, dans son économie et dans la livre sera forcément plus faible. La croissance - qui reprend avec plus de vigueur que sur le continent fin 2013 - pourrait aussi être affaiblie.

Mais le plus grand défi concernera l'Union européenne. L'Écosse est une terre pro-européenne. En cas de « oui » le 18 septembre, elle pourrait demander son adhésion à l'UE en tant qu'ancienne partie d'un État membre.

Un chemin à suivre pour l'indépendantisme espagnol ?

Comment l'UE pourrait-elle refuser d'intégrer l'Ecosse alors qu'elle négocie l'adhésion de la Serbie ? Sauf que, en Europe, les dents grinceraient. En Espagne surtout, où le gouvernement catalan a promis également de tenir un référendum et pour qui un « oui » écossais serait un signal fort. Sauf si, évidemment, l'UE se montre très dure avec l'Écosse... Madrid plaidera la fermeté face à Edimbourg. D'autant que dans une Espagne en convalescence, la question de la dette est bien plus délicate qu'au Royaume-Uni.

Logiquement, un succès de l'indépendance écossaise ferait douter les investisseurs sur l'Espagne et les taux du royaume ibérique remonteraient. Mais dans ce cas, inévitablement, tous les taux des pays périphériques seraient sous pression. Car, si la Catalogne quittait l'Espagne comme l'Écosse le Royaume-Uni, la question de son maintien dans la zone euro se poserait.

Cet automne 2014 sera crucial pour le Portugal et la Grèce dont les programmes d'aide viendront à échéance en juillet. Lisbonne tentera de revenir sur le marché, Athènes de négocier un plan le plus léger possible. Un regain de tension sur les marchés replongerait ces pays dans la logique austérité-récession. La crise de l'euro sera alors relancée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/03/2014 à 10:53 :
Ca me fait rire tous ces ignares qui disent que l'indépendance de la Bretagne serait illégitime? Vraiment? Au non de quoi ?

1/La France à acquis la Bretagne un peu à la manière de la Russie vis à vis de la Crimée ou de la Chine avec le Tibet ...

2/ Nous ne sommes pas français et nous ne l'avons jamais été. Notre culture est différente, nos valeurs sont différentes, même notre langue, n'en déplaise aux jacobins qui ont tout fait pour l'éradiquer, est complètement différente.

3/ La Bretagne indépendante aurait le 20e PIB par habitant mondial!

4/ Le sens de l'histoire montre que les peuples jadis oppressés récupèreent petit à petit leur liberté. Un jour notre tour viendra.

Bevet Breizh!
a écrit le 06/01/2014 à 16:05 :
Et dire que le pays basque se bat pour son indépendance depuis des lustres...

Là on vient nous parler des bretons, des corses et des écossais. J'ai ri.
Réponse de le 26/03/2014 à 10:49 :
Ah ! parce que tu penses que les Ecossais réclament leur indépendance depuis 2 jours ... ouvre un livre d'histoire et revient t'excuser ! Quand on sait pas, on se tait ...
a écrit le 06/01/2014 à 6:06 :
l' exclusion du Royaume-uni de l' union européenne devrai être un débat "de fond" "politisée" "argumenté" ce qui se fait rare ces temps ci
a écrit le 05/01/2014 à 13:26 :
L'Angleterre et Ecosse ne sont pas dans Zone Euro. Les banque centrale GB et Ecossaire ne dépendent pas de BCE. Une fausse analyse alors...
a écrit le 03/01/2014 à 19:33 :
Sans oublier la Bretagne… (et la Corse, mais avec beaucoup de subvention…)
a écrit le 03/01/2014 à 15:16 :
Merci pour cette analyse tres eclairante.
Heureusement le plus problable est le non, c est sur qu un oui aurait de sacre consequence sur toute la stabilite de l UE, deja bien chancellante...
a écrit le 28/12/2013 à 18:24 :
il est grand temps pour l'Europe 1) d'ejecter la perfide Albion qui n'a jamais cessé de saboter le processus européen à son propre profit 2) sauf bien sûr l'Ecosse qui n'est pas anglaise, et que ses anciens alliés scandinaves et latins accueilleront avec joie ... et que Mr Smith, trader en chapeau melon à la City, aille se faire lanlaire !
a écrit le 27/12/2013 à 0:11 :
à force d'essayer d'être original, on déraille. Mais c'est bien dans la lignée des articles RG.
a écrit le 25/12/2013 à 17:39 :
C'est drôle comme ceux qui prônaient l'internationale et l'amitié entre les peuples sont subitement nationalistes anti-européens. Que l'avenir et le sens de l'histoire ne soit pas socialiste comme ils l'avaient comploté a subitement dévoilé leur hypocrisie.
a écrit le 24/12/2013 à 15:03 :
L'Ecosse est un pays à part, une culture à part, ethniquement différents des angles et des saxons ont combattu les anglais et alliés avec la France (auld alliance)

