Auto-école en ligne : les élèves sont-ils toujours bien protégés ?

 |   |  955  mots
(Crédits : DR)
Malgré un objectif semblable, à celui des auto écoles traditionnelles, les nouveaux acteurs en ligne sont loin d'offrir les mêmes services à leurs élèves... Par Benoît Roch, Président de l’Institut pour le Travail en Europe

En France, apprendre à conduire est une aventure. Il faut de l'argent, passer son permis coûte 1110 euros en moyenne. Du temps, un élève attend en moyenne 95 jours avant d'avoir une place d'examen. Et enfin, de la motivation, tout le monde ne vit pas à côté d'une auto-école... Mais depuis la loi Macron, destinée à libéraliser le secteur des auto-écoles pour réduire les délais d'attente et les coûts, de nouveaux acteurs ont émergé. Ces derniers entendent ainsi faciliter l'obtention du papier rose grâce au numérique. Mais malgré un objectif semblable, les Permigo, En Voiture Simone, Auto-école.net et autre Ornikar sont loin d'offrir les mêmes services à leurs élèves...

Même objectif, offres différentes

Jusqu'ici, pour apprendre à conduire, il fallait trouver une auto-école compétente, qui offrait un prix acceptable et s'assurer qu'elle offrait une chance de succès à l'examen dans un délai raisonnable. Désormais, avec l'arrivée des Ornikar, Auto-école.net et autre Permigo, il est possible de suivre des cours de code en ligne, mais aussi, dans certains cas, de prendre des leçons de conduite avec des moniteurs indépendants. Ces nouvelles solutions permettent de baisser les frais de structure et d'offrir des conditions nettement plus avantageuses pour la vie et le porte-monnaie des candidats.

Mais ces nouvelles pratiques ne vont pas sans poser de nouveaux problèmes. Il convient de distinguer plusieurs offres dans la série des auto-écoles en ligne qui ont fleuri sur internet ces dernières années. Deux tendances principales se dégagent : l'auto-école «  100% numérique » d'une part et l'auto-école «  hybride » d'autre part. Dans la catégorie du tout numérique, on peut recenser des entreprises comme Ornikar ou En Voiture Simone, qui proposent de tout gérer en ligne.

Le principe est simple : permettre la mise en relation, grâce à une plateforme numérique, de candidats au permis et de moniteurs diplômés, inscrits comme autoentrepreneurs. Vous avez bien compris qu'il s'agit d' « uberiser » le modèle des cours de conduite. Les gains de temps et de conforts sont importants et permettent de casser les prix jusqu'à 40% en moyenne. Tout le monde semble gagnant et pourtant, la profession s'interroge sur le respect de la législation en vigueur.

Ainsi, plusieurs questions se posent. D'abord, celle de la compétence territoriale de l'agrément préfectoral. L'UNIC (Union Nationale des Indépendants de la Conduite) a interrogé la justice pour savoir si l'agrément délivré par la Préfecture du lieu d'une auto-école est valable pour le département ou pour l'ensemble du territoire national. Pour des raisons procédurales, l'UNIC a été déboutée. Mais le débat de fond n'est pas tranché. A ce jour, Ornikar et En Voiture Simone continuent de proposer leur service sur l'ensemble du territoire, avec des agréments délivrés dans une seule Préfecture. C'est un risque évident sur la validité des formations dispensées.

Se pose ensuite la question du respect du droit social. Des autoentrepreneurs indépendants peuvent-ils travailler pour un seul client sans voir leur statut requalifié en salarié ? Est-il juste de faire peser, sur des acteurs plus modestes et mal protégés, tout le poids du risque initié par un projet d'entreprise plus vaste ?

D'autres auto-écoles, plus prudentes, ont choisi de privilégier un « système hybride ». Permigo, par exemple, propose des services en ligne, tout en gardant une présence physique à travers des agences réelles. Cette solution permet aussi d'obtenir des agréments préfectoraux dans les villes où sont installés leurs locaux.

C'est aussi le cas d'Auto-Ecole.net qui veut conserver un contact humain avec les candidats et proposer des professeurs qu'elle a préalablement choisis. Les horaires sont adaptés grâce à une plateforme numérique mise à disposition des candidats, et le moniteur reste salarié de l'auto-école, selon les normes du droit social en vigueur. Ce « modèle hybride » cherche ainsi à concilier la souplesse du numérique avec le respect des obligations légales.

Levée de fonds et garantie financière, les carences de Permigo...

Plusieurs auto-écoles en ligne ont connu des difficultés. Après Ornikar et En Voiture Simone, c'est l'auto-école Permigo qui est dans la tourmente. Cette dernière vient en effet d'être placée en redressement judiciaire. Il est donc important de s'interroger sur la viabilité du modèle économique de ces acteurs.

 L'utilisation du numérique nécessite des moyens financiers importants que toutes les auto-écoles en ligne n'ont pas obtenus. Auto-Ecole.net, par exemple, a réalisé avec succès une levée de fonds de 3 millions d'euros pour assurer la sécurité financière de son développement, ce qui n'a pas été le cas de son concurrent Permigo. En outre, Auto-Ecole.net a fait le choix d'adopter une politique raisonnable en assurant la sécurité de ses clients, grâce à une garantie financière solide.

 La question de la garantie financière est cruciale. Permigo n'a malheureusement jamais souscrit de garantie financière, et ses 10 000 élèves risquent gros, car cette garantie a pour objet d'assurer le remboursement, à tous les élèves inscrits, des prestations non consommées et payées d'avance, lorsque l'auto-école se trouve dans l'impossibilité d'assurer l'exécution des contrats en cours.

 Le numérique ouvre des possibilités nouvelles pour les candidats au permis, à condition de choisir un prestataire sérieux, qui garantit le respect des obligations légales et qui se préoccupe de la sécurité financière de ses élèves.

Benoît ROCH

Président de l'Institut pour le Travail en Europe

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/05/2017 à 16:38 :
Enfin un article documenté qui n'est pas un copié/collé des dossiers de presse !
Bravo.
a écrit le 10/05/2017 à 13:09 :
Une circulaire du ministère vient justement de préciser que l'agrément est départemental et que les formations faites par des moniteurs autoentrepreneurs est ILLÉGAL et demande aux préfets de faire des contrôles sévère sur le terrain.
a écrit le 10/05/2017 à 12:56 :
Le rêve de voir chuter le coût de la formation au permis de conduire ne peut-être qu'une chimère, sauf à vouloir, soit une dégradation de la formation à la sécurité routière, soit à mettre en place un système de sous-rémunération du travail !!!
En effet, une leçon de conduite d'une heure durera toujours 60mn, et il ne peut y avoir qu'UN SEUL élève au volant : il ne peut y avoir une amélioration de productivité !
A combien estime-t-on une juste rémunération de l'enseignant ? pour moi, une rémunération de 12 € brut est loin d'être abusif... et 12€ brut, ça fait 18 € avec les charges à l''entreprise, auquel s'ajoute 10% de congés payés soit 19.80€ + 10% de temps perdu (leçon non honorée mais non facturable pour cause de force majeure, temps de formation, maladies, ...), soit 21.80€ + 20 centimes de mutuelle santé obligatoire, donc au final 22€ de coût réel. En ce qui concerne l'établissement où je travaille, nous avons négocié des tickets-restaurant qui coûtent à l'entreprise 5€ par jour, soit 70 centimes de l'heure en plus.
Je résume : le prix de revient d'une heure d'enseignant est de 22.70€ !!!
La mensualité pour une voiture est d'environ 600€ mensuel, entretien compris, soit 4€ de l'heure.
En parcourant environ 25km par heure au rythme de 8L/100km, on consomme 2L/heure, soit environ 2.50€
Le coût variable d'une heure de conduite est donc de 28.70€ .
Nous avons un prix de vente de 42€ TTC, soit 35 €HT !!! (et encore, le prix de vente est ramené à 30€ HT au delà de 20h !!!)
Les 6.30€ restant servent à payer la location des locaux et les frais inhérents (chauffage, mobiliers, abonnements tél, EDF, ...), mais aussi le secrétariat !! Bien évidemment, la direction de l'auto-école n'étant pas bénévole et ne vivant pas d'amour et d'eau fraiche, est inclue l'éventuel marge bénéficiaire de l'entreprise !!!
Qui, en prenant en compte ces chiffres, peut décemment estimer qu'on peut faire plus bas ???!!
Pour la comparaison entre auto-écoles traditionnelles et "intermédiaire-en-ligne" (peut-on parler d'auto-école ?) je préciserais qu'à ma connaissance, il n'existe plus d'auto-écoles qui ne propose pas à ses élèves un complément de formation au code par internet !!

Le seul élément qui pourrait faire baisser le coût de la formation serait une baisse du taux de TVA, voire une assimilation de la formation au permis au statut des autres formations, et supprimer ainsi la TVA ! L'Etat n'en prend pas le chemin !

Maintenant, si certains veulent dématérialiser la formation, qu'ils le fassent jusqu'au bout : fermeture de tous les collèges et lycées et même toutes les écoles primaires !!! une formation par correspondance type CNED sera bien plus économique !! Renseignez-vous sur le budget de votre commune qui concerne l'école et les frais complémentaires, type transport scolaire et autre cantine !!! Que d'économie !!!
Idem au niveau des départements pour les collèges, et des régions pour les lycées !
Et que dire du budget de l'Education Nationale, 1e budget de l'état !!
Pour moi, la formation à distance n'est pas la solution...
Et pour vous : La dématérialisation est-elle la solution ??? chiche ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :