L'humanité est-elle repartie à la conquête de l'espace ?

 |   |  227  mots
Après la Station spatiale internationale, l'envoi d'une mission habitée sur Mars pourrait devenir le prochain grand programme spatial d'envergure internationale.
Après la Station spatiale internationale, l'envoi d'une mission habitée sur Mars pourrait devenir le prochain grand programme spatial d'envergure internationale. (Crédits : nasa)
[Replay 28'] La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, l'Homme va-t-il coloniser l'espace ?

L'EXPRESSO
Par Thibault Nolte

La vie vient-elle de l'espace ?
La question de l'origine de l'Homme et des êtres vivants est peut-être la plus vaste question jamais posée. Qu'y avait-il vraiment au commencement ? Aura-t-on un jour la réponse à cette question en continuant d'envoyer l'Homme dans l'espace ?

PREMIER DEBAT
Pour en débattre, l'astrophysicien et président de l'association Humanité et Biodiversité Hubert Reeves, l'astrophysicien et spécialiste de l'étude du système solaire André Brahic, et le directeur de la rédaction du magazine Ciel & Espace Alain Cirou.

MISE AU POINT
Par Sandrine Le Calvez

Conquérir mars, l'idée est excitante et pleine de promesses, mais quelles sont les véritables intentions qui se cachent derrière cette nouvelle course aux planètes ?

 RETROVISEUR
Par Marc-Antoine de Poret

Quand la France était la troisième puissance spatiale
A la fin de la Seconde guerre mondiale, la France se lance dans la conquête spatiale. Mais elle n'entrera pleinement dans l'ère spatiale qu'en 1965, lorsque la fusée Diamant mettra en orbite le premier satellite français, baptisé... Astérix !

DEBAT
Pour en débattre, Sylvestre Maurice, astrophysicien, et planétologue à l'Université Paul Sabatier (Toulouse), Isabelle Sourbès-Verger, géographe au CNRS et spécialiste des politiques spatiales, et Jean-Pierre Haigneré, cosmonaute.

_____

>>> Suivez 28 minutes sur le site de l'émission
sur
 Twitter @28minutes et sur Facebook

28 minutes

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/02/2015 à 17:36 :
pourquoi ne pas faire des plateformes de repos équivalent à la distance terre lune jusqu'à arriver a l'orbite de la planète mars ? les plateformes aurai chacun des dômes d'où l'on ferai poussés des légumes et fruits. faut bannir l'argent pour la libre création. idée open source, technologie open source..
a écrit le 27/01/2015 à 5:32 :
Rappelons-nous la position de l'europe au 15ème siècle, et la "libération" que la technologie des traversées longues distance a pu apporter à une europe qui semblait étouffate, l'europe s'est vidée de ses pauvres pour aller coloniser, les économies sont devenues florissantes, et les guerres se sont raréfiés( mais avec une plus forte intensité), il y a eu de nouveaux aliments, de nouvelles plantes, et de l'argent, de l'or, de quoi alimenter la croissance durant des siècles.
Je pense qu'en continuant à persévérer dans le spatial, on vivra un nouveau 16me siècle d'expansion, mais lesquels joueront alors le rôle des portugais des espagnols qui ont presque tout raflé au début ?
On colonisera des planètes, on fabriquera des bases orbitales géantes, la terre créera des centaines de colonies qui à leurs tour coloniseront, l'humanité deviendra un peu immortelle, le risque de guerre ne sera pas nul mais fortement amoindri par les distances, les planètes n'auront qu'un seul gouvernement et une culture homogène, il n'y aura pas de problème de "frontière" ou de "culture"; les humains s'adapteront au fil des générations sur chaque nouveau monde et de nouvelles espèces apparaitront, et un jour les lointains descendants oublieront l'existence de la terre, devenue un mythe fondateur, le paradis originel, et penseront qu'il y a toujours eu des humains partout.
Je crois que j'ai peur que les écolos gagnent philosophiquement et disent de ne pas "polluer" l'espace et d'autres mondes, et que l'humanité reste sur sa planète( ne lançant que des sondes robotisées pour explorer en prenant son temps), se morfonde en décadence et se contracte.. et disparaisse au moindre problème.
Si on peut avoir peur pour ses enfants, on peut aussi avoir peur pour ses arrière-arrière.. ..arrière-arrières petits enfants de dans 50000 années.
a écrit le 25/01/2015 à 19:57 :
La connaissance de notre univers est indispensable. Nous ne sommes qu'une petite etoile bleu parmis des milliards et des milliards d'autres. Elles ne se comptent plus. Nous mésestimons leur nombre tellement il y en a. Savoir ce qui nous entoure est plus que necessaire. Nous concentré sur notre seul etoile est de l'égocentrisme identique aux pensées onquisitoires du 16e siècle. Nous devons explorer notre univers...
a écrit le 24/01/2015 à 13:17 :
L'humanité, peut-être pas.
Les Russes, les Chinois, et bientôt les Indiens : sûrement.
Les Américains : plus vraiment.
Les Européens : pas beaucoup.
a écrit le 23/01/2015 à 19:14 :
La réalité pour rester et vivre su une planète sans atmosphère , il faut s'enterrer pour être protéger des radiations et de la chaleur ou du froid . Donc le décorum présenté ne correspond pas à la survie possible de colons sur Mars ou sur la Lune .
Réponse de le 23/01/2015 à 20:07 :
Il reste la possibilité de la mise au point du terraforma.
Réponse de le 24/01/2015 à 13:19 :
@ athos
On a essayé le terraforming : en plaine Saint Denis : çà marche moyen
Réponse de le 24/01/2015 à 13:26 :
Laissons les autres planètes tranquille quand on voit déjà ce qu'on fait à la notre et surtout aux autres espèces, mieux vaut rester sur la notre et continuer a participer a notre propre extinction. Allez peupler un autre monde et s'auto-detruire ici permettrait une reconquête future par les colons. Et ainsi une nouvelle catastrophe pour la terre. Alors que si on fini par disparaitre, la nature reconstruira et la vie continuera.
Réponse de le 25/01/2015 à 4:54 :
@athos

Manifestement votre cerveau a été aspiré dans la dimension Star Trek...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :