Régions, intercommunalités : pourquoi Hollande a tout faux

 |   |  976  mots
D'après Philippe Laurent, maire de Sceaux, le mécano institutionnel du président ignore le fait territorial, et donc la vie. /DR
D'après Philippe Laurent, maire de Sceaux, "le mécano institutionnel du président ignore le fait territorial, et donc la vie". /DR (Crédits : Sylvie Scala)
La réforme territoriale est une erreur. Pour renforcer le fait régional, il est nécessaire de cheminer vers le pré-fédéralisme. Par Philippe Laurent, maire de Sceaux.

Selon un sondage publié par le Journal du Dimanche le 1er juin dernier, 71% des Français continuent à faire confiance à leurs élus locaux (maires et conseillers généraux). Ils ne sont que 33% pour le Parlement, et seulement 21% pour le pouvoir exécutif.

Il est intéressant de rapprocher ces chiffres de la volonté - semble-t-il inébranlable - du pouvoir central de mener à terme ce qui est improprement nommé « réforme territoriale », ainsi que l'a annoncé lundi 2 juin 2014 le président de la République. On casse ce qui fonctionne, pour satisfaire à bon compte - croit-on - aux ukases bruxelloises qui imposent à la France des réformes supposées de fond, quelles qu'elles soient.

 

La réforme territoriale, lourde de conséquence sur le quotidien des Français

Faute de réflexion, de débats, et surtout d'une vraie culture historique, la haute fonction publique d'Etat et les cabinets peuplés de jeunes militants qui nous gouvernent s'apprêtent à faire commettre au président, en toute candeur, une erreur grave qui aura de lourdes conséquences sur la vie quotidienne des Français et handicapera un peu plus encore les chances de redressement de notre pays.

Cette "réforme" est aujourd'hui circonscrite autour d'un principe : des régions et des intercommunalités plus grandes. Des régions plus grandes ? Tout ceci est présenté comme gage d'une meilleure efficacité, d'un poids renforcé. Illusion que tout cela : chacun sait que ce sont les compétences et les moyens qui renforceront le fait régional - si tant est que l'on souhaite ce renforcement -, et non la taille. Si l'on veut renforcer le fait régional - ce qui ne transparaît pas vraiment dans le propos présidentiel, il faut cheminer vers le pré-fédéralisme. Pourquoi pas, à condition que ce soit clairement assumé, ce qui n'a jamais été le cas en France depuis Defferre.

 

Le fait régional se vit par les acteurs du territoire

Il reste une condition, essentielle : l'argent. La condition de vrais pouvoirs, c'est soit la capacité fiscale (elle est actuellement nulle pour les régions), soit un mécanisme institutionnel puissant obligeant l'Etat à négocier le partage des impôts nationaux entre lui et les pouvoirs régionaux (ce mécanisme n'existe évidemment pas et n'est pas prévu, Bercy reste si jaloux de son pouvoir, fût-il en miettes. La réforme proposée est une dangereuse illusion : le fait régional, en réalité, ne se décrète pas. Il se vit par les acteurs du territoire, qui ressentent entre eux une vraie communauté de destin.

Les institutions elles-mêmes ne suffisent pas à créer la dynamique, elles ne font que l'accompagner et la favoriser. Des intercommunalités plus grandes ? Là encore, vouloir à tout prix des structures intercommunales d'une taille minimale, sur tous les points du territoire français, répond à une illusion. L'apport de l'intercommunalité a été de réintroduire la notion de territoire pertinent. La loi Chevènement de 1999 a de ce point de vue était une excellente loi : les élus s'en sont emparés, car elle leur laissé le libre choix des communes avec lesquelles ils s'associaient et du rythme de développement de l'intercommunalité. Dès lors que l'on met des contraintes normatives, on casse le modèle : 20 000 habitants, c'est absurde par le bas en agglomération parisienne et c'est absurde par le haut dans les vallées alpines. Ce n'est donc nullement un gage d'efficacité, mais cela conduira à une déstructuration du territoire.

 

La "centralisation" intercommunale renforcera les technocraties locales

Y ajouter la "centralisation" intercommunale obligatoire des ressources aujourd'hui communales (comme la DGF) viendra renforcer les petites technocraties locales, au détriment du fait communal qui reste en réalité le seul rempart à la déliquescence du pays et au délitement de la cohésion sociale.

Là encore, le territoire se vit et se construit, il ne se décrète pas. Même si une évolution institutionnelle est sans doute souhaitable, elle ne peut venir pour réussir que des collectivités elles-mêmes. A cet égard, l'échec alsacien, qui prévoyait la fusion de la région et des deux départements qui la composent, est tout à fait regrettable, car la démarche, sur le fond, était évidemment la bonne. Et il n'y a strictement aucune raison que les choses doivent se passer de la même façon en Ile-de-France, en Bretagne ou en Alsace.

 

L'État doit reconnaître la place de l'Europe et celle des territoires

Le mécano institutionnel du président ignore le fait territorial, et donc la vie. Mais, au-delà de cette évolution territoriale, je suis convaincu que le problème de fond est, en réalité, celui de la vocation même de l'Etat et de l'action publique, aujourd'hui, et dans notre pays. Si la culture au plus niveau de l'Etat n'évolue pas très vite pour enfin reconnaître la légitimité et la place de l'Europe d'une part, celles des territoires d'autre part, rien ne sera possible, et le mécano institutionnel ne changera rien.

