Assurance-vie : les dix points qu'il ne faut pas ignorer

OPINION. Les grandes tendances de l'assurance et les défis qu'elle doit relever pour assurer son avenir peuvent être synthétisés en dix points que les assurés devraient connaître avant de faire leur choix d'épargne. (*) Par Cyrille Chartier-Kastler, fondateur du site Good Value for Money, spécialisé sur l'assurance.

4 mn

L'assurance-vie reste le placement favori des Français, avec un encours de plus de 1.800 milliards d'euros.
L'assurance-vie reste le placement favori des Français, avec un encours de plus de 1.800 milliards d'euros. (Crédits : Reuters)

Point n°1. Si les assureurs privilégiaient hier leurs clients fortunés en servant de meilleurs taux sur les fonds en euros des contrats de gestion privée (ainsi qu'en gestion de patrimoine), les politiques de taux servis sur les fonds en euros ont totalement évolué depuis et sont désormais totalement concentrées sur le taux d'unités de compte dans les encours. En 2020, l'écart de taux entre la gestion privée et l'épargne grand public n'a été que de 15 centimes (1,18% versus 1,03%) contre 38 centimes en 2017 (1,91% versus 1,53%).

Point n° 2. La bonification du taux servi sur le fonds en euros en fonction du pourcentage d'unités de compte dans les encours du contrat n'est pas « un cadeau » de l'assureur. C'est une simple restitution par l'assureur d'une partie du gain de marge de solvabilité procuré par les unités de compte et des revenus additionnels générés par ces mêmes unités de compte. Le taux moyen de rétrocession sur les unités de compte est en effet de 0,8% au profit de l'assureur et de ses distributeurs.

Point n° 3. Les normes Solvabilité II ont « torpillé » les fonds en euros en limitant leur capacité à prendre des risques à l'actif. Avec les fonds de retraite professionnelle supplémentaire (FRPS), les assureurs retrouvent une marge de manœuvre pour la gestion de leurs fonds en euros. D'où les demandes croissantes d'agrément par le secteur : Allianz, Aviva, Axa, CNP, Malakoff Humanis... Le mouvement est loin d'être terminé ; il devient une évidence pour les assureurs et les assurés.

Point n° 4. Arrivés plus tardivement sur le marché, les contrats de retraire (PERP, Retraite Madelin, PER...) ont longtemps servi des taux inférieurs à ceux de l'assurance-vie. La donne s'est logiquement inversée depuis ces dernières années. Désormais, le différentiel de taux servi s'élève à 20 centimes (0,20 %) en 2020 en faveur des fonds en euros de contrats de retraite. Cet écart devrait se creuser dans le temps sous l'effet d'une plus grande duration de placement des fonds en euros de contrats de retraite et de la montée en puissance des FRPS.

Point n° 5. L'empilement des coûts sur les unités de compte conduit à une charge annuelle globale située entre 2,50 % et 3,00 % par an sur ces supports pour les clients. Si la forte hausse des marchés financiers, notamment des marchés actions, a permis de « masquer » la facture totale sur les unités de compte au cours des dix dernières années, cela n'apparaît pas tenable dans le temps.

Point n° 6. Parmi les 5 opérateurs ayant servi les meilleurs taux du marché en 2020 sur leurs fonds en euros, on trouve trois associations d'épargnants : Gaipare (à 1,90 %), Asac Fapes (à 1,85 %), Afer (à 1,70 %) et deux acteurs mutualistes : Garance (à 2,75 %) et Mutavie (à 1,85 %).

 Point n° 7. Parmi les 5 opérateurs ayant servi des taux en dessous de 0,5% en 2020, on trouve 4 bancassureurs significatifs du marché. Les promesses d'hier ne sont plus toujours celles d'aujourd'hui.

Point n° 8. Depuis 2018, le rendement moyen des fonds en euros classiques de contrats d'assurance-vie (hors contrats de retraite comme le PER Individuel notamment) se situe entre 0,15 % et 0,20 % au-dessus du rendement moyen d'un portefeuille glissant d'OAT sur 10 ans. C'est cohérent avec la composition des fonds en euros classiques qui intègrent 80 % d'obligations en moyenne.

 Point n° 9. Un épargnant qui paie 3 % de frais à l'entrée sur ses versements en assurance-vie va désormais devoir attendre 4 à 5 années avant de « rentrer dans ses frais » en investissant dans un fonds en euros, compte tenu d'un taux moyen servi de 1% et des prélèvements sociaux (17,2%). D'où l'importance que doit attacher l'épargnant sur le niveau des commissions sur les versements. D'autant plus que ceux-ci ne sont pas déductibles de la plus-value réalisée ou des revenus perçus.

 Point n° 10. L'avenir de l'assurance-vie pour les prochaines années se situera au carrefour de trois défis. Pour les fonds en euros, il se fonde sur une bascule croissante en faveur des FRPS pour les contrats de retraite (PER), une réduction de la garantie annuelle en capital (nette de frais) et la poursuite d'une superformance des taux servis par les contrats de « vraies » associations d'épargnants et de mutuelles. Pour les unités de compte, il s'agira de remettre en cause les gestions financières trop prudentes qui ne rapportent rien, une fois les frais déduits, à l'assuré alors qu'il assume une part du risque, aussi minime soit-elle.

L'avenir passera également par une intégration croissante de supports indiciels (ETF) dans les gammes d'unités de compte et une bascule par certains opérateurs de supports « classiques » vers des supports « clean share », sans rétrocessions. Enfin, l'assurance-vie doit revoir sa politique de frais, non seulement les frais d'entrée, bien trop élevés dans un contexte de taux bas, mais aussi sur l'empilement des frais de la gestion pilotée et sur les frais annuels de gestion sur les encours en unités de compte.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 26/08/2021 à 12:11
Signaler
tout le monde sait que sur les unites de comptes, sur le long terme, le seul grand gagnant est le fournisseur des fonds, vu qu'il ne prend aucun risque, mais se remunere grassement, meme quand ca derouille ( se verser une commission de ' surperforman...

à écrit le 25/08/2021 à 22:02
Signaler
Avenir sombre pour l’assurance-vie : a) que les taux d’intérêts des obligations restent aux niveaux actuels ou remontent, les épargnants voudront sortir des fonds en euros (et probablement tous au même moment) ; b) les bourses sont au plus haut, dopé...

à écrit le 25/08/2021 à 20:42
Signaler
Article particulièrement clair et instructif , Tous les détenteurs , ou futurs souscripteurs de contrats d'Assurance vie devraient avoir ces 10 points en tete

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.