Rien à voir avec la France qui est une est indivisible. Les Bretons et les Corses sont Français car ils sont Bretons et Corses. Les Ecossais ne sont pas anglosaxons ils sont Ecossais!
L'empire liberal est contre l'écosse car il veut une planète sans frontières

Donc vive L'Ecosse libre, vive l'Auld alliance!
Réponse de le 25/12/2013 à 20:01 :
Tu as raison vive l'Ecosse libre
Réponse de le 03/01/2014 à 3:10 :
"Ethniquement different" ?
c'est dangereux d'ecrire des choses comme ca aujourd'hui...
En France ca donnerait quoi si une partie ethniquement differente prenait son independance ?
a écrit le 24/12/2013 à 11:13 :
Mon commentaire n'a pas été publié... est-ce parce que je m'adresse à votre journal ?
a écrit le 24/12/2013 à 1:17 :
Si les Écossais deviennent indépendants (ce dont je doute), ce sera la fin des haricots ... à écosser bien entendu ... pour les Anglais :-)
Réponse de le 24/12/2013 à 10:09 :
+1
a écrit le 24/12/2013 à 1:07 :
L'UE n'attend que ça. Ils verseront des tombereaux d'argent à l'Ecosse pour l'aider, gratifieront les politiques du pays de sièges et de villégiatures inespérées. Les US de leur côté ne seront pas en reste. Le tout dans l'espoir que la contagion se fasse. D'ici quelques années quand les pays européens auront majoritairement à leur tête des représentants de minorités, et en particulier des binationaux comme symbolique de la fin des états nations, qu'un nombre tout aussi grand aura perdu une région, ou qu'une région transfrontalière aura de fait accédé à son autonomie (les outils sont déjà en place) il ne restera plus qu'à proposer une union directe avec le continent nord américain. L'Europe, sa culture, ses langues, ses valeurs auront vécu.
Réponse de le 24/12/2013 à 5:15 :
Théorie du complot quand tu nous tiens... Ca fait peur !
Réponse de le 24/12/2013 à 5:47 :
Le Daily Telegraph vient de révéler que l'union européenne va financer des milliers de trolls pour propager la propagande européiste sur internet. C'est sans compter les ravis de la crèche, idiots utiles de l'oligarchie, qui viennent jouer les bénévoles sur les forums...
Réponse de le 24/12/2013 à 6:17 :
@ Alex : ce n'est pas la théorie du complot, ça s'appelle le traité d'accord transatlantique. Et la NSA qui nous espionne, c'est aussi la théorie du complot ? Mon pauvre ami ...
Réponse de le 24/12/2013 à 11:39 :
Quand vous en arrivez à penser que rappeler des faits connus, je ne parle pas d'interprétation, est du domaine de la théorie du complot, c'est un peu comme prétendre que de faire remarquer qu'un point se situe sur droite serait une théorie douteuse.
a écrit le 24/12/2013 à 0:25 :
Que vient faire cet article là, maintenant ? Où est l'actu ? Où est l'info ? Vous n'aviez pas assez de sujets à vous mettre sous la dent chez La Tribune ?
Réponse de le 24/12/2013 à 11:24 :
+10000000000000 !
a écrit le 23/12/2013 à 22:49 :
N'oublions pas que la France des régions s'organise elle aussi, rien n'est sûr que dans 10 ans certaines regions resteront toujours attachées au giron de Paris.
Réponse de le 24/12/2013 à 10:17 :
La République est une et indivisible ! Et c'est dans la constitution française ... n'en déplaisent aux Bretons, aux Corses dont certains ont des envies indépendantistes.
Réponse de le 31/12/2013 à 7:51 :
une, indivisible et en faillite !!
nous verrons ce qu'il restera de tout ça dans 10 ans
Réponse de le 01/01/2014 à 11:28 :
C est pas possible
Réponse de le 03/01/2014 à 19:59 :
Le problème des régions françaises, c'est qu'elles sont trop petites pour "exister" au plan économique ! Il y aurait 8 ou 10 régions, chacune aurait une "force de frappe" capable d'infléchir les décisions Bruxelloises. Comme le font aujourd'hui les Länder Allemands (vous avez remarqué ? personne n'en parle : c'est donc que ça fonctionne).
Et mettre un lien économique direct entre régions et Europe permettrait, par contrecoup, de "recadrer" cette dernière sur ses tentatives de s'approprier les pouvoirs régaliens qui sont légitimement l'apanage des seuls états.

@ "@Fédéraliste" : "c'est dans la constitution française" écrivez-vous… Désolé, mais cet argument, en France, n'est guère très solide. Nos gouvernants n'ont jamais hésité à "bricoler" dedans (pas toujours pour des motifs très avouables - Cf Mitterrand et sa proportionnelle, ce qui a débouché sur la chambre pléthorique actuelle). En fait, l'encre en était à peine sèche qu'il a fallu charcuter "l'union Française", pourtant "une et indivisible", certaines président à vie d'ex-colonies tenant à "couper le cordon ombilical" (sauf pour les aides, ben entendu).
Réponse de le 08/04/2014 à 14:48 :
Ecosse n'est pas une région. C'est un pays.
a écrit le 23/12/2013 à 21:47 :
Est difficile à imaginer que l'atavisme écossais, tellement celtique et distinct de l'Angleterre oublie une insularité commune qui permet des dérogations aux contraintes du foirail délétère de l'U.E.
a écrit le 23/12/2013 à 20:31 :
Enfin peut être allons nous voir disparaître une monarchie des plus détestables, ils ont fait tellement de mal dans le monde, Les Etats unis, l'Inde, l'Afrique, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, le Canada, ne pas oublier qu'elle a touché les plus gros subsides de l'Union Européenne (Subvention agricole= la PAC); En espérant que la lumière se fasse sur tout les vols, meurtres, spoliations qu'ils ont pu faire. Pour cela il faut absolument que l'Ecosse deviennent grande et qu'elle choisisse comme une adulte son indépendance!!!!
Réponse de le 26/12/2013 à 21:47 :
les anglais ? De Gaulle n'en voulait pas ! il avait grandement raison : on aurait du l'écouter ....
Réponse de le 27/12/2013 à 21:33 :
+1
a écrit le 23/12/2013 à 19:36 :
Si cela arrivait, cela risquerait de donner des idées, non seulement à la Catalogne Espagnole
et ailleurs ainsi que en France, ne pas oublier que l'Alsace a été une province autonome
en 1911 le 31 mai et bien d'autres régions Françaises. Personnellement ce serait une catastrophe, mais diriger c'est prévoir, or chez nous, tout se fait à court terme. Je suis de
plus en plus critique envers nos dirigeants, Internet nous permet de voir ce qui se passe
ailleurs, j'ai l'impression que plus en plus on bosse plus on paie ? Pourquoi ? Brussel
souhaiterait l'implosion de divers pays européens jadis de l'Ouest, que l'on ne si prendrait
pas autrement
Réponse de le 23/12/2013 à 20:06 :
Bruxelles et plus globalement les gouvernements européens sont des marionnettes atlantistes qui non seulement détruisent progressivement le semblant de démocratie en Occident mais aussi des traitres aux ordres de l'oligarchie financière. Les nations qui sont les seuls remparts des peuples, sont clairement dans le collimateur des oligarques. Diviser pour mieux régner et tout marchandiser au bénéfice d'une minorité, voici ce qu'est devenu le projet européen (et j'ai voté oui au référendum de 2005, comme un aveugle),
a écrit le 23/12/2013 à 19:03 :
Analyse douteuse.lindependance de l'ecosse serait un pb pour le RU pas l'europe au contraire, Si independace il y a ce sera avec l'EU en relais. Aujourd'hui ls independantistes oscillent ntre chevre et choux pour ne pas deboussoler les indecis qui contrairement a ce que dit l'article peuvent faire pencher la balance du cote du yes. D'une facon generale cet episode repose la question de la legitimite des etats nations dans l'UE, entite supra national par nature.
a écrit le 23/12/2013 à 18:38 :
voyons, voyons, l'idéal serait un sécession de l'Ecosse et un départ du RU de l'EU...l'Ecosse rejoindrait l'EU par la suite sans le reste du RU....l'Angleterre, le Pays de Galles et l'Irlande du Nord retrouverait alors leurs si précieuse indépendance , en dehors de l'EU tant détestée.
Réponse de le 24/12/2013 à 9:57 :
On ne se libère pas d'un boulet pour s'en imposer un plus lourd mais un groupe de région en France, par exemple, pourrai avoir l'idée de sortir de L 'U.E.!
Réponse de le 24/12/2013 à 15:18 :
Pleins d'autres pays détestent l Union européenne. Les élections de 2014 verront le triomphe des partis eurosceptiques!
a écrit le 23/12/2013 à 18:18 :
Nous avons eu les mêmes reines et rois donc c est un juste retour des choses...Vive l Ecosse librérée !!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :