Ukraine : comment arrêter le bain de sang ?

La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, comment éviter le bain de sang en Ukraine ?

3 mn

Le président ukrainien a annoncé mercredi soir une trêve avec l'opposition. / DR
Le président ukrainien a annoncé mercredi soir une "trêve" avec l'opposition. / DR (Crédits : Reuters)

L'Ukraine brûle. Les photos que l'on reçoit depuis Kiev montrent une place Maïdan en cendres et une population en sang. Un deuil national a été statué. Depuis mardi, le bilan s'alourdit à Kiev : plus 26 morts dont 16 civils.

Alors que la capitale ukrainienne a encore été le théâtre de terribles affrontements entre manifestants et forces de l'ordre, "la perspective de sanctions prises au niveau de l'Union européenne" semble être privilégiée. Cette position parviendra-elle définitivement à mettre fin au massacre ?

Une trêve négociée mercredi soir

Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch a annoncé avoir conclu une "trêve" avec les chefs de file de l'opposition et a ajouté que des négociations allaient débuter pour éviter de nouvelles effusions de sang.

L'accord négocié alors que l'Ukraine a basculé dans la violence mardi puis dans la nuit de mercredi prévoit en premier lieu une trêve avant "le lancement de négociations avec l'objectif de mettre fin aux effusions de sang et stabiliser la situation dans l'intérêt de la paix sociale".

Dans un communiqué, la présidence ukrainienne indique que l'accord a été négocié avec les trois principaux chefs de file de la contestation, l'ancien ministre de l'Economie Arseni Iatseniouk, l'ex-boxeur Vitali Klitschko qui dirige le parti libéral Oudar et le nationaliste Oleh Tiahnibok.

28 minutes

MISE AU POINT
Par Sandrine Lecalvez

RETROVISEUR
Par Marc-Antoine Deporet

Le prince de Novgorod en 862
Il y a 12 siècles, le prince Riourik de Novgorod fonde la Russie kiévienne, réunissant la Biélorussie, l'Ukraine et une partie de la Russie occidentale. Retour sur les origines de la capitale ukrainienne, Kiev.

VU D'AILLEURS
Par Amandine Collongette

Bosnie-Herzégovine : révolte contre le pouvoir
Les Bosniens eux aussi dénoncent la corruption qui gangrène leur pays. En fait, la population ne supporte plus les privilèges de la classe politique. De plus, le taux de chômage s'élève à plus de 40%, et les salaires moyens tournent autour de 400 euros.

Alors, cette fois-ci les différentes communautés ne se déchirent plus mais se rejoignent autour d'une seule cause : avoir une vie meilleure.

DEBAT
Pour en débattre, Alexandra Goujon, politologue spécialiste de l'Ukraine, Dimitri de Kochko, journaliste à La Russie d'Aujourd'hui et Thomas Klau, analyste politique au Conseil européen des relations étrangères.

>>> Suivez 28 minutes sur le site de l'émission
sur Twitter @28minutes
 et sur Facebook

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 24/02/2014 à 10:26
Signaler
la dictature est une maladie nous avons eu un aperçu avec sarkosy , hollande pourrai le devenir car il s accroche a sont siège alors que les sondage lui sont totalement défavorable , il faudrait faire voter auprès des français un vote de confiance , ...

à écrit le 20/02/2014 à 20:23
Signaler
De toute façon on s'en fout. On a déjà nous même assez de problèmes pour se préoccuper des autres.

à écrit le 20/02/2014 à 17:55
Signaler
Comme d'habitude les allemands qui on proposaient a l' ukraine de rentrer dans l'union s'ils baissaient les salaires ,licenciaient des fonctionnaires et augmentaient le prix du gaz sont encore responsable du sang verse l'hstoire jugera la triste Mer...

à écrit le 20/02/2014 à 13:58
Signaler
DICTATURE la face cacher de l etre humain , qui prie dieu de lui donner la force de tuer sont prochain la chine l urss et certaines autres dictature guettent le moindre faut pas , pour créé une troisième guerre mondial ,

à écrit le 20/02/2014 à 13:34
Signaler
ne pas faire l'autruche nous aurions le meme sort en nous revoltant contre un pouvoir socialiste

le 20/02/2014 à 17:56
Signaler
Vous voulez parlez du pouvoir UMPS

à écrit le 20/02/2014 à 13:18
Signaler
triste tragédie pour un peuple maintes fois dans son passé déchiré , si on abandonne l'Ukraine a son sort l'Europe en paiera le prix de cette lâcheté , a trop vouloir laisser l'Ukraine a la russie comme unique partenaire on récolte ce qu'on sème , to...

le 21/02/2014 à 0:02
Signaler
Vous parlez de lâcheté mais aux dernières nouvelles la France n'a pas vaillamment brillé lors de la dernière grande guerre. Sans les forces alliées dont russes vous ne seriez pas là pour critiquer la Russie. Hitler était pourtant bien seul face aux f...

à écrit le 20/02/2014 à 12:48
Signaler
La France se gargarise parcqu'elle vient d'obtenir 3 BRELOQUES AUX J;O;;pendant ce temps le stalinisme est de repos en UKRAINE.La seule réponse des Occidentaux est le senpiternel bla-bla de fabius.e"t du nabo de l'elysée.J'ai honte pour la France qu...

le 20/02/2014 à 18:01
Signaler
Mr poutine n'est pas communiste les communiste font 22%en russie Ils ne sont pas au pouvoir ni en russie ni en Ukraine , ce sont des partis de droite nationaliste

à écrit le 20/02/2014 à 12:09
Signaler
Merci a madame Merkel qui a propose une solution a la Grecs pour l'Ukraine elle est en grande partie responsable de ce qui ce passe

à écrit le 20/02/2014 à 11:25
Signaler
L'Europe, l'Europe, l'Europe... Mais où va donc l'Europe ???

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.