C'est bien une crise de l'Etat et de l'action publique que nous subissons, et cette crise de l'Etat entraîne tout le pays dans une pente dangereuse et irréversible. Avant de casser les dynamiques territoriales, avant de désespérer les acteurs locaux, l'Etat doit impérativement changer de méthode, et, surtout, de culture. Cela semble malheureusement totalement impossible du fait d'une haute fonction publique sincèrement convaincue de détenir la vérité sur tout, du véritable cancer que constitue l'élection du président de la République au suffrage universel - qui phagocyte tout débat de fond - et d'une inclination persistante du peuple français à toujours attendre beaucoup de ... l'Etat, illusoire garant d'un égalitarisme suranné.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/06/2014 à 3:22 :
si cette reforme consiste a reduire le nombre des elus et des fonctionnaires qui vivent sur le dos et les impots des francais, je dis banco, toutes autres choses seraient une supercherie de plus venant des socialistes!
Réponse de le 06/06/2014 à 11:03 :
les fonctionnaires tu en a besoin , tu sera le premier à brailler ( si ce n'est pas déjà le cas) quand tu n'auras plus les services des administrations.
a écrit le 05/06/2014 à 17:21 :
Pas convaincu...

Je suis pour moins d’élus et moins de fonctionnaires et d'agents territoriaux qui nous ruinent et nous compliquent la vie!
a écrit le 05/06/2014 à 13:28 :
c'est une grosse erreur encore une?
a écrit le 05/06/2014 à 13:18 :
Comme s'il n'y a pas de problèmes. Lorsque vous devez faire une intervention sur une voirie, vous pouvez avoir jusqu'à cinq acteurs différents sans aucun lien de subordination qui interviennent en même temps ! L'organisation du territoire en France aujourd'hui, c'est certes une constitution Bonapartiste qui affirme la précédence de l'exécutif sur le législatif, mais à la base c'est le Directoire à tous les étages. Qu'un débat contradictoire puisse s'engager partout où il est nécessaire c'est entendu, il le faut, mais que la cacophonie et les blocages soient la règle à tous les niveaux, ce n'est plus tenable. Que les régions reforment un pôle de "subordination" est une nécessité.
a écrit le 05/06/2014 à 10:34 :
Une seule "région": la France, une seule décentralisation les départements!
a écrit le 05/06/2014 à 10:00 :
Très bon point de vue. Logique, clair et tellement évident.
a écrit le 05/06/2014 à 8:53 :
Vous qui savez tout , donner votre carte des régions et proposez là .
a écrit le 05/06/2014 à 8:51 :
en tout cas pour ce qui concerne les élus la réforme FH coutera plus: il est prévu autant sinon plus de conseiller régionaux au total et ils seront en moyenne payés plus car le revenu mensuel est fonction du nombre d'habitants.
a écrit le 05/06/2014 à 8:46 :
12 régions au lieu de 22, c'est a priori presque moitié moins de f...oir. Mr Laurent est contre, parce que çà n'est qu'un début : après on fusionnera les communes à tour de bras, Sceaux y compris. Ah!ah!ah!
a écrit le 05/06/2014 à 8:14 :
Consultez les populations et vous aurez vos régions.

Mais une fois de plus les socialistes "re-nient"l histoire de France : Anne de Bretagne accepta le rattachement de son duché à la France sous condition que les bretons ne paient pas de "droit de douane". Les. Socialistes n en ont pas tenu compte , résultat:les bonnets rouges.

Quand comprendront ils qu ils ne peuvent pas imposer aux gens de renoncer à ce qui fait partie de leur identité propre : leur CULTURE


a écrit le 05/06/2014 à 6:49 :
C est pas le nombre de région qui il faut diminuer mais le nombre d élus et autres technocrates improductifs.
a écrit le 05/06/2014 à 5:40 :
franchement ça changerait quoi la modification des régions ou la suppression des départements dans la vie de tous les jours du citoyen lamba ? RIEN DU TOUT alors a qui profite le "crime" de l'inertie de lEtat ?a la classe politique bien sur
a écrit le 04/06/2014 à 23:30 :
Bonjour,

à aucun moment vous n'indiquez l'étiquette politique de ce maire, ce qui est la base de la base de votre travail journalistique - même TF1 n'oublie pas de préciser le parti des élus interrogés !
Il s'agit de l'UDI, parti de l'opposition de droite donc. Ce qui relativise "légèrement" l'objectivité de ce point de vue...
a écrit le 04/06/2014 à 22:40 :
Cela confirme bien qu'il fallait supprimer les conseils régionaux et recentraliser dans les services déconcentrés de l'état l'essentiel de leurs missions...
a écrit le 04/06/2014 à 22:14 :
N'importe quoi pourvu que l'on ne bouge pas !!!! Lamentable
a écrit le 04/06/2014 à 21:58 :
On na pas fini d'entendre de l'élu local couiner !
a écrit le 04/06/2014 à 20:10 :
Devant l'impuissance publique, l'inefficacité publique, les déficits, l'incapacité de tenir les budgets, l'importance, en cout bien sur, des pseudo missions publiques, le seul objectif est de casser les couts de ces gabegies. Soyons clair, le destin de la France ne repose que sur les épaules de ceux qui travaillent dans la sphère privée, et le secteur publique, important dans ces missions régaliennes (Education, justice, police et armée) est une contrainte de poids pour Le d eveloppement de nos économies.. Le but est qu'ils disparaissent, et cessent enfin de faire croire en leur impact, nul, dérisoire, parasite..nous en crevons!
a écrit le 04/06/2014 à 19:36 :
Et qu'Est-ce que l'on va faire du trop plein des élus locaux ! il faut bien qu'ils aient une activité pour justifier leur mandat ! il faut penser à leurs carrières et aux retraites cela me semble cohérent .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :