Allemagne, Brésil, Italie, Pologne... Quand les gauches s’effondrent !

 |   |  3372  mots
Au Brésil, le dégoût vis-à-vis de la classe politique, et plus particulièrement du Parti des Travailleurs, corrompu en profondeur, s’est emparé de la population qui a basculé à l’extrême droite.
Au Brésil, le dégoût vis-à-vis de la classe politique, et plus particulièrement du Parti des Travailleurs, corrompu en profondeur, s’est emparé de la population qui a basculé à l’extrême droite. (Crédits : Reuters)
La gauche est en perdition, si l’on en juge par les scores électoraux. Le phénomène est mondial, mais cela ne veut pas dire qu’il revête partout le même sens, ou les mêmes formes. Par Michel Wieviorka, Fondation Maison des Sciences de l'Homme (FMSH) – USPC

Dans son histoire des origines de la Première Guerre mondiale, Christopher Clark évoque « les somnambules », ces chefs d'État et autres responsables politiques inconscients avançant gaillardement vers le désastre pour, croyaient-ils, ne pas céder aux provocations du camp adverse.

Quelques années plus tôt, un autre historien, George Mosse, montre (dans « La brutalisation des sociétés européennes ») comment la même Première Guerre mondiale a engendré un phénomène de banalisation de la violence et de « brutalisation » massive, préparée par des décennies d'une colonisation elle-même brutale, et débouchant sur une culture politique ouverte au nationalisme et le fascisme.

Dans Crashed, Adam Tooze suggère avec force que la crise financière de 2008, qui a failli déboucher sur une catastrophe planétaire, est la matrice de bien des bouleversements du monde contemporain. Les acteurs en cause, ici, appartiennent à divers univers, à commencer par ceux de la finance et de l'économie.

Irresponsabilité, inconséquence, banalisation du mal... Sommes-nous une fois de plus à la veille d'un cataclysme mondial, et incapables de penser le chaos qui se profile ? Le nationalisme, l'autoritarisme, l'extrémisme que nous observons dans de nombreuses démocraties n'appellent-ils pas une réflexion renouvelée, ouverte aux leçons de l'histoire ?

Une première entrée dans une telle réflexion consiste à considérer un phénomène spectaculaire : l'effondrement de la gauche.

Celle-ci est en perdition, du moins si l'on en juge par les scores électoraux. Le phénomène est mondial, mais cela ne veut pas dire qu'il revête partout le même sens, ou les mêmes formes. Une explication générale doit donc s'atteler à mettre au jour ce qui unit les modalités distinctes de cette déroute, au-delà des spécificités locales. Celles-ci ne manquent pas.

Au Brésil et en Pologne, échec et dégoût...

Au Brésil, le dégoût vis-à-vis de la classe politique, et plus particulièrement du Parti des Travailleurs, corrompu en profondeur, s'est emparé de la population qui a basculé à l'extrême droite. Celle-ci promet aussi de mettre fin à l'insécurité et à la violence, et de relancer l'économie, mal en point. Mais toutes les gauches ne sont pas corrompues, et l'écœurement brésilien correspond à un cas-limite.

La violence et l'insécurité sont ailleurs au cœur de programmes susceptibles de séduire l'électorat sans être pour autant d'extrême droite : on l'a vu au Mexique, où Andrés Manuel Lopez Obrador a été récemment élu président, là aussi nettement, sans avoir quoi que ce soit à voir avec les orientations de Jair Bolsonaro. Et les difficultés économiques ne conduisent pas partout à l'extrémisme, pas plus qu'une économie florissante ne l'empêche.

En Europe centrale post-soviétique, mieux vaut parler d'échec car ces pays sortant d'un communisme « réel » n'ont guère réussi à construire des forces de gauche durables. La relative complicité des gauches renaissantes dans les années 90 avec le néo-libéralisme doit certainement être incriminée : le cas polonais nous servira d'illustration.

Dans ce pays, comme le montre l'ouvrage lumineux de Karol Modzelewski Nous avons fait galoper l'histoire, le lien fondateur de Solidarnosc entre l'intelligentsia progressiste et les ouvriers s'est rompu, sous l'effet de la répression dès décembre 1981, et surtout ensuite. Une partie de ceux qui avaient contribué au mouvement social de 1980-1981 ont en effet opté pour la « thérapie de choc », la Pologne est sortie du communisme brutalement. Ses vieilles industries ont été liquidées, à l'image des célèbres chantiers navals de Gdansk.

Les dispositifs médiocres, mais réels, qui assuraient à peu près à tous l'accès à l'éducation, à la santé, au logement, à la consommation, aux loisirs, aux crèches, etc. ont volé en éclats, et avec eux l'assurance d'un avenir sinon radieux, du moins clairement défini.

L'emploi n'a pas disparu, ni la croissance ; le taux de chômage actuel est faible, et les résultats économiques plutôt bons. Mais l'entrée dans une économie libérale et la liquidation brutale du système politique et social antérieur se soldent par un gouvernement hypernationaliste n'hésitant pas à mettre en cause la séparation des pouvoirs, au détriment notamment du judiciaire.

En Allemagne, l'affaiblissement durable du clivage gauche-droite

En Allemagne, la réunification a signifié à l'Est un changement comparable à celui de la Pologne. Puis la cohabitation de la social-démocratie avec la droite, et le fort tropisme gestionnaire et plus ou moins libéral de certains de ses courants, incarné par un Gerhardt Schroeder devenu dirigeant de Rosneft (société pétrolière russe) après avoir été chancelier à deux reprises, ont alimenté un sentiment de perte de sens au sein de classes populaires et de couches moyennes inquiètes : l'affaiblissement du clivage gauche-droite est aussi celui des perspectives permettant de se projeter vers l'avenir.

Ici, la crise économique, le chômage, n'expliquent donc pas véritablement la disparition de la gauche - ce que confirme l'examen de situations où l'économie se porte plutôt bien - en Autriche, en Norvège par exemple -, où le déclin de la gauche et la montée du national-populisme et de l'extrême droite sont patents - nous y reviendrons.

En Italie, la gauche ne fait plus rêver

En Italie, les équilibres politiques qui organisaient le pays, entre la démocratie chrétienne et le Parti communiste ont commencé à se défaire avec l'assassinat d'Aldo Moro par les Brigades rouges, en 1978. Le « compromis historique » devenu impossible, le pays est entré dans une ère politique et économique marquée par les avancées, là aussi, du libéralisme et des idéologies néo-libérales.

L'impuissance et les divisions de la gauche, incapable de se remettre de l'effondrement du communisme, mais aussi du socialisme de Bettino Craxi (dont l'intermède s'est achevé dans la corruption), ont abouti pour certains de ses acteurs à une sorte de fondamentalisme communiste, et pour d'autres, là encore, à l'identification à des options économiques réformistes se réclamant de la bonne gestion.

Il n'y avait plus d'avenir politique avec la gauche, alors que s'affirmait un modèle économique et social fondé sur l'individualisme et confiant dans les images de réussite incarnées par Silvio Berlusconi. Beppe Grillo avec le Mouvement 5 étoiles, est venu, sur le mode clownesque et incohérent, signifier cette perte de sens et l'effondrement de la gauche classique, plus que celui de la droite. La Ligue du Nord est passée d'un régionalisme hostile au centre et au sud et à visée indépendantiste, à un nationalisme en appelant à toute l'Italie - il est vraisemblable que son alliance avec 5 étoiles affaiblis durablement ce mouvement.

La gauche italienne a complètement cessé de faire rêver, le rêve étant plutôt alimenté par le berlusconisme qui laissait entendre à chacun qu'il pouvait faire fortune, individuellement. La décomposition morale est venue avec.

En France, une gauche qui se liquéfie

En France, où la droite s'est disloquée, la gauche s'est effondrée, le Parti socialiste suivant le Parti communiste à trente ans d'intervalle. Dans l'ensemble, la gauche n'a pas adhéré aux idéologies néo-libérales, elle a par contre accordé une grande place à la pensée économique et technocratique, croyant sous François Hollande pouvoir garder son âme, qu'elle a perdue, tout en gérant (mal) l'État. Elle n'a pas donné l'image de la corruption, en tous cas bien moins qu'ailleurs, mais ce n'est pas sous son impulsion que la société a changé.

La France conserve bien des aspects de son État-providence - en matière de santé, d'éducation ou de logement social par exemple - et il n'est pas possible de parler pour elle de passage brutal d'un modèle à un autre.

Ni corruption massive, ni réformes douloureuses : l'échec piteux de François Hollande n'en a pas moins enfanté, d'un côté, la radicalité de la France insoumise de Jean‑Luc Mélenchon et, de l'autre la présidence centriste d'Emmanuel Macron.

Entre les deux, c'est le quasi-vide, mais pas le même ressentiment. Si l'extrême droite prospère, y compris dans les décombres de la gauche classique, si les phénomènes migratoires suscitent les mêmes réactions et préjugés qu'ailleurs, la gauche a déçu, elle n'a pas trahi. Elle s'est liquéfiée, selon le vocabulaire de Zigmunt Bauman, elle disparaît, au moins pour l'instant, laissant un immense espace en jachère - car les valeurs ou les idées générales de gauche demeurent prégnantes.

Aux États-Unis, l'échec d'Hilary Clinton à l'élection présidentielle de 2016 a aussi été celui d'une gauche qui aurait plus ou moins trahi le peuple en ayant partie liée avec le monde des affaires et des médias...

On pourrait certainement continuer cet examen pays par pays. Mais, au-delà des différences, recherchons plutôt ce qui relie toutes ces expériences pour façonner le déclin planétaire de la gauche.

Gauches de gauche, gauches de droite

La gauche s'est révélée partout sans vision ni projet dans des contextes historiques de mutation, et a été plus ou moins tentée par deux impasses : la radicalité des gauches de gauche, conduisant à la marginalisation, mais aussi à la violence ou à un autoritarisme désastreux, comme au Nicaragua ou au Venezuela ; et le réformisme gestionnaire des gauches de droite déconnectées des attentes populaires.

Le phénomène s'est accéléré ces dernières années. Il avait été inauguré par la fin du communisme, au sein de l'Empire soviétique, et là où, dans les démocraties occidentales, existaient des partis communistes. Il s'est étendu avec la débâcle de la social-démocratie, en perdition y compris dans ses bastions historiques, pays scandinaves, Allemagne, sans parler du travaillisme britannique qui en fut une variante, avec un tropisme hier libéral avec Tony Blair, et aujourd'hui radical avec Jeremy Corbyn.

Que ce soit réellement, ou plus ou moins artificiellement, aussi bien le communisme que la social-démocratie se réclamaient d'un sens porté par une figure sociale, le prolétariat ouvrier qu'ils affirmaient représenter. Les ouvriers sont aujourd'hui, comme a dit Marine Le Pen, « oubliés » et « invisibles », tant la société a changé. Or sans cette référence à un acteur central de l'histoire, la gauche n'aurait jamais été ce qu'elle a été.

Les partis de gauche correspondent à une époque historique, ils sont datés. Ils s'étiolent, se déstructurent ou disparaissent parce que nous avons changé d'époque.

Ce qui n'exonère pas de leurs fautes et manquements ceux qui ont porté les couleurs de la gauche, ou qui s'efforcent encore de les porter. La corruption, dans certains cas, l'arrogance, souvent, la priorité parfois accordée à la modernisation et à un réformisme gestionnaire ou technocratique justifiant jusqu'aux purges économiques et autres thérapies de choc ont joué en plus. Et surtout, l'incapacité à proposer un sens adapté au monde contemporain et à ses périls et défis.

Perte de sens et montée des extrémismes

Le désenchantement se solde ici ou là par la violence des affects, par l'aversion et la méfiance généralisées, la montée de la xénophobie, y compris lorsque les forces concernées se rapprochent du pouvoir, ou y parviennent. Ce terrible retournement où l'extrémisme vient exprimer des passions haineuses débridées, rejette l'universalisme du droit et de la raison et l'humanisme que la gauche pouvait incarner, il les inverse dans l'immense ressentiment de ceux qui ont le sentiment d'avoir été finalement floués et prennent leur revanche.

C'est ainsi que toute position en faveur des migrants est vécue en Europe ou aux États-Unis par une large partie de la population comme une provocation insupportable et supplémentaire de la part des élites - de gauche -, qui seraient de ce point de vue au mieux naïves, et plutôt cyniques, car bien-pensantes pour autrui mais protégées, elles, de la supposée concurrence sur le marché du travail, ou de la promiscuité d'avec les migrants.

La gauche n'apporte plus de sens, de perspectives d'avenir, et l'exaspération vis-à-vis d'elle n'a cessé d'enfler, et de se retourner contre les valeurs universelles. Il faudra du temps pour inverser à nouveau la tendance.

Ainsi, l'analyse de l'effondrement de la gauche, à l'échelle mondiale, nous conduit à souligner un point majeur : la mise en cause, finalement, des valeurs universelles, ou, si l'on préfère, le rejet politique d'une modernité incarnée par une gauche qui fut émancipatrice et confiante dans la raison, qui proposait un sens, des repères, une vision progressiste de l'avenir, et est jugée finalement impuissante et plus ou moins corrompue.

Il n'est pas surprenant, dès lors, qu'un tel rejet comporte une dimension qui mérite examen : l'association fréquente du nationalisme et de l'extrémisme de droite avec des affirmations religieuses, dans des contextes qui ne sont pas nécessairement marqués par la crise ou l'échec économique pour les pouvoirs qui, éventuellement, les incarnent.

L'association religion et extrémisme de droite

En voici quelques illustrations. Au Brésil, l'extrême droite a progressé avec l'appui d'Églises évangéliques particulièrement actives et influentes, et avec celui de lobbys importants, agroalimentaires notamment, qui lui font confiance pour relancer l'économie sur un mode libéral.

Il en est de même aux États-Unis, où Donald Trump bénéficie du soutien actif de diverses Églises protestantes, en même temps qu'il conduit une politique économique qui, pour l'instant, donne des résultats lui assurant l'adhésion d'une large base politique.

Le cas d'Israël est plus complexe s'il s'agit de la religion, puisque d'un côté, du dehors, Benyamin Nétanyahou peut compter sur le soutien jusqu'ici sans faille de Donald Trump en liaison avec les Églises évangéliques ; et que, d'un autre côté, il adosse son action au messianisme sioniste de groupes religieux de plus en plus influents. Et en matière économique, là aussi, la situation du pays, pourtant contrastée, lui assure une forte adhésion de milieux dirigeants, comme d'une large partie de la population : croissance convenable, plein emploi, mais aussi, pauvreté, et inégalités criantes.

En Turquie, Recep Tayyip Erdogan a d'abord incarné le lien entre l'islam et la politique, en même temps qu'une réelle réussite économique. Inflation, chômage, déficit de la balance des paiements, etc. : la situation du pays s'est récemment dégradée, le régime a fait de plus en plus preuve d'autoritarisme et a récemment fait alliance avec les forces nationalistes d'extrême droite du MHP, le Parti d'Action nationaliste.

En Russie, le nationalisme exalté par Poutine sur fond de difficultés économiques s'adosse sur des courants orthodoxes plus ou moins orchestrés par une Église qui renaît de ses cendres sur un mode très conservateur.

En Pologne, pays qui n'a guère été affecté par la crise de 2008 et où les chiffres de l'économie demeurent bons, le nationalisme peu démocratique du régime va de pair avec un catholicisme qui retrouve ses accents réactionnaires du passé. L'antisémitisme se relance, et paradoxalement, alors que ce pays accueille des centaines de milliers d'immigrés ukrainiens, et que Londres est devenue une grande ville polonaise, le discours public est très hostile à une politique ouverte aux phénomènes migratoires de la part l'Union européenne.

On notera au passage le rapprochement stratégique troublant d'Israël avec des gouvernements antisémites en Europe, à commencer par ceux de Pologne et de Hongrie.

Une exception française ?

Et en France ? Saisis comme beaucoup d'autres pays par la montée des extrêmes, les différences avec eux n'en sont pourtant pas moins considérables. Le catholicisme a perdu de son importance, les nouvelles Églises protestantes sont moins présentes et influentes qu'en Amérique, du Sud comme du Nord, ou en Afrique ; la question juive n'est guère une question religieuse, elle est bien plus dominée par le rapport des Juifs de France à Israël, et si l'islam est devenu la deuxième religion du pays, il est source de débats, d'interrogations et de polémiques bien plus que d'influence politique directe.

Les Français sont très attachés à la laïcité et aux valeurs républicaines, et cet attachement s'observe sur tout l'échiquier politique, de l'extrême gauche à l'extrême droite. Il y a là un point décisif : en dehors de secteurs « identitaires », relativement marginaux, le nationalisme est bien moins attaché au christianisme qu'il pouvait l'être avant la Deuxième Guerre mondiale, sa poussée s'effectue dans un contexte idéologique républicain et laïc.

Ce qui indique qu'il est moins qu'ailleurs animé par un rejet des valeurs universelles telles qu'elles ont été mises en avant par les forces politiques de la gauche et de la droite classiques. D'où peut-être aussi une autre particularité française : en France, on rencontre non pas une, mais deux grandes forces de type populiste, localisées chacune à une des deux extrémités de l'échiquier politique.

Deux extrémités peuvent-elles se rejoindre ?

Le Rassemblement national est l'héritier d'un nationalisme qui comporte des dimensions d'extrême droite et qui a su se transformer depuis l'époque fondatrice de Jean‑Marie Le Pen. Et La France insoumise capitalise des affects de gauche et d'extrême gauche sur un mode radical.

A eux deux, ces partis représentent entre 40 et 50 % de l'électorat ; l'un comme l'autre ont pris leurs distances par rapport à la pensée économique libérale ou néo-libérale, et tous deux ont des visées sociales, même si le départ de Florian Philippot a privé le Front national, devenu entre-temps Rassemblement national, d'un leader soucieux, comme avant lui Bruno Mégret, de mobiliser l'électorat sur une base sociale et pas seulement culturelle.

Mais les orientations de la France insoumise et du Rassemblement national, même si elles présentent des points communs (par exemple sur l'Europe), s'opposent plus qu'elles ne peuvent converger, sur d'importantes questions politiques et morales, comme le racisme ou la xénophobie ; elles ne permettent pas d'envisager un rapprochement conséquent - ce qui, d'une certaine façon, protège le pouvoir actuel.

On ajoutera ici qu'il n'y a pas une symétrie parfaite entre les deux extrêmes : l'électorat de celui de gauche pourrait être à terme plus ou moins happé par celui de droite, qui est plus robuste, et s'y dissoudre en perdant sa charge de classe, héritée du communisme et de la « gauche de la gauche », alors que le mouvement en sens inverse est peu vraisemblable.

Le temps de la reconstruction

Les singularités françaises sont donc sociales, religieuses et politiques, et toutes permettent d'être un peu plus optimiste - ou un peu moins pessimiste. Il n'est donc pas exclu que, finalement, la France soit plus capable que d'autres pays de résister aux tendances qui les emportent vers l'extrémisme.

Le gouvernement peut agir, et devrait sauf graves évènements imprévisibles, se maintenir aux affaires jusqu'aux prochaines élections, présidentielle et législatives en 2021- c'est une chance pour la France, qui peut éviter le pire, réfléchir et agir dans la durée.

Dans cette hypothèse, le plus urgent pour des oppositions autres que radicales n'est peut-être pas de critiquer systématiquement l'action gouvernementale, avec les extrêmes, et au bonheur des médias. Mieux vaut qu'elles se reconstruisent en vue d'échéances relativement lointaines où elles pourraient se présenter avec des idées, des visions, des projets d'avenir, des programmes, un personnel politique neuf et affûté ?

The Conversation _______

Par Michel WieviorkaSociologue, Président de la FMSH, Fondation Maison des Sciences de l'Homme (FMSH) - USPC

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/11/2018 à 21:26 :
Je n'ai jamais lu autant de bêtises que dans cet article, sortant tout droit de la vieille garde-robe d'un socialiste dégénéré, rêvant toujours de Marx et Engels reunis, heureusement c'est deja l'histoire ... puante ... et très meurtrière, dont l'humanité se souviendra en tant que des centaines de millions de victimes innocentes, dont les premières pendant la Révolution française
a écrit le 03/11/2018 à 21:22 :
c est assez simple : avant pour la gauche on s interessait a l ouvrier afin d avoir sa voix (ce qui n empechait pas que certains des dirigeants etaient pas d origine ouvriere)

Maintenant le PS (ou Clinton aux USA) ne s interessent plus du tout aux ouvriers (voire meme les meprise). le centre du discours c est les minorites : migrant, feministe ou gay... D ou l effort par exemple mit pour legaliser les meres porteuses (prochaine etape apres PMA) et l abandon de toute velleite au niveau economique (je suppose qu interieurement le PS voit l industrie francaise comme condamnee meme si ls ne peuvent pas le dire tout haut)
a écrit le 03/11/2018 à 16:01 :
La gauche internationaliste, adepte de l'UE par exemple, en échec face a la globalisation se "renationalise" avant la disparition des États dont elle a fait la promotion, chose comparable aux années 30! Même causes ne veut pas dire mêmes conséquences! Une gauche nationaliste peut devenir un ordre "faciste" ou "d'extrème" droite ou gauche jusqu'au retour de l'ordre!
a écrit le 03/11/2018 à 15:31 :
Les gauches ne s'effondrent pas, elle ont simplement constaté que "la gauche internationaliste" ne pouvait répondre a la globalisation et donc se reporte sur une gauche de nation, dit populiste que l'on dénomine dans ce cas "d’extrême droite ", afin de remettre l'ordre comme cheval de bataille avant le retour d'un égalitarisme!
a écrit le 03/11/2018 à 12:35 :
La gauche part en vrille surtout grâce ou a cause d'Hollande qui a été mauvais ,les gens ont fondé un espoir en lui ,et il a enfumé tout le monde a partir de là la gauche c'est la cata complète et tant mieux
Réponse de le 03/11/2018 à 16:05 :
le PS part en vrille, pas la gauche, pas le socialisme en tant qu'utopie.

Hollande n'a été que le catalyseur d'une crise qui couve depuis le milieu des années 90 au PS.
Ce parti était écartelé entre un PS qui s'est auto-baptisé "de gouvernement" en espérant que ça le maintiendrait au pouvoir et une fraction sociale qui rame à contre courant du neolibéralisme ambiant.

Le PS "de gouvernement" Hollandais, ayant adopté tous les oripeaux idéologiques de la droite centriste, voire même plus avec un Valls plus macronien que nature, limite sarkozien, la scission était inévitable.

Il va falloir que ca se reconstruise à gauche. L'électorat est là, mais il est silencieux et abstentionniste en attendant une offre réellement de gauche.

PS: la droite n'est pas mieux lotie, avec une aile qui flirte avec le RN et un centre qui cherche encore ce qui le différencie du Macronisme. La différence avec le PS c'est que le divorce n'est pas encore officiel. A droite on tient aux apparences.
a écrit le 03/11/2018 à 10:43 :
Regardez chez les libraires la vigueur d’esprit des intellectuels humanistes, écologistes, socialistes, communistes, ...
Cette ivresse des intellectuels irrigue bien entendu les partis politiques, les associations de jeunes et de cartier, les syndicats lycéens et étudiants, la société civile....
Certains en sont à écrire un livre par mois pratiquement.
Mieux, écoutez les Royal, Hollande, Lang, ....ils sont toujours là avec les Hamon, Jadot, Martinez...et dites vous que seul un pieu dans le cœur terminera toutes ses vocations progressistes mises au service de la France et des français.
Réponse de le 03/11/2018 à 16:35 :
Il est vrai qu'avec des penseurs comme Zemmour, la droite démontre une vigueur et une largeur d'analyse confondante.
a écrit le 03/11/2018 à 9:22 :
Les gauches disparaissent uniquement parce que leurs propositions marquées par l'utopie soit ne sont pas finançables par l'économie (dans le domaine social notamment) soit sont inacceptables par la société (l'"open bar" en termes d'immigration), la fin des gauches c'est le retour au réel. Quant à l'état-providence français, qui ne voit qu'il est agonisant et qu'il ne tiendra que tant qu'on arrive à financer les déficits publics et sociaux en creusant la dette, autrement dit qu'on est à la veille de révisions déchirantes.
Réponse de le 03/11/2018 à 13:10 :
La gauche disparait parce qu'elle a oublié d'être de gauche.

De quand datent les dernières avancées sociales sur les conditions de travail, la couverture sociale, les libertés privées et publiques, la justice?

Les 35h, la retraite à 60 ans, l'abolition de la peine de mort c'était il y a plus de trente ans et depuis tous les gouvernements y compris de gauche se sont acharnés à revenir dessus en violant la volonté populaire.

Et ce n'est pas fini, Macron travaille actuellement à démolir les acquis du CNR de 1945 et même sur les acquis sociaux de 1936, sachant que la modification précédente datait de 1848 avec le travail des enfants.

Travail des enfants que les milliardaire français du luxe (ou pas) qui délocalisent en asie ne sont pas en pointe pour dénoncer.

La gauche "de gouvernement" rebaptisée social-démocrate a plus fait qu"accompagner le mouvement dans de nombreux pays et ils se sont fait dégager pour usurpation d'identité et tromperie sur la marchandise.
a écrit le 03/11/2018 à 1:23 :
LA DEMOCRATIE REPUBLICAINE DOIT ETRE PROTEGEE.
LA VRAI DEMOCRATIE EST UNE UTOPIE de penseurs humanistes mais peu réalistes.
La manière la plus démocratique de diriger un pays est la république. Mais il n'a pas été prouvé que c'était le meilleur économiquement.

La république comprend 3 pouvoirs différents :
L’exécutif : le président généralement élu par le peuple et ses ministres élus par lui, généralement à la majorité. (Mais ce n'est pas obligatoire). Normalement, le président doit appliquer les décisions du parlement, mais c'est rarement le cas. Il impose ces opinions au parlement pour légiférer dans la direction qu'il souhaite. Comme en France.

Le législatif : l'assemblée nationale composée des représentants élus du peuple, pour le représenter. Ils devraient promouvoir les nouvelles lois et modifier les anciennes, ainsi que la constitution, en fonction des nouveaux besoins.

Justice : ce sont les tribunaux civils, pénaux, du travail et éventuellement administratifs et éventuellement les constitutionnels. Les juges sont nommés et révoqués par l'exécutif et doivent appliquer le droit dans leurs procès. Lorsqu'il s'agit d'une nouvelle affaire, ils doivent faire référence à des affaires similaires ou similaires, il s'agit de la jurisprudence.

La police et l'armée sont sous le pouvoir du président de la république, pour défendre les institutions républicaines en cas de désordres internes, ce qui est la mission de la police, ou externes à l'armée et éventuellement les deux si les problèmes internes sont graves. Au Nicaragua, l’armé n’est pas intervenu pour réprimer le putsch.

La république est un produit fragile, si l’on adhère strictement à la séparation des pouvoirs et ne fonctionne que si l’opposition suit le jeu démocratique, respecte le vote des citoyens.
Même si l'opposition respecte les institutions républicaines créées par le vote des citoyens, le pouvoir légalement élu doit se protéger.
Et l'exécutif le plus fragile, en raison de son nombre limité, craint davantage que la grande assemblée nationale.

C'est pourquoi le président doit choisir avec soin un ministre de l'intérieur populaire auprès de la police et désignant pour ses postes clés ses plus fidèles amis.
Il doit également nommer en tant que chef de l’armée l’un de ses partis, qui l’a aidé à atteindre le cabana de la république et à éliminer les opposants tièdes et connus.

Pour ce qui est de la justice, il doit nommer la Cour suprême de justice, uniquement des amis.
Et surtout, accorder à tous de bons salaires et privilèges, surtout à l’armée avec un bon budget (comme l’a fait Macron) ce qui garantira en cas de crise leur soutien total et évitera, comme au Brésil, un coup d'État contre la présidente Dilma et contre l'ancien président Lula. Les deux n'ont pas été en mesure de garantir la protection de leur position contre des juges corrompus.
(Cela souligne que la séparation des pouvoirs n'a pas fonctionné, au Brésil, la justice est entrée pleinement dans la politique et c'est également le cas en Équateur et en Argentine).

Nous ne devons pas oublier que la démocratie est la dictature de la majorité sur la minorité.

Conclusion: la démocratie a ses limites dans la République, il convient également de considérer que la Rome antique était République, mais que l'empereur était dictateur.

Au Nicaragua, Daniel a parfaitement bloqué les pouvoirs, afin de protéger le vote des citoyens, car, dans ce cas, l'opposition n'est en aucun cas démocratique et vient d'être démantelée par un coup d'État manqué, car les pouvoirs sont bien maintenus, par le président, même si certains opposants ont accès à des postes à responsabilité.
F. B. A.
La gauche, la vrai la socialiste distributive, pas celle des sociaux-démocrates ou du PS français, fonctionne tellement bien au Nicaragua qu’un putsch néo libéral, a essayé de prendre le pouvoir par la force. (Je suis résident). Alors que l’économie progresse de 4 % l’an.
Le Nicaragua est un régime curieux de socialisme chrétien distributif, avec une partie libérale de l’économie, sous tutelle. Car sous le libéralisme 4 banques qui faisaient qu’appliquer la liberté, ont fait faillite. Depuis que les vrais socialistes sont au pouvoir aucune faillite de banque.
C’est certain que la gauche non sociale disparaît car elle n’a plus l’appuis populaire et a cédé sous les coups de néo-libéralisme qui lui a séduit le peuple pour mieux le tromper. C’est le miroir aux alouettes. Mais quand les gens s’en rendent compte il est trop tard, la morale de la gauche a été écrasé.
L’amour de l’individu a été remplacée par celui de l’argent. Mais pas pour tous. Ainsi le peuple trompé, comme au Brésil : n’importe qui pourvu que ne soit plus lui.
Mon explication de la république est primaire, mais indispensable pour s'adresser à tous, jeunes ou vieux.
a écrit le 02/11/2018 à 17:35 :
C'est le succès de la finance sur les démocraties. Au siècle dernier, la finance a favorisé le succès du fascisme après la crise de 1929, et recommence aujourd'hui. Avec la complicité des gauches qui ont soutenu la dérégulation de la finance. Si l'objectif est d'instaurer des régimes totalitaires sur toute la planète, c'est bien parti pour...
a écrit le 02/11/2018 à 16:41 :
Ah ben tiens pour me donner raison, il me censure... -_-

"Si vous ne trouvez plus rien, cherchez autre chose." B. Fontaine
a écrit le 02/11/2018 à 15:08 :
Les bons sentiments et les bonnes intentions, ça n'a jamais marché. On ne gère pas un pays comme on gère sa famille, c'est totalement différent. La politique père Noël, ça ne marche pas, et ça n'a jamais marché.
Réponse de le 02/11/2018 à 17:46 :
Alors que les mauvaises intentions ça marche?

Vous avez grand tort, on devrait gérer un pays en père de famille, parce qu'une nation n'est rien d'autre qu'une grande famille.

Elle a son histoire glorieuse (et sombre), ses membres "historiques", ses pièces rapportées, les fils aimants et les ingrats, ceux qui sont toujours là pour donner un coup de main et ceux qui se défilent, ceux qui réussissent et les impécunieux.
Il y a les aïeux et les nourrissons, les courageux et les timorés, les boute-en -train et les tristounets.

Si vous essayez de gérer çà en chef d'entreprise dans le but de fabriquer et de vendre de plus en plus de verroterie, vous n'avez rien compris à la mère patrie, au patrimoine et au patriotisme. Faites autre chose...

En effet, vous n'arriverez à rien, vous mécontenterez tout le monde et finalement la famille se déchire et éclate en clans qui se chamaillent, s'excluent mutuellement et finissent par se refuser la solidarité qui fait la force des nations.

Depuis qu'on a des présidents qui se prennent pour des managers de multinationales et "jouent" à faire président faute d'en être, le pays part en sucette parce que des pans essentiel des relations sociales sont malmenés voire niés..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :