Consommation : le contrecoup, c'est maintenant

 |   |  591  mots
Alexandre Mirlicourtois, directeur de la conjoncture et de la prévision de Xerfi/ DR
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, le contrecoup de la consommation, c'est maintenant

L'embellie de la consommation au dernier trimestre ne doit pas nous tromper. La reprise sera bien atypique, incomplète car sans consommation et sans investissement logement en 2014.

En effet, selon les enquêtes d'opinions, la confiance des ménages demeure à des niveaux très inférieurs à ses niveaux de longue période. C'est considérable. Le détail de l'enquête montre que les fondamentaux de la dépense des ménages demeurent mauvais et qu'il ne faut attendre aucune dynamique solide dans les mois qui viennent.

Epargner au lien d'acheter ?

En arrière-plan de cela, il y a d'abord une situation financière personnelle qui campe nettement en dessous de sa valeur « normale », et des perspectives futures fortement dégradées, en ligne avec le ralentissement des salaires et la hausse de la pression fiscale.

Surtout les ménages qui semblaient vouloir puiser dans leur épargne pour amortir les évolutions défavorables du pouvoir d'achat, se ravisent : l'opportunité d'épargner, qui était repassée sous sa moyenne longue à l'automne, progresse à nouveau depuis deux mois.

Un mouvement de précaution qui accompagne une inquiétude grandissante sur l'avenir, alors même que le chômage n'est pas complètement stabilisé. C'est donc un tableau très sombre que nous renvoie cette enquête.

Quand la hausse de la TVA fait vendre des autos

Pourtant celui-ci ne cadre pas du tout avec les derniers chiffres sur la consommation publiés par l'INSEE. Malgré un petit accroc en décembre dernier, les dépenses des ménages en biens ont progressé de 0,8% au 4ème trimestre soit sur une cadence annuelle supérieure à 3%, malgré des dépenses énergétiques en baisse.

C'est de loin la meilleure performance de l'année, le rythme le plus soutenu depuis le 3ème trimestre 2010. Il y a donc visiblement un hiatus entre le discours et les actes. Mais il faut aller dans le détail des chiffres pour séparer le bon grain de l'ivraie. Si les dépenses ont bien tenu en raison du bon score réalisé dans l'automobile (+2,2% sur le dernier trimestre). Un rebond spectaculaire en lien direct avec le durcissement de la fiscalité à venir sur le malus et le relèvement du taux de TVA qui ont précipité les achats avant le 1er janvier.

Autant dire que le 1er trimestre 2014 est plombé

Cela vaut aussi pour l'équipement du logement. En hausse de 1,9% en fin d'année, l'impact TVA sur ces gros achats n'a pas été neutre compte tenu de l'importance des budgets engagés. Certaines dépenses ont donc été anticipées. Dans les services, l'entretien du logement est sur la même trajectoire. Autant de dépenses qui feront défaut sur les 3 premiers mois de l'année.

Quant au sursaut du textile-cuir, +1,2%, tout s'est joué en novembre dernier avec le plongeon des températures. Et si la douceur de décembre n'a pas suffi à inverser la tendance, celle de janvier l'aura fait. Tous les moteurs qui ont fait la croissance de la fin 2013, s'éteignent les uns après les autres. Le contrecoup c'est maintenant. La consommation va malheureusement se remettre au diapason des enquêtes.

Pour Xerfi, le 1er trimestre est déjà joué. Il ne sera pas bon avec un recul anticipé de 0,1%. Ensuite, la consommation va se caler dans le sillage d'un pourvoir d'achat poussif. Cela ne permet pas d'espérer une consommation en hausse de plus de 0,5% cette année.


>> Plus de vidéo sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/02/2014 à 22:00 :
Il n'y a que le PS pour croire que l'on peut augmenter les taxes et impots sans nuire à la consommation !!!
a écrit le 13/02/2014 à 18:14 :
Si certains consomment, c'est qu'ils ont compris qu'il vaut mieux avoir une valeur réelle chez soi, que de trop d'argent...virtuel.... à la banque.
Mieux vaut avoir trois paires de chaussures chez soi que son prix sur un compte qui n'est que promesse de dette de la banque envers vous. Il n'y a que les cigales qui font des promesses en chantant.
Réponse de le 13/02/2014 à 21:26 :
La population progressant de 0,6% par an, une progression de la consommation de 0,5% signifie qu'en 2014, chacun consommera exactement le même niveau qu'en 2013. C'est une stagnation de la consommation.
a écrit le 13/02/2014 à 18:06 :
Vive le socialisme, l'égalité pour tous .... vers le bas!
a écrit le 13/02/2014 à 16:22 :
La crise est finie depuis longtemps, c'est notre convalescence qui est interminable!
Les antibiotiques ne font plus leur effet, du moins pour le moment.
Il va falloir essayer des médecines plus exotiques...
a écrit le 13/02/2014 à 15:43 :
je ne comprends pas, Sarkozy puis Hollande nous ont dit que la crise était terminée ?
Réponse de le 13/02/2014 à 17:04 :
le président français est connu pour son humour et son sens de la petite blague

D'ailleurs, mardi en conférence de presse avec Obama... on a encore eu droit à "la crise est derrière nous"...
Réponse de le 13/02/2014 à 18:16 :
Pas tout à fait exact : Hollande avait dit que la crise n'existait pas !